سجل ايميلك هنا ليصلك جديد الموقع بالمجان على ايميلك و بسرعة البرق

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

الاثنين، 30 مايو، 2016

كتاب يضم كل ما تحتاجه في اللغة الفرنسية


4 MODULE I ETUDE DUNE AUTOBIOGRAPHIE LA BOTE A MERVEILLES AHMED SEFRIOUI COMPETENCES VISEES ETUDE DE TEXTE - Reconnatre les caractristiques essentielles dun roman autobiographique - Lcriture autobiographique - Le pacte autobiographique - Les vises de lautobiographie - Reconnatre un pome lyrique LANGUE - Sapproprier diffrents outils de langue pour sen servir dans la communication et dans lanalyse des textes ACTIVITES ORALES - Communiquer oralement partir dune uvre littraire dans le cadre de dbats dexposs de dossiers documentaires etc PRODUCTION ECRITE - Elaborer des rcits de vie - Elaborer des fiches de lecture - Analyser une image AHMED SEFRIOUI La bote merveilles ROMAN Collection Mditerrane AUX EDITIONS DU SEUIL

5 VIE ET UVRE DE LAUTEUR Ahmed Sefrioui est n Fs en 1915 dans une famille berbre arabise Il frquenta lcole coranique puis entra au collge Moulay-Driss toujours dans sa ville natale Il exera plusieurs mtiers interprte garon de bureau avant de devenir un haut fonctionnaire au service des Monuments historiques Rabat Dans ses crits lauteur dcd en 2004 dcrit gnralement les milieux traditionnels marocains en insistant sur la ralit vcue et en laissant volontairement de ct les considrations poli-tiques Parmi ses uvres le plus connues on eut citer - Le Chapelet dambre nouvelles 1943 - La Bote merveilles 1954 - La Maison de servitude 1973 - Le Voleur et le serpent conte indit - Le Teigneux conte indit - Le Parfum des lgendes 2003 REPERES LITTERAIRES ET HISTORIQUES I- LITTERATURE MAGHREBINE D EXPRESSION FRANAISE La littrature maghrbine dexpression franaise voit le jour en Algrie aux alentours de 1830 puis stend aux deux pays voisins le Maroc et la Tunisie Elle se prsente dabord comme lexpression du malaise et de la contestation contre le colonialisme franais mais les auteurs tout en continuant revendiquer leur identit et leur libert sattlent au renouvellement de leurs thmes qui se diversifient au fil des annes Les premiers textes Quelques auteurs des fonctionnaires de ladministration coloniale pour la plupart publient leurs textes romans nouvelles pomes Le titre qui inaugure cette la srie de productions littraires en Algrie est Ahmed ben Mustapha goumier de Benchrif Dautres crits appartenant ce quon appelle le roman colonial mergent et rvlent quelques auteurs qui parviennent saffirmer grce leur talent de conteur Ces derniers appliquent globalement les conventions ralistes pour exposer des ides caractre social Leurs uvres peu audacieuses flattent indirectement le pouvoir colonial qui leur laisse une petite marge de manuvre dans ses institutions ditoriales Lpanouissement du roman A partir des annes 50 le langage littraire commence prendre forme Les crivains de cette gnration revendiquent ouvertement leur individualit et leur autonomie Mouloud Feraoun Mohamed Dib Mouloud Mammeri Malk Haddad Assia Djebar et Ahmed Sefrioui introduisent dans leurs uvres des personnages non strotyps vus de lintrieur Cette nouveaut romanesque brise limage que le colonisateur se fait des habitants des pays occups Le roman de ces annes-l se prsente souvent comme un tmoignage Le Fils du pauvre 1950 de M Feraoun et Nedjma 1956 de Kateb Yacine marquent profondment la socit

6 algrienne et mme maghrbine Ces deux textes et beaucoup dautres permettent au lecteur notamment tranger de dcouvrir les multiples facettes de la culture maghrbine qui les concerne dans le fonctionnement politique La premire trilogie de Mohamed Dib La Grande Maison 1952 Le Mtier tisser 1957 et LIncendie 1954 Les Chemins qui montent 1957 de M Feraoun La Colline oublie 1952 et Le Sommeil du juste 1955 de Mouloud Mammeri peuvent tre considrs comme des rcits tragiques qui dcrivent le dchirement de jeunes gens ayant tudi dans des coles franaises au sein de socits traditionnelles influences par le modle europen Parmi les autres crivains qui parlent de cet cartlement entre deux cultures dans les annes 50-60 on peut citer Driss Chrabi Le Pass simple 1954 Assia Djebar La Soif 1957 Les Impatients1958 Les Enfants du Nouveau Monde 1962 Les Alouettes naves1967 Malek Haddad LElve et la leon 1960 Le Quai aux fleurs ne rpond plus1961 Albert Memmi La Statue de sel 1953 Dans les annes 70 apparaissent des textes qui font de la contestation leur cheval de bataille La Rpudiation 1969 LInsolation 1972 de Rachid Boudjedra sinscrit dans ce cadre Au Maroc Abdellatif Labi lance la revue Souffles entre 1966 et 1972 et publie LArbre de fer fleurit 1974 Le Rgne de Barbarie 1976 Chroniques de la citadelle dexil 1978 Mohamed Khair-Eddine crit Agadir 1967 et Le Dserteur 1973 Tahar Ben Jelloun se distingue avec Harrouda 1973 et Moha le fou Moha le sage 1978 Les annes 80 et 90 assistent une production littraire particulirement abondante dans les trois pays du Maghreb Mohamed Dib publie Les Terrasses dOrsol 1985 Le Sommeil dEve 1989 Neiges de marbre 1990 Le Dsert sans dtour 1992 Tahar Benjelloun enchane avec LEnfant de sable 1985 et La Nuit sacre 1987 Durant cette mme priode Driss Chrabi crit une srie de romans comme Une enqute au pays 1981 La Mre du printemps 1982 Naissance laube 1986 PRINCIPAUX AUTEURS MAROCAINS DEXPRESSION FRANAISE AUTEURS UVRES Ahmed Sefrioui Voir biographie de lauteur Driss Chrabi 1926- Le Pass simple 1954 Les Boucs 1955 Lne 1957 De Tous les horizons 1958 La Foule 1961 Succession ouverte 1962 Un ami viendra vous voir 1972 La Civilisation ma mre 1972 Mort au Canada 1975 Une enqute au pays 1981 La Mre du printemps 1982 Naissance laube 1986 LHomme du livre 1995 Tahar Ben Jelloun 1944- Harrouda 1973 La Rclusion solitaire 1976 Moha le fou Moha le sage 1978 La Prire de labsent 1961 LEcrivain public 1983 LEnfant de sable 1985 Cette aveuglante lumire 2002 Abdellatif Labi 1942- Lil et la nuit 1969 Le Chemin des ordalies 1982 LArbre de fer fleurit 1974 Le Rgne de Barbarie 1976 Chronique de la citadelle dexil 1978 Le Fond de la jarre 2000 M Khair-Eddine 1941-1995 Agadir 1967 Historia dun bon Dieu 1968 Moi laigre 1970 Le Dterreur 1973 Une odeur de mantque 1976 Une vie un rve un peuple toujours errants 1978 Lgende et vie dAgounchich 1984 AKhatibi 1938- La Mmoire tatoue 1971 Le Livre du sang 1979 Amour bilingue 1982 Abdelhak Serhane 1950 - Messaouda 1983 Les Enfants des rues troites 1986

7 II- LE MAROC ENTRE 1912 ET 1960 DATES EVENEMENTS 1912 Etablissement du Protectorat 1925 Dbut de la guerre du Rif 1930 Fondation du Parti national par Alla El Fassi 1931-1934 Oprations franaises au sud du Maroc 1937 Troubles de Mekns 1943 Fondation du Parti de lIstiqlal 1944 Troubles dans les ville de Sal Rabat et Fs 1953 Exil de Mohammed V remplac par Ben Arafa 1955 Retour de Mohammed V au Maroc 1956 Proclamation de lIndpendance 1956-1958 Code de la famille 1960 Fondation de plusieurs partis politiques INDICATIONS SUR LE GENRE LAUTOBIOGRAPHIE Selon Philippe Lejeune Lautobiographie est un rcit rtrospectif en prose quune personne relle fait de sa propre existence lorsquelle met laccent sur sa vie individuelle en particulier sur lhistoire de sa personnalit 1 Les principales motivations qui poussent un auteur rvler son moi sont - La sensibilit quil cherche exprimer dans lespoir de gagner la sympathie et le rconfort du lecteur - La qute du moi qui lincite reconstituer sa vie passe pour la revivre travers par lcriture - La justification qui lui donne loccasion de dvoiler les raisons qui lont incit commettre un acte ngatif pour sattirer le soutien des autres - Le dsir narcissique de parler de soi pour mieux se faire connatre Dun point de vue psychologique lautobiographie permet au lecteur de sonder la personnalit de lauteur pour se faire une ide aussi prcise que possible de la manire dont elle sest forme Mais cest sans doute la valeur littraire du rcit autobiographique qui intresse le plus les critiques En effet cette forme dcriture trs proche du roman sollicite largement la description et les procds stylistiques qui participent efficacement au dveloppement de lintensit dramatique 1 - Lejeune P Le pacte autobiographique Seuil Paris 1975 P 14

8 Lautobiographie reste cependant une entreprise trs complique Elle pose de nombreux problmes qui confronte de nombreux problmes dont les plus caractristiques sont lcart temporel entre les faits et le moment dcriture les dfaillances de la mmoire le choix des dtails raconter la sincrit de lauteur qui sengage tout dire mme les choses dsagrables les souvenirs transfigurs par le temps la subjectivit du narrateur Ahmed Sefrioui a toujours rpt que la Bote merveille ne relate pas son histoire personnelle mais son rcit prsente toutes les caractristiques du roman autobiographique Lanalyse que nous proposons se base essentiellement sur cet aspect de luvre PRESENTATION DE LUVRE 1- RESUME Dans ce roman autobiographique ancr dans le Maroc traditionnel des annes cinquante dans la ville de Fs plus prcis-ment Sefrioui raconte lenfance de Sidi Mohammed un petit garon g de six ans Dans ses souvenirs le narrateur voque la maison o il habitait Dar chouafa les relations entre les co-locataires lcole coranique les disputes entre voisins mais galement la solidarit des habitants dans le malheur les ftes les croyances religieuses les rapports sociaux le milieu familial etc Luvre est compose dune suite dpisodes quon peut diviser en rcits vcus par le principal personnage et en rcits raconts par dautres intervenants Rahma Abdellah le conteur Lensemble de ces squences forment le projet du hros qui consiste dcouvrir la vrit dans tous les sens du terme Cette qute le confronte naturellement aux adultes quil admire critique ou dnonce selon les situations qui le mettent face face avec eux Lorsque lenfant se sent rejet il trouve consolation et rconfort dans sa Bote Merveilles pleine dobjets htroclites auxquels il accordent une valeur magique Au merveilleux qui constitue une chappatoire pour le jeune hros sajoute la rflexion et le rve Lenfant cherche des explications aux phnomnes quil observe quotidiennement chez lui ou dans la rue Ses interrogations sont parfois satisfaites mais il arrive aussi quelles restent pratiquement sans rponse La Boite Merveilles peut tre considr comme un roman dinitiation dans la mesure o il raconte lhistoire dun enfant qui se lance la recherche de la vrit depuis son plus jeune ge pour dcouvrir la socit au sein de laquelle il sera appel vivre plus tard 2- PERSONNAGES SIDI MOHAMMED enfant g de six ans Il est la fois le narrateur et le hros du roman MAALEM ABDESLAM pre de Sidi Mohammed Cest un homme qui a pratiqu diffrents mtiers Il est connu pour sa pit sa droiture et son caractre taciturne LALLA ZOUBIDA mre de Sidi Mohammed Elle est ge de vingt-deux ans Jeune femme alerte et bavarde dote dun caractre flamboyant Mais elle est aussi une mre tendre une pouse fidle et une amie sincre RAHMA voisine de la famille du narrateur Jeune femme belle qui a une fille Zineb et dont le temprament oscille entre la violence et la fragilit Elle savre une excellente conteuse LALLA KANZA cest la voyante qui habite au rez-de-chausse de Dar chouafa Le narrateur lui prte des pouvoirs surnaturels FATMA BZIOUYA locataire de Dar Chouafa Elle habite le mme tage que la famille du narrateur LALLA ACHA amie de Lalla Zoubida Les deux femmes changent les visites et les secrets en prsence de Sidi Mohammed

9 MOULAY LARBI mari de Lalla Acha Il quitte sa femme et pouse une jeune fille mais les deux anciens poux se runissent de nouveau aprs lchec du second mariage Il se confronte de graves difficults cause de la trahison de son associ mais Lalla Acha laide surmonter lpreuve LE FQIH cest lui qui dirige lcole coranique et soccupe de la premire ducation des enfants dont Sidi Mohammed Homme svre qui impose son autorit par sa baguette de cognassier ABDELLAH picier qui passe son temps raconter des histoires Le narrateur se sent fascin par son art et son loquence SALAMA ancienne esclave Cest elle qui arrange le mariage de Moulay Larbi avec la fille du coiffeur ZHOR jeune voisine de Lalla Acha 3-STRUCTURE Les chapitres I VII racontent des faits qui se sont passs en trente-deux jours Le chapitre VIII et la moiti du chapitre IX rapportent des faits qui stalent sur quatre jours La deuxime moiti du chapitre IX jusquau chapitre XII prsente des vnements qui ont eu lieu durant un mois Cette ingalit du temps imparti aux diffrentes squences du roman rend difficile la distinction entre le temps rel et le temps de narration Mais Lauteur insre constamment des indices dans son texte pour faciliter la tche au lecteur Le roman sarticule globalement autour de la fte de Achoura On peut diviser luvre en avant Achoura et en aprs Achoura De manire gnrale le rcit emprunte un cheminement linaire mais on peut analyser le texte sans tenir prendre en considration cette linarit En effet la Bote merveilles contient une squence majeure la qute de la vrit qui est rgulirement coupe par une srie de rcits successifs qui racontent des faits varis et qui contribuent la formation de la personnalit du narrateur Squence majeure Squences mineures greffes sur la squence majeure la recherche de la vrit Dispute de Lalla Zoubida avec Rahma Lentre lcole coranique Les histoires de Abdellah le conteur Le dcs de Sidi Mohammed Ben Tahar Lhistoire de loncle Othman Lhistoire de Moulay Larbi et son associ Le deuxime mariage de Moulay Larbi Lincident des bijoux Le dpart du pre Le retour du pre Les rcits dont se composent la Bote Merveilles paraissent comme parpills et nentretenant aucun lien les uns avec les autres Cette impression nest que superficielle En effet toutes les histoires racontes par le narrateur ou par les autres personnages convergent vers le mme point linstruction de Sidi Mohamed qui se lance dans une longue et pnible qute de la vrit la vrit du monde adulte Cette rpartition des squences permet lauteur darer sa narration en jouant sur la diversit et en sollicitant parfois un humour lger pour ne pas agacer le lecteur

10 ETUDE DE TEXTE CHAPITRE I RESUME Sidi Mohammed commence par voquer la maison o il habitait Fs Dar Chouafa avec dautres familles Ensuite il rapporte quelques scnes qui se droulaient chez la voyante au rez-de-chausse avant denchaner avec ses mornes journes au Msid A lge de six ans il pouvait accompagner sa mre au bain maure Hammam quil qualifie de vritable enfer La narration de cet pisode est constamment ponctue de descriptions relatives au caractre de Lalla Zoubida la mre du jeune garon qui cherche le moindre prtexte pour dclencher une querelle surtout avec Rahma sa voisine Contrairement son pouse Malem Abdeslam fait montre dune grande srnit qui lui attire la sympathie et le respect de tous les voisins AXES DE LECTURE I- Dar chouafa Larchitecture de la maison est trs importante Ce lieu que partagent plusieurs familles est compos dun rez-de-chausse rserve la voyante dun premier tage occup par Rahma son mari et sa fille Zineb et dun deuxime tage habit par la famille de Fatma Bziouya et la famille du narrateur Il sagit dune habitation collective qui donne sur un patio commun Larchitecture de la construction est faite selon le schma traditionnel dune halqa Cette disposition permet au jeune hros de voir et dentendre tout ce qui se passe pour nourrir son rcit II- Les adultes Cest en ctoyant les adultes ou en les observant que Sidi Mohammed dcouvre leur vrit une vrit qui nest pas toujours rassurante Contrairement aux enfants de son ge lenfant ne se contente pas de regarder Il veut comprendre Moi je ne voulais rien imiter je voulais connatre II-1- Le bain maure Le narrateur prcise demble son ge six ans Cette indication est importante pour la relation de certains faits En effet si lenfant tait plus g il ne pourrait pas accompagner sa mre au hammam et dcrire les scnes qui sy passent Javais peut-tre six ans Ma mmoire tait une cire frache et les moindres vnements sy gravaient en images ineffaables Le hros constitue progressivement sa personnalit Lentre dans le monde fminin via le bain maure lui permet de dcouvrir un univers inconnu mais galement de dcrire un lieu traditionnel caractristique de la culture marocaine un lieu dont il garde un souvenir des plus amers Je savais quau fond dun boyau noir et humide souvrait une porte basse do chappait toute la journe un brouhaha continu de voix de femmes et de pleurs denfants La premire fois que javais entendu ce bruit javais clat en sanglots parce que javais reconnu les voix de lEnfer telles que mon pre les voqua un jour

11 II-2- La dispute La dispute entre Lalla Zoubida et Rahma est apparemment anodine mais pour lenfant elle revt une grande importance parce quelle rvle des traits de caractres des adultes Les deux femmes se lancent mutuellement des insultes qui les rabaissent toutes les deux Elles sont observes par un enfant qui reste constern devant la violence des leurs propos - De notre fentre du deuxime tage ple dangoisse et de peur je suivais la scne alors que ma mmoire denfant enregistrait les phrases violentes - Je nen pouvais plus Mes oreilles taient au supplice mon cur dans ma poitrine heurtait les parois de sa cage Les sanglots mtouffrent et je mcroulais aux pieds de ma mre sans connaissance CHAPITRE II RESUME Le narrateur se rappelle les journes passes lcole coranique sous le regard svre du fqih Il fait galement allusion la visite de Lalla Acha qui finit par convaincre sa mre de lemmener Sidi Boughaleb pour conjurer le mauvais sort qui le frappe Serr de prs par Lalla Zoubida le jeune garon se contente dobserver le cimetire o srige le mausole du saint Le rituel excut par les deux femmes prs du catafalque veille sa curiosit De retour la maison lenfant rapporte les discussions entre les voisines de Dar Chouafa et dfinit la nature du mtier pratiqu par son pre Il poursuit son rcit en relatant dautres pisodes qui lont marqu notamment le prsent offert par Rahma un cabochon quil cache jalousement dans sa Bote Merveilles AXES DE LECTURE I- Le Msid Dans ce lieu de lenseignement traditionnel marocain lenfant est confi aux soins dun adulte le fqih qui inspire une grande terreur aux lves Il est dcrit comme un grand maigre Comme de nombreux auteurs marocains Charabi et Khatibi entre autres Sefrioui considre le Msid comme un lieu de punition sais la peur je connaissais la souffrance de II- Pratiques et croyances Lenfant se montre trs attentif aux gestes et aux paroles des adultes Ses observations sintressent Ahmed Ben Ali Rbati Ecole coranique Tanger

12 aussi bien aux pratiques quaux croyances des grandes personnes qui reprsentent la mentalit des gens de la socit traditionnelle marocaine - Elle souffrait dune terrible migraine Pour enrayer le mal elle avait les trempes garnies de rondelles de papier bleu copieusement enduites de colle de farine - Les yeux du monde sont si mauvais le regard des envieux a teint lclat de ce visage qui voquait un bouquet de roses Te souviens-tu de ses joues qui suaient le carmin - Je peux te donner un conseil dit Lalla Acha montons tous les trois cet aprs-midi Sidi Boughaleb Si tu lui faisais boire de leau du sanctuaire il retrouverait sa gaiet et sa force Ma mre trouva un gobelet et me fit boire Elle se versa un peu de liquide dans le creux des mains et sur ses chevilles Tout en procdant ce rituel elle marmonnait de vagues prires des invocations En arrivant devant le catafalque Lalla Acha et ma mre se mirent appeler grands cris le saint leur secours Lune ignorait les paroles de lautre chacune lui exposait ses petites misres frappait du plat de la main le bois du catafalque gmissait suppliait vituprait contre ses ennemis La gardienne ouvrit ses deux mains reut le don et entama une longue oraison Lalla Zoubida emmne son fils Sidi Boughaleb pour le protger contre le mal qui le guette or cest prcisment dans le mausole du saint que le mal le frappe Lincident du chat ne risque-t-il pas de brouiller les repres du jeune garon qui prouve la souffrance physique l o il esprait trouver la paix de lme - Il me regarda de ses yeux jaunes ronronna et menvoya un magistral coup de griffe Le sang gicla Ma main se mit me cuire atrocement Je poussai un cri La blessure me faisait mal et je hurlais III-Un univers de contes Ne pouvant pas saffirmer au milieu des adultes lenfant cre son propre monde un monde imaginaire plein de merveilles La bote o il cache des objets htroclites lui procure dintenses moments de bonheur tout comme les cratures dont il est le seul comprendre le langage - Install dans un coin de la pice josai enfin le regarder Ctait un gros cabochon de verre facettes taill en diamant un bijou fabuleux et barbare provenant nen pas douter de quelque palais souterrain o demeurent les puissances de lInvisible Etait-ce un messager de ces lointains royaumes tait-ce un talisman Etait-ce une pierre maudite qui mtait remise par notre ennemie pour attirer sur nous la colre des dmons Il prendra place dans ma Bote Merveilles et je saurai dcouvrir ses vertus - Deux moineaux viennent se poser sur le mur du patio je les entendais sautiller dun endroit lautre frappant lair de leurs courtes ailes Ils discutaient avec passion et je comprenais leur langage Je comprenais le langage des oiseaux et bien dautres btes Bab Boujloud Fs

13 CHAPITRE III RESUME Aprs avoir brivement parl de lcole coranique et du cadeau qui lui a t donn par Rhama Sidi Mohammed smerveille la vue de la lampe ptrole qui claire la chambre de fatma Bziouya Sous linsistance de sa mre son pre finit par en acheter une son tour Lintroduction de ce moyen dclairage moderne dans la maison illumine la vie de toute la famille Parmi les autres pisodes caractristiques de ce chapitre figure celui qui est consacr la disparition de Zineb au mausole des Idrissides et au repas offert par Rahma aux mendiants pour remercier Dieu de lui avoir rendu sa fille AXES DE LECTURE I- Un lieu de souffrance Nous avons dj parl de la sensation doppression que ressent Sidi Mohammed au Msid Cette cole est encore une fois assimile un lieu de torture Espace clos plong dans une chaleur touffante elle ravive le dsarroi des enfants surveills de prs par un fqih svre - Mes doigts me faisaient mal force de cogner sur ma planchette de buis Le matre somnolait sa longue baguette la main - Javais chaud aux joues Mes trempes bourdonnaient - Le matre se rveilla distribua au hasard quelques coup de baguette et se rendormit - Nous tions heureux quand commenaient ces litanies Elles signifiaient la fin de nos souffrances Enfin le matre nous libra un un II- La vie en collectivit La lampe ptrole acquise par Fatma Bziouya est une nouveaut qui rvolutionne la vie Dar Chouafa Le fait dintroduire un objet moderne dans un espace profondment ancr dans la tradition interpelle tous les habitants de la demeure des plus petits aux plus grands - Que dis-tu Une lampe Attends jarrive - Oh merveille Au centre du mur une lampe ptrole tait accroche Une flamme blanche et paisible dansait imperceptiblement dans un verre en forme de clarinette - Vous devriez en acheter une la chambre parat plus accueillante et plus gaie - Tous les gens bien sclairent au ptrole dit-elle pour conclure - Je rvais cette nuit dune belle flamme que je russis tenir prisonnire dans mon cabochon de verre taill en diamant - La chouafa quon appelait Tante Kanza monta admirer notre nouvelle acquisition III- La disparition de Zineb III- 1- La solidarit dans le malheur La disparition de Zineb rvle la grande solidarit des habitants de Dar Chouafa dans les moments difficiles Lalla Zoubida qui sest dispute avec la mre de la fille gare est la premire aller aux nouvelles Ma sur Ma pauvre sur Que test-il arriv Nous pouvons peut-tre te venir en aide Cesse de pleurer tu nous dchires le cur - Toutes les femmes entourrent Rahma la malheureuse - La nouvelle de cette disparition se propagea instantanment dans le quartier Des femmes inconnues traversrent les terrasses pour venir prendre part la douleur de Rahma

14 Le repas offert aux mendiants par Rahma permet au narrateur de dcrire dautres aspects de la culture traditionnelle marocaine o le social se mle au religieux prparation de la nourriture accueil des invits distribution des plats chants qui accompagnent la crmonie fte improvise par les femmes etc III- 2- Limitation des adultes Sidi Mohammed na aucune envie de se lamentent sur le sort de Zineb surtout quil naime pas cette dernire Sa disparition me rjouissait beaucoup Mais en se trouvant au milieu des adultes qui pleurent chaudes larmes il cde lenvie de les imiter parce que les adultes veulent que a se passe ainsi Il semblait que la biensance lexigeait je pleurais aussi parce que ma mre pleurait et parce que Rahma qui mavait fait cadeau dun beau cabochon de verre avait du chagrin Cependant la raison de cette crise de larmes comme le rvle le narrateur un peu plus loin na rien voir avec la prtendue compassion avec la mre afflige Cela mest gal quon ne retrouve pas Zineb je pleure parce que jai faim IV- Un monde merveilleux Quand Sidi Mohammed se sent triste il ouvre sa Bote Merveilles et contemple longuement ses trsors dont il est le seul pouvoir sonder les secrets Il leur parle les caresse et les protge Ce sont ses vrais amis ils lui permettent de vivre dans le rve ce quil ne peut pas vivre dans la ralit - Je sortis ma bote la vidai sur un coin du matelas regardai un un mes objets Ce soir ils ne me parlaient pas Ils gisaient inertes maussades un peu hostiles Ils avaient perdu leur pouvoir magique et devenaient mfiants secrets - Ils se rveillrent dans le noir pour se livrer mon insu des feux fastueux et dlicats - Mon innocent cabochon de verre grandit se dilata atteignit les proportions dun palais de rve sorna de lumire et dtoffes prcieuses Les clous les bouchons de porcelaine les pingles et les perles changs en princesses en esclaves en jouvenceaux pntrrent dans ce palais jourent de douces mlodies Mais ce voyage dans le monde merveilleux est constamment bris par le retour la triste ralit Lenchantement disparut je trouvai simplement un cabochon de verre des boutons et des clous sans me et sans mystre Cette constatation fut cruelle Jclatai en sanglots Ma mre survint parla de fatigue memmena dormir CHAPITRE IV RESUME Sidi Mohammed et sa mre rendent visite Lalla Acha qui habite une maison simple mais o il fait bon vivre Lenfant suit attentivement la conversation des deux femmes qui parlent des voisines et de bien d autres sujets Les gamins de la maison invitent le jeune garon jouer au jeu de la marie avec eux un jeu qui se termine naturellement par une dispute De nouveau plac ct de sa mre le narrateur prte loreille tout ce qui se dit Aprs le retour de Moulay Larbi les deux femmes se sparent provisoirement Lalla Acha rejoint aussitt son invite et lui confie son malheur son mari a t trahi par son associ et risque de comparatre devant le pacha Cette triste nouvelle accable Lalla Zoubida qui fait part de son chagrin Malem Abdeslam une fois rentre chez elle

15 AXES DE LECTURE I- Rcits vcus et rcits raconts Certains vnements sont raconts par le narrateur qui se base sur ce quil voit et ce quil ressent Dans cette catgorie entrent les squences consacres au Msid au bain maure et la visite de Sidi Boughaleb entre autres Mais il y a dautres faits dont la relation est confie dautres personnages parce que Sidi Mohammed na pas pu obtenir pour une raison ou pour une autre les informations ncessaires pour toffer son rcit Dans cette deuxime catgorie entre le rcit que Lalla Zoubida fait son mari propos de la msaventure de Moulay Larbi Le narrateur justifie ce choix dans un passage qui montre leur mystrieux dialogue Le malheur arriv au mari de Lalla Acha est rapport par la mre du narrateur qui toujours fidle ses habitudes informe son poux de tout ce qui sest pass pendant la journe Ce nest qu ce moment-l que le jeune garon apprend en mme temps que le lecteur de quoi il sagit Moulay Larbi le mari de Lalla Acha sest disput avec son associ un certain Abdelkader fils de je ne sais qui II- Lintrt du rcit oral Abdellah lpicier exerce une influence considrable sur le narrateur cause des histoires quil raconte avec loquence La manire dont son pre parle de ce personnage singulier suscite en lui un sentiment de grande admiration pour le conteur hors pair Mon pre qui ne parlait pas souvent consacra une soire entire entretenir ma mre dAbdellah et de ses histoires Le rcit de mon pre excita mon imagination mobsda durant toute mon enfance La dcouverte du conteur permet Sidi Mohammed de dcouvrir un autre type dhommes qui sont marginaliss et qui mnent une vie trs simple Ils sont la preuve vivante que cest le menu peuple qui dtient lme de la culture marocaine Abdellah connat bon nombre dhistoires Celles quil raconte sont rarement amusantes Elles se terminent brusquement sans recherche deffets sans conclusion apparente Abdellah ressemble trangement ses histoires Il y a de la posie et du mystre en lui Il en a racont des histoires Abdellah depuis son arrive Il ne rpte jamais la mme et semble inpuisable Il en raconte aux enfants aux grandes personnes aux citadins et aux campagnards ceux qui le connaissent comme aux visiteurs dun jour Les histoires dAbdellah durent parfois un quart dheure et parfois une matine Il les raconte sans sourire au rythme solennel de son chasse-mouches Il conte sans interruption sans boire ni se racler la gorge sans agiter les mains ni occuper ses doigts CHAPITRE V RESUME La Achoura approche Le fqih annonce la nouvelle ses lves et leur demande de peindre les murs du Msid o on clbrera la fte Aprs avoir particip aux travaux Sidi Mohammed retourne la maison mais il ny trouve pas sa mre Labsence de cette dernire suscite en lui un effroyable sentiment de peur et de solitude Lorsque Lalla Zoubida rentre chez elle elle raconte la msaventure de Moulay Larbi Fatma Bziouya mais en paroles chuchotes Sur ces entrefaites on annonce le dcs de Sidi Mohammed ben Tahar Ce triste vnement interpelle vivement lenfant qui commence mditer sur la vie et la mort

16 Toujours fidle ses habitudes en cas de dtresse le petit garon essaie de se consoler par le bruit des objets qui lentourent et surtout par laspect magique des trsors que renferme sa Bote Merveilles AXES DE LECTURE I- Un grand bonheur en perspective La fte de la Achoura qui est voque tout au long des chapitres V-VI et VII se pr sente comme une occasion rare qui arrache les enfants leur calvaire quotidien Lattitude aimable du fqih et lambiance sereine qui rgne lcole procure des moments de joie intense Sidi Mohammed - Je navais jamais vu le matre du Msid aussi souriant que le mercredi - Pas un lve ne reut la bastonnade La verge de cognassier devenait un accessoire de fantaisie un de ces objets que lon tient pour occuper les doigts - Tous les lves viendraient pour inaugurer la nouvelle anne dans la joie et dans le travail - Enfin notre grande joie nous emes cong pour le reste de la journe Quel bonheur II- Lexprience de la solitude La joie de lenfant ne tarde pas disparatre A la maison Fatma Bziouya linforme que sa mre est sortie avec Lalla Acha Lenfant habitu la prsence de sa mre quil accompagne partout o elle va se confronte pour la premire fois la solitude une solitude qui prend des proportions effrayantes au fur et mesure que le temps passe - Jentrai Les objets ne me connaissent plus ils mopposaient un visage hostile Ils samusrent meffrayer ils se transformaient en monstres redevenaient objets familiers empruntaient de nouveaux masques de btes dapocalypse Je me tenais sur un matelas terrifi la gorge sche attendant le retour de ma mre seule personne capable de me dlivrer de ces sortilges Je ne bougeais pas de peur dexciter lanimosit des tres qui mpiaient derrire chaque chose Des sicles passrent III- Un rcit clat Nous ne connaissons pas la totalit de lhistoire de Moulay Larbi avec son associ Le rcit la concernant a t prcdemment amorc par Lalla Zoubida mais le narrateur mis lcart par les adultes na pas pu nous donner davantage dinformations Cest donc sa mre qui se charge de la relation des faits manquants mais ces faits sont souvent entours de mystre Le lecteur reste donc constamment sur sa faim - Ma mre mystrieuse lui fit promettre la plus grande discrtion Ensuite elle se lana dans un long discours chuchot de bouche oreille accompagn de mimique de larges gestes des deux bras scands de soupirs illustr de hochements de tte Je savais quelle chuchotait quelque part Rahma la locataire du premier la nouvelle histoire de Lalla Acha aprs lui avoir fait promettre le secret Je savais aussi que je navais qu attendre Je glanerai un mot ici un autre l je saurai de quoi il sagit Le dialogue qui sengage entre Lalla Zoubida et Rahma frquemment ponctu de digressions2 claire la lanterne du petit garon qui dcouvre enfin le fin mot de lhistoire IV- La mditation sur la mort Le dcs de Sidi Mohammed ben Tahar incite le hros sinterroger sur la nature de la mort en se basant sur ses propres repres Mais ce qui attire son attention cest surtout llan spontan des habitants 2 - Le fait de sloigner du sujet

17 du quartier qui partagent tous le malheur de la femme du dfunt Cet lan du cur des gens simples de souche populaire est voqu plusieurs endroits du rcit IV-1- Un lan spontan - Je vais passer par-dessus le mur cela me fera du bien daller pleurer un peu Elles taient une vingtaine qui manifestaient bruyamment leur douleur certaines hoquetaient sans rien dire dautres invoquaient les saints adressaient de ferventes prires Dieu et son prophte Ma mre parla de la douleur de la femme du coiffeur cita les noms de quelques assistantes avoua quelle ignorait lexistence de la mre Chacun de ses cris arrachait un puissant soupir ma mre Les femmes de notre maison lchrent leur ouvrage Elles se mirent pleurer gmir prs de leurs braseros et de leurs marmites IV-2- Tous les tres sont mortels Lexprience vcue par lenfant dans la maison du dfunt lui fait dcouvrir la vrit de la mort et tout le rituel qui laccompagne Tout le monde tire de cet vnement une conclusion minemment philosophique Tous les tres sont mortels tt ou tard viendra notre tour - Tout lheure aprs les ablutions rituelles il sera vtu pour la dernire fois de blanc Des hommes le porteront sur leur tte sur une confortable civire en bois de cdre et iront lenfouir dans la terre humide La terre se refermera pour lternit sur Sidi Mohammed ben Tahar Je rvais tout cela -Je me jetai dessus et continuais penser lenterrement du coiffeur Je le voyais troitement cousu dans sa cotonnade blanche rigide sur sa civire recouverte dun toit voyager sur une mer de ttes enturbannes - Javais mme vu des morts dcouverts poss simplement sur la civire et sans personne pour les accompagner leur dernire demeure Javais trouv cela infiniment triste Lhistoire raconte par Malem Abdeslam son fils confirme le constat de lenfant Les gens participent en grand nombre au cortge funbre des hommes riches mais ils naccompagnent pas les pauvres leur dernire demeure Cette triste rvlation marque durablement Sidi Mohammed qui finit par avoir un malaise un malaise o il voit planer partout le sinistre spectre de la mort - Peut-tre aurais-je derrire mon cercueil des anges beaux comme la lumire du jour - Jimaginais le cortge quelques personnes du quartier le fqih de lcole coranique mon pre plus grave que jamais et des anges des milliers danges vtus de soie blanche A la maison ma mre pousserait des cris se dchirer le gosier elle pleurerait pendant des jours et pendant des nuits Elle serait toute seule le soir pour attendre le retour de mon pre V- Le sens des bruits et des objets Chaque fois que la communication devient impossible avec les adultes ou mme avec les enfants de son ge Sidi Mohammed instaure un dialogue avec les objets qui lentourent et qui lui parlent comme des tres humains Cest sa faon lui de rompre avec le monde rel et de plonger dans un univers imaginaire qui lui prodigue dintenses moments de ferie - Notre vieux soufflet se fit de nouveau entendre Il tait fatigu et ne savait dire que ces mots Des mouches Des mouches des mouches - Celui de Rahma variait son rpertoire Parfois il prenait plaisir rpter Jai chaud Jai chaud ou alors je souffre je souffre - Je cessais dcouter les soufflets Dautres bruits venaient me distraire Des explosions dtincelles roulaient comme des billes qui se rpandaient sur le parterre en mosaque Un pigeon roucoula sur la terrasse Il disait des mots si jolis que je souriais aux anges

18 -Un gros bourdon claqua contre le mur et se projeta violemment sur la fentre de notre chambre sur le verre de la lampe ptrole Le verre tinta mais rsista au choc Cette visite menchanta Je me mis rire et taper des mains - La chanette dlicatement travaille absorba mon attention Je la contemplais longtemps Ma chane se changea en bijou dor Les plus humbles de mes boutons et de mes clous par une opration de magie dont javais seul le secret se murent en joyaux Absorb dans la contemplation de mes trsors je navais pas vu entrer le chat de Zineb CHAPITRE VI RESUME Les prparatifs de la Achoura commencent Au Msid les lves se rpartissent les tches Certains lavent le sol grande eau dautres blanchissent les murs avec du lait de chaux Ces activits inaccoutumes se droulent dans une ambiance pleine de joie et de spontanit A la maison Lalla Zoubida informe son fils quelle compte lui acheter de nouveaux vtements la Kissaria La perspective dune sortie en mdina emplit le jeune garon de bonheur De retour Dar Chouafa le narrateur rapporte le rcit de Rahma propos de loncle Othmane et son pouse La manire dont la conteuse raconte les faits subjugue tout son auditoire Sidi Mohammed en garde une trs forte impression AXES DE LECTURE I- Les prparatifs de la fte I-1- Au Msid Le Msid assimil auparavant un lieu de refoulement et de vexations devient un espace agrable o les enfants spanouissent dans une ambiance faite de rire de cris et de disputes finalement tranches par le matre des lieux - Le travail commena Dans un vacarme dinjures de pleurs et dclats de rire quelques uns semparrent des ttes de loup - Dans leau jusquaux chevilles pieds nus bouscul pare celui-ci insult par celui-l jtais heureux Adieu la leon les rcitations collectives les planchettes rigides rbarbatives inhumaines - Devant mes parents je me vantai de mes multiples exploits Je russis la convaincre que sans moi aucun rsultat srieux naurait t obtenu Mon pre me flicita I-2- A la maison La joie de la fte continue la maison Lalla Zoubida tient habiller son fils comme il faut pour la grande occasion Les jours heureux que Sidi Mohammed sapprte vivre le submergent de bonheur - Ce matin je me sentais capable de bont dindulgence jtais dune gnrosit sans bornes Je pardonnais Zineb Je pardonnais son chat Je pardonnais aux mardis dtre des jours trop longs la baguette de cognassier de mordre si souvent je pardonnais aux jours de lessive je pardonnais tout le monde

19 Le bonheur de lenfant prend des proportions merveilleuses Sidi Mohammed ne se considre plus comme un simple enfant ivre dextase mais comme un chevalier intrpide un prince de conte entour de splendeurs - Je montai sur la terrasse o personne ne pouvait me voir parpiller aux quatre vents lexcs de joie dont je me sentais dborder Je courais je chantais La baguette devenait un sabre Je la maniais avec adresse Je pourfendais des ennemis invisibles je coupais la tte aux pachas La baguette devenait cheval Jtais le cavalier courageux Le rouge du gilet prenait des tons de velours cramoisi Une belle couleur profonde discrte et royale la fois qui menivrait Je me sentais gonfl dun noble orgueil Ce vtement tait le mien Le jour de la Achoura jallais blouir nos amis et connaissances Les lves du Msid me parleraient avec dfrence Aux princes de lgende petits et grands sadressaient avec respect Ne serais-je pas un prince de lgende avec ce gilet somptueux ma future chemise de qualit poisson et la paire de babouches Je me mis sur le dos et entrepris de composer un menu fastueux pour le jour o prince reconnu et aim jaurais recevoir des personnes de mon rang Moi je serai habill en blanc Sur la tte je mettrai le bonnet conique dun rouge amarante apanage des gens de cour et des derviches Des esclaves noires nous serviront dans des plats de porcelaine DOCUMENT Achoura fte de lenfance de la famille et des traditions Le Maroc clbre demain 10 Moharram lAchoura une fte qui est perue depuis des sicles comme celle de lenfance Cette manifestation revt une signification spirituelle et sociale indniable Cest aussi un jour de partage et de charit Au cours de cette journe en effet les enfants donnent libre cours leur joie A cette fte se sont greffes des traditions telles que la visite des cimetires la distribution des friandises et de nombreuses pratiques caractre carnavalesque feux rituels aspersion deau des passants etc La tradition veut aussi que lon offre des jouets aux enfants Un rituel peut accompagner la fte les familles se rgalent dun couscous au quotgueddidquot viande sche de Ad El Kbir Elles achtent des noix des amandes et des dattes et font brler de lencens tout au long de leurs veilles Cette coutume a cependant tendance disparatre progressivement la plupart des parents se contentant dacheter des jouets leurs enfants Jadis les quotderboukasquot quotbendirsquot et quottarijasquot taient les seuls jouets offerts en loccasion Aujourdhui ce sont plutt les pistolets eau les poupes les ptards et les jeux vido qui remportent le plus de succs Le lendemain de lAchoura cest quotZem-Zemquot Les enfants y disposent dune totale libert pour asperger voisins amis et passants Garons et filles dont lge nexcde pas 12 ans trottent dans les rues la recherche dune proie ou dun point deau pour sapprovisionner Pistolets eau bombes eau sacs et ballons de plastique seaux Tous les rcipients sont mobiliss pour lvnement Les ptards sont galement de la partie Le soir la fte continue avec la quotchoulaquot feu rituel Ailleurs dans le monde chiite lAchoura est le jour anniversaire du martyre du second et dernier fils de lImam Ali Sidna Al Hossen En ces pays la clbration de lAchoura donne lieu des reprsentations thtrales les tazieh et des crmonies expiatoires flagellation etcquot LE MATIN du 23032002 II-Le rcit de Rahma Rahma savre une excellente conteuse Son discours oral savamment intgr dans le roman sannonce captivant ds le dbut La jeune femme ne se contente pas de rapporter les faits Elle se comporte exactement comme un conteur dans une halqa Elle pique la curiosit de son auditoire et joue sur ses attentes Quand on pose la question comment Khadija traite son mari Rahma rpond quelle

20 connat une histoire fort amusante sur le mnage mais quelle est un peu longue Lobstacle quelle pose nest en ralit quune feinte et une invitation lcoute de son rcit La raction du public qui lentoure ne se fait pas attendre Raconte Rahma raconte-l demandrent les femmes dune seule voix Ce nest donc pas lhistoire en elle-mme qui est intressante mais la manire de la relater Aprs avoir gagn la faveur de ses auditrices Rahma se lance dans la narration et y met constamment du sien Elle raconte lhistoire comme si elle en tait lunique tmoin or le narrateur a dj prcis quelle la tenait de Lalla Mbarka lancienne esclave de loncle Othmane Les femmes de Dar Chouafa fascines par lart de Rahma abandonnent leurs tches mnagres Le temps parat comme suspendu la maison Jallais me pencher la fentre aux cts de ma mre Toutes les femmes avaient abandonn leurs besognes et saccoudaient aux grilles et balustrades de leurs balcons Lalla Kanza sortit un vieux tapis de prire sinstalla pour couter dans le patio Latmosphre de laudition est dcrite dans un commentaire du narrateur pour souligner les ractions des auditrices au fur et mesure que progresse le rcit de Rahma Tout le monde riait aux larmes Rahma savait si bien raconter Les femmes hurlaient de joie Moi je trpignais denthousiasme Je rclamai la suiteNous riions nous tordreTout le monde fit des compliments Rahma sur sa faon de peindre les vnements les plus insignifiants Ses propos avaient du sel Le rcit de Rahma mobsda toute la soire la nuit jy rvai encore CHAPITRE VII RESUME Tout le monde petits et grands se prpare la clbration de la Achoura Les femmes se confectionnent de belles robes et les enfants sont pars de jolis vtements neufs Le Msid brille de mille feux et les rues sont encombrs de gens qui veulent acheter des jouets leurs petits Sidi Mohammed accompagne son pre chez le coiffeur pour se faire couper les cheveux Il rapporte en dtail les conversations qui se droulent dans la boutique de Si Abderrahmane et qui lui inspirent un profond dgot De retour la maison le jeune garon assiste la crmonie organise par les femmes de Dar Chouafa Le bruit des tambourins fuse de toutes parts accompagn de danse et de chants Tout baigne dans une atmosphre de joie festive AXES DE LECTURE I- Au cur de la tradition 1-1- Le social et le religieux Le chapitre VII entirement consacr la Achoura raconte avec vigueur la clbration de cette fte o le social et le religieux cohabitent en parfaite harmonie Cette partie du roman peut tre considre comme un prcieux document qui dcrit fidlement le Maroc traditionnel On y trouve tout ce qui se rapporte lvnement les instruments de musique les vtements les jouets les chants et le sentiment de tolrance gnrale prouve cette occasion Les animosits disparaissent et cdent la place un bonheur spontan Spectacle en public Fs

21 Lauteur restitue tout cela dans un style sobre qui va droit lessentiel pour ne pas faire trop languir le lecteur - Les femmes de la maison sachetrent toutes des tambourins - Maintenant chacune de nos voisines faisait ses gammes jouait pour elle-mme La veille mon pre mavait offert une trompette trs fruste en fer-blanc Dans toute la ville les femmes essayaient leurs tambourins Un bour-donnement sourd couvrait lespace - Lquipement des lustres pour la nuit de la Achoura rclamait le concours de toutes les maisons Les grands suspendus une chelle branlante accrochaient aux auvents des fentres et au plafond de la salle des lustres en fer forg Des femmes richement habilles se penchrent sur les murs pour nous admirer - Elle comptait me rveiller la premire heure du jour pour aller au Msid commencer lanne dans la joie le travail et la rcitation des verstes sacrs La lumire brillait toutes les fentres de la maison Hommes et femmes commenaient lanne dans lactivit Les passants que nous rencontrions me souriaient avec bienveillance Cette impression de fte fabuleuse saccentua lorsque je poussais la porte du Msid Je scandais les verstes coraniques avec conviction Dautres lves arrivrent Le paquet de cierges grossissait ct du fqih Ce matin les objets les plus ordinaires les tres les plus dshrits mlaient leurs voix aux ntres prouvaient la mme ferveur sabandonnaient la mme extase La rue tait maintenant trs anime Presque tous les passants taient habills de neuf Le soir des bouquets de femmes richement vtues ornaient toutes les terrasses Les tambourins rsonnaient les chants fusaient de partout II-Les petits mtiers La tradition est galement faite de petits mtiers dont certains spanouissent pendant la Achoura vente de tambourins de jouets et de tissu Dans cet pisode le narrateur sattarde sur le mtier de coiffeur une activit qui sintresse aussi bien lorganisation des ftes qu la chirurgie et la pharmacie - Les barbiers participent de nombreuses crmonie familiales A ma naissance mon pre montagnard transplant dans la grande ville dsirait nanmoins fter dignement mon arrive au monde Si Abderrahmane lui fut dun excellent conseil Il vint selon lusage accompagn de deux apprentis placer les invits et faire le service pendant le repas - Nous le trouvmes occup pratiquer une saigne Demande aux gens de ta maison de faire frire dans du beurre un oignon blanc finement hach Mlange cet oignon deux cuilleres de miel de lanis et des grains de ssame ajoute du gingembre et de la cannelle parfume lensemble avec trois clous de girofle Si tu absorbes une bouche chaque matin tes malaises disparatront La boutique de Si Abderrahmane est aussi un espace qui favorise la communication Les conversations pleine danecdotes et de plaisanteries que lenfant ne trouve pas toujours son got gravitent autour de diffrents sujets et rvlent limage que les adultes se font des jeunes - Il faut toujours tre trs bien avec son matre sinon gare la baguette de cognassier Tout le monde se mit rire La baguette de cognassier na rien de risible - Depuis quand repartit le coiffeur les jeunes gens ont-ils leur mot dire quand il sagit de ces graves problmes Il leur manque lexprience des gens mrs Souk de Fs

22 CHAPITRE VIII RESUME La vie reprend son cours normal aprs la Achoura Sidi Mohammed fait de grands progrs au Msid Dans ses moments libres il sabandonne ses rveries habituelles qui lloignent du monde rel et ses interminables tracas Un jour son pre lemmne avec sa mre au souk des bijoux pour acheter une paire de bracelets Lalla Zoubida Cette sortie est perturbe par un regrettable incident caus par un courtier mais les choses ne tardent pas rentrer dans lordre AXES DE LECTURE I- Le songe Comme laccoutume Sidi Mohammed se rfugie dans le rve pour rompre tout lien avec la vie quotidienne qui devient de plus en plus insupportable Le rve devient alors un moyen pour compenser les privations du hros dans le monde rel - A cette recration je devais tout mon entrain Mon esprit schappait des troites limites de lcole et sen allait explorer un autre univers l il ne subissait aucune contrainte - Dans cet univers je ntais pas toujours un petit prince auquel obissaient les tres et les choses il marrivait parfois de devenir homme lhomme que je souhaitais tre plus tard - Je me voyais simple et robuste portant des vtements de laine grge les yeux pleins de flamme et le cur dbordant de tendresse La nuit sous ma couverture je poursuivais le mme songe -Je construisais et reconstruisais ma vie avec ses multiples aventures ses rencontres ses actions dclat ses invitables obstacles jusquau moment o dimmenses lots noirs venaient sparer les lments patiemment ajusts et rendre au chaos ce monde peine naissant Tout se brouillait Dans le noir de la nuit surgissaient de temps autre comme emports par le remous les fragments pars de mon univers Et sil me plaisait moi dtre roi II- lincident des bijoux La scne des bijoux nest pas aussi insignifiante quelle nen a lair Elle met en vidence lcart qui oppose deux conceptions celle de lenfant et celle des adultes Sidi Mohammed raisonne selon sa propre logique Il dclare spontanment que les bijoux cest beau comme les fleurs Les adultes qui croient dtenir la vraie logique clatent de rire Cette raction creuse un profond foss entre le petit et les grandes personnes Je rflchis trs profondment la conversation du djeuner Comparer les bijoux des fleurs tait-ce signe de stupidit Depuis cet incident lenfant sloigne des adultes comme il sest dj loign des garons de son ge Il est dsormais vou la solitude une solitude que seule sa Bote Merveilles est capable de combler La mdina de Fs

23 CHAPITRES IX-X-XI-XII RESUMES Chapitre IX Sidi Mohammed tombe malade Sa mre saffaire son chevet et les voisines ne cessent de demander de ses nouvelles Allong sur un matelas lenfant coute la conversation de ses parents son pre a perdu tout son argent quil gardait dans un mouchoir Lalla Zoubida saffole lannonce de cette nouvelle Son mari tente de la calmer sous le regard silencieux du garon alit Enfin il prend la dcision daller travailler ailleurs comme moissonneur pour redresser la situation Chapitre X Le dpart de Malem Abdeslam drgle compltement lexistence de son fils Lalla Zoubida fait de son mieux pour surmonter la dure preuve en sefforant de cacher son chagrin Un jour Lalla Acha propose la mre du narrateur de rendre visite Si El Arafi un fqih rput pour la gurison des mes tourmentes Lenfant prouve une trange sensation devant cet homme aveugle qui parle avec loquence et sagesse De retour la maison Lalla Zoubida reoit un homme envoy par son mari Les prsents quil lui remet de la part de Malem Abdeslam lui rchauffent le cur ainsi qu son enfant Chapitre XI Sidi Mohammed et sa mre se rendent chez Lalla Acha L ils trouvent Salama qui raconte dans quelles circonstances elle a arrang le mariage de Moulay Larbi avec la fille du coiffeur Mais le couple quelle a runi se heurte beaucoup de problmes Il finit par se sparer cause de la diffrence dge Moulay Larbi regrettant sa folie manifeste lenvie de reprendre sa vie avec Lalla Acha Zhor une jeune fille que le g hros trouve fort belle se mle la conversation et achve le rcit de Salama Compltement absorbs par les histoires qui se succdent Sidi Mohammed ne prte aucune attention ce qui se passe autour de lui Chapitre XII Les jours se suivent et se ressemblent Aprs une longue absence Malem Abdeslam rentre chez lui charg de diffrentes denres alimentaires Sa femme et son fils trpignent de joie sa vue Les habitants de dar Chouafa quant eux lui rservent un accueil des plus chaleureux Moulay Larbi divorce de sa jeune pouse Aucun obstacle ne peut empcher sa rconciliation avec Lala Acha dsormais AXES DE LECTURE I- Un personnage itinraire Comme de nombreux personnages voqus dans le roman et qui contribuent chacun sa manire linstruction de Sidi Mohammed Si El Arafi exerce une trange influence sur le hros Son loquence sa paix intrieure et sa ccit qui passe presque inaperue forcent ladmiration du jeune garon En sa prsence ce dernier oublie le monde des adultes caractris par la violence des propos la violence physique la tromperie et lhypocrisie Il se croit parler un sage de contes dans un univers plac dans les hautes sphres clestes - Sa figure rayonnait de bont Les globes laiteux qui remplissaient ses orbites ne minspiraient aucune frayeur Je mavanai Je mis ma main dans la sienne Je posai mes lvres sur ses doigts - Lmotion mtranglait Mes yeux se remplirent de larmes Je nageais dans la pure flicit Le discours serein du vieil homme plein de mtaphores fascine littralement le petit garon - A lintrieur de cette masse transparente il y a limage du soleil L elle est labri de toute souillure l elle est inaccessible tout ce qui nest pas lumire Sois cette image tu triompheras de tous les obstacles La tempte emporta le pauvre nid dans ses tourbillons mais avec laide de Dieu le nid sera de nouveau reconstruit Il y aura de nouveau un printemps et des fleurs sur les branches des amandiers

24 II- Livresse verbale Lhistoire de Moulay Larbi garde secrte jusqu prsent est dabord raconte par Salama qui dvoile Lalla Acha les raisons qui ont pouss son poux la quitter Lintervention de Zhor quant elle insiste sur les problmes de mnage que rencontre le vieil homme avec sa jeune femme et qui annoncent limminence du divorce Dans les deux rcits les narratrices se basent sur des faits glans par ci par l et constamment nourries de rumeurs Des gens A Fs personne nignore rien sur personne Pourtant tous les habitants du quartier El Adoua sont au courant des d1ifficults que rencontrent quotidiennement Moulay Larbi auprs de sa jeune pouse Elles meublent le vide que le narrateur na pas pu combler faute dinformations Comme dans le rcit de Rahma les auditrices manifestent dans cesse leur dsir de tout connatre - Raconte Salama ne nous fait pas languir Raconte Raconte Salama Raconte rclamrent avec avidit les deux femmes Sidi Mohammed finit par cder au charme des rcits entendus Son merveillement traduit la profonde influence quexerce la tradition orale sur les jeunes esprits Le roman nest-il pas constamment enrichi de petites anecdotes racontes par de nombreux narrateurs qui matrisent tous lart de conteur - Jtais attentif la seule musique des syllabes Jcoutais si intensment que joubliais le verre de th que je tenais la main Mes doigts se relchrent Le th se rpandit sur mes genoux Livresse verbale prit fin brusquement En accordant ces historiettes orales une place centrale dans son uvre Sefrioui rend un vibrant hommage aux rcits des petites gens souvent nourris de ragots et de mdisance III- Deux intrigues parallles Lhistoire de Malem Abdeslam et celle de Moulay Larbi marquent nettement le chapitre XII Elles commencent bien avant et rappellent la qute entreprise par les hros de contes pour rtablir lquilibre initial bris par un vnement imprvu Le parcours des deux personnages est presque identique comme lillustre le tableau ci-dessous ETAPES MALEM ABDESLAM MOULAY LARBI Situation initiale Il faisait honntement son travail amliorait de jour en jour sa production Bientt ses articles furent trs disputs p 30 -Je gagne largement de quoi faire vivre une famille et mme plusieurs mnages p 170 -Je gagne largement de quoi faire vivre une famille et mme plusieurs mnages p 170 Evnement modificateur - Jai perdu dans la cohue des enchres aux haks tout notre maigre de capital Javais mis de largent dans un mouchoir Jai d laisser le mouchoir tomber par terre croyant le glisser dans ma sacoche p 137 - La douleur de ma vie cest de navoir point denfants Je ne peux envisager avec srnit lavenir tant que je nai pas dhritier p 170 Pripties Le dpart - La saison de la moisson commence peine on embauche des moissonneurs Jirai travailler aux environs de Fs p135 - Mon pre nous quitta le surlendemain p136 Efforts de remdiation Le dpart - Il vient rarement te voir Lalla Acha parce quil a conscience davoir commis une faute grave ton gard p173 Efforts de remdiation

25 Situation finale - Il va bien il travaille beaucoup et met tout son argent de ct Il vous dit de ne pas vous inquiter son sujet Il ma donn ceci pour vous p161 - Jai vu Malem Abdeslam non loin du marchand de farine prs de la mosque du bigaradierp182 - Ma mre rit comme une petite fille - Le divorce entre Moulay Larbi et la fille du coiffeur a t prononc hier devant le notaire p 184 - Louange Dieu Moulay Larbi va pouvoir enfin retrouver la tranquillit de lme la paix des hommes bnis p 185 Moralit de lhistoire - Cest le pre qui assure lquilibre familial -La sagesse triomphe toujours la fin EXPLICATION DU LEXIQUE UTILISE DANS LE ROMAN A Abasourdi assourdi par un bruit tonn Abme cavit dune grande profondeur Ablutions rituel concernant se laver certaines parties du corps avant de faire la prire Absinthe plante amre utilise dans la prparation du th Absorb compltement pris par une ide un travail etc Accoler jeter les bras autour du cou de quelquun Acidul lgrement acide Acolyte complice Adepte partisan dfenseur de Adversit sort contraire malheur Affable aimable bienveillant Affectueux qui tmoigne de laffection de la tendresse Afflig attrist Affres sentiments dangoisse Affubler vtir de manire ridicule Agonisant qui est sur le point de mourir Aisment facilement Ajour perc jour Alose poisson marin Allgrement joyeusement gaiement Amadouer flatter quelquun de faon le rendre favorable Amarante plante fleurs rouges Ambr parfum avec de lambre substance provenant des intestins des baleines Ameuter assembler des gens en les attirant vers un endroit prcis Ample large vaste Anecdote petite histoire souvent comique Anmique qui souffre danmie appauvrissement du sang en globules rouges Animosit haine Anis plante qui dgage une belle odeur Anonner lire de manire incomprhensible Antagoniste oppos rival

26 Antimoine corps simple qui permet daccrotre la duret dun mtal auquel il est associ Apanage ce qui est propre quelquun ou quelque chose Aphone qui na pas de voix Aplanir rendre plat Apocalypse fin du monde Appt pture utilise pour attirer un animal dans un pige Appt accroch lhameon dun pcheur Apprhension peur Aquatique relatif leau Arte os de poisson Astiquer frotter pour faire briller Auge pice de bois creuse dans laquelle mangent et boivent les animaux Austre trs svre Avaricieux avare Avidit dsir excessif dobtenir quelque chose B Babillard bavard Badaud qui se promne sans but prcis Badigeonner peindre avec du badigeon couleur leau et la colle dont on peint les murs Baguenauder samuser des sottises perdre son temps Balayette petit balai Ballant qui pend et balance Ballot petite balle de marchandises Baluchon paquet de vtements Balustrade clture hauteur dappui Banderole bande dtoffe portant une inscription Bannir exiler exclure loigner Barbon vieillard Barboter sagiter dans leau Barbouill sali souill Bariol peint de couleurs varies Basan bronz Bastonner battre avec un bton Batifoler sbattre jouer se divertir Batitude grand bonheur Belvdre terrasse au haut dune maison dans un lieu lev Bndiction fait dappeler sur quelquun la grce de Dieu Benjoin matire extraite dun arbre des Indes et qui une fois brl dgage une odeur agrable Bienveillance sentiment de bont Bigaradier sorte doranger Bimbeloterie fabrication et commerce des bibelots Bole contenu dun bol Bomber arrondir en dehors Boniment tromperie Borne limite Boudeuse qui exprime son mcontentement Bouffe quantit dair qui sort de la bouche Bouffi gonfl

27 Bourdon insecte deux paires dailes gupes abeilles Bourrade cou de coude ou de poing assez brusque Boyau intestin Branlant qui sagite qui remue Brasero rcipient contenant des charbons utilis pour la cuisson ou pour se rchauffer Bredouille qui na pas atteint son but Breuvage boisson Brouhaha bruit de voix nombreuses Brle-pourpoint brle-pourpoint brusquement Buis Petit arbre de la famille des buxaces Outil de cordonnier servant lisser les talons C Cabas sac provisions Panier plat Cabochon pierre prcieuse non taille Calamit catastrophe Califourchon califourchon comme assis sur un cheval une jambe de chaque ct Calomnie fausse accusation faite pour blesser la rputation de quelquun Calvaire grande souffrance Cantilne chant simple souvent monotone et triste Cantique chant religieux Cantonade parler la cantonade parler quelquun suppos tre dans les coulisses Carde peigne pointes dacier utilis pour peigner le textile Carmin rouge clatant tirant sur le violet Carpette tapis Catafalque monument lev sur le lieu o est enterr un mort Cataracte chute deau dans le cour dun fleuve Cathdre chaise haut dossier Cavalcade dfil de gens cheval Ccit tat dune personne aveugle Centuple qui vaut cent fois autant Cramiste qui fait de la cramique art du potier Crmonial diffrentes parties dune crmonie religieuse Chaos dsordre Chaland acheteur client Charogne cadavre dun animal mort Chaufournier ouvrier qui soccupe dun four chaux Chtif maigre maladif Chevroter parler chanter dune voix tremblante Chignon cheveux relevs sur la nuque Chiure dchet des mouches Chur en chur tous ensemble Choir tomber Choyer entourer de bonnes attentions Chuintement sifflement Circonscrire donner des limites Citadin habitant de la ville Clinquant brillant mais sans valeur Cognassier arbre fruitier qui donne les coings

28 Cohue foule Commrage bavardage mdisance Compassion sympathie soutien moral Complaisance disposition plaire Conciliabule conversation secrte Concupiscence dsir sexuel Condiment substance utilis pour relever le got des aliments Confrrie ordre religieux Confusment vaguement sans distinction Congrgation compagnie de religieux soumis une mme rgle Conique qui a la forme dun cne Conjurer dtourner un malheur Constell parsem dtoiles dobjets brillants Contorsions gestes ou mouvements drgls Convive invit Corail invertbr marin Couleur rouge vif du corail Cordonnet petit cordon Cosse enveloppe de certaines graines lgumineuses Coude en forme de coude qui forme un coude Couffin cabas en paille Couver protger choyer Courrouc en colre Cramoisi de couleur rouge fonc Crasse salet Crancier personne laquelle on doit de largent Crpage friser les cheveux en les faisant gonfler Cretonne toile trs forte Crisper causer un serrement de muscles Crisser produire un bruit aigu grincer Crotale instrument de musique compos de deux pices concaves qui sattachent aux doigts et que lon frappe lune contre lautre Crottin dchet du cheval du mulet de lne Petit fromage de chvre D Dcemment convenablement correctement Dchoir tomber dans un tat infrieur De concert avec une entente parfaite Dcrpitude dernier terme de la vieillesse Dcrter ordonner par dcret dcision dun chef dEtat Ddale lieu o lon sgare cause de la complication des dtours Labyrinthe Dferler se briser avec force vagues Dgnrer changer de bien en mal et de mal en pis Dmailloter ter le maillot Dmence folie Dmoniaque qui a rapport au dmon Denre marchandise Dpouiller enlever dgarnir dbarrasser de sa peau ou de ses vtements Derviche religieux musulman

29 Dshrit dpossd appauvri Dsuvr qui ne fait rien qui reste sans rien faire Dsuet vieux dmod Dvotion adoration Dvouement fait de se consacrer entirement quelque chose Diadme couronne Diatribe crit discours violent Difformit tat de qui a une forme irrgulire Dilat augment en volume Dissiper gaspiller faire disparatre Divulguer porter ce qui tait ignor la connaissance du public Dodeliner remuer doucement la tte Dodu bien en chair gros Dornavant partir daujourdhui Duvet plume trs lgre de certains oiseau Premire barbe dun jeune homme E Ebaucher faire un premier essai commencer Eblouir merveiller Ecailler enlever les cailles lames minces et plates qui couvrent les poissons Echoppe petite boutique en planches Eclabousser faire rejaillir de la boue ou de leau sur quelquun Ecarquiller ouvrir largement Echevel qui a les cheveux en dsordre Ecume mousse blanche qui se forme la surface de leau Effmin qui a les caractres dune femme Efflanqu qui a les flancs maigres Effluves odeur qui se dgage dun corps organique Effusion action de rpandre Communication des sentiments du cur Egayer rendre gai Elgant bien habill Email maux vernis appliqu certaines pices en or ou dargent Emailler appliquer de lmail sur quelque chose Dcorer Embouteillage encombrement de la voie publique par les vhicules Embche pige tendu quelquun Emeraude pierre prcieuse de couleur verte Eminemment un trs haut degr Empan mesure de longueur quivalant au plus grand cartement du pouce et du petit doigt Empeigne le dessus dune chaussure Empot fam maladroit Encens substance quon brle dans certaines crmonies religieuses Encombrer gner Enivrant qui rend ivre Enrou rendu rude une voix enroue Entamer commencer Entonner commencer un chant Entrain chaleur gaiet Entrebillement tat de ce qui est lgrement ouvert porte fentre

30 Entremetteuse femme qui fait entrer un homme en contact avec une autre femme dans un but sexuel Enturbann qui porte un turban Epiderme peau Epousseter ter la poussire Equitablement avec quit justice droiture Escapade fuit Escroc personne qui cherche voler tromper Essaim un grand nombre de essaim dabeilles de mouches Etain mtal blanc Eventaire plateau que portent devant eux certains marchands ambulants Exasprer mettre en colre Excdent ce qui est en plus Excentricit caractre de ce qui est excentrique bizarre trange Exhaler dgager une odeur par exemple Exhibition action de montrer de se faire voir Exhorter encourager Expirer prendre fin Extatique qui provoque une extase une immense joie Extermination action dexterminer cest--dire dtruire entirement Exubrant trs abondant F Fade sans got Fate sommet Fan sch Fange boue Farce tour jou quelquun Fasciner merveiller Fastueux luxueux Faufiler se se glisser travers Ferique qui appartient aux fes Magique Flicit grand bonheur Fente petite ouverture Ferveur enthousiasme passion Feutrs assourdis silencieux Fioriture dcoration Fltrir enlever la couleur la fracheur Fleuron ce quil y a de plus beau de plus russi Dcoration en forme de fleur Fltiau petite flte Fonds somme dargent Sol dune terre dune proprit Foudroy frapp par la foudre dcharge lectrique venant du ciel pendant lorage Fougueusement avec emportement Fragment morceau Frange cheveux coups droits qui pendent sur le front Frle fragile peu solide Frntiquement avec fureur Frtiller se remuer par des mouvements vifs et courts Friser approcher de une attitude qui frise le ridicule

31 Frler toucher lgrement Froment la meilleure espce de bl Froufrouter de froufrou bruit quon entend en froissant un tissu Fruste grossier sans culture Furtif qui se fait en secret Fuser retentir jaillir de Futilit tat dune chose sans valeur G Gambader faire des bonds vifs et lgers Gangas oiseau qui ressemble au pigeon Gargoulette sorte de vase dans lequel leau devient frache Gazouillis chants des oiseaux Gehenne enfer Geindre se plaindre Gemmes toute espce de pierres prcieuses Gicler jaillir rejaillir Glaise argile grasse et impermable utilise dans la poterie Gloussement cri de la poule Goule grosse quantit de liquide ou dair que lon peut ingurgiter une seule fois Gourmander gronde Grge couleur gris beige Grelot clochette Grsiller faire entendre un lger bruit le bois qui grsille en brlant Graffiti inscription grave sur un mur Grisaille caractre de ce qui est triste Grouiller fourmiller sagiter se remuer Guind qui a lair contraint Guingois de de travers H Hacher couper en petits morceaux Haillons vieux vtements Hal bronz Hardes vieux vtements Htroclite dont les parties ne vont pas ensemble Hideux trs laid Hochet jouet pour les bbs Hoqueter faire entendre un hoquet Hululement cri des oiseaux de proie qui vivent la nuit Humaniser rendre humain Humer respirer Humble modeste Hystrique atteint dhystrie maladie nerveuse I Idylle petit pome parlant des amours des bergers

32 Illustre clbre rput Immacul sans tache Immmoriaux qui sont si anciens quon en a oubli lorigine Imprgner pntrer en profondeur Immuable qui ne change pas Impalpable quon ne peut pas toucher Imperceptible quon ne peut pas entendre Imprcation souhait de malheur quon fait quelquun Improviste l sans quon sy attende Impudeur manque de retenue devant ce qui peut choquer Inadvertance inattention Incantation emploi de paroles magiques en vue dobtenir des effets surnaturels Incrust engag dans la surface dun objet Indulgence facilit de pardonner Incongruit actions ou paroles dplaces qui maquent aux rgles du respect Inconsquent qui se compromet par des actes irrflchis ou par une conduite lgre Indigent trs pauvre Indignation colre rvolte Indistinctement de manire peu nette peu claire Infect qui dgage une mauvaise odeur Infinitsimal infiniment petit Ingnuit franchise naturelle navet Ingrdient lment qui entre dans la prparation de quelque chose Inlassablement infatigablement Inopinment de manire inattendue Insolation trouble rsultant dune trop longue exposition au soleil Insolence manque de respect Insomnie fait de ne pas dormir la nuit Intarissablement de intarissable qui ne spuise pas Intercder intervenir en faveur de Intriguer tonner Inventorier classer Invoquer appeler son secours son aide Irruption entre soudaine et imprvue J Jacasser crier en parlant de la pie Jene fait de ne pas manger Jonc plante tiges droites et flexibles Jouvenceau adolescent Juch perch Juron propos grossier Jute plante de la famille des tiliaces L Lancinant trs douloureux Lasser fatiguer

33 Lgislateur qui dfinit les lois Lige sorte de bois Liesse grande joie Litanie prire Litige malentendu Louchonne qui louche Lucarne petite fentre Lucidit fait de voir juste davoir toute sa raison Lyrisme manire potique dexprimer les sentiments M Macrer faire tremper un aliment dans un liquide pour le conserver ou le parfumer Maillon anneau dune chane Maint plusieurs Malfique qui exerce une influence pleine de mal Mare mouvement de la mer qui monte et redescend Marmonner prononcer voix basse et peu distincte Martyriser faire souffrir Mastiquer mcher Matrone femme proche de la vieillesse grosse femme Maure ancien habitant Du Nord de lAfrique Mcrant qui ne veut pas croire qui na pas la foi Mdisance fait de dire du mal des autres Mditatif pensif Mlancolie tristesse Mimique expression du visage Minaudire qui fait des mines peu naturelles Mine apparence visage Mirage illusion Fausse esprance sens figur Miroitement clat quune surface lisse jette en rflchissant la lumire Misricorde sentiment par lequel la misre dautrui touche notre cur Mitoyen qui tient le milieu entre deux choses Moir qui change de couleur sous leffet de la lumire Moite un peu humide Momifier transformer en momie Monacal relatif aux moines au monastre Monumental qui a des dimensions considrables Moucher enlever la mche brle dune bougie Mortier mlange de chaux et de ciment Mousseline tissu de coton trs mince M mis en mouvement N Nacre substance dure blanche et brillante qui forme lintrieur de certaines coquilles de mollusques Narguer se moquer de Nasillard qui parle du nez Ngrode qui rappelle le type physique des Noirs

34 Nostalgique relatif la nostalgie mal du pays O Obse gros Obsd qui est tourment par une ide fixe Obsquieux trs respectueux Occulte cach mystrieux Odorifrant qui dgage une odeur agrable Offensant qui blesse moralement insultant Omnipotent tout-puissant Onction action de oindre cest--dire appliquer de lhuile sainte sur une personne Onde eau Ondulation mouvement des eaux Onguent pommade mdicamenteuse Opulence luxe Ostentatoire qui cherche se faire remarquer Oraison prire discours prononc en lhonneur dun mort Ornement dcor P Pacotille marchandise de peu de valeur Panoplie collection Papoter bavarder Parader dfiler Pangyrique discours qui cite les qualits de quelquun Parcelle partie Paroxysme le point le plus lev Passementerie industrie consistant fabriquer des bandes de tissus servant dornements passements Patin couvert de patine teinte que le temps donne aux tableaux aux statues et aux meubles Patriarche vieillard respectable entour dune nombreuse descendance Peinturlur peint avec des couleurs vives Pnombre zone dombre Pelucheux se dit dune toffe qui perd ses poils Pendentifs bijou port en forme dX Perfide qui nest pas loyal Pester manifester son mcontentement Ptrir faire une pte avec de leau et de la farine Piaillement cri des oiseaux Picotement sensation de piqre Piler craser au moyen dun pilon Pipeaux petites fltes Pissat urine danimaux Pitance nourriture Pittoresque original Plaideur qui soutient un procs en justice Platane sorte darbre Porche lieu couvert situ lentre dun difice

35 Poreux qui a des pores petits trous Potage bouillon dans lequel on fait cuire des lgumes Potin fam voir commrage Pourfendre fendre dun coup dpe Prtoire palais du gouverneur dune province Salle daudience dans un tribunal Prvt autrefois magistrat ou officier de la gendarmerie Prodiguer donner dpenser sans compter Promiscuit cohabitation pnible avec dautres personnes dans un espace rduit Prophtiser prdire Prostr qui est dans un tat dabattement Psalmodier rciter chanter un psaume Psaume chant religieux Puril enfantin Q Que-leu leu lun derrire lautre R Rabais diminution de prix Radieuse qui rayonne qui brille Rafale coup de vent violent de courte dure Ramage dessin reprsentant des rameaux petites branches Le mot dsigne aussi le chant des oiseaux dans le bois Rance qui a une odeur forte et une saveur dsagrable Rapacit avidit pour largent Rapic raccommod Rassasi qui a bien mang Rebuffade refus brutal Rche rude au toucher Rgnrer renouveler rtablir ce qui tait dtruit Refouler repousser Remiser garer ranger Remous tournoiement de leau Renfrogn qui a les traits crisps par mauvaise humeur Rpugner dtester Rtrci diminu en volume Refrain mots qui reviennent dans une chanson Chose qui se rpte Ressusciter ramener la vie Revers vnement malheureux Dfaite sens figur Rincer nettoyer en lavant et en frottant Risible qui fait rire Rouet machine roue pour filer le lin Ruade action de se ruer de se jeter avec force en arrire Rutilant qui brille Dun rouge vif

36 S Sabstenir sempcher de Sacharner sattacher avec enttement Salvateur qui sauve Samovar grande bouilloire robinet servant chauffer leau du th Sanctifi rendu saint Sanctuaire lieu faisant partie dun difice religieux Santon statuette Sappesantir parler longuement dune chose Sarabande danse dorigine espagnole Bruit Savrer se montrer se rvler Scander rythmer Sclipser disparatre Sculaire qui se fait tous les cent ans Se dissoudre disparatre se dfaire Seffilocher se dfaire fil fil Sgosiller se faire mal au gosier force de crier Se lamenter se plaindre Sembrouiller perdre le fil de ses ides Se muer se transformer en Semoule farine utilise pour prparer le couscous Sengouffrer pntrer avec violence Sentence jugement Se racler la gorge sclaircir la voix Se raviser changer davis Serment promesse que lon fait sur son honneur en prenant tmoin ce quon considre comme sacr Se soler senivrer Svir traiter avec rigueur punir Exercer des ravages sens figur Simulateur personne qui simule qui fait semblant Solennel majestueux Solive outre servant soutenir un toit Sollicitude soin plein daffection Somnambule personne qui marche parle tout en dormant Somnoler dormir lgrement Somptuosit luxe Son reste de la mouture des crales constitu de la peau de leurs grains Sortilge tour de magie Souffreteux misreux pauvre Souillure salet Soupente tage pratiqu entre deux planchers rduit amnag sous un escalier Sournois qui cache sa pense Soutache tresse de galon Sparterie fabrication dobjets partir de fibres vgtales Les objets eux-mmes Spasme douleur Squameux qui a la forme dcaille Statique qui ne bouge pas qui ne change pas Strident trs aigu Suave dune grande douceur

37 Subjuguer sduire merveiller Submerger couvrir deau Envahir Suie matire noire dpose par la fume dans les chemines Suinter scouler dune manire presque imperceptible Superflus qui est de trop inutile Surplomber dominer de haut T Tacitement de manire qui net pas clairement exprime Taffetas toffe lgre de soie Talisman porte-bonheur Taloche coup donn sur la tte avec la main Tambour de basque tambourin grelot Tanguer se balancer de larrire lavant et inversement bateau qui tangue Taquin qui samuse contrarier agacer Tnu trs mince Tte - de - loup balai long manche servant nettoyer les plafonds Tintamarre grand bruit Torpeur lger sommeil Torticolis mal de cou Tourment souffrance Tortiller tordre plusieurs tours Transvaser verser le contenu dun rcipient dans un autre rcipient Trfonds ce quil y a de plus profond de plus cach Trpigner frapper du pied contre terre Trottiner marcher petits pas presss Tunique veste dun uniforme V Vasque bassin recevant leau dune fontaine Vhmence mouvement passionn Velout qui a la douceur du velours Vnal qui agit seulement pour de largent Vermeil dun rouge fonc Vtuste vieux btiment vtuste Vituprer gronder Vocifration paroles de colre accompagnes de cris Volupt plaisir des sens ou de lesprit

38 LENONCIATION OBSERVATION Cette lettre est adresse Madame de Grignan la fille de Mme de Svign A Paris mercredi 4 mars 1671 Ah ma bonne quelle lettre quelle peinture de ltat o vous avez t et que je vous aurais mal tenu ma parole si je vous avais promis de ntre point effraye dun si grand pril Je sais bien quil est pass Mais il est impossible de se reprsenter votre vie si proche de sa fin sans frmir dhorreur Et quand M de Grignan vous laisse conduire la barque et quand vous tes tmraire il trouve plaisant de ltre encore plus que vous Madame de Svign Lettres extrait DECOUVERTE 1- De quel type de communication sagit-il dans cet exemple 2- A laide de quel support seffectue-t-elle 3- Complte le tableau suivant Indices de lnonciation Elments auxquels ils renvoient Je Vous Lieu Temps 4- Les lments de ce tableau sappliquent-ils aussi la communication orale Justifie ta rponse A RETENIR Lnonciation est le fait de produire des noncs Dans toute situation dnonciation on trouve un locuteur dsign par le pronom je un interlocuteur dsign par le pronom tu et des indications de lieu et de temps Ces lments je tu ici maintenant forment ce quon appelle les dictiques Toute situation de communication exige la prsence dun metteur source du message un rcepteur destination du messageun mdium ou canal physique lettre journal livreun message un rfrent ce quoi envoie le message et un code qui met en forme le contenu du message L A N G U E

39 - Omar Ouais - Driss Je ne dirai pas non pour une petite baignade Tu viens - Omar Non merci Vas-y toi Je tattendrai au caf 2- Complte le tableau suivant partir du texte ci-dessous Emetteur Rcepteur Lieu dmission Lieu de rception Temps Thme Azrou le 12 juillet 2006 15 h30 Cher Amine Jai reu ta carte postale il y a deux jours Elle est magnifique Je passe mes vacances avec ma famille Azrou une petite ville agrable o il fait bon vivre Quest-ce que tu deviens a fait longtemps quon ne sest pas vus Jespre que tu tamuses bien Sadia Passe mon bonjour toute ta famille et tous les copains Au revoir et la prochaine Oualid EXERCICES 1- Relve les dictiques dans lexemple suivant - Driss Belle la plage ce matin

40 LA PHRASE COMPLEXE OBSERVATION Madame Oreille tait conome Ctait une petite femme de quarante ans vive ride propre plus que moins Son mari tout moment se plaignait des privations quelle lui faisaient Il en taient certaines qui lui taient particulirement pnibles parce qu elle atteignaient sa vanit Guy de Maupassant Les Surs Rondoli DECOUVERTE 1- De combien de propositions la phrase en italique est-elle compose 2- Par quelle conjonction de subordination ces propositions sont elles lies 3- Redis la dernire phrase en utilisant une conjonction de coordination puis une marque de ponctuation 4- Quel rapport logique existe-t-il entre les deux propositions de cette phrase A RETENIR La phrase complexe est constitue de propositions deux ou plus ayant chacune un verbe qui lui est propre Les deux propositions la principale et la subordonne entretiennent diffrents rapports logiques entre elles cause consquence opposition Elles peuvent tre -juxtaposes Il est heureux il a t adis au concours dentre lcole polytechnique - coordonnes Il est heures car il a t admis au concours dentre - subordonnes Il est heureux parce qu il a t admis au concours dentre principale subordonne EXERCICES 1- Complte le tableau ci-dessous partir des exemples suivants a- Bien quils aient ont bien jou ils ont perdu le match b- Sil fait beau demain nous irons nous promener dans le bois c- Je te prviendrai ds quil y aura du nouveau d- Il a manqu le bus cest pourquoi il est arriv en retard e- Nous vus aiderons afin que vous puissiez surmonter lpreuve f- Leau est une matire vitale il faut la prserver tout prix g- Ce tennisman est rapide et expriment il a battu par un dbutant Proposition principale Proposition subordonne Procd de subordination Rapport exprim a Ils ont perdu le match b Bien quils aient bien jou Subordination par la locution conjonctive Bien que qui rgit le subjonctif Opposition ou concession

41 2- Forme des phrases complexes partir des propositions indpendantes suivantes selon les indications donnes a- Il a mal ngoci son virage son vhicule sest renvers subordination avec ide de consquence b- Lavocat a tent de convaincre la cour il na pas russi coordination e- Je te prte le livre je tai parl de ce livre subordination par un pronom relatif 3- Propose trois propositions indpendantes puis transforme-les en phrases complexes en utilisant les procds de juxtaposition de coordination et de subordination LE DISCOURS INDIRECT LIBRE OBSERVATION Lenfant se tenait devant moi le regard hagard les lvres frmissantes Elle resta ferme dans son silence pendant quelques minutes encore puis ouvrit enfin la bouche dans un effort qui lui cota toutes les peines du monde Ses parents avaient pri dans un terrible incendie elle navait personne au monde Je lai emmene chez moi En voyant son visage hve o se dessinait toutes les plaies de son me ma femme fut saisie dune poignante motion Elle la conduisit vers la cuisine et lui servit un grand bol de soupe chaude DECOUVERTE 1- A quel personne la phrase en rouge est-elle rapporte 2- Cette phrase nest ni au discours direct ni au discours indirect Quest-ce qui le montre 3- Redis la phrase en rouge en faisant parler directement lenfant 4- Redis la mme phrase en rapportant indirectement les paroles de lenfant laide dun verbe introducteur A RETENIR Dans le discours indirect libre les paroles sont insres dans lnonc sans verbe introducteur comme dans le discours indirect et sans marque de ponctuation deux points guillemets comme dans le discours direct Les personnes et les temps subissent les mmes modifications que dans une transposition au discours indirect EXERCICES 1- Transpose les phrases en rouge au discours indirect puis au discours indirect libre Pendant que je sillonnais les rues bord de ma vielle R4 japerus mon ami Dufour plant comme une bche sur le trottoir Je me rangeai quelques pas de lui et le hlai par son prnom Pierre Eh Pierre Il courut dans ma direction avec sa vlocit coutumire et me serra cordialement la main a me fait normment plaisir de te voir Jai essay plusieurs fois de te joindre au numro que tu mavais donn mais en vain

42 2- Mets les passages en italique au discours direct Ctait la foule des grands jours au tribunal Laccus escort de deux gardes fit son apparition au milieu dun brouhaha sourd que le juge apaisa par trois coups de sceptres accompagn dune injonction sentencieuse Silence dans la salle Aprs le rquisitoire du procureur gnral lavocat de la dfense prit la parole Son client tait innocent aucune preuve tangible ne confirmait son implication dans la boucherie qui avait secou toute la ville Ce ntait pas lui quil fallait juger mais le monstre sanguinaire qui continuait roder impunment dans les rues et qui attendait que loccasion se prsentt pour ajouter dautres victimes son sinistre palmars 3- Rdige un texte court dans lequel tu insres quelques passages au discours indirect libre LE CHAMPS LEXICAL OBSERVATION Le cur et le mort Un mort sen allait tristement Semparer e son dernier gte Un cur sen allait gament Enterrer ce mort au plus vite Notre dfunt tait en carrosse port Bien et dment empaquet Et vtu dune robe hlas quon nomme bire3 Jean de la Fontaine Fables Livre VII DECOUVERTE 1- Quel est le thme de cette fable 2- Que signifie dernier gte dans le texte Comment appelle-t-on le fait de nommer les choses par une courte phrase 3- Par quel mot prsent dans le texte peut-on remplacer dfunt 4- Quel est le point en commun entre les mots en rouge A RETENIR Le champ lexical dun mot ou dune ide se compose de tous les termes qui entretiennent un rapport avec ce mot ou cette ide noms adjectifs verbes et adverbes Il permet de relever le thme principal dans un texte Exemples champ lexical de la joie rire samuser bonheur liesse champ lexical de la terreur peur frayeur pouvante angoisse Le champ lexical doit tre analys et interprt en contexte Lutilisation du dictionnaire est fort recommande pour bien mener la construction du sens 3 - Cercueil

43 EXERCICES dgot- har - adorer - tente- gendre - abhorrer - cousin - fort La nature La famille Lamour La haine 2- Repre les champs lexicaux dans le texte suivant et place les dans un tableau en prcisant les termes auxquels ils se rapportent Une nouvelle et furieuse attaque est donne au village de la Haie-sainte Blcher4 survient avec des troupes fraches et isole du reste de nos troupes dj rompues les carrs de la garde impriale Autour de cette phalange5 immobile le dbordement des fuyards entrane tout parmi des flots de poussire de fume ardente et de mitraille dans des tnbres sillonnes de fuses au milieu des rugissements de trois cents pices dartillerie et du galop prcipit de vingt-cinq mille chevaux ctait comme le sommaire de toutes les batailles de lempire Le feu de nos lignes steint les cartouches sont puises quelques grenadiers blesss au milieu de trente mille morts de cent mille boulets sanglants restent debout appuys sur leur mousquet baonnette brise canon sans charge Ren de Chateaubriand Mmoires doutre-tombe 1848 3- Rdige un petit texte dans lequel tu dveloppes le champ lexical dun thme ou dune ide au choix SUJETS DE RECHERCHE ET DEXPOSES 1- Vie et uvre dAhmed Sefrioui 2- La littrature marocaine dexpression franaise 3- Lcriture autobiographique autobiographie roman autobiographique journal intime mmoires 4- La tradition dans la Bote merveilles le bain maure la fte de Achoura le Msid 5- Le Maroc entre 1950 et 1960 contexte social et historique DEBAT Faut-il tout raconter dans une autobiographie y compris les dtails dlicats et gnants 4 - Gnral prussien 5 - Troupe ACTIVITES ORALES TRAVAUX ENCADRES

44 AUTRES ACTIVITES 1- Raconter un souvenir denfance 2- Faire le compte rendu dun texte autobiographique au choix 3- Rsumer un chapitre de luvre tudie 4- Prsenter une uvre ou un film autobiographique au choix 5- Comparaison dimages en rapport avec lautobiographie

45 PRODUCTION ECRITE ACTIVITE I Complte la fiche de lecture suivante que tu reproduiras sur ton cahier en te servant des informations dont tu disposes sur la Bote merveilles Titre de luvre Genre de luvre Maison ddition Anne de publication Nom de lauteur Nationalit de lauteur Date de naissance et de dcs de lauteur Nombre de chapitres Lieu de laction pays ville Principaux personnages - - - - Thmes dominants - - - - - - Rsum des faits majeurs

46 I-REDIGER UN TEXTE AUTIBIOGRAPHIQUE 1-Runis toutes les informations ncessaires pour raconter le jour et le lieu de ta naissance comme le fait Marguerite Duras dans lextrait suivant Ltre que jappelle moi vint au monde un certain 8 juin 1903 vers les huit heures du matin Bruxelles et naissait dun Franais appartenant une vieille famille du Nord et dune Belge dont les ascendants avaient t durant quelques sicles tablis Lige puis staient fixs dans le hainaut La maison o se passait cet vnement puisque toute naissance en est un pour le pre et la mre et quelques personnes qui leur tiennent de prs se trouvait situe au numro 193 de lavenue Louise et a disparu il y a une quinzaine dannes dvore par un building Marguerite Yourcenar Archives du Nord 1977 2-En tinspirant du texte suivant raconte ta premire rencontre avec un camarade de classe qui a attir ton attention Jassistai un cours du Pr Von Rmelin lorsquun jeune homme entra et prit le sige libre ma gauche Il tait trs calme mais ce qui le distinguait du reste de lassistance de pauvre apparence tait quil tait extrmement bien habill et portait la main gauche une bague orne dun diamant Il ne me parla pas et ne sembla prendre que peu dintrt au cours Ds que la cloche son-na il se leva et sortit aussi tranquillement quil tait entr Fred Uhlman Making an English man Trad Stock sous le titre Il fait beau Paris aujourdhui ECRIRE POUR TEMOIGNER Inspire-toi de cet exemple pour rdiger un texte dans lequel tu racontes un vnement historique marquant pour tmoigner LHistoire se souviendra que cest Paris ce jeudi 14 dcembre 1996 midi dans la salle des ftes de lElyse qua t sign en prsence du prsident amricain du chancelier allemand et dune cinquantaine de chefs dEtat ou de gouvernement et de ministres laccord de paix qui consacre le partage de la Bosnie Pour Milosevic et Tudjman cest un succs Jai vu Izetbegovic soulag aussi mais grave et triste ces 51 du territoire la fdration croato-musulmane nous savons tous combien il sera difficile dy tablir une vraie paix aussi difficile peut-tre que dans les territoires palestiniens librs par Isral Christine Clerc Journal intime de Jacques Chirac mai 95 - mai 96

47 REDIGER UNE PAGE DE JOURNAL INTIME En tinspirant de lexemple ci-dessous rdige une page de journal intime dans la quelle tu racontes ce que tu as fait pendant une journe 8 mai - Quelle journe admirable Jai pass toute la matine tendu sur lherbe devant ma maison sous lnorme platane qui la couvre labrite et lombrage tout entire Jaime ce pays et jaime y vivre parce que j y ai mes racines ces profondes et dlicates racines qui attachent un homme la terre 12 mai Jai un peu de fivre depuis quelques jours je me sens souffrant ou plutt je me sens triste Do viennent ces influences mystrieuses qui changent en dcouragement notre bonheur et notre confiance en dtresse Guy de Maupassant Le Horla Ed Gallimard collection Folio classique COMPARER DIFFERENTS TEXTES AUTOBIOGRAPHIQUES Compare les extraits autobiographiques suivants et labore un compte rendu de lecture que tu prsenteras en classe Jtais presque mort quand je vins au jour Le mugissement des vagues souleves par une bourrasque annonant lquinoxe dautomne empchait dentendre mes cris on m a souvent cont ces dtails leur tristesse ne sest jamais efface de ma mmoire Il n y a pas de jour o rvant ce que jai t je ne revoie en pense le rocher sur lequel je suis n la chambre o ma mre maffligea la vie la tempte dont le bruit bera mon premier sommeil le frre infortun qui me donna un nom que jai presque toujours tran dans le malheur Le Ciel sembla runir ces diverses circonstances pour placer dans mon berceau une image de mes destines Ren de Chateaubriand Mmoires doutre-tombe Ed le Livre de Poche Je suis n Genve en 1712 dIssac Rousseau citoyen et de Suzanne Bernard citoyenne Un bien fort mdiocre partager entre quinze enfants ayant rduit presque rien la portion de mon pre il navait pour subsister que son mtier dhorloger dans lequel il tait la vrit fort habile Ma mre fille du ministre6 Bernard tait plus riche elle avait de la sagesse et de la beaut ce ntait pas sans peine que mon pre lavait obtenue Leurs amours avaient commenc presque avec leur vie ds lge de huit neuf ans ils se promenaient ensemble tous les soirs sur la Treille dix ans ils ne pouvaient plus se quitter La sympathie laccord des mes affermit en eux le sentiment quavait produit lhabitude Jean Jacques Rousseau Les Confessions Ed Bordas Je suis n dans la ville dAubagne sous le Garlaban couronn de chvres Mon pre tait le cinquime enfant dun tailleur de pierres de Valras prs dOrange La famille s y tait tablie depuis plusieurs sicles sans doute dEspagne car jai retrouv dans les archives de la mairie des Lespagnols puis Spagnol De plus ils taient armuriers de pre en fils et dans les eaux fumantes de lOuzve ils trempaient des lames dpes occupation comme chacun sait noblement espagnole Marcel Pagnol La Gloire de mon pre Ed De Fallois 6 - Pasteur protestant

48 P O E S I E LA POESIE LYRIQUE Ladjectif lyrique drive de la lyre instrument de musique corde associ dans la mythologie grecque Apollon et Orphe Le lyrisme est donc un chant qui traduit les sentiments et les motions du pote propos de sujets tels que lamour le temps la mort etc La posie lyrique se distingue par un ensemble de caract- ristiques dont les plus importantes sont -lutilisation de la premire personne je ou nous -lexploration du rve et de linconscient -lutilisation du symbole -la ponctuation forte le point dexclamation en particulier -les images -la musicalit et le rythme du vers JE NAI PLUS QUE LES OS Je nai plus que les os un squelette je semble Dcharn dnerv dmuscl dpoulp7 Que le trait8 de la mort sans pardon a frapp Je nose voir mes bras que de peur je ne tremble Apollon et son fils9 deux grands matres ensemble Ne me sauraient gurir leur mtier ma tromp Adieu plaisant soleil Mon il est toup10 Mon corps sen va descendre o tout se dsassemble Quel ami me voyant en ce point dpouill Ne remporte au logis un il triste et mouill Me consolant au lit et me baisant la face Ronsard 1524-1585 En essuyant mes yeux par la mort endormis Adieu chers compagnons Adieu mes chers amis Je men vais le premier vous prparer la place Pierre de Ronsard Derniers vers 1586 7 - Sans pulpe 8 - Flche 9 - Esculape dieu de la mdecine 10 - Le mot est utilis ici au sens daveugle

49 AXES DE LECTURE I- Le dprissement La mort constitue lun des thmes les plus rcurrents de la posie lyrique Dans ces derniers vers qui composent sonnet Ronsard dcrit la dchance progressive qui affaiblit le corps avant le trpas semble puis par une accumulation gradation ascendante de participes valeur adjectivale commenant tous par le mme prfixe qui accentue le dclin de la sant du pote dcharn dnerv dmuscl dpoulp Cet tat daffaiblissement quaucune mdecine ne peut gurir dsespre le moribond qui se prpare rejoindre ce monde o out se dsassemble v 8 II- La consolation La prsence des amis et des proches auprs du malade le console normment La mort devient ainsi loccasion des panchements sincres o les liens sociaux se resserrent plus que jamais entre les individusv 9v 10v 11v 12 Elle rappelle tous que le sjour sur terre nest que temporaire III- La srnit du pote La perspective de la mort neffraie gure le pote qui sapprte sereinement quitter le monde des vivants pour rejoindre celui des trpasss v 13 Le vers 14 qui clt le pome rappelle encore une fois aux hommes limplacable sentence du destin quils devront bien subir un jour ou lautre LA NUIT DAOUT Muse que mimporte ou la mort ou la vie Jaime et je veux plir jaime et je veux souffrir Jaime et pour un baiser je donne mon gnie Jaime et je veux sentir sur ma joue amaigrie Ruisseler une source impossible tarir Jaime et je veux chanter la joie et la paresse Ma folle exprience et mes soucis dun jour Et je veux raconter et rpter sans cesse Quaprs avoir jur de vivre sans matresse Musset 1810 -1856 Jai fait serment de vivre et de mourir damour Dpouille devant tous lorgueil qui te dvore Cur gonfl damertume et qui tes cru ferm Aime et tu renatras fais-toi fleur pour clore Aprs avoir souffert il faut souffrir encore Il faut aimer sans cesse aprs avoir aim Alfred de Musset Les Nuits

50 DANS LE BRUIT DUNE VILLE Dans le bruit dune ville sans me Japprends le dur mtier du retour Dans ma poche creve Je nai que ta main pour rchauffer la mienne Tant lt se confond avec lhiver O sen est all dis-moi Le pays de notre jeunesse comme les pays se ressemblent Et se ressemblent les exils Tes pas ne sont pas de ces pas Qui laissent des traces sur le sable Tu passes sans passer Abdellatif Labi 1942- Je ne suis pas ce nomade Qui cherche le puits Que le sdentaire a creus Je bois peu deau Et marche A lcart de la caravane Pote Rjouis-toi de ces questions Qui te rveillent Au milieu de la nuit Et ne plissent Pas laube Avec les toiles Je vais dire une chose affreuse Les pauvres sont souvent laids Je lai dite la chose affreuse Jajoute que je naime pas les riches Les enfants de riches y compris Je prcise que je ne suis Ni riche ni pauvre Ni beau ni laid Jai simplement des envies Dimpertinence Casablanca Le voisin bricolage A repris son Que veulent-il menfoncer dans le crne Avec son marteau

51 Si a continue Jirai sonner sa porte Pour lui dire Je vous en prie monsieur Ninsistez pas Jai mes propres ides Extrait de Spleen de Casablanca Ed La Diffrence Coll Clepsydre COMME JE PASSAIS Comme je passais rue Fontaine Un plaintif air de jazz Est sorti en titubant Ebloui par le jour Et ma chuchot sa confidence Discrtement Comme je passais tout devant La cabane cubaine Un parfum pntrant de Ngresse Laccompagnait Lopold Sdar Senghor 1906-2001 Voil des nuits Voil bien des jours au sommeil absent Rveills en moi les horizons que je croyais dfunts Et je saute de mon lit tout coup comme un buffle Mufle haut lev jambes cartes Comme un buffle humant dans le vent Et la douceur module de la flte polie La bonne odeur de leau sous les dakkars Et celle plus riche de prouesses des moissons mres Par les rizires

52 MODULE II ETUDE DUN ROMAN DE SCIENCE-FICTION LA PLANETE DES SINGES PIERRE BOULLE COMPETENCES VISEES ETUDE DE TEXE -Reconnatre les caractristiques essentielles dune uvre de science-fiction -Le dcalage par rapport la ralit -Le voyage travers le temps et lespace -Lhypothse scientifique -Lanticipation -Le rapport futur prsent pass -Linsolite et lextraordinaire LANGUE -Acqurir les structures linguistiques essentielles pour communiquer en situation et analyse des textes de diffrents genres ACIVITES ORALES TRAVAUX ENCADRES -Rflchir et communiquer oralement partir dun roman de science-fiction PRODUCTION ECRITE - Produire des rcits imaginaires partir de faits rels - Produire des textes courts de science-fiction

53 VIE ET UVRE DE LAUTEUR Pierre Boulle vit le jour Avignon en 1912 Il entreprit des tudes dingnieur lEcole suprieure dlectricit avant de sinstaller en Asie du Sud-Est comme planteur de caoutchouc Lorsque la Seconde Guerre mondiale clata il sengagea dans les Forces franaises libres en 1941 Il fut ensuite envoy en Birmanie en Chine et en Indochine Il tomba entre les mains de lennemi lors de linvasion japonaise de lIndochine mais il parvint senfuir en 1944 et rentra en France Son exprience militaire le marqua durablement Elle se reflte nettement dans ses romans o la guerre est constamment voque Parmi ses uvres majeures on trouve notamment - William Conrad roman 1950 - Le Sacrilge malais roman 1951 - Le Pont de la rivire Kwa roman 1952 Prix Sainte-Beuve - La Face roman 1953 - Contes de labsurde nouvelles 1953 Grand prix de la nouvelle en 1963 - Le Bourreau roman 1954 - LEpreuve des hommes blancs roman 1955 - E MC2 nouvelles 1957 - Les Voies du salut roman 1958 - Un mtier de seigneur roman 1960 - La Plante des singes roman de science-fiction 1963 - Le Jardin de Karashima roman 1964 - Aux sources de la rivire Kwa rcit 1966 - LEtrange croisade de lempereur Frdric II histoire 1968 - Histoires charitables nouvelles 1970 - Qua absurdum nouvelles 1970 - Le Photographe roman 1971 - Les Jeux de lesprit roman 1971 -Les Oreilles de jungle roman 1972 - Les Vertus de lenfer roman 1974 - Histoires perfides nouvelles 1976 - Les Coulisses du ciel roman 1979 - LEnergie du dsespoir roman 1981 - Miroitements roman 1982 - La Baleine des Malaouines roman 1983 - Pour lamour de lart roman 1985 - LUnivers ondoyant essai 1987 - Le Professeur Mortimerroman 1988 - Le Meilleur des uns roman 1990 - A nous deux Satan roman 1992 - LIlon souvenir roman autobiographique 1990 - Larchologie et le mystre de Nefertiti roman 2005 posthume Pierre Boulle meurt en 1994 lge de quatre-vingt-deux ans

54 INDICATIONS SUR LE GENRE LA LITTERATURE DE SCIENCE-FICTION Cest Hugo Gernsback 1884-1967 qui utilisa lappellation science-fiction pour la premire fois en 1929 Sa nouvelle intitule Ralph 124C41 est considre comme le premier crit appartenant cette catgorie qui se distingue du rcit danticipation o la science et lavenir de lhumanit occupent une place centrale Jules Verne sest illustr dans cette forme dcriture au XIXme sicle Ses successeurs lui doivent notamment la thmatique classique des voyages entrepris loin de la Terre des machines tranges utilises etc La science-fiction nest pas tout fait un genre parce quil nexiste pas de critres formels prcis sur lesquels on peut se baser pour la dfinir Elle relve dailleurs de diffrents genres littraires tels que le roman la nouvelle lessaiet extra-littraires comme le cinma lmission radiophonique la BDLes uvres de science-fiction sont trs varies Cest vrai quelles gravitent souvent autour du mme sujet mais les recherches scientifiques entreprises partir des annes 60 dans le domaine de lespace en particulier ont largement contribu leur enrichissement Malgr cette diversit on peut dfinir quelques caractristiques qui permettent de reconnatre assez aisment un rcit de science-fiction 2- Le recours des situations extraordinaires telles que les catastrophes nuclaires ou cologiques les guerres intergalactique13 3- Le voyage dans le temps notamment dans le futur grce des vaisseaux aussi rapides que la lumire 4- La dcouverte de nouvelles plantes habites qui se trouvent hors du systme solaire 5- Linvasion de la Terre par les Martiens etc Le monde fictif o se droule laction reste cependant rationnel Les vnements contrairement aux dans le temps et lespace Ce monde peut tre assimil au ntre Il traduit lambition de la dcouverte et la crainte de linconnu En matire de rcit la science-fiction opte pour lutopie 14 qui favorise la libert de la cration littraire et libre lintrigue des contraintes du rel Au niveau de la vise elle exprime linquitude croissante de lhomme face aux dangers des inventions le danger nuclaire plus particulirement surtout aprs le bombardement de Hiroshima et Nagasaki en 1945 Elle illustre aussi la fascination de son poque pour lexploration des lointaines plantes inaugure par la conqute de la lune en 1969 Laffrontement entre les humains et les extra-terrestres rvle la peur de lAutre ravive aux Etats-Unis par les mdias durant la guerre froide mais il reflte aussi le sentiment que la science peut tout raliser mme si ses rsultats ne sont pas toujours positifs PRESENTATION DE LUVRE 1-LA PREMIERE DE COUVERTURE Sur un fond noir qui occupe la partie suprieure de la couverture figurent le nom de lauteur Pierre Boulle et le titre du roman prsent en trois couleurs diffrentes le rouge lorange et le jaune La partie infrieure quant elle est consacre lillustration qui est une scne tire du film La Plante des singes 11 - Robot forme humaine 12 - Crature dont lapparence est proche de celle de lhomme 13 - Entre les galaxies 14 - Le mot dorigine grecque signifie aucun lieu

55 The planet of apes ralis par Franklin J Shaffner en 1968 Les personnages qui y figurent sont Charleton Heston debout droite et enferm dans une cage dans le rle du colonel John Taylor A ses pieds saccroupit Linda Harrisson dans le rle de Nova Derrire lui un figurant qui joue le rle de prisonnier des simiens A lextrieur de la cage on reconnat Zira la guenon chimpanz interprt par Kim Hunter Zaus lorang-outan savant interprt par Maurice Evans et Cornlius le fianc de Zira vu de dos et interprt par Roddy Mec Dowell Limage plonge demble le lecteur dans un univers de science-fiction les singes vtus comme des hommes et se tenant en station debout dominent totalement les humains quils enferment dans des enclos comme un vulgaire troupeau de btail 2- RESUME Lextraordinaire voyage intersidral se droule bord dun vaisseau qui avance la vitesse de la lumire Avant datteindre leur destination ils sarrtent sur une trange plante quils baptisent Soror16 L ils dcouvrent dtranges cratures lapparence humaine mais qui se comportent exactement comme des btes Nova une jeune fille dune splendide beaut est la premire sapprocher du trio et entrer en contact avec lui Son corps de vnus dnud subjugue littralement Ulysse Mrou Un jour pendant quils se trouvent au milieu de la fort les trois Terriens entendent des coups de feu Le bruit des dtonations effraie les indignes qui prennent la fuite dans tous les sens Ulysse Mrou les imite aussitt Aprs une course effrne il tombe sur un spectacle incroyable les chasseurs sont de puissants gorilles qui abattent de sang froid la tribu de sauvages comme de vulgaires proies Il tente de semer ses poursuivants mais il est pris dans un pige plac au milieu du bois Il est convoy en compagnie de Nova et dautres captifs vers la cit des singes intelligence et son origine mais ses tentatives sont cherche se faire remarquer mais Zira une guenon ne reste pas tout fait indiffrente ses efforts Au fil des jours elle dcouvre sa vrit et confie le secret Cornlius son fianc Ce dernier finalement convaincu se montre dispos lui venir en aide Lors dun congrs abrit par la capitale des simiens Ulysse Mrou qui a appris le langage des singes grce la complicit de Zira prsente une tonnante allocution qui bouleverse toute lassistance Le dtenu qui a longtemps t considr comme un tre infrieur a fini par gagner sa libert Il jouit dsormais des mmes droits que les singes Mais sa femme Nova est enceinte La naissance dun enfant dou de parole et desprit comme son pre est perue comme une grande menace par la 15 -Etoile supergante rouge dOrion 16 - Sur en latin

56 communaut simienne Un plan durgence est mis au point par Zira et Cornlius pour aider leurs protgs retourner la plante Terre Aprs des annes de voyage dans lespace Ulysse Mrou son pouse et son fils Sirius atterrissent Orly Une scne qui dpasse tout entendement les y attend la France et certainement tous les autres pays du monde terrestre est compltement conquise par les singes nest quun prtexte utilis par lauteur se cache une foule denseignements que le lecteur doit dgager et mditer la lumire des prodigieuses avances du progrs scientifique 3-PERSONNAGES LES HUMAINS ULYSSE MEROU journaliste qui accompagne le professeur Antelle dans don voyage vers Btelgeuse Il est aussi le narrateur du rcit partir du chapitre II NOVA jeune fille rencontr par Ulysse Mrou sur la plante Soror Elle devient son pouse lors de leur captivit dans la capitale des singes SIRIUS fils dUlysse Mrou et de Nova LE PROFESSEUR ANTELLE cest lui qui a organis le voyage vers ltoile Btelgeuse Il tombe entre les mains des singes et finit par perdre compltement ses attributs humains comme les autres captifs ARTHUR LEVAIN disciple du professeur Antelle Il est abattu par les gorilles pendant une battue LES SINGES JINN ET PHYLIS deux touristes qui passent leurs vacances dans lespace Ce sont eux qui repchent la bouteille renfermant le message dUlysse Mrou ZIRA guenon qui aide Ulysse Mrou dans sa captivit et qui lui apprend le langage des simiens CORNELIUS chimpanz fianc de Zira Cest un savant qui sintresse au cas dUlysse Mrou et qui lassiste dans son vasion de la plante des singes ZAIUS orang-outan qui reprsente la science officielle et dirige linstitut des recherches biologiques HELIUS chimpanz qui dirige la section encphalique dans le laboratoire de linstitut scientifique ZORAM ET ZANAM gorilles qui gardent les prisonniers enferm dans le laboratoire 4-COMPOSITION PREMIERE PARTIE CHAPITRE I Le manuscrit LE RECIT DULYSSE MEROU CHAPITRE II Le voyage vers Btelgeuse CHAPITRES III ET IV Latterrissage sur Soror CHAPITRES V-VI-VII Les habitants de Soror CHAPITRES VII-IX-X La battue fantastique

57 CHAPITRES XI-XII-XIII La cit simienne CHAPITRES XIV-XV-XVI-XVII Les expriences effectues sur les prisonniers DEUXIEME PARTIE CHAPITRES I-II-III Les efforts dploys par Ulysse Mrou pour prouver son intelligence CHAPITRE IV Des expriences horribles CHAPITRES V-VI La dcouverte de lunivers simien CHAPITRES VII-VIII-IX Le discours dUlysse Mrou TROISIEME PARTIE CHAPITRE I La libert dUlysse Mrou CHAPITRE II Le voyage en compagnie de Cornlius CHAPITRES III-IV Les secrets de la cit ensevelie CHAPITRE V Les origines des simiens CHAPITRE VI La grossesse de Nova CHAPITRES VII-VIII La section encphalique CHAPITRE IX Des expriences prodigieuses CHAPITRE X Ulysse Mrou sa femme et son fils en danger CHAPITRE XI Lvasion CHAPITRE XII Retour la Terre STRUCTURE NARRATIVE Situation initiale -Voyage de professeur Antelle dArthur Levain et dUlysse Mrou vers Btelgeuse -Exploration de Soror contact avec les tranges habitants de la plante Evnement modificateur - Apparition des gorilles chasseurs et capture dUlysse Mrou et Nova Pripties - Efforts dUlysse Mrou de prouver son intelligence et sa diffrence des autres captifs Evnement de rsolution -Ulysse Mrou parvient convaincre les simiens de son intelligence lors dun congrs scientifique Dnouement Ulysse Mrou parvient svader de la plante de singes en compagnie de s Nova et de leur fils Sirius Il atterrit laroport dOrly o lattend une mauvaise surprise les simiens ont galement conquis la Terre SCHEMA ACTANCIEL Destinateur Sujet Objet Destinataire Lhumanit de Mrou Mrou Prouver son intelligence Mrou Adjuvants Opposants Zira et Cornlius Zaus et la communaut scientifique quil prside

58 DOCUMENT LE MEILLEUR DES MONDES Aldous Huxley Extrait Quelques tudiants se rendent au centre dincubation de Londres o lon fait natre moyennant un ensemble de manipulations biologiques les futures habitants du Meilleurs des mondes Dans ce passage Le directeur explique aux visiteurs en quoi consiste le procd Bokanovsky Sur un transporteur mouvement trs lent un porte-tubes plein de tubes essais pntrait dans une grande caisse mtallique un autre en sortait Il y avait un lger ronflement de machines Les tubes mettaient huit minutes traverser la caisse de bout en bout leur expliquait-il soit huit minutes dexposition aux rayons durs ce qui est peu prs le maximum que puisse supporter un uf Un petit nombre mouraient des autres les moins influencs se divisaient en deux la plupart prolifraient en quatre bourgeons quelques-uns en huit tous taient renvoys aux couveuses o les bourgeons commenaient se dvelopper puis au bout de deux jours on les soumettait soudain au froid au froid et larrt de croissance En deux en quatre en huit les bourgeons bourgeonnaient leur tour puis ayant bourgeonn ils taient soumis une dose dalcool presque mortelle en consquence ils prolifraient de nouveau et ayant bourgeonn on les laissait alors se dvelopper en paix bourgeons des bourgeons des bourgeons tout nouvel arrt de croissance tant gnralement fatal ce moment luf primitif avait de fortes chances de se transformer en un nombre quelconque dembryons compris entre huit et quatre-vingt-seize ce qui est vous en conviendrez un perfectionnement prodigieux par rapport la nature Des jumeaux identiques mais non pas en maigres groupes de deux ou trois comme aux jours anciens de reproduction vivipare alors quun uf se divisait parfois accidentellement mais bien par douzaines par vingtaines dun coup Par vingtaines rpta le Directeur et il carta les bras comme sil faisait des libralits une foule Par vingtaines Mais lun des tudiants fut assez sot pour demander en quoi rsidait lavantage Mon bon ami le Directeur se tourna vivement vers lui vous ne voyez donc pas Vous ne voyez pas Il leva la main il prit une expression solennelle Le Procd Bokanovsky est lun des instruments majeurs de la stabilit sociale Instruments majeurs de la stabilit sociale Des hommes et des femmes conformes au type normal en groupes uniformes Tout le personnel dune petite usine constitu par les produits dun seul uf bokanovskifi Quatre-vingt-seize jumeaux identiques faisant marcher quatre-vingt-seize machines identiques Sa voix tait presque vibrante denthousiasme On sait vraiment o lon va Pour la premire fois dans lhistoire Il cita la devise plantaire Communaut Identit Stabilit Des mots grandioses Si nous pouvions bokanovskifier indfiniment tout le problme serait rsolu Traduction de Jules Castier 1977

59 ETUDE DE TEXTE PREMIERE PARTIE CHAPITRE I RESUME Jinn et sa fiance Phylis passent des vacances paisibles dans lespace Un jour ils reprent un corps lumineux qui flotte dans latmosphre cest une bouteille qui renferme un manuscrit Le couple avide de savoir ce que cache le document sempresse de le lire AXES DE LECTURE I- Une atmosphre de science-fiction Pour mettre le lecteur dans le bain et lui annoncer ds les premires lignes que lunivers de son histoire na rien voir avec le monde rel lauteur multiplie les notations descriptives toutes sous-tendues dune dimension futuriste Pour donner lillusion que les faits ont effectivement eu lieu il utilise les temps du pass qui ancrent laction dans un monde imaginaire o les touristes passent leurs vacances dans lespace bord dengins extrmement dvelopps Jinn et Phylis passaient des vacances merveilleuses dans lespace le plus lointain possible des astres habits En ce temps-l les voyages interplantaires taient communs les dplacements intersidraux non exceptionnels Les fuses emportaient les touristes vers les sites prodigieux de Sirius ou des financiers vers les bourses fameuses dArctucus et dAldbaran Leur navire tait une sorte de sphre dont lenveloppe - la voile - miraculeusement fine et lgre se dplaait dans lespace pousse par la pression des radiations II- Lamorce du rcit Le lecteur comprend en se basant sur une srie dindices textuels que le reste du roman dpend de ce que contient le manuscrit En prcisant que les deux personnages nont jamais repch une bouteille avec un document dedans et en soulignant plusieurs fois le mystre de cette dcouverte lauteur nous prpare des vnements qui sortent du commun -Un clair insolite avait travers ce nant - Un corps tincelant sous la lumire flottait dans lespace Jinn saisit des jumelles et les braque sur lobjet mystrieux Limpatience de Phylis qui meurt denvie de connatre le contenu du manuscrit traduit aussi la vive curiosit qui dmange le lecteur - Jinn casse-la Dpche-toi - La surexcitation de Phylis le dcida - Jinn je ten supplie

60 CHAPITRE II RESUME Aprs avoir averti lhumanit de leffroyable flau qui la guette Ulysse Mrou raconte son voyage vers ltoile Btelgeuse en compagnie du professeur Antelle un minent physicien et son disciple Arthur Levain Il parle de son trange aventure dans lespace et de la prodigieuse science du savant qui a organis lexpdition Aprs deux annes qui correspondent trois sicles selon le temps terrestre le vaisseau sapproche de son but AXES DE LECTURE I- Une terrible mise en garde Ulysse Mrou envoie son mystrieux message dans un but trs prcis que le lecteur attend avec impatience et qui suscite dj lintrt de Phylis un grand danger menace lhumanit tout entire Mais le narrateur ne le rvle pas pour le moment sans doute pour crer un effet de suspense - Je confie ce manuscrit lespace non dans le dessin dobtenir du secours mais pour aider conjurer lpouvantable flau qui menace la race humaine Dieu ait piti de nous Au lieu de dvelopper cette mise en garde le narrateur sattle la relation de son aventure dans lespace Cette coupure ravive la curiosit des deux touristes et simultanment la ntre II- Un monde imaginaire Laction se passe en 2500 Cette date brouille demble les repres spatiaux et temporels familiers aux lecteurs qui se sent dispos croire tout ce quon lui dit y compris les choses les plus inimaginables - Pourquoi aprs lexploration du systme solaire dont toutes les plantes sont habites pourquoi un astre aussi loign - Grce ses fuses perfectionnes que jai lhonneur davoir mises au point ce vaisseau peut se dplacer la plus grande vitesse imaginable dans lunivers pour un corps matrielIl suffisait de donner des instructions aux appareils lectroniques qui effectuaient tous les calculs et commandaient directement les manuvres III- Un temps presque suspendu Le temps vcu dans une fuse qui avance dans lespace la vitesse de la lumire est totalement diffrent du temps terrestre Cette ide dveloppe dans de nombreux rcits et films de science-fiction est largement explique par le professeur Antelle - Lorsque nous nous dplaons cette allure note temps scarte sensiblement du temps de la Terre lcart tant dautant plus grand que nous allons plus vite En ce moment mme depuis le dbut de notre conversation nous avons vcu quelques minutes qui correspondent une dure de plusieurs mois sur notre plante A la limite le temps ne scoulera presque plus pour nous Tout simplement parce que pour atteindre cette vitesse o le temps ne scoule presque plus avec une acclration acceptable pour notre organisme il nous faut environ un an Une autre anne nous sera ncessaire pour ralentir notre course Douze mois de freinage entre les deux quelques heures seulement pendant lesquelles nous accomplirons la plus grande partie du projet Comme il lavait prvu le voyage dura environ deux ans de notre temps pendant lesquels trois sicles et demi durent passer sur la Terre - Si nous revenions un jour nous trouverions notre plante vieillie de sept cents huit cents ans

61 CHAPITRE III RESUME Le vaisseau du professeur Antelle sapproche de lune des toiles qui tournent autour de Btelgeuse Ulysse Mrou est impressionn par la ressemblance de cette plante avec la Terre Il voque plusieurs reprises les images qui dfilent devant ses yeux et qui lui rappellent sans cesse les paysages de la Normandie et de la Provence AXES DE LECTURE I- Le nouveau monde et lancien Dans la description de ltoile sur laquelle choue la chaloupe des trois explorateurs le narrateur insiste sur les tranges similitudes existant entre cet astre lointain et la Terre - Il leur trouva la mme composition que sur la terre une altitude correspondante - Je neus gure le temps de rflchir cette miraculeuse concidence - La plante ressemblait trangement la Terre Cette impression saccentuait chaque seconde - Latmosphre tait claire lgrement colore dune teinte vert ple tirant par moments sur lorang un peu comme dans notre ciel de Provence au soleil couchant - Quoique mon il enfivr suggestionn par tant danalogies sobstint follement dcouvrir l aussi des similitudes - La plante tait habite Nous survolions une ville une ville assez grande do rayonnaient des routes bordes darbres sur lesquelles circulaient des vhicules - Notre course nous entrana dabord au-dessus de champs utiliss puis dune fort paisse de teinte rousse qui rappelait notre jungle quatoriale - Nous nous posmes sans heurt au centre du plateau sur une herbe verte qui rappelait celle de nos prairies normandes II- Lexaltation de la dcouverte Lenthousiasme du narrateur augmente au fur et mesure que le vaisseau sapproche de ltoile mystrieuse Il est sur le point de mettre le pied sur une plante qui existe deux annes lumire de la Terre un exploit scientifique jamais ralis jusque-l - Lexaltation que procure un pareil spectacle ne peut tre dcrite une toile hier encore point brillant parmi la multitude des points anonymes du firmament se dtacha peu peu du fond du noir - Nous nous approchions encore de Btelgeuse jusqu ce que son diamtre apparent excdt de loin celui de tous les corps clestes contempls jusqualors ce qui produisit sur nous une impression fabuleuse Je navais rien dautre faire que coller mon visage au hublot et regarder monter vers moi le monde inconnu le cur enflamm par lexaltation de la dcouverte CHAPITRE IV RESUME Aprs latterrissage sur ltoile quils baptisent Soror les trois hommes accompagns de leur chimpanz se lancent lexploration des lieux Tout ce quils rencontrent leur rappelle la Terre la

62 vgtation les oiseaux leau et surtout la trace dun pied humain repre sur le sable par le professeur Antelle AXES DE LECTURE I- Emotion et prudence Le moment o les pieds des trois hommes touchent le sol de Soror est infiniment plus important que tout ce qu dcouvert lhomme au cours du troisime millnaire Le caractre exceptionnel de lvnement fait natre une foule de sensations chez les explorateurs et les incite agir avec prudence Ils se trouvent dans un monde inconnu Il est peut-tre peupl de cratures tranges comme celles dcrites dans les uvres de science-fiction Nous restmes assez long moment immobile et silencieux Nous tions plongs dans une aventure mille fois plus extraordinaire que celle des premiers navigateurs terrestres et nous prparions notre esprit affronter les trangets qui ont travers limagination de plusieurs gnrations de potes propos des expditions transsidrales Ayant revtu nos scaphandres nous ouvrmes avec prcaution un hublot de la chaloupe Le professeur Antelle nous fit comprendre que lon doit agir avec un peu plus de prudence II- Soror la sur jumelle de la terre Le quatrime chapitre qui nest en vrit quun prolongement du troisime sattarde lui aussi sur les tranges similitudes entre Soror et la Terre Il ntait pas douteux que nous tions sur une sur jumelle de notre Terre La vie existait Le rgne vgtal tait mme particulirement vigoureux Le rgne animal ne tarda pas nous apparatre sous la forme de gros oiseaux noirs Nous savions quune civilisation existait aussi L aussi il y avait analogie totale Un cours deau clair comme nos torrents de montagnes serpentait au-dessus de nos ttes L bien visiblement admirablement dessine sur une petite bande de sable humide apparaissait lempreinte dun pied humain CHAPITRE V RESUME Aprs quelques instants dexploration les trois hommes trouvent enfin la femme qui a laiss son empreinte sur le sable Son corps entirement nu subjugue Ulysse Mrou et Arthur Levain mais son comportement de bte apeure les laisse perplexes Enfin aprs stre habitue aux nouveaux-venus crature les rejoint dans le bassin et nage avec eux sans gne Cependant lapparition du chimpanz qui accompagne les Terriens la plonge dans une grande frayeur Elle se prcipite sur le primate17 et ltrangle de ses mains avant de prendre la fuite AXES DE LECTURE I- Nova I-1- Un physique de Vnus La jeune fille que le narrateur baptise Nova jouit dun physique dune extrme beaut Ulysse 17 - Ordre de mammifres qui ont cinq doigts termins par des ongles des orbites frontales et une denture complte singes lmuriens

63 Mrou littralement fascin sattarde avec beaucoup de plaisir sur la description de son corps dnud - Ctait une femme une jeune fille plutt moins que ce ne fut une desse - Elle affirme avec audace sa fminit entirement nue sans autre ornement quune chevelure assez longue qui lui tombait sur les paules -Il tait vident que la femme qui se tenait immobile sur la plate-forme comme une statue sur un pidestal possdait le corps le plus parfait qui pt se concevoir sur la terre Lensemble de sa forme mhypnotisait Ce fut aprs plusieurs minutes que je distinguais quelle appartenait la race blanche que sa peau tait dore sans excs et mince - Ensuite jentrevois comme dans un rve un visage dune puret singulire I-2- Une crature trange Lorsqu Ulysse Mrou sapproche de Nova il constate avec bahissement quelle ne se conduit pas comme un tre humain Derrire son corps taill avec perfection se cache un comportement bizarre qui rappelle trangement la bte - L dans son regard il y avait un lment nouveau pour moi L je dcelai la touche insolite mystrieuse Jtais incapable danalyser et mme de dfinir la nature de cette tranget Je sentais seulement une diffrence essentielle avec les individus de notre espce Lanomalie tait dans cette manation une sorte de vide une absence dexpression Les sons quelle profra ajoutaient encore limpression danimalit que donnait son attitude Jattendais un appel Jtais prpar au langage le plus barbare mais non pas ces sons tranges qui sortirent de sa gorge dans cet espce de miaulement ou de piaulement aigu qui semblait une fois de plus traduire la frnsie joyeuse dun animal Je fus frapp par un caractre paradoxal de la physionomie de cette fille jamais un sourire navait clair son visage Elle ne riait ni ne souriait Elle mettait seulement de temps en temps ces petits cris de gorge qui devaient exprimer sa satisfaction Comme elle sapprochait de moi fendant leau de sa nage particulire qui ressemblait celle des chiens Je fus saisi de voir lexpression bestiale faite dpouvante et de menace qui sinscrivit sur le visage de la jeune fille Elle tourna la tte vers nous comme si elle allait faire front les bras de nouveau tendues en avant les lvres retrousses dans une attitude menaante qui nous cloua sur place - Puis elle poussa un dernier cri aigu CHAPITRE VI RESUME Le professeur Antelle son disciple et Ulysse Mrou dcident de rester vingt-quatre heures sur Soror pour lucider le mystre de la jeune fille Cette dernire finit par se manifester accompagne de plusieurs hommes qui rejoignent le trio dans la rivire et se mettent nager en manifestant une joie purile Ces tres mystrieux partagent tous la mme caractristique labsence dmes et de langage AXES DE LECTURE I- Langoisse Un profond sentiment dinquitude sempare des trois hommes qui progressent sur une plante pratiquement inconnu peuple de cratures tranges Cette angoisse sintensifie au fur et mesure quils sloignent de leur chaloupe

64 - Nous emes limpression dun changement autour de nous La jungle sanimait de craquements et de frmissements furtifs Nous nous sentions pies travers le feuillage par des yeux invisibles Aucune des cratures dont notre esprit enfivr peuplait la fort ne se montre Nous fmes obsds par cette impression nervante dtre suivis et observs par des tres qui nosaient pas se montrer Nous nous htmes de regagner la chaloupe Pendant le retour javais limpression quils taient toujours prsents quoique invisibles et quils accompagnaient silencieusement notre retraite I- Labsence dme Les tres qui se manifestent en compagnie de le qui-vive et effrays par le moindre mouvement des visiteurs ils offrent limage de btes apeurs prtes senfuir la premire alerte Ces cratures qui agissent comme des enfants excits par la joie du jeu confirment lhypothse dUlysse Mrou elle nont ni raison ni me - Il y avait maintenant autour de nous une vingtaine de ces cratures tranges barbotant sbrouant tous avec un usage srieux marquant un singulier contraste avec ces enfantillages - Je leur adressai des baisers avec la main Aucune de ces manifestations nveille le moindre cho Aucune lueur de comprhension napparut dans leur prunelle ntre mais nous supposions implicitement chez elles la prsence de lesprit - Sur la plante Soror la ralit paraissait compltement oppose nous avions affaire des habitants semblables nous au point de vue physique mais qui paraissaient totalement dnus de raison - Ctait bien cela la signification de ce regard qui mavait troubl chez Nova et que je retrouvais chez tous les autres le manque de rflexion labsence dme - Ils ne sintressaient qu au jeu Encore fallait-il que ce jeu ft bien stupide - Certains se mirent nous contempler avec une absence de comprhension si vidente que nous restmes nous-mmes interloqus - Alors cette explosion dhilarit veilla enfin un cho chez ces hommes une sorte de tempte agita le lac Ils se mirent fuir dans toutes les directions CHAPITRE VII RESUME Les habitants de Soror ont peur de tous les objets que portent les trois trangers Ils se ruent sur ces derniers et dtruisent leurs vtements ainsi que les autres accessoires quils possdent Ensuite ils sacharnent sur la chaloupe et la saccage compltement Scne du film La Plante des singes de Tim Burton

65 Aprs le pillage de lembarcation la horde dchane conduit les prisonniers dans un camp qui rappelle la vie prhistorique les cratures de ltrange tribu se nourrissent de viande crue et dorment dans de grands nids qui ressemblent ceux des gorilles des forts quatoriales AXES DE LECTURE I- Des cratures primitives 1- 1 La peur du fabriqu Les habitants de Soror nen veulent pas au professeur Antelle et ces deux compagnons Ce sont les objets quils portent ou transportent qui excitent leur fureur Comprenant enfin les motivations des tranges cratures les trois hommes se laissent faire sans opposer de rsistance -Ils n en voulaient pas notre vie mais nos vtements et tous les accessoires que nous portions - Un tourbillon de mains fureteuses nous arrachaient armes munitions et sacs pour les jeter au loin tandis que dautres sacharnaient nous dpouiller de nos habits pour les lacrer - Ceux qui ntaient pas tout prs de nous se rurent alors sur notre chaloupe avec une furie comparable celle qui leur avait fait mettre en pices nos vtements - Ces tres taient mis en rage par les objets Tout ce qui tait fabriqu excitait leur colre II- Une vie sauvage Les habitants de Soror sont constamment compars des btes malgr leur apparence humaine Leur comportement qui reflte une violence mle de peur et une certaine innocence purile intrigue les trois terriens Ce rapprochement avec les animaux conduit le narrateur parler de leur mode de vie qui rappelle les lointaines peuplades primitives - Toute vellit de conversation provoquait des rflexes si menaants que nous dmes nous rsigner un silence douloureux Et pourtant ces cratures taient des hommes comme nous Habills et coiffs ils nauraient gure attir lattention dans notre monde Leurs femmes taient toutes belles sans quaucune pt rivaliser avec la splendeur de NovaJe ne la considrais pas alors comme une femme Ses faons taient celles dun animal familier qui cherche la chaleur de son matre Les abris ntaient mme pas des huttes mais des espces de nids comme en font les grands singes de notre fort africaine quelques branchages entrelacs sans aucun lien poss sur le sol ou encastrs dans la fourche des branches basses Certains de ces nids taient occups Des hommes et des femmes taient tapis l souvent par couples assoupis pelotonns lun contre lautre la manire des chiens frileux Nous apermes au pied dun arbre une famille qui sapprtait manger mais leur reps ntait gure fait pour nous tenter Ils dpeaient sans laide daucun instrument un assez gros animal qui ressemblait un cerf Avec leurs ongles et leurs dents ils en arrachaient des morceaux de chair crue quils dvoraient aprs en avoir seulement dtach des lanires de peau III- Limpasse La chaloupe utilise par les explorateurs est compltement saccage Cette tournure inattendue que prennent les vnements va contraindre le scientifique et ses compagnons rester indfiniment sur la plante Soror parce quils ne peuvent pas rejoindre leur vaisseau amarr dans lespace Mais laction volue dans un monde aux vocations futuristes o tout parat possible Lauteur qui a fait preuve dune imagination fertile jusqu prsent saura sans doute inventer quelque stratagme subtile pour dbloquer la situation et relancer lintrigue de plus belle

66 CHAPITRES VIII-IX-X RESUME Pendant quUlysse Mrou tente dsesprment dapprendre sourire Nova qui commence shabituer sa prsence un grand vacarme secoue la fort Le peuple de Soror se disperse dans un dsordre total Au fur et mesure que le bruit approche la peur des deux Terriens et leurs compagnons augmente Des coups de feu se font entendre suivis de cris Ulysse Mrou prend la fuite avec Arthur Levain Le professeur Antelle trop vieux pour sengager dans la course reste seul dans le boischapitre VIII Quelques instants plus tard le journaliste dcouvre avec frayeur que les chasseurs sont des gorilles habills et arms exactement comme des humains Son compagnon le jeune savant tente de senfuir mais il est terrass par une balle Lhomme embusqu assiste alors des scnes horribles o les habitants de ltrange plante sont abattus de sang froid comme un vulgaire gibier Leurs cadavres ensanglants sont exposs comme des trophes macabres devant les guenons dbordantes de joiechapitre IX Ulysse Mrou finit par tomber dans le pige des chasseurs Il est enferm dans un chariot en compagnie dautres prisonniers et conduit vers une destination inconnuechapitre X AXES DE LECTURE I- Une battue fantastique Les descriptions ponctuant le chapitre VIII insistent sur la partie de chasse qui sengage subitement dans la jungle de Soror La battue organise est fantastique parce que les chasseurs sont des gorilles et le gibier des tres humains Le narrateur insiste plus particulirement sur la cruaut des premiers et lpouvante des seconds I-1- La terreur du gibier CHAPITRE VIII - Un effroyable charivari nous fit sursauter Nova prsentait les signes du plus profond affolement Leurs cris exprimaient une terreur intense - Ce vacarme tait de nature glacer le sang - Leur pouvante tait due lapproche dun danger imprcis - Le bruit se rapprochait je le comparais au tapage que font les rabatteurs dans certaines de nos grandes chasses - Tous les autres les suivaient et nous les vmes galoper autour de nous comme une bande de cerfs dbusqus - Les nouveaux arrivants qui eux cela se prcisait chaque seconde mettaient des cris humains - Ctait des coups de feu qui faisait retentir la jungle parfois deux dtonations conscutives rappelait trangement un doubl de chasseur On tirait devant nous sur le chemin CHAPITRE IX - Jobservais du haut de ma butte le comportement des fuyards Certains compltement affols se prcipitaient en crasant les buissons grand bruit donnait ainsi lalerte aux singes Scne du film de Tim Burton

67 - Mais dautres faisaient preuve de plus de discernement comme de vieux sangliers Plusieurs fois traqus - Ceux-l sapprochaient en tapinois marquaient un temps darrt la lisire observaient travers les feuilles le chasseur le plus proche et attendaient linstant o son attention tait attire dun autre Alors dun bond toute vitesse ils traversaient lalle meurtrire Plusieurs russirent ainsi gagner indemnes le taillis den face dans lequel ils disparaissaient CHAPITRE X - Il existait certainement une haine farouche entre les deux races Il suffisait pour sen convaincre de voir lattitude des hommes prisonniers lapproche des singes Ils sagitaient frntiquement ruaient des quatre membres grinaient des dents lcume la bouche et mordaient avec rage les cordes du filet I-2- La cruaut des chasseurs CHAPITRE X - Le coup de feu retentit alors quil atteignait le milieu du champ de tir Il fit un saut seffondra et resta immobile aprs quelque convulsions -Javais suivi laltration de sa physionomie depuis quil tait alert par le bruit et enregistr un certain nombre de nuances surprenantes dabord la cruaut du chasseur qui guette sa proie et le plaisir fivreux que lui procure cet exercice - La dtonation me fit porter de nouveau le regard vers la victime et je fus le tmoin terrifi de ses derniers soubresauts Je maperus alors avec pouvante que lalle qui coupait la fort tait parseme de corps humains - Jassistais une battue une battue fantastique o les chasseurs taient des singes et o le gibier constitu des hommes et des femmes sont les cadavres nus trous tordus en des postures ridicules ensanglantaient le sol - Je dtournai les yeux de cette horreur insoutenable - Nous tions forcs comme des btes sauvages comme ces malheureuses cratures que je croyais encore passer autour de nous La population de la cit devait tre plus importante que je ne lavais souponn car beaucoup dhommes dbouchaient encore sur la piste pour y trouver une mort affreuse - La chasse se terminait par un vacarme infernal Les rabatteurs taient sur nos talons Jentrevois lun deux merger du feuillage Ctait un norme gorille qui tapait au hasard avec un gourdin en hurlant de toute la force de ses poumons - Il nalla pas loin Le coup de feu parut le casser en deux et il scroula ajoutant son cadavre tous ceux qui jonchaient dj le sol - Une terreur mortelle sempara de moi quand je vis savancer leur troupe Aprs avoir t tmoin de leur cruaut je pensais quils allaient effectuer un massacre gnral II- Des gorilles humains Les gorilles de la plantes Soror ressemblent physiquement aux gros singes de la Terre mais ce qui frappe Ulysse Mrou cest ltranget de leur comportement qui parat profondment humain Les vtements quils portent les armes dont ils se servent lorganisation de la battue et les piges quils tendent leurs proies voquent infailliblement lhomme

68 CHAPITRE IX - La rencontre dun gorille sur la plante Soror ne constituait pas lextravagance essentielle de lvnement Celle-ci tenait pour moi ce que ce singe tait correctement habill comme un homme chez nous et surtout laisance avec laquelle il portait ses vtements - Ce naturel mimpressionna tout dabord L tat dans lequel je le voyais tait normal aussi normal pour lui que la nudit pour Nova et ses compagnons - Il tait habill comme vous et moi je veux dire comme nous serions habills si nous participions une de ces battues organises chez nous pour les ambassadeurs ou autres personnages importants dans nos grandes chasses officielles - Son veston de couleur brune semblait sortir de chez le meilleur tailleur parisien et laissait voir une chemise gros carreaux comme en portent nos sportifs La culotte lgrement bouffante au-dessus des mollets se prolongeait par une paire de gutres - Par dessus tout le caractre humain de son expression Ctait bien l le motif essentiel de mon tonnement dans la prunelle de lanimal brillait ltincelle spirituelle que javais vainement cherche chez les hommes de Soror CHAPITRE X - Ils sinterpellaient joyeusement en un langage articul et leur physionomie exprimait chaque instant des sentiments humains III- Le gibier en cage A Soror les rgles de la Nature sont totalement renverses Ce sont des animaux qui chassent les humains et les mettent en cage Des clairs de piti traversent de temps autre le regard des geliers mais les prisonniers rassembls comme un troupeau de btail ne comptent pas trop sur lindulgence de leurs matres pour recouvrer leur libert - De grands chariots assez bas furent avancs sur une piste qui se trouvait de lautre ct du filet On nous y enfourna raison dune dizaine par chariot - Bientt les servants nous apportrent manger dans des bassines et boire dans des sceaux - Ils se promenaient devant les cages et nous lanaient de temps en temps quelques fruits samusant beaucoup de la bousculade que cet envoi ne manquait pas de provoquer - Ils semblaient effectuer une sorte de tri dont le critre mchappait Me trouvant finalement plac dans un groupe dhommes et de femmes de fort belle allure je mefforai de me persuader quil sagissait de sujets les plus remarquables Au dehors les singes prparaient le dpart du convoi Une bche fut tendue au-dessus de notre cage rabattue IV- Une scne macabre CHAPITRE X Tout se droule comme dans l une de ces battues de chasse organises par les grands seigneurs sur la plante Terre pour se distraire Aprs la traque et le carnage du gibier vient le moment o les chasseurs exposent leurs trophes aux pieds de leurs compagnes merveilles le tout couronn par une sance photo pour immortaliser le souvenir - Ctait le glorieux tableau de chasse L encore les singes opraient avec mthode Ils plaaient les cadavres sanglants sur le dos cte cte aligns comme au cordeau Puis tandis que les guenons poussaient de petits cris admiratifs ils sappliquaient prsenter le gibier dune manire attrayante Ils

69 allongeaient le bras le long du corps ouvraient les mains la paume en lair Ils tiraient les jambes faisaient jouer des articulations pour enlever au corps son aspect de cadavre rectifiaient i un membre disgracieusement tordu ou bien attnuaient la contraction dun cou Ensuite ils lissaient avec soin les cheveux particulirement ceux des femmes comme certains chasseurs lissent le poil ou la plume de lanimal quils vient dabattre Ai-je dit que ces guenons habilles elles aussi dune faon sportive mais aucune grande recherche se bousculaient pour dcouvrir les plus belles pices et se les montraient du doigt en congratulant leurs seigneurs gorilles Ai-je dit que lune delle sortant dun sac une paire de ciseaux se pencha sur un corps coupa quelques mches dune chevelure brune en fit une boucle autour de son doigt puis bientt imite par toutes les autres la fixa sur son bonnet au moyen dune pingle Dtournant les yeux avec horreur japerus un nouveau personnage qui savanait portant une bote oblongue au bout dun trpied Ctait un chimpanz Je reconnus trs vite en lui le photographe qui devait fixer le souvenir de ces exploits cyngtiques pour la postrit simienne Les gorilles se faisaient dabord prendre dun air triomphant sur une de leurs victimes Les guenons eurent ensuite leur tout et prirent des attitudes gracieuses devant ce charnier CHAPITRE XI RESUME Dans le chariot o il est enferm avec dautres captifs de Soror Ulysse Mrou sefforce de trouver une explication logique aux vnements fantastiques quil a vcus Il labore une premire hypothse peut- tre les singes chasseurs ne sont que des animaux dresss par des hommes appartenant une civilisation plus dveloppe Mais le gibier abattu et enferm dans des cages nest-il pas compos dhommes et de femmes et si les matres les vrais matres de la plante taient des humains comment se fait-il quils tolrent le massacre de gens de leur race par des simiens AXES DE LECTURE I- La recherche dune explication rationnelle Ulysse Mrou qui a assist lhorreur dans ses dimensions les plus inimaginables tente dexpliquer logiquement les faits De nombreuses donnes se bousculent dans son esprit encore afflig par lampleur de la tragdie I-1- Lanalyse des donnes - Je mimaginais chercher un sens aux vnements dont javais t tmoin - Javais besoin de ce travail intellectuel pour chapper au dsespoir qui me guettait pour me prouver que jtais un homme de la Terre une crature raisonnable habitue dcouvrir une explication logique aux caprices en apparence miraculeux de la nature et non une bte traque par des singes volus - Je repassais ma tte toutes mes observations souvent enregistres mon insu Une impression gnrale les dominait toutes ces singes mles et femelle gorilles et chimpanzs ntaient en aucune faon ridicules I-2- L hypothse dUlysse Merou le professeur Antelle scientifique de renom aurait srement trouv une explication plausible aux tranges phnomnes qui se droulent sur la plante Soror mais ce savant minent nest pas l En cons-

70 quence Ulysse Mrou se dbrouille comme il peut pour percer le mystre qui lentoure de toutes parts dautres - Je tentai dchafauder une hypothse qui en vrit ne me satisfit pas beaucoup Peut-tre les habitants de cette plante les tres civiliss sont nous avions aperu les villes peut-tre taient-ils arrivs dresser des singes de faon en obtenir un comportement plus ou moins raisonnable Aprs tout sur Terre certains chimpanzs par-viennent excuter des tours tonnants - Le fait mme quils eussent un langage ntait peut - tre pas aussi extravagant que je lavais cru Je me rappelais maintenant une discussion sur ce sujet avec un spcialiste Il mavait appris que de graves savants passaient une partie de leur existence essayer de faire parler des primates Ils prtendaient que rien dans la conformation de ces btes ne sy opposait - Je me raccrochais avec acharnement cette explication rpugnant avec pouvante en imaginer une autre plus simple tant il me semblait indispensable pour mon salut quil existt sur cette plante de vritables cratures conscientes cest--dire des hommes des hommes comme moi avec lesquels je pourrais mexpliquer CHAPITRES XII-XIII RESUME Les prisonniers sont emmens dans une ville fort civilise entirement peuple de singes Ulysse Mrou et les autres captifs sont ensuite enferms dans des cages fixes dans un btiment part Le journaliste tente dtablir un contact verbal avec les scientifiques qui lobservent mais ses efforts de se faire comprendre sont presque ignors par les simienschapitre XII Une guenon nomme Zira semble sintresser au Terrien qui parle et sourit contrairement aux autres dtenus Lhomme lui tend la main et elle rpond son geste avec un calme prudent Mais il se sent profondment humili lorsque son interlocutrice lui remet un morceau de sucre exactement comme on rcompense un animal obissantchapitre XIII AXES DE LECTURE I- Une ville peuple de simiens CHAPITRE XII Ulysse Mrou esprait trouver des hommes dans la cit o il a t conduit par les chasseurs Sa dception mtine de stupeur est sans limite La ville civilise quil a aperue du vaisseau est habite par Scne du film La Plante des singes de Shaffner 1968

71 des singes Aucune trace dhomme sinon les proies captives lors de la chasse - Jexaminais anxieusement les passants ctaient des singes - Ils taient habills la mode de chez nous et ctaient des singes - Mon espoir de dcouvrir une race humaine civilise devenait chimrique - Des singes nous entourrent aussitt et semployrent calmer lagitation grandissante des prisonniers pour quelques coups de pique I- Le dsir de communiquer Ulysse Mrou fait tout ce qui est en son pouvoir pour prouver aux singes quil est diffrent des autres prisonniers Il tente dtablir un contact avec eux en faisant usage de la parole et dautres moyens dexpressions corporelle une facult que ses compagnons captifs ne possdent pas mais ses tentatives sont toutes voues lchec - Javais dcid de faire mon possible pour tablir un contact avec ces singes - Je lui souris alors mettant toute mon me dans cette manifestation - Comment allez-vous Je suis un homme de la Terre Jai fait un long voyage - Le sens navait pas dimportance Il me suffisait de parler pour lui dvoiler ma vritable nature chapitre XII - Je nen finissais pas dimaginer des plans pour entrer en communication avec les singes - Je me promis de ne plus me laisser aller la colre mais de rechercher avec une impatience inlassable toutes les occasions de montrer mon esprit - Bonjour madame dis-je en minclinant - Madame ou mademoiselle continuai-je - Je tendis un bras vers elle travers la grille la main ouverte - Javais lintuition que je parviendrai entrer en communication avec elle chapitre XIII II- Lattitude des singes En observant lhomme qui se distingue des autres prisonniers par lexpression de ses ides et ses motions les singes adoptent diffrentes attitudes qui vont de la surprise lobservation prcautionneuse - Je lus une intense surprise sur son visage - Il sarrta interloqu et poussa une exclamation - Jamais stupfaction pareille ne sinscrivit sur les traits dun singe Il en resta le souffle coup et la bouche ouverte ainsi que son compagnon chapitre XII - La face de la guenon exprime une intense surprise - Ses yeux clignotrent plusieurs fois et les rides de son front se plissrent - Elle sapprocha encore et posa sa main aux doigts dmesurs sur mon poignet - Celle-ci me le mit elle-mme dans la main avec un charmant sourire Ctait un morceau de sucre chapitre XIII CHAPITRES XIV-XV-XVI-XVII RESUME Les prisonniers sont soumis une srie de tests qui consistent tudier les rflexes conditionns Ulysse Mrou ne comprend pas le but de cette opration au dbut mais il finit par deviner les intentions

72 des gorilles qui lui rappellent les travaux effectus par Pavlov18 sur les chiens Durant les sances suivantes non seulement il russit les tests en se moquant des singes mais il en prvoit les rsultats chapitre XIV Zaus un orang-outan considr comme un grand savant par sa race se montre sceptique au sujet du cobaye exceptionnel Zira quant elle ne peut cacher ses motions en constatant lextrme intelligence du captif chapitre XV Les singes se comportent exactement comme des chercheurs scientifiques qui veulent percer le mystre voilant le comportement de leurs sujets Ces derniers assimils des animaux de laboratoire servent de cobayes Ulysse Mrou qui devine le but des expriences se voit pourtant oblig de ragir comme le souhaitent les matres des lieux chapitre XVI Lpreuve la plus humiliante est sans doute celle o on oblige les sujets saccoupler pour observer leurs pratiques sexuelles Ulysse Mrou enferm avec Nova dans la mme cage refuse de se soumettre aux ordres des scientifiques mais lorsque Zaus ordonne de mettre une matrone la place de la jeune fille il change davis et sexcute sans opposer de rsistance chapitre XVII AXES DE LECTURE I- Les cobayes Les singes agissent exactement comme des chercheurs scientifiques qui veulent tudier et comprendre le comportement de leurs prisonniers Ulysse Mrou qui devine le but des expriences se voit pourtant oblig de ragir comme le souhaitent les matres de Soror pour viter les problmes I-1- Linstinct et lintelligence - Mon gorille gardait une main cache derrire le dos de lautre il tenait un sifflet Il me regarda pour attirer mon attention porta le sifflet sa bouche et en tira une succession de sons aigus cela pendant une minute entire Puis il dmasqua son autre main me montrant avec ostentation une de ces bananes dont javais apprci la saveur Il tint le fruit devant moi sans cesser de mobserver La lumire se fit brusquement dans mon esprit Nova la radieuse Nova stait mise saliver abondamment la vue de cette friandise comme un chien qui lon prsente un morceau de sucre Pendant plusieurs jours peut-tre les singes opraient ainsi coups de sifflet puis prsentation dun aliment favori celui-ci suscitant la salivation chez le sujet Aprs une certaine priode cest le bon sifflet seul qui causerait le mme effet Les hommes auraient acquis des rflexes conditionns suivant le jargon scientifique Comme mon gorille repassait devant moi ayant fini sa tourne je cherchai par tous les moyens attirer son attention Je tapais sur les barreaux je lui montrai ma bouche avec de grands gestes si bien quil daigna recommencer lexprience Alors ds le premier coup de sifflet et avant quil et brandi le fruit je me mis saliver saliver avec rage saliver avec frnsie moi Ulysse Mrou comme si ma vie en dpendait tant jprouvais du plaisir lui prouver mon intelligence Ils revinrent le lendemain avec dautres accessoires Lun portait une cloche lautre poussait devant lui mont sur un petit chariot un appareil qui avait toutes les apparences dune magnto Un des gorilles se mit agiter la cloche qui rendait un son grave pendant que lautre branchait une cble de la magnto sur la cage Quand la cloche eut tint un assez long moment le deuxime oprateur se mit tourner la manivelle de lappareil Lhomme fit un bond en arrire en poussant des cris plaintifs Le but je le savais tait de le faire bondir en arrire ds la perception du son de cloche et avant la dcharge lectrique chapitre XIV Il donna lordre de me faire subir devant lui les tests que lon mimposait depuis la veille Il donna dautres instructions aux gorilles et on minfligea un nouveau tests qui tait une combinaison des deux 18 - Ian Petrovic Pavlov 1849-1936 mdecin et physiologiste russe En 1903 il exposa ses thories sur le rflexe conditionn puis tudia la fonction crbrale Il obtint le prix Nobel de la mdecine en 1904

73 premiersJe me gardai de tomber dans le pige mais tendant ostensiblement loreille dabord vers le sifflet puis vers la puis vers la cloche je massis gale distance des deux le menton dans la main dans lattitude traditionnelle du penseur Chapitre XV I-2- Le comportement amoureux Aprs avoir tudi les rflexes conditionns de leurs sujets la diffrence entre linstinct et lintelligence et le rapport de cause effet les singes procdent des tests pour observer les pratiques sexuelles des captifs qu ils divisent en couples composs dun mme et dune femelle Cette exprience rpugne Ulysse Mrou mme si le hasard lui donne Nova comme partenaire Sa rsistance est vite vaincue par le stratagme diabolique de Zaus - Ces dmons voulaient tudier sur nous sur moi qui me trouvais ml au troupeau par lextrava-gance du destin les pratiques amoureuses des hommes les mthodes dapproche du mle et de la femelle les faons quils ont de saccoupler en captivit - Je me sentis humili comme je ne lavais jamais t et je fis le serment de mourir plutt que de me prter ces manuvres dgradantes - Lhomme faisait sa cour la femme avant de sapprocher delle Il se livrait une parade tout de pas en avant en arrire et de ct - Les gorilles se mirent en tte de my contraindre par la force Oui moi un des rois de la cration Moi lultime chef-duvre dune volution millnaire moi un homme Moi Ulysse Mrou jentamai la faon des paons autour de la merveilleuse Nova la parade de lamour II- La raction des singes II-1-La stupfaction de Zira La guenon chimpanz qui tient manifestement un rang important dans la hirarchie scientifique ne dissimule pas son tonnement face au sujet exceptionnel qui se tient devant elle un tonnement qui se transforme graduellement en douce complicit - En fait lattitude de Zira me prouva quelle au moins tait fortement branle Elle me regarda avec une intensit singulire et son museau blanc se teinta de rose ce qui je lappris plus tard est un signe dmoi chez les chimpanzs - Zira ne put sempcher de battre des mains - Alors reste seule elle revint vers ma cage et mexamina de nouveau en silence pendant une longue minute Puis delle-mme me tendit la patte dun geste amical Je la saisi avec motion en murmurant doucement son nom La rougeur qui colora son museau me rvla quelle tait profondment touche chapitre XV Scne du film de Shaffner

74 I-2- Le scepticisme de Zaus Le savant Zaus quant lui ne se laisse pas convaincre facilement Il observe le sujet multiplie les tests mais ne se prononce pas clairement sur lvaluation des rsultats Son attitude caractrise par le doute et lhsitation irrite profondment Ulysse Mrou - Il tait manifeste que lorang refusait de se laisser convaincre Il pronona deux ou trois sentences dallure pompeuse haussa plusieurs fois les paules secoua la tte puis mit les mains derrire le dos - Quant Zaus il fut en proie une grande nervosit et se remit arpenter le couloir secouant de nouveau la tte dun air incrdule - Mais il n y avait rien faire pour convaincre lorang-outan Ce diable de singe se mit de nouveau hausser les paules dune manire trs dsagrable et secouer la tte avec nergie - Zaus sortit un mouchoir de sa poche et spongea le front Il transpirait mais rien ne pouvait branler son stupide scepticisme Chapitre XV 1-3-Le triomphe de Zaus Le comportement dUlysse Mrou qui cume de rage en voyant Nova courtise par un autre prisonnier et qui refuse de sapprocher de la matrone place dans sa - En me voyant agir ainsi Zaus souriait Ctait la premire marque de bienveillance quil maccordait Il me donner une dernire chance DEUXIEME PARTIE CHAPITRE I RESUME Ulysse Mrou est fatigu de jouer lanimal intelligent Malgr les soins dont il jouit en permanence il prouve le besoin imprieux de se comporter en homme dou de raison et desprit La communication quil tablit avec Zira au moyen de dessins et de figures gomtriques finissent par convaincre la guenon qui lui fait signe de garder le silence en prsence de Zaus AXES DE LECTURE I- Un sujet brillant Les succs remports par Ulysse Mrou au cours des diffrents tests dont il a fait lobjet lui valent certains privilges auxquels les autres prisonniers nont pas droit Cette distinction lui procure un certain bonheur et lui fait oublier momentanment les dsagrments de la captivit - Je madaptai avec une aisance remarquable aux conditions de vie dans ma cage

75 - Je vivais dans une flicit parfaite dans la journe les singes taient aux petits soins pour moi la nuit je partageais la litire dune des plus belles filles du cosmos - Je maccoutumai mme si bien cette situation que pendant plus dun moi sans ressentir lextravagance ni ce quelle avait de dgradant je ne fis aucune tentative srieuse pour y mettre un terme - Ma supriorit sur les autres prisonniers faisait de moi le sujet brillant de ltablissement II- Un homme civilis Ulysse Mrou se rend compte quil agit comme un animal pour faire plaisir ses matres Il trouve ce comportement - Un jour pourtant aprs plusieurs semaines je ressentis une sorte de nause - Le fait est que je rougis de ma lche rsignation Que penserait de moi le professeur Antelle si par hasard il vivait encore et me retrouvait dans cet tat cette ide me devint - Jentrepris de dessiner la silhouette de Nova Je suis assez bon dessinateur et le modle minspirant je russis faire une esquisse convenable qu e je tendis la guenon Ceci rveille aussitt son moi et son incertitude mon sujet - Rassemblant mes souvenirs scolaires je traai la figure gomtrique qui illustre le thorme de Pythagore En tout cas leffet sur Zira fut extraordinaire - Sur une page de carnet je dessinai de mon mieux les trois coniques avec leurs axes et leurs foyers Elle marracha le carnet des mains traa son tour un autre cne je me sentis boulevers par une motion si intense que des larmes me viennent aux yeux et que jtreignis convulsivement ses mains ctait une communion spirituelle qui venait de stablir entre Zira et moi - Alors dans un autre angle de la feuille je dessinai mon vieux systme solaire avec ses plantes principales Jindiquai la Terre CHAPITRE II RESUME Grce la complicit de Zira Ulysse Mrou parvient prouver ses origines terrestres La guenon enfin convaincue multiplie les contacts avec le prisonnier Au fil des jours le captif apprend quelques bribes du langage simien La femelle singe quant elle russit matriser le franais avec une tonnante rapidit Les deux amis peuvent discuter de tout prsent Zira rpond volontiers aux questions de son mystrieux interlocuteur et lui fait dcouvrir des faits incroyables sur le rapport entre les races simienne et humaine Scne du film de Shaffner

76 AXES DE LECTURE I- Le processus volutif La thorie de lvolution est compltement inverse chez les singes Darwin affirme que le singe est lanctre de lhomme mais les matres de Soror prtendent le contraire cest lhomme qui est lanctre du singe Lexpos de Zira se base dans son intgralit sur une seule et mme certitude la supriorit des singes et linfriorit de lhomme La guenon explique Ulysse Mrou que la race simienne sest beaucoup dveloppe au fil des sicles et que la race humaine na pas volu au mme rythme parce quon son intelligence primitive ne sadapte pas aux changements Voil selon ses dires pourquoi les singes sont devenus les matres et les hommes des esclaves - Le singe est bien sr la seule crature raisonnable possdant une me en mme temps quun corps - Singes et hommes sont des rameaux diffrents qui ont volu partir dun certain point dans des directions divergentes les premiers se haussant peu peu jusqu toutes les grandes dcouvertes affirme-t-elle avec vhmence ont t faites par des chimpanzs Le cerveau des singes conclut Zira sest dvelopp compliqu et organis tandis que celui de lhomme na gure subi de transformation - Avec deux mains seulement aux doigts courts et malhabiles dit Zira il est probable que lhomme a t handicap ds la naissance incapable de progresser et dacqurir une connaissance prcise de lunivers A cause de cela il na jamais su se servir dun outil avec adresse Le fait que nous soyons quadrumanes est un des facteurs les plus importants de notre volution spirituelle - Dun tronc qui se perdait la base dans linconnu diverses branches se dtachaient successivement des vgtaux des organismes unicellulaires puis des clentrs des chinodermes plus haut on arrivait aux poissons aux reptiles et enfin aux mammifres Larbre se prolongeait avec une classe analogue nos anthropodes L un nouveau rameau se dtachait celui des hommes Il sarrtait court tandis que la tige centrale continuait slever donnant naissance diffrentes espces de singes prhistoriques aux noms barbares pour aboutir finalement au simius sapiens qui formait les trois pointes extrmes de lvolution le chimpanz le gorille et lorang-outan Ctait trs clair - Sur la Terre javais souvent entendu invoquer des arguments exactement opposs pour expliquer la supriorit de lhomme Aprs rflexion toutefois le raisonnement de Zira ne mapparut ni plus ni moins convaincant que le ntre II- Les familles simiennes La socit des singes est constitue de trois familles les chimpanzs les orangs-outans et les gorilles Ces familles vivent en harmonie Tous les conflits qui les opposait ont t pacifiquement rgls II-1- Les chimpanzs Ce sont les savants et les chercheurs de la plante des singes Leur intelligence les hisse logiquement au sommet de la socit simienne - Une ligne de grands penseurs tous des chimpanzs ont totalement modifi nos ides ce sujet - Presque toutes les grandes dcouvertes ont t faites par des chimpanzs II-2- Les orangs-outans Ils reprsentent la science officielle do les multiples privilges dont ils jouissent

77 - Ils apprennent normment de choses dans les livres Ils sont tous dcors Certains sont considrs comme des lumires dans une spcialit troite qui demande beaucoup de mmoire I-3- Les gorilles Ils reprsentent la force physique Ils tmoignent dune prdilection marque pour la chasse comme nous lavons vu prcdemment - Ce sont des mangeurs de viande dit-elle avec ddain ils taient autrefois des seigneurs et beaucoup ont gard le got de la puissance Ils aiment organiser et diriger Ils adorent la chasse et la vie au grand ai Les plus pauvres se louent pour des travaux qui exigent la force CHAPITRE III RESUME Zira emmne Ulysse Mrou hors de lInstitut des hautes tudes biologiques pour lui faire visiter la ville Mais elle continue le traiter comme une crature infrieure comme un chien plus prcisment Cest pour cela quelle lui passe une laisse autour du coup et la tire derrire elle avec une solide chane Malgr cette prcaution humiliante le prisonnier dcouvre la cit des singes qui nest pas tellement diffrente des mtropoles de la terre AXES DE LECTURE I- Comme un chien tenu en laisse Malgr sa certitude quUlysse Mrou est aussi intelligent quun singe Zira le considre encore comme un animal infrieur qui pourrait menacer ses frres de race Pour viter dventuels problmes elle le tient en laisse exactement comme un chien et multiplie les injonctions pour quil ne commette pas de btises - Mon enthousiasme fut un peu rabattu quand je maperus quelle allait me tenir en laisse La guenon parut mcontente et me tira par le cou sans mnagement Si certains hommes apprivoiss pouvaient tre promens dans les rues sans causer de scandale il tait plus normal que je fusse attach Par la suite si je me montrais vraiment docile il ntait pas impossible quelle pt me sortir sans entrave Surtout ne vas taviser de te retourner vers les passants en leur montrant les dents ou de griffer un enfant sans mfiance qui sapprocherait pour te caresser Je nai pas voulu te mettre une muselire mais Redevenue srieuse elle tira sur la chane Je me rsignai et me laissais entraner avec docilit II- La cit des singes La ville o se promne Ulysse Mrou est la capitale dune importante rgion de la plante des singes Cela veut dire quil en existe dautres sur Soror toutes gouvernes par les simiens Cependant pour une villes futuriste du troisime millnaire la cit ne surprend pas tout fait le prisonnier Beaucoup de choses quil voit lui rappellent la lointaine civilisation de la Terre

78 - La ville il fallait bien me rsigner maintenant la voir peuple de singes pitons de singes auto-mobiles de singes commerants de singes affairs et de singes en uniformes prposs au maintien de lordre- Elle ne me produisit pas une impression extraordinaire Les maisons taient semblables aux ntres les rue assez sales comme nos rues La circulation tait moins dense - Ce qui me frappa le plus ce fut la faon dont les pitons traversaient les voies Il n y avait pas pour eux de passages clouts mais des chemins ariens constitus par un petit treillis mtallique larges mailles auquel ils saccrochaient de leurs quatre mains Tous taient chausss de gants de cuir souple qui nempchaient pas la prhension CHAPITRE IV RESUME Ulysse Mrou apprend le cur serr que les singes pratiquent dhorribles expriences sur les hommes de Soror mais Zira parvient lui faire accepter cette triste vrit Elle projette par ailleurs de rvler sa vraie nature la communaut scientifique de Soror lors dun grand congrs qui aura lieu dans la ville Cornlius son fianc consent laider aprs avoir assist de ses propres yeux au comportement hallucinant du prisonnier AXES DE LECTURE I- Lhomme un objet dexpriences La conversation avec Zira rvle Ulysse Mrou de cruelles vrits sur les singes de Soror Ces derniers utilisent les hommes comme de vulgaires cobayes pour mener leurs expriences scientifiques Le prisonnier a dj fait les frais de ces pratiques mais cest la premire fois quil apprend que les sujets sont parfois limins de sang froid au cours des oprations - Nous avons cependant dj envoy des satellites artificiels autour de notre plante le dernier tait mme occup par un tre vivant un homme Nous avons d le dtruire en vol faute de pouvoir le rcuprer - Cest l que nous pratiquons certaines oprations trs dlicates sur le cerveau greffes recherche et altration des centres nerveux ablation partielle et mme totale - Le cerveau de lhomme comme toute son anatomie est celui qui se rapproche le plus du ntre Cest une chance que la nature ait mis notre disposition un animal sur lequel nous pouvons tudier notre propre corps Lhomme nous sert bien dautres recherches que tu connatras peu peuEn ce moment mme nous excutons une srie extrmement importante - Cela explique ces battues que nous faisons faire dans la jungle pour nous rapprovisionner Ce sont malheureusement des gorilles qui les organisent et nous ne pouvons les empcher de se livrer leur divertissement favori qui est le tir au fusil Un grand nombre de sujets sont ainsi perdus pour la science Scne de la Plante des singes srie tlvise de Stan Hough

79 II- Le plan de Zira et Cornlius Zira plus convaincue que jamais quUlysse Mrou possde une intelligence gale celle des singes tient absolument faire clater la vrit au grand jour lors dun important congrs scientifique qui aura lieu dans la ville Elle espre profiter de cette occasion pour prouver linexactitude de la thse dfendue par Zaus Cornlius son fianc dcouvre avec bahissement la vrit du prisonnier Il se montre rsolu lui aussi contrecarrer les projets de lorang-outan ttu - Voici ce que je te propose dans un mois se tiendra le congrs annuel des savants biologistes Cest un vnement considrable Un large public y est admis et tous les reprsentants des grands journaux y assistent Or lopinion publique est chez nous un lment plus puissant que Zaus plus puissant que tous les orangs-outans runis plus puissant mme que les gorilles Ce sera l ta chance Cest devant ce congrs en pleine sance quil te faut lever le voile car tu seras prsent par Zaus qui je te lai dit a texprimer clairement devant lassemble et de convaincre la foule ainsi que les journalistes comme tu ma s convaincue moi-mme CHAPITRE V RESUME Dans sa captivit devenue plus reposante grce aux soins de Zira Ulysse Mrou passe son temps lire des livres crits par les singes Cette activit lui permet de dcouvrir normment de choses sur lorganisation politique et sociale des singes ainsi que sur leur got prononc pour la recherche scientifique dans le domaine de la biologie plus particulirement AXES DE LECTURE I- Lorganisation politique des singes La conception politique des singes na rien voir avec celle des nations terrestres Considrant quils sont tous de la mme race ils suppriment les barrires qui les sparent et vivent harmonieusement dans une mme communaut Les trois familles simiennes sont reprsentes dans le Parlement pour prserver les intrts de leurs populations respectives - Les singes ne sont pas diviss en nations La plante entire est administre par un conseil de ministres la tte duquel est plac un triumvirat comprenant un gorille un orang-outan et un chimpanz A ct de ce gouvernement il existe un Parlement compos de trois Chambres la Chambre des gorilles celle des orangs-outans celle des chimpanzs chacune de ces assembles veillant aux intrts des siens II- Lorganisation sociale La socit simienne se compose comme nous lavons vu de trois familles principales les gorilles les orangs-outans et les chimpanzs Labsence de diffrences entre les souches transforme Soror en

80 plante idale o rgne la paix et le bien tre Cette conception dun monde sans guerre soppose avec force la vie sur la Terre ravage par les conflits sanglants - Lunification de la plante labsence de guerre et de dpenses militaires - il n y a pas darme mais seulement une police - mapparaissaient comme autant de facteurs propres favoriser des progrs rapides dans tous les domaines chez les singes Cela nest pas le cas Quoique Soror soit probablement un peu plus ancienne de la Terre il est clair quils sont en retard sur nous pour beaucoup de points I-1- Les gorilles et la puissance - Les gorilles ont gard le got de lautorit et forment encore la classe la plus puissante Ils excellent dans lart de tracer des directives gnrales et de manuvrer les autres singes Ils obtiennent tout ce quils veulent de ceux-ci en jouant de leur orgueil Les gorilles remplissent en gnral des emplois subalternes ncessitant de la vigueur Les gorilles sont des chasseurs I-2- Les orangs-outans les dfenseurs de la tradition - Certains se poussent parfois dans la politique les arts et la littrature Pompeux solennels dpourvus doriginalit et de sens critique acharns maintenir la tradition aveugles et sourds toute nouveaut adorant les clichs et les formules toutes faites - Dous dune grande mmoire ils apprennent normment de matires par cur Ils rptent ce quils ont lu ce qui leur attire de la considration de la part de leur frres orangs-outans Des gorilles les poussent et les maintiennent un poste honorifique soccupant de leur faire obtenir titres et dcorations dont ils raffolent Cela jusquau jour o ils cessent de donner satisfaction Dans ce cas ils sont impitoyablement congdis et remplacs par dautres singes de la mme espce Ils fabriquent aussi tous les livres denseignement propageant des erreurs grossires dans la jeunesse simienne I-3- Les chimpanzs et lesprit de recherche - Ceux-ci semblent bien reprsenter llment intellectuel de la plante Ce nest pas par forfanterie si Zira tient que toutes les grandes dcouvertes ont t faites par eux Ils crivent la plupart des livres intressants dans les domaines les plus divers Ils paraissent anims par un puissant esprit de recherche Les chimpanzs ont un esprit beaucoup plus critique Depuis quelques annes ils semblent mme mettre un acharnement singulier battre en brche les axiomes de la vieille idole II- Le got des expriences biologiques Les expriences scientifiques occupent une place trs importante dans la socit simienne mais elles ne concernent que le domaine de la biologie lanatomie du corps humain plus prcisment - Il semble qune partie de la population simienne soit occupe des tudes biologiques Le ravitaillement en matriel humain demande des entreprises organises Tout un peuple de chasseurs rabatteurs transporteurs vendeurs et employs dans cette industrie la tte de laquelle on trouve toujours des gorilles Je crois que ces entreprises sont prospres car les hommes se vendent cher - Cet esprit de recherche il me faut encore souligner quil est principalement ax dans une direction les sciences biologiques et en particulier ltude du singe lhomme tant linstrument dont ils se servent pour ce but Celui-ci joue donc un rle essentiel quoique assez humiliant dans leur existence Il est heureux pour eux quil y ait un nombre considrable dhommes sur leur plante Jai lu une tude prouvant quil y a plus dhommes que de singes Mais le nombre de ceux-ci va en augmentant tandis que la population humaine diminue et dj certains savants sont inquiets pour le futur ravitaillement de leurs laboratoires

81 CHAPITRE VI RESUME Ulysse Mrou dcouvre dautres aspects de la vie simienne en compagnie de Zira qui lui sert de guide Il admire avec bahissement les uvres ralises par les singes dans le domaine de lart pictural plus particulirement Sa visite de la ville lui permet galement dassister des preuves sportives qui exigent de lendurance et beaucoup de force Dans le jardin zoologique o sont enferms les hommes de Soror comme des animaux exotiques19 il repre le professeur Antelle Ce dernier ne reconnat pas son compagnon de voyage il se comporte exactement comme les autres captifs et ne parvient pas prononcer la moindre syllabe AXES DE LECTURE I- Lart et le sport La vie des simiens semble calque sur celle des hommes Beaucoup dindices confirment ce constat au fur et mesure que progresse le rcit Comme les humains les singes connaissent la peinture et pratiquent de nombreux sports ce qui prouve encore une fois ltonnant dveloppement de leur intelligence -Javais admir des reproductions de tableaux classiques portraits de singes clbres scnes champtres nus de guenons lascives autour desquelles voletait un petit singe ail reprsentant lamour peintures militaires datant de lpoque o il y avait encore des guerres figurant de terribles gorilles revtus duniformes chamarrs Las singes avaient eu aussi leurs impressionnistes et quelques contemporains se haussaient lart abstrait - Zira mavait emmen voir un jeu ressemblant notre football une rencontre de boxe qui mavait fait frmir entre deux gorilles et une runion dathltisme o des chimpanzs ariens senlevaient au moyen dune perche une hauteur prodigieuses II- Les animaux humains Ulysse Mrou observe longuement les hommes enferms dans des cages et qui sont exposs dans cet tat pour offrir un spectacle aux visiteurs Lattitude des captifs blesse sa dignit Son amertume devient encore plus intense lorsquil reconnat parmi les prisonniers lillustre professeur Antelle la sommit de la science sur la Terre qui est rduit tendre la main comme un mendiant pour obtenir quelque chose manger Cette scne horrible le plonge dans un profond chagrin - Ils faisaient preuve dune activit fbrile dsormais gambadant se bousculant se donnant en spectacle se livrant mille facties Ctait bien un spectacle Il sagissait pour eux de sattirer la bonne grce des petits singes Quand celle-ci la rcompense tombait au milieu dun groupe il y avait des bourrades des coups dongle et des cheveux arrachs le tout ponctu de cris aigus danimaux en colre Quand ils voyaient un bambin singe plonger les doigts dans un sac ils rendaient vers lui une main implorante La veulerie de ces cratures mcurait et je me sentais rougir de honte en constatant une fois de plus combien elles me ressemblaient physiquement - La devant moi parmi le troupeau ctait bien lui mon compagnon de voyage le chef et lme de notre expdition le fameux professeur Antelle Mon motion se transforma peu peu en une stupeur douloureuse quand je maperus que son comportement tait exactement le mme que celui des autres 19 - Venus de pays trangers

82 hommes Il faisait partie lui de ces sages qui ne se mlaient pas aux bagarres mais tendaient la main travers les barreaux avec une grimace de mendiant Le savant le prit sassit les jambes croises et commena le dvorer gloutonnement CHAPITRES VII-VIII-IX RESUME Ulysse Mrou sapprte vivre un vnement extraordinaire Il doit prononcer un discours devant le congrs scientifique compos dillustres savants simiens pour prouver son intelligence Cette perspective le dstabilise compltement La foule trs nombreuse venue assister sa prestation gle son ardeur mais il parvient profrer les premiers mots pour attirer lattention de lassistance chapitre VII Dans un langage simien parfaitement bien matris le prisonnier sadresse lassemble percluse de surprise et multiplie les arguments pour montrer quil est un tre dou de raison et desprit Il enchane ensuite avec son aventure personnelle depuis le dpart de la Terre jusqu latterrissage sur Soror Son expos entrane les rsultats escompts Toute la salle se lve et lapplaudit avec enthousiasme chapitre VIII Le Grand Conseil dcide finalement de lui accorder la libert sans plus tarder Cornlius et Zira ont de grands projets pour leur protg chapitre IX AXES DE LECTURE I- Ulysse Mrou avant le discours Le prisonnier se sent submerg par une foule dmotions avant le moment dcisif Sa peur augmente la vue de la foule bruyante qui occupe les gradins de lamphithtre et qui doit dcider de son sort car rappelons-le lopinion publique est plus forte que le gouvernement Soror Chapitre VII I-1- Les motions du captif terreur quon ne me laisst pas perler - Ainsi encadrs de deux gardes du corps je pntrai dun pas ferme dans la salle de runion Ds que je fus entr je marrtai bloui et dcontenanc - Je fus saisi dun vertige et me demandai encore une fois si je ne rvais pas - Je chancelai et tentai de me ressaisir I-2- La foule simienne - Il y aura la foule des grands jours et la totalit de la presse Tous sont alerts et pressentent un vnement insolite Jtais au fond dun gigantesque amphithtre dont tous les gradins autour et au-dessus de moi taient couverts de singes leur nombre maccablait Au-del des autorits plusieurs rangs taient rservs aux collaborateurs subalternes des savants Une tribune tait amnage ce mme niveau pour les journalistes et les photographes Enfin plus haut encore se pressait la foule un public simien qui me parut surexcit Je fus du et ne pus dcouvrir un singe familier parmi linfernale lgion de singes qui mentourait

83 II- Les arguments du prisonnier Ulysse Mrou veut prouver quil a une intelligence et une raison qui font de lui lgal des singes Pour convaincre le congrs prsid par dminents simiens il utilise une srie darguments qui reposent sur une habile entre en matire et sur la rigueur scientifique CHAPITRE VIII I-1- Une habile entre en matire - Je sais que mon apparence est grotesque ma forme repoussante mon profil bestial mon odeur infecte la couleur de ma peau rpugnante Je sais que la vue de ce corps ridicule est une offense pour vous mais je sais aussi que je madresse aux plus savants et aux plus sages de tous les singes ceux dont lesprit est capable de slever au-dessus des impressions sensibles et de percevoir lessence subtile de ltre par-del une pitoyable enveloppe matrielle Entendez-moi singes car je parle et non pas je vous lassure comme une mcanique ou un perroquet Je pense et je parle et je comprends aussi bien ce que vous dites que ce que jannonce moi-mme Tout lheure si vos seigneuries daignent minterroger je me ferai un plaisir de rpondre de mon mieux leurs questions - Depuis que jai appris vous connatre vous mtes extraordinairement sympathiques et je vous admire de toute mon me chapitre IX I-2- Les arguments scientifiques - Je mapprochai dun tableau noir et maidant de quelques schmas je dcrivis de mon mieux le systme solaire et fixai sa position dans la galaxie Mon expos fut encore cout dans un silence religieux Donc sur cette Terre cest dans la race humaine que lesprit sincarna Cest ainsi et je ny peux rien Tandis que les singes - jen suis boulevers depuis que jai dcouvert votre monde - tandis que les singes sont rests ltat sauvage ce sont les hommes qui ont volu Cest dans le crne des hommes que le cerveau sest dvelopp et organis Ce sont les hommes qui ont invent le langage dcouvert le feu utilis les outils Ce sont eux qui amnagent ma plante et en transforment le visage I-3- Le message du Terrien Le prisonnier rassur par lattitude favorable de son auditoire profite de cet avantage pour montrer que ses intentions ne sont gure hostiles Il lance un appel aux simiens et les invite une collaboration avec les hommes pour construire ensemble un avenir meilleur - Voici donc le plan que je suggre aux grands esprits de cette plante Je puis certainement vous tre utile par mes connaissances terrestres de mon ct jai appris plus de choses en quelques mois de cage chez vous que dans mon existence antrieure Unissons nos efforts Etablissons des contacts avec la terre Marchons singes et hommes la main dans la main et aucune puissance aucun secret du cosmos ne pourront nous rsister II- Le triomphe de lorateur Le discours dUlysse Mrou prpar durant des jours et des jours remporte un succs retentissant Lovation des singes le rassure normment Il sait quil sera dsormais regard dun il diffrent Soror - La salle se dchana dun seul coup dans un enthousiasme quaucune plume ne saurait dcrire Je savais que javais gagn mon auditoire mais je naurais pas cru possible quaucune assemble au monde pt exploser avec un tel bruit Jen restai abasourdi avec tout juste assez de sang-froid pour observer une

84 des raisons de ce fantastique vacarme Javais ainsi autour de moi un tourbillon de cratures endiables en quilibre sur leurs fesses et battant des quatre membres avec frnsie croire que la coupole allait scrouler cela au milieu de hurlements o dominait la voix basse des gorilles Un nouveau torrent dacclamations que jeus le temps de percevoir avant de mvanouir salua cette attitude chapitre VIII Il mapprit que le Grand Conseil de Soror venait de tenir une sance extraordinaire et de dcider ma libration immdiate Ayant lui-mme demand et obtenu de me prendre comme collaborateur il se frottait les mains la pense de laide que je lui apporterais dans ses recherches - La chambre tait pourvue de tout le confort ctait le dbut dune re nouvelle Mes forces taient revenues et javais hte de me lancer dans ma nouvelle vie Un chimpanz de petite taille entrait me saluant avec une grande courtoisie Jappris que les plus clbres tailleurs staient disputs lhonneur de me vtir Cornlius avait dcid de mimposer dun coup la socit simienne puisque aussi bien jtais maintenant destin vivre parmi elle Jtais le point de mire de tous les regards Je dus donner des autographes de nombreux amateurs chapitre IX III- Une victoire incomplte Limmense joie prouve par Ulysse Mrou est perturbe par la captivit de deux personnages exactement comme les hommes de Soror le plonge dans un horrible chagrin qui assombrit son existence III-1- Nova - Ici videmment dit-elle tu nauras pas Nova Je me dirigeai en tremblant vers la cage de Nova Je mapprochai delle je lui souris je lui parlai Jeus un moment limpression nouvelle quelle suivait ma pense et quelle allait me rpondre Cela tait possible Elle accepta un morceau de sucre que je lui tendis et le dvora pendant que je mloignai le cur gros III-2- Le professeur Antelle - J tais demi ivre quand la pense du professeur Antelle me traversa lesprit Je me sentis submerg par un noir remords Je ntais pas loin de verser des pleurs sur ma propre infamie en songeant que jtais l mamuser et boire avec des singes quand mon compagnon se morfondait sur la paille dans une cage En vrit son il si vivifiant autrefois avait perdu toute flamme et suggrait le mme nant spirituel que celui des autres captifs Il ne rpondit pas une parole Il ne manifesta pas la moindre comprhension mais dun nouveau mouvement furtif semblable celui dune bte apeure il se recula un peu plus Il fit encore un saut en arrire me lanant des regards furtifs - Sa bouche stait entrouverte mais ce ntait pas l le geste volontaire dune crature qui sapprte parler Il en sortit un son de gorge semblable ceux qumettaient les tranges hommes de cette plante pour exprimer la satisfaction ou la peur L devant moi sans remuer les lvres tandis que lpouvante me glaait le cur le professeur Antelle poussa un long ululement 20 - Changement total

85 TROISIEME PARTIE CHAPITRE I RESUME Ulysse Mrou profite pleinement de sa libert Il participe mme aux travaux de recherche de lInstitut avec Cornlius qui a pris les commandes de ltablissement aprs le limogeage de Zaus Il essaie dapprendre parler aux prisonniers notamment Nova et de faire sortir le professeur Antelle de son trange silence mais ses tentatives naboutissent pas Cornlius lui propose de laccompagner dans un voyage pour laider percer le mystre de quelques ruines dcouvertes dans un dsert loin de Soror La perspective dune diversion rjouit normment le hros AXES DE LECTURE I- Le cobaye devenu chercheur Ulysse Mrou a donn suffisamment darguments pour prouver son intelligence Le statut particulier dont il jouit lui permet dentreprendre des recherches sur les hommes de Soror dans lespoir damliorer leur condition Il essaie de tirer le maximum de profit de ses connaissances pour raliser ses objectifs mais les rsultats obtenus sont loin dtre encourageants - Pour moi je participai aux recherches du savant non plus comme cobaye mais comme collaborateur Cornlius navait dailleurs obtenu cette faveur quavec de grandes difficults et aprs beaucoup de rticences du Grand Conseil - Je me dirigeai vers le btiment de lInstitut o javais t autrefois prisonnier Avec laccord de Coenlius javais entrepris l une tude systmatique des hommes - Depuis un mois malgr ma patience et mes efforts je nai pas russi moi non plus leur faire accomplir des performances suprieures celle de btes bien dresses Un secret instinct mavertit quil y a pourtant en eux des possibilits plus grandes - Je voudrais leur apprendre parler Cest cela ma grande ambition Je n y avais pas russi ce qui mencourage cest linsistance nouvelle de tous les regards chercher le mien Il me semble voir poindre une certaine curiosit dune essence suprieure la perplexit animale - Avant mme que jaie ouvert la bouche elle essaie de prononcer les quatre ou cinq syllabes quelle a apprises Elle y met une application vidente Elle esquisse le mme geste Mais je la vois changer dun seul coup de physionomie et elle montre les dents - Cest un orang-outan qui dirige les fouilles et on ne peut gure compter sur lui pour interprter correctement ces vestiges Il y a l une nigme qui me passionne et qui peut apporter des lments dcisifs pour certaines recherches que jai entreprise LAcadmie menvoie l-bas en mission et je crois que votre prsence serait trs utile CHAPITRE II RESUME Pendant le voyage bord dun avion confortable Cornlius qui a longtemps entour ses recherches dun grand secret dvoile enfin les raisons de son accablement Il veut rsoudre lnigme de lorigine

86 simienne et de la lenteur de son dveloppement Sa conversation avec Ulysse Mrou claire sa lanterne sur de nombreux points AXES DE LECTURE I- Le mystre des origines simiennes Cornlius qui dirige prsent lInstitut peut enfin rvler sa thorie sur lvolution de lespce simienne thorie quaurait sans doute conteste Zaus Grce lintelligence de son compagnon de voyage il espre enfin lucider lnigme de sa race I-1- Des recherches secrtes - Il tait soucieux Il travaillait normment poursuivant des recherches personnelles qui labsorbaient au point de lui occasionner parfois des moments dabsence totale Il avait toujours gard le secret au sujet de ces travaux et je crois que Zira les ignorait comme moi Je savais seulement quils taient en rapport avec lorigine du singe et que le savant chimpanz tendait de plus en plus scarter des thories classiques Ce matin-l il men dvoila pour la premire fois quelques aspects et je ne tardai pas comprendre pourquoi mon existence dhomme civilis tait si importante pour lui I-2- Le secret de la stagnation des singes - Vous mavez bien dit Ulysse que sur votre Terre les singes sont de vritables animaux Que lhomme sest lev un degr de civilisation qui gale le ntre et qui sur beaucoup de points mme - Nous pntrons maintenant les secrets que vous avez dcouverts il y a quelques sicles Et ce ne sont pas seulement vos dclarations qui magitent continua-t-il Je suis depuis longtemps harcel par lintuition que ces secrets ici mme pour notre plante dautres intelligences en ont possd la cl dans un pass lointain - Zira murmura Cornlius avec une sorte daccablement nest-ce pas cet esprit de singerie qui nous caractrise nous aussi - Ils les orangs-outans ont une importance capitale puisque ce sont eux qui forment la jeunesse par leurs livres Ils obligent lenfant singe rpter toutes les erreurs de ses anctres - Cette lenteur du dveloppement chez les singes mrite quelques commentaires Jen avais t frapp en tudiant leur histoire sentant l des diffrences importantes avec lessor de lesprit humain - Lge obscur que dplorait le chimpanz stait tendu sur environ dix mille annes Pendant cette re aucun progrs notable navait t ralis Mais ce qui tait extrmement curieux pour moi cest que leurs premires lgendes leurs premires chroniques leurs premiers souvenirs tmoignaient dune civilisation dj trs avance - Ce que je recherche avec passion ce que je veux trouver cest comment tout cela a commenc Aujourdhui il ne me parat pas impossible que ce soir par une simple imitation lorigine de notre re Il me faut des preuves Peut-tre les trouverons-nous dans les ruines de la cit ensevelie CHAPITRES III -IV RESUME Sur le site archologique o on a trouv une cit entire ensevelie sous le sable Cornlius fait une prodigieuse dcouverte Dans les ruines il tombe sur une poupe de forme humaine fabrique en

87 porcelaine et qui prononce au moyen dun mcanisme rest intact le mot papa Ulysse Mrou se sent fascin par lobjet qui lui rappelle ses origines Mais le savant singe regrette manifestement de lavoir embarqu dans cette incroyable aventure et dcide de le renvoyer Soror chapitre III A bord de lavion qui le ramne la capitale des singes le Terrien essaie dexpliquer le mystre des origines simiennes grand renfort de suppositions et dassimilations suggestives chapitre IV AXES DE LECTURE I- Limitation la cl de vote du mystre Ulysse Mrou est hant par lnigme de la race simienne Il passe son voyage vers Soror examiner les hypothses et multiplier les suppositions Il essaie de prouver que cest limitation qui a lev les singes au rang de cratures doues dintelligence et de parole Les exemples sur lesquels sappuie son raisonnement vont tous dans ce sens - Cst dans cette voie je le sais que se trouve la solution de lirritant mystre e simien Je maperois que mon inconscient avait toujours rv quelque explication de ce genre Supposons donc lexistence lointaine dune civilisation semblable la ntre sur la plante Soror Est-il possible que des cratures dnues de sagesse laient perptue par un simple processus dimitation Mais il sagit de cratures vivantes possdant un certain degr de psychisme comme les singes Et justement les singes sont dous dun sens aigu de limitation - Cela les singes imitateurs par essence doivent tre capable de le raliser la condition encore quils puissent utiliser le langage cest ici que lopinion de certains savants biologistes prend toute sa valeur il nexiste rien dans lanatomie du singe qui soppose lusage de la parole - Notre industrie ne rsista pas longtemps mon analyse Il mapparut avec vidence quelle ne ncessitait la prsence daucune initiative rationnelle pour se propager dans le temps Pour continuer notre systme les gorilles nauraient qu imiter quelques attitudes et prononcer quelques harangues toutes claques sur le mme modle - Le dfenseur tait un matre de barreau Pourquoi mapparaissait-il maintenant sous les traits dun fier gorille ainsi dailleurs que lavocat gnral une autre clbrit Pourquoi assimilais-je le dclenchement de leurs gestes et de leurs interventions des rflexes conditionns provenant dun dressage Pourquoi le prsident du tribunal e confondait-il avec un orang-outan solennel rcitant des phrases apprises par cur Il me fallait vraiment toute ma connaissance antrieure des singes pour parvenir les considrer comme des cratures raisonnables - Je voyais ici les membres de cette foule insane sous des apparences humaines Ctaient des hommes qui me paraissaient ainsi hurlants aboyant et suspendant au bout dun filin pour atteindre au plus vite leur but - Je ne parvins pas chapper cette sorte dhallucination quen revenant mon bauche de thorie sur les origines de la civilisation simienne et je dcouvris de nouveaux arguments en sa faveur dans cette rminiscence CHAPITRE V RESUME Ulysse Mrou tombe malade force danalyser les faits pour remonter lorigine des singes Comment les simiens ont-ils pu remplacer lhomme Cette question le harcle sans cesse mais il ne dsespre pas Il remarque comme un changement dans le regard des captifs du laboratoire et espre

88 rgnrer un jour lespce humaine sur Soror Il se considre comme un tre exceptionnel envoy par le destin pour accomplir ce miracle Au cours de sa tourne dans le laboratoire il constate avec frayeur que la cage de Nova est vide Zira lui apprend que la captive a t transfre dans un btiment spcial parce quelle est enceinte AXES DE LECTURE I- Le dlire dUlysse Mrou Ulysse Mrou encore sous leffet de la fivre de la dcouverte continue sinterroger sur les causes qui ont transform les hommes en animaux et les singes en tres intelligents Aprs rflexion il aboutit la conclusion que sa prsence sur ltrange plante nest pas le fruit du hasard Le destin la envoy Soror pour aider les hommes reconqurir lunivers comme ils lavaient fait des millnaires auparavant I-1- Lvolution simienne et la stagnation humaine - Comment cela a-t-il pu se produire Mon dlire tourne sans fin autour de ce problme - Choc brutal Cataclysme Ou bien lente dgradation des uns et ascension progressive des autres Je penche pour cette dernire hypothse et je dcouvre des indices extrmement suggestifs au sujet de cette volution dans la condition et dans les proccupations actuelles des singes - Cette importance quils accordent aux recherches biologiques par exemple eh bien jen saisi clairement lorigine Dans lordre ancien beaucoup de singes devaient servir de sujets dexprience aux homme - Ils auront alors naturellement commenc par imiter les gestes et les attitudes observs chez les matres I-2- Lenvoy du destin - Je vois maintenant ces cratures sous un jour nouveau Est-ce que je rve en y dcelant une nuance nouvelle Un reflet impossible dcrire mais o il me semble distinguer la curiosit veille une motion insolite des ombres de souvenirs ancestraux qui cherchent merger de la bestialit et peut- trelclat incertain de lespoir Nest-ce pas moi Ulysse Mrou lhomme que le destin a conduit sur cette plante pour tre linstrument de la rgnration humaine Le Bon Dieu ne joue pas aux ds Il n y a pas de hasard dans le cosmos Mon voyage vers le monde de Btelgeuse a t dcid par une conscience suprieure A moi de me montrer digne de ce choix et dtre le nouveau sauveur de cette humanit dchue Je me force de ne pas courir vers la cage de Nova Lenvoy du destin a-t-il le droit davoir des favorites je madresse chacun de mes sujetsce nest pas encore aujourdhui quils parleront je men console jai toute la vie pour accomplir ma mission CHAPITRE VI RESUME La grossesse de Nova engendre des sentiments contrasts chez Ulysse Mrou qui a limpression dtre lobjet dune odieuse machination La naissance dune crature doue dintelligence et de langage risque de rgnrer lespce humaine sur Soror cest sans doute cette perspective qui inquite les singes Lorsque le pre du futur enfant aborde la question avec Cornlius ce dernier aprs lui avoir fait part des

89 tonnantes dcouvertes de la ville ensevelie espre que le nouveau-n ne fera jamais usage de la parole car une telle capacit lexposera ainsi que ses parents de terribles dangers AXES DE LECTURE I- La race simienne en danger Ulysse Mrou espre de tout cur que son enfant se comportera comme un tre humain qui parle raisonne et exprime ses motions Cest grce des cratures comme le bb tant attendu quil pourra rendre lhumanit la supriorit dont elle avait joui dans le pass Mais ses espoirs se heurtent lopposition de Cornlius partant de tous les singes qui tient ce que la race simienne se dveloppe encore plus lavenir - Ce sera probablement un enfant comme tous les petits de Soror Jespre que non Je suis certain quil parlera Ne le souhaitez pas trop dit gravement Cornlius dans son intrt et dans le vtre Sil parlait je ne sais pas si je pourrais continuer vous protger comme je le fais Vous ne vous rendez pas compte que le Grand Conseil est alert et que jai reu des ordres trs stricts pour tenir cette connaissance secrte Si les autorits savaient que vous tes au courant je serais limog ainsi que Zira et vous vous retrouveriez seul Cest bien ce que je pensais je suis considr comme un danger pour la race simienne II- Des preuves irrfutables Cornlius a enfin mis la main sur des indices concrets qui prouvent que lhomme a vcu sur Soror dix mille ans auparavant Les preuves sont des squelettes humains parfaitement bien conservs Tout laisse donc supposer que le singe descend de lhomme - Passionnant Je tiens un ensemble de preuves irrfutables Des squelettes non pas un mais un ensemble retrouv dans des circonstances et dans un ordre tel quil sagit sans contestation possible dun cimetire Ce sont des squelettes dhomme Je suis certain aujourdhui quil a exist sur notre plante une race dtres humains dots dun esprit comparable au vtre et celui des hommes qui peuplent votre Terre race qui a dgnr et est revenue ltat bestial- Vous auriez tort de croire que les singes furent toujours des imitateurs Nous avons fait des innovations remarquables dans certaines branches de la science particulirement en ce qui concerne ces expriences sur le cerveau - Un jour viendra o nous dpasserons les hommes dans tous les domaines Ce nest pas par suite dun accident que nous avons pris leur succession Cet vnement tait crit dans les lignes normales de lvolution Lhomme raisonnable ayant fait son temps un tre suprieur devait lui succder conserver les rsultats essentiels de ses conqutes les assimiler pendant une priode de stagnation apparente avant de senvoler pour un nouvel essor CHAPITRES VII-VIII RESUME Hlius un jeune chimpanz passionn dexpriences biologiques fait visiter sa section Ulysse Mrou Il lui montre des sujets qui ont subi des oprations sur diffrentes parties du cerveau et commente les rsultats avec une vidente satisfaction Le Terrien cur par le spectacle insoutenable auquel il assiste ne cache pas son inquitude au sujet de Nova et de son futur enfant chapitre VII Cornlius invite ensuite le visiteur assister un vnement inou Dans une salle part un homme et une femme attaches sur une table laide de solides sangles se mettent parler dans le langage simien Le

90 sujet mle prononce un discours incohrent comme un perroquet qui imite ce quil entend mais le sujet femelle sexprime avec une extraordinaire clart Grce des procds physico-chimiques qui rveillent la mmoire individuelle mais aussi la mmoire collective de lespce humaine la femme raconte comment les singes ont progressivement pris le dessus sur lhomme depuis des milliers dannes chapitre VIII AXES DE LECTURE I- Les horreurs de la section encphalique Dans la section dirige par Hlius se droulent des expriences effectues sur le cerveau humain Ces oprations quUlysse Mrou trouve monstrueuses permettent aux singes dtudier lanatomie de lhomme pour mieux comprendre les secrets du processus volutif - Ce garon est affam il n a pas mang depuis vingt-quatre heures Cependant il ne ragit pas en prsence de sa nourriture favorite Cest le rsultat de lablation dune partie du cerveau antrieur - Celui-ci lcriteau indiquait quon lui avait enlev toute une zone de la rgion occipitale Il ne distinguait plus la distance ni la forme des objets - Il tait incapable dviter un bton plac en travers de sa route Au contraire un fruit lui inspirait de lmoi Aujourdhui il a oubli toute son ducation Il ignore son nom Il ne sait plus rien faire Il est devenu le plus stupide de nos hommes cela la suite dune opration particulirement dlicate lextraction des lobes temporaux-Je vis une jeune mre dont linstinct maternel avait compltement disparu aprs une intervention sur le cortex cervical Elle repoussait avec violence un de ses enfants en bas ge Les sujets taient allongs ici sur une sorte de table Une incision dans le crne mettait nu une certaine rgion du cerveau Un singe appliquait les lectrodes pendant quun autre surveillait lanesthsie II- Une exprience extraordinaire Cornlius et Hlius laissent le meilleur pour la fin Lexprience laquelle ils invitent Ulysse Mrou est extraordinaires sous tous les rapports elle prouve concrtement que les sujets tous des humains peuvent parler Mieux encore ils peuvent se rappeler des faits antrieurs trs lointains des faits vcus par eux mais aussi par lensemble de lespce humaine mmoire collective Cette fabuleuse dcouverte laisse le Terrien sans voix - Jinterrogeais Cornlius quand le miracle se produisit Lhomme parlait Sa voix retentit qui me fit sursauter Ce ntait pas une hallucination de ma part Il sexprimait en langage simien avec la voix dun homme de la terre ou celle dun singe de cette plante Jallais pousser une exclamation Il rptait sans cesse des bouts de phrases souvent prononces par des infirmiers ou des savants Ecoutez-moi cette femme parle elle aussi vous allez lentendre mais elle ne rpte pas des paroles entendues en captivit Ses discours ont une signification exceptionnelle Par une combinaison de procds physico-chimiques le gnial Hlius a russi rveiller en elle non seulement la mmoire individuelle mais la mmoire de lespce Ce sont les souvenirs dune trs lointaine ligne danctres CHAPITRE IX RESUME Les rsultats tonnants des expriences dHlius commencent sbruiter en ville Par ailleurs la presse tout entire parle des dcouvertes de Cornlius dans la cit ensevelie Des hommes qui parlent et qui sont cela devient de plus en plus certain les anctres des singes reprsentent une grande menace sur

91 la race simienne Ulysse Mrou ne se sent pas en scurit Il veut sassurer que Nova et son fils n depuis trois jours vont bien Zira arrange secrtement une rencontre pour lui permettre de voir son enfant Le pre transport de joie mise dimmenses espoirs sur le nouveau-n quil considre comme un nouveau Christ AXES DE LECTURE I- Les retombes e la prodigieuse exprience Les expriences menes avec succs par Hlius sont la preuve irrfutable que lespce humaine peut parfaitement bien reconqurir lunivers lavenir Cette perspective encore lointaine il est vrai inquite la population simienne qui risque de sen prendre aux humains de Soror pour empcher leur dveloppement Ulysse Mrou dont le fils symbolise lmergence dune nouvelle race ne se sent pas labri dventuelles reprsailles21 - On murmure en ville quun savant a russi faire parler des hommes De plus les dcouvertes de la cit ensevelie sont commentes dans la presse et quoique leur signification soit en gnral dforme certains journalistes sont bien prt de souponner la vrit Il en rsulte un malaise dans la population qui se traduit par une mfiance accrue des dirigeants mon gard et une attitude chaque jour un peu plus inquitante Ils parlent de conspiration contre la race simienne et me dsignent plus ou moins ouvertement comme un des factieux Jai frmi devant le nouveau danger quil reprsente Nova a donn le jour un garon Les consignes se secret sont devenues plus svres Je frissonne en songeant aux conditions de son enfance et tous les obstacles qui vont slever sur son chemin CHAPITRE X RESUME Ulysse Mrou Nova et leur bb courent de graves dangers Ils reprsentent une grande menace sur lespce simienne toute entire cest pour cette raison que le Grand Conseil prend des mesures radicales pour mettre un terme dfinitif au dveloppement de lespce humaine inaugur par la naissance du premier enfant de pre Terrien AXES DE LECTURE I- Trois humains supprimer Lexistence dun bb n dun Terrien et dune Sororienne est un vnement qui na jamais t vcu par la communaut simienne Le nouveau venu qui pourrait devenir comme tout porte le croire un tre parlant et raisonnant risque de rgnrer lespce humaine et prcipiter la dchance des singes Pour viter un tel scnario ces derniers dcident de ragir sans plus tarder - Il sourit Il pleure comme un bb singeEt il commence parler Des mots denfant mais tout prouve quil parlera En fait il est miraculeusement prcoceTu ne comprends donc pas que cest une catastrophe jamais les autres ne te laisseront en libert Je sais de source sre que des dcisions trs importantes vont tre prises son sujet par le Grand Conseil qui doit siger dans quinze jours trs graves Il nest pas question de le supprimerpas pour linstant du moins mais on le retirera sa mre Votre fils va tre plac dans une sorte de forteresse sous la surveillance des orangs-outans 21 - Vengeance

92 Il est considr comme un pril pour notre race Je suis atterr Il nest pas possible de laisser mon fils aux mains de ce dangereux imbcile Les orangs-outans vous dtestent parce que vous tes la preuve vivante de leurs errements scientifiques et les gorilles vous trouvent trop dangereux pour continuer circuler librement Ils craignent que vos fassiez souche sur cette plante Jai bien peur que dans quinze jours le Conseil ne dcide de vous supprimer ou du moins de vous enlever une partie du cerveau sous prtexte dexpriences Quant Nova je pense quil sera dcid de la mettre hors dtat de nuire parce quelle vous a approch de trop prs Ce nest pas possible Moi qui mtais vu investir dune mission quasi divine Je redevins le plus misrable des tres II- Une prcieuse complicit Cornlius et Zira se montrent disposs aider Ulysse mrou pour lui pargner ainsi qu Nova et leur fils une fin atroce Ils mettent au point un plan dvasion auquel participent galement dautres chimpanzs de confiance Ulysse Mrou trs mu narrive pas se faire lide de quitter Soror et abandonner ses frres de race leur triste sort - Nous ne tabandonnerons pas Nous avons dcid de vous sauver tous les trois et nous serons aids par un petit groupe de chimpanz courageux Il faut fuir Il faut quitter cette plante Il faut retourner chez toi sur la terre Ton salut et celui de ton fils lexigent Jai promis Zira de vous aider fuir et je le ferai mme si je dois y perdre ma situation Dans dix jours nous devons lancer un satellite artificiel habit par des hommes bien entendu Il a t prvu que les passagers seront au nombre de trois un homme une femme et un enfant Le satellite sera plac sur la trajectoire de votre vaisseau - Le couple dhumains a t entran effectuer quelques manuvres je pense que vous serez encore plus habile queuxCar tel est notre plan vous substituer tous trois aux passagersJai dj les complicits essentielles lassassinat rpugne aux chimpanzs - Je vous ferai suivre un entranement intensif pendant ces dix jours CHAPITRE XI RESUME Ulysse Mrou Nova et Sirius leur fils entreprennent un long voyage interplantaire en direction de la Terre Au terme de deux annes passes dans le vaisseau qui avance la vitesse de la lumire ils entrent enfin dans le systme solaire La terre la plante tant attendue apparat enfin Aprs quelques manuvres le trio atterrit en France laroport Orly plus prcisment Un officier reconnaissable ses galons qui brillent au soleil sapproche de lappareil pour vrifier lidentit de ses occupants Cest un gorille AXES DE LECTURE I- La grande vasion Grce aux conseils pratiques de Cornlius Ulysse Mrou parvient entrer dans le vaisseau et le piloter sans difficult La technologie de pointe qui a t lorigine de la conception de lappareil rend le voyage plus agrable comme le souligne le narrateur maints reprises - Le tour est jou Je vogue de nouveau dans lespace bord du vaisseau cosmique filant comme une comte en direction du systme solaire avec une vitesse qui saccrot chaque seconde Nous sommes en route depuis plus dun an de notre temps propre Nous avons atteint la vitesse de la lumire une fraction infinitsimale prs parcouru en un temps trs court un espace immense et cest dj la priode

93 de freinage qui doit durer une autre anne Le soleil grossit chaque instant Je cherche reprer les plantes dans le tlescope je moriente facilement Je dcouvre Jupiter Saturne Marset la Terre II- Enfin la terre Ulysse Mrou a hte de retrouver la Terre et les hommes qui lhabitent Il est press de raconter ses semblables son aventure extraordinaire sur la plante Soror Son agitation augmente au fur et mesure que le vaisseau sapproche de la plante bleue - Voici la Terre Des larmes me montent aux yeux Il faut avoir vcu plus dun an sur la plante des singes pour comprendre mon motion Je sais aprs sept cents ans je ne retrouverai ni parents ni amis mais je suis avide de revoir de vritables hommes Colls aux hublots nous regardions la terre sapprocher Il nest plus besoin de tlescope pour distinguer les continents - Nous tournons autour de ma vieille plante Jarrte mes fuses en proie une agitation de plus en plus fbrile Quel rcit je vais pouvoir faire mes frres humains III- Un voyage inutile Ulysse Mrou atterrit Orly Paris exactement comme il lesprait Mais son enthousiasme est vite gel Le premier homme quil aperoit laroport un officier militaire selon toute vraisemblance est en fait un gorille Les simiens ont apparemment conquis tout lunivers Le long voyage entrepris depuis Soror jusqu la Terre a donc t pratiquement inutile - Cest un officier jai vu le reflet de ses galons Le commandant de laroport sans doute -Il fait quelques pas vers nous sort des herbes et mapparat enfin en pleine lumire Nova pousse un hurlement marrache mon fils et court se rfugier avec lui dans la chaloupe tandis que je reste clou sur place incapable de faire un geste ni de profrer une parole Ctait un gorille CHAPITRE XII RESUME Le roman se termine comme il a commenc cest--dire par une scne runissant Jinn et Phylis les deux touristes qui passent leurs vacances paisibles dans lespace Le lecteur qui a pris les deux personnages pour des tres humains jusqu prsent ils parlent ils sont fiancs dcouvre sa grande surprise quil sagit en fait de deux chimpanzs A croire que tout le cosmos est peupl de simiens AXES DE LECTURE I- Un message tardif Le manuscrit destin a priori aux humains tombe entre les mains de deux singes Par ailleurs les hommes nexistent plus leur espce a t remplace par les simiens sur la Terre et dans les rgions les plus loignes de lespace Le message quUlysse Mrou esprait envoyer ses semblables pour les avertir du flau qui les menace na donc servi rien Lauteur a savamment entretenu le suspense pour nous faire croire que ce sont deux tres humains qui ont intercept le document de la bouteille et que les hommes prendront peut-tre les mesures ncessaires pour affronter le flau simien mais les dernires lignes du roman infirment cette hypothse

94 Tout lunivers est envahi par les singes dont la technologie sest beaucoup dveloppe comme lannonce le premier chapitre - Puis il commena manuvrer des leviers de commande utilisant ses quatre mains agiles tandis que Phylis ayant chass un dernier doute en secouant nergiquement ses oreilles velues sortant son poudrier et en vue du retour au port avivait dun lger nuage rose son adorable mufle de chimpanz femelle Nous comprenons prsent la porte des jugements mis par les deux personnages qui parlent avec ironie du texte et de son auteur Les deux singes ont du mal croire quil existe des hommes dous - Une belle mystification dit enfin Jinn en se forant un peu pour rire Cela prouve quil y a des potes partout dans tous les coins du cosmos et aussi des farceurs Des hommes raisonnables des hommes dtenteurs de la sagesse Des hommes inspirs par lesprit Non ce nest pas possible EXPLICATION DES MOTS UTILISES DANS LE ROMAN A Abasourdis tonns stupfaits Ablation action denlever un organe par exemple Abjection bassesse Accablement abattement physique Acclimat habitu au climat Affecter toucher physiquement et moralement troubler Altration modification changement Amadouer flatter Anicroche petit obstacle petite difficult Anthropode singe qui prsente une certaine ressemblance avec lhomme Appariement action de mettre en paire en couple Assujettir soumettre Asticoter familier tracasser Assaut attaque Avachi sans nergie dform B Bbord ct gauche dun bateau Barboter sagiter dans leau Batifolage fait de batifoler samuser sbattre jouer Baume pommade Bndiction action de bnir appeler sur quelquun la grce de Dieu Berge bord Berner tromper Bvue erreur Bifurquer se diviser en deux Bouffante qui parat gonfle

95 Branle mouvement de va-et-vient Mettre en branle mettre en mouvement Butte petite lvation de terre Buter heurter contre C Cabriole saut effectu en se retournant sur soi-mme Cacophonie mlange de bruits Calot coiffure pointes porte par les militaires Charivari bruit dsagrable accompagn de cris Carnage massacre Charnier lieu o on enterre plusieurs corps la fois Cataclysme bouleversement dsastre Clentrs animaux marins comme le corail lhydre la mduse etc Cogitation action de rflchir Coi qui se tient tranquille sans parler Conformation disposition des parties dun corps organis Congdier renvoyer Congratuler fliciter Cordeau corde tendue entre deux points pour obtenir une ligne droite Corser donner de la force rendre plus difficile Crpitement fait de crpiter faire entendre un bruit sec et rpt Le crpitement du feu Croisire voyage en mer Cuistre pdant mal lev Cyngtique relatif la chasse D Dbouler filer toute vitesse Dbusquer faire sortir le gibier Dconfite troubl Dcontenanc troubl Dconvenue dception Dfrence respect Dpecer couper en morceaux Docte savant Dsabus dtromp qui na plus dillusions Dsaffect qui ne sert plus ce quoi il tait destin Dsinvolture dcontraction facilit E Ebats fait de sbattre samuser se divertir Eberlu tonn stupfait Echinodermes animaux marins comme ltoile de mer Eclabousser faire rejaillir de la boue Effar troubl stupfait Effarouch effray Emoi motion soudaine

96 Enfourner mettre dans le four Enjoindre ordonner Ensevelie enterre Entrave lien mis entre les pattes des animaux pour gner leur marche Obstacle Eplor qui est tout en pleurs Epuisette petit filet de pche mont sur un cerceau et fix au bout dun bton Escompter sattendre compter sur Etayer appuyer soutenir Excder dpasser les limites Excentrique bizarre Extravagance bizarrerie Exubrant trs abondant F Facis physionomie apparence du visage Factieux qui complote contre le pouvoir Farouche qui ne se laisse pas approcher redoutable dans le combat Fatuit haute opinion de soi-mme Fbrile relatif la fivre Filin cordage de marine Firmament nue ciel Forfanterie vantardise exagration Fourne quantit de personnes qui subissent simultanment le mme sort Fourr buisson Frnsie tat de dlire de fureur dexcitation intense Frtiller se remuer par des mouvements vifs et courts Frileux trs sensible au froid Frustration du verbe frustrer qui signifie priver quelquun de ce qui lui est d Fureteuse qui cherche partout G Gaillardement de manire gaillarde cest--dire robuste et vigoureuse Gambade saut vif Gravitation action de graviter tendre vers un point ou tourner autour dun centre Grotesque ridicule Guenon femelle du singe H Harde vieux vtement Hargneux de mauvaise humeur agressif Hbt stupide abruti Hypnotiser endormir fasciner I Impartial juste quitable

97 Imperceptible quon narrive pas percevoir Imprieusement de imprieux qui signifie pressant quoi on ne peut rsister Imprgn pntr en profondeur Inconcevable quon ne peut pas concevoir Indemne qui na prouv aucun dommage Infamie dshonneur Infect qui inspire le dgot Insane insens Insolite trange bizarre Insonoris protg des bruits Intellect intelligence Interloqu tonn surpris Intersidral situ entre les astres Invectives parole agressives dites pour gronder ou insulter Irrfutable quon ne peut rfuter verbe qui signifie dmontrer la fausset dune ide J Juvnile relatif la jeunesse L Lacrer dchirer mettre en pices Limoger renvoyer Lourdaud lourd de corps et desprit Lumineux relatif la lumire M Machination action mene dans un mauvais but complot Magntique qui a les proprits de laimant Malignit caractre de ce qui est nuisible mauvais ou mchant Matrone grosse femme commune Mtorite corps qui circule dans lespace Muselire appareil quon met au museau des animaux pour les empcher de mordre ou de patre N Narquoisement de manire narquoise cest--dire moqueuse Nonchalance tat de quelquun de nonchalant cest--dire qui ne se soucie de rien Nymphe belle jeune fille O Oblong plus long que large Obtus qui manque dintelligence Occipital de locciput qui dsigne la partie postrieure et infrieure du crne Outrecuidant prtentieux

98 P Ppier crier en parlant des petits oiseaux Premptoire catgorique Perfide qui manque de loyaut Prilleux risqu dangereux Pernicieux nuisible Perplexe qui ne sait quelle dcision prendre Perspicacit intelligence Pidestal support base dune statue dune colonne Pimpant lgant gracieux qui attire lil Prhension action de prhension de saisir Prliminaires qui prcdent lobjet principal Prestement avec agilit Prompt immdiat rapide Prostr effondr affaibli Prouesse courage Pulvriser rduire en poudre Q Quadrumane qui a quatre mains comme un singe par exemple R Rechign mcontent Recrudescence monte Rcalcitrant qui rsiste Rpit repos dtente Remontrance reproche critique Radiation rayonnement nergie mise sous forme dondes Raffoler avoir un got trs vif pour quelque chose Razzia pillage fait sur le territoire ennemi S Seffriter sen aller en poussire Sdentaire qui ne se dplace pas contraire de nomade Spculer rflchir crer des thories Faire des calculs de commerce Profiter de Stagnation tait de ce qui est stagnant cest--dire qui ne progresse pas Sbrouer souffler avec force en secouant la tte en parlant du cheval Se secouer pour se dbarrasser de leau aprs une baignade chien qui sbroue Stupeur immobilit cause par une grande surprise Sceller appliquer le sceau un document Fermer Confirmer affermir Stellaire relatif aux toiles Scaphandre quipement dans lequel circule de lair au moyen dune pompe employ par les plongeurs pour explorer les profondeurs sous-marines Il est galement utilis par les astronautes dans lespace Se rengorger avancer la gorge Prendre une attitude vaniteuse Substratum support ce qui est de fondement de base Store sorte de rideau qui se lve et se baisse

99 Succulent trs dlicieux Subalterne qui est sous la dpendance dun autre infrieur Sphre surface ferme dont les points sont situs la mme distance du centre Simagre singerie manire qui manque de naturel Sbaudir samuser se divertir Simien relatif au singe Succinct court bref Saugrenu bizarre trange Soubresaut saut brusque et inattendu T Trivial vulgaire bas Tenailler tourmenter torturer Tressaillir trembler brivement Trpigner frapper des pieds contre terre Transsidral qui traverse les astres Tribord ct droit dun bateau Trajectoire ligne dcrite par un projectile lanc dans lespace Triumvirat fonction des triumvirs magistrats chargs dune fonction avec deux autres Truchement moyen intermdiaire Tribulations msaventures Taillis bois constitu de petits arbres Trpied support trois pieds Tapinois en en cachette Tmraire qui ne craint pas le danger Terrine rcipient de terre profond V Vagir crier en parlant du livre et du crocodile Vestiges restes historiques par exemple Vivifiant qui vivifie qui donne de lnergie Vellit volont faible et sans effet Vhmence mouvement violent et passionn Z Zle dvouement empressement

100 L A N G U E LA COMPARAISON OBSERVATION Notre amour reste l Ttu comme une bourrique Vivant comme le dsir Cruel comme la mmoire Bte comme les regrets Tendre comme le souvenir Froid comme le marbre Beau comme le jour Fragile comme un enfant Jacques Prvert Cet amour Paroles DECOUVERTE 1- Relve le comparant et le compar dans les deux premiers vers 2- A laide de quel moyen la comparaison sopre-t-elle dans ces deux vers 3- Quel rapport ce moyen exprime-t-il 4- Prcise le point de comparaison dans cet exemple 5- Redis les deux premier vers en utilisant les moyen suivants la place d e comme tel on dirait ressembler A RETENIR La comparaison rapproche deux objets soit dans leur totalit soit partir de dtails prcis Elle met toujours en scne - un comparant objet que lon compare - un compar objet auquel on compare - un comparatif comme tel - un point de comparaison la ressemblance qui existe entre le comparant et le compar Cet enfant est heureux comme un poisson dans leau comparant point de comparatif compar comparaison Bonheur EXERCICES 1- Complte le tableau ci-dessous partir des exemples suivants a- Cette pauvre femme tremble comme une feuille b- Le forcen a fait irruption dans la salle tel un fauve bless c- Le cadet ressemble lan on dirait deux gouttes deau d- Il est rest fig sa place pareille une statue e- Elle saffaire sans cesse aux soins de sa famille telle une laborieuse infatigable

101 Comparant Compar Comparatif Point de comparaison 2- Relie les comparants de la colonne A aux compars qui leur correspondent dans la colonne B A B Riche Pauvre Mchant Malin Rus Jaloux Industrieux Beau Belle Gai Menteur comme un arracheur de dent comme un pinson comme un renard comme un ange comme Crsus comme Job comme une teigne comme un singe comme un tigre comme un castor 3- Construis des comparaisons partir des lments contenus dans le tableau suivant Comparant Compar Comparatif Point de comparaison Ce jeune homme Lenfant Cet employ Le vieil homme Ce lutteur paon image taupe pot roc comme comme comme comme comme fiert sagesse myopie surdit solidit LA METAPHORE OBSERVATION Lme couture de douleurs le malheureux ntait plus que lombre de lui-mme un fantme qui errait indfiniment dans les rues sinistres de la ville monstrueuse Son cur meurtri tombeau des passions coupes dans leur fleur saignait lentement et accentuait davantage la lividit de son visage marmoren22 DECOUVERTE 1- A quoi le personnage et son cur sont -ils compars 2- Quelle remarque peux-tu faire sur le comparatif dans les deux exemples 3- Redis les deux phrases en utilisant comme et tel 4- Quelle est donc la diffrence entre la comparaison et la mtaphore 22 - Relatif au marbre

102 A RETENIR La mtaphore est une comparaison o loutil comparatif a disparu Elle sert dsigner un objet ou une ide par une autre objet ou ide en se basant sur la ressemblance Elle opre un rapprochement implicite Une jeune fille belle comme la lune entra subitement dans la salle comparaison La lune entra subitement dans le salon mtaphore La mtaphore peut se poursuivre en un long dveloppement Dans ce cas on parle de mtaphore file EXERCICES 1- Relve les mtaphores dans les exemples suivants et explique en quoi elles consistent a- Un essaim denfants courait sur la plage b-Le sol miroir de boue refltait sa frle silhouette c-La ville la nuit est une belle dame couverte de bijoux lectriques d- La mer monstre affam sapprtait engloutir les tmraires qui sillonnaient les flots e- Lexistence est une guerre perptuelle pour le droit la survie f- Elle avait deux enfants deux fleurs de rve quelle entourait de soins excessifs et dintarissable tendresse 2- Transforme les comparaisons suivantes en mtaphores a- Les tatouages bleus sur le front brillaient comme de scarabes b- Les yeux noirs pareils des gouttes de mtal regardaient peine ltendue de sable c- Ses joues couvertes de larmes taient comme une fleur mouille de rose elles viraient au pourpre dans des lans du pudeurs spontans d- La vieille voiture comme une tortue mtallique escaladait lentement la pente 3- Construis quatre phrases dans lesquelles tu utilises des mtaphores LA NOMINALISATION OBSERVATION La destruction massive des forts et la progression galopante des villes portent un coup fatal la nature dclare un cologiste allemand dans un point de presse organis en marge du sommet mondial de la Terre Rio de Janeiro Des mesures urgentes doivent tre prises poursuit-il pour soigner les poumons malades le plante bleue reboisement des zones endommags cration despaces verts et sanction des contrevenants DECOUVERTE 1- Quelle est la nature des mots en rouge Trouve les verbes qui leur correspondent 2- Comment appelle-t-on le fait de transformer un verbe en nom 3- Compare les deux phrases suivantes La destruction massive des forts nuit la nature Le fait de dtruire les forts de manire massive nuit la nature Quest-ce que tu remarques 4- Donne quelques situations dcrits o on utilise frquemment la nominalisation

103 A RETENIR La nominalisation permet de mettre en valeur certains effets de style elle donne limpression de raccourci et dacclration pour renforcer une ide ou une motion On la rencontre dans les titres de presse les portraits les descriptions etc La formation du nom partir dun verbe peut prendre diffrents aspects acheter achat amliorer amlioration supprimer suppression atterrir atterrissage dprir dprissement fermer fermeture EXERCICES 1- Trouve les noms qui correspondent aux verbes suivants partir omettre mettre exclure tendre inclure prendre rsorber assouplir voir anantir 2- Nominalise le verbes souligns pour former des titres de presse a - On a lanc la campagne de lutte contre le sida dans toutes les villes du royaume b - On a amnag des centres daccueil pour les sinistrs dAl Hoceima c - Njamna rompt ses relations diplomatiques avec Tripoli d - On a ouvert un nouveau centre dinformatique de gestion e- On a arrt les voleurs de voitures Mekns f- On a lu un nouveau prsident la tte de lassociation CSL g- Deux prisonniers se sont vads de la prison fdrale du Minesota h- On a vacu les immeubles menacs deffondrement i - On a relog les victimes des inondations de Merzouga j- On a identifi lauteur du crime de la cit Agdal Rabat k- On a incinr tous les poulets atteints de grippe aviaire l- On a aboli la peine de mort dans de nombreux pays m- On a publi un livre sur la nouvelle Moudawana au Maroc n- Les moustiques envahissent les quartiers priphriques de Sal o- L Iran reprend les pourparlers avec les missaires europens p- On a collect plus de trios millions de DH pour construire un hpital spcialis en cardiologie 3- Nominalise les verbes souligns pour retrouver la version originale de ce texte Observer apprendre et mettre en pratique Le fait dduquer les enfants et de les orienter ds le bas ge les aide acqurir un comportement positif qui leur sera fort utile dans le futur En effet de nombreuses recherches menes en Suisse et au Canada ont dmontr que le fait denseigner des pratiques lmentaires un sujet de trois ou quatre ans favorise son panouissement personnel et le dote de moyens efficaces qui lui permettront de rsoudre aisment ses problmes une fois devenu adulte

104 LEXPRESSION DES SENTIMENTS OBSERVATION Le professeur Antelle et ses compagnons furent surpris par labsence dme des habitants de Soror qui tmoignaient par ailleurs dune vive aversion pour le fabriqu Mais ce qui tonna encore plus Ulysse Mrou ctait ltrange beaut de Nova la plus belle fille du cosmos ses yeux Il essaya dapprendre sourire cette nymphe des torrents mais en vain Il continuait cependant communiquer avec elle par gestes interposs Il avait bien envie de lui rendre son humanit mais chaque tentative la nature sauvage de ltrange crature prenait le dessus Gagn par le doute et le dsespoir le Terrien abandonna son entreprise non sans amertume DECOUVERTE 1- Quelle est la nature des mots en rouge Quexpriment-ils 2- Par quels autres mots peut-on remplacer aversion et amertume dans le texte 3- Redis la phrase suivante en remplaant ce qui est soulign par un adverbe Ulysse Mrou apprend sourire Nova avec patience 4- Remplace la partie souligne par un adjectif dans lexemple suivant A cause de la fatigue Ulysse Mrou sassoupit dans la fort A RETENIR On peut exprimer un sentiment laide de diffrents moyens linguistiques le verbe Il aime ses parents le nom Sa passion pour les livres est sans limite ladjectif Je suis impatient de retrouver mes amis ladverbe Il ma serr cordialement la main les expressions toutes faites Il a des sueurs froides Il a peur 1- Complte le tableau ci-dessous laide des termes suivants selon les indications donnes scepticisme affection panique angoisse affectueusement crainte dtester stonner tendresse irrsolution frayeur stupfaction stupeur- merveillement blouir ahurissement rpulsion inclination pouvante dtestation hsitation ressentiment excration antipathie attachement dvouement incertitude indcision apprhension Surprise Etonnement Doute Amour Haine Peur 2- Relve les sentiments exprims dans cet extrait du Cid de Corneille Perc jusques au fond du cur Dune atteinte imprvue aussi bien que mortelle Misrable vengeur dune juste querelle Et malheureux objet dune injuste rigueur

105 Je demeure immobile et mon me abattue Cde au coup qui me tue Si prs de voir mon feu rcompens Dieu ltrange peine 3- Voici une srie dexpressions toutes faites qui expriment diffrents sentiments Cherche leur sens et utilise-les dans des phrases compltes tre sur les charbons ardents broyer du noir avoir le cafard avoir une dent contre quelquun se faire un sang dencre LE VOCABULAIRE DU FANTASTIQUE OBSERVATION Je me couchai et pour en finir avec ces sottes frayeurs je fermai bientt les yeux en me tournant du ct2 de la muraille Tout coup le feu prit un trange degr dactivit une lueur blafarde illumina la chambre et je vis clairement que ce que javais pris pour de vaines peintures tait la ralit car les prunelles de ces tres encadrs remuaient scintillaient dune faon singulire leurs lvres souvraient et se fermaient Une terreur insurmontable sempara de moi mes cheveux se hrissrent sur mon front mes dents sentre-choqurent se briser une sueur froide inonda mon corps Je ne savais que penser de ce que je voyais mais ce qui me restait voir tait encore bien plus extraordinaire Thophile Gautier La Cafetire In Rcits fantastiques Ed Gallimard collection Folio DECOUVERTE 1- Quel est le spectacle fantastique auquel assiste le narrateur 2- Quels sont les adjectifs qui montrent que ce spectacle nest pas ordinaire 3- Quels sentiments ce spectacle suscite-t-il chez le narrateur relve les mots et les expressions qui lindiquent A RETENIR Dans les rcits fantastiques on utilise frquemment des termes qui soulignent ltranget des faits raconts Ces vnements inhabituels dstabilise la raison du narrateur et creuse davantage son angoisse Parmi les motifs courants du registre fantastique on peut citer - lhsitation du narrateur incertitude doute interrogations - la terreur peur panique pouvante frayeur horreur - le merveilleux et le surnaturel monstres diables magie faits dont la nature qui chappent la raison mtamorphoses EXERCICES 1- Relve dans le texte suivant tous les termes et expressions en rapport avec le fantastique Comme il est profond ce mystre de lInvisible Nous ne pouvons sonder avec nos sens misrables avec nos yeux qui ne savent apercevoir ni le trop petit ni le trop grand ni le trop prs Ni le

106 trop loin ni les habitants dune toile ni les habitants dune goutte deauavec nos oreilles qui nous trompent car elles nous transmettent les vibrations de lair en notes sonores Elles sont des fes qui font ce miracle de changer en bruit ce mouvement et par cette mtamorphose donnent naissance la musique qui rend chantante lagitation muette de la nature Dabord je n y compris rien puis tout coup je ressentis une motion si terrible que je dus masseoir ou plutt que je tombai sur une chaise puis je me redressai dun saut pour regarder autour de moi puis je me rassis perdu dtonnement et de peur devant le cristal transparent Guy de Maupassant Le Horla Ed Gallimard collection Folio 2- Relie les lments de la colonne A ceux qui leur correspondent dans la colonne B Lutilisation dun dictionnaire est fort recommande A B Cratures fantastiques Dfinitions Gnome Incube Elfe Sylphide Willis Gnie de lair Fantmes de fiances mortes avant leur mariage Dmon mle Petit gnie laid qui habite lintrieur de la terre Gnie fminin arien plein de grce LE VOCABULAIRE DE LESPACE OBSERVATION En ce temps-l les voyages interplantaires taient communs les dplacements intersidraux non exceptionnels Les fuses emportaient des touristes vers les sites prodigieux de Sirius ou des financiers vers les Bourses fameuses dArcturus et dAldbaran Leur navire tait une sorte de sphre dont lenveloppe - la voile - miraculeusement fine et l- gre se dplaait dans lespace pousse par la pressions des radiations lumineuses Pierre Boulle La plante des singes Ed Le Livre de Poche Premire partie chapitre I DECOUVERTE 1- Quel est le point communs entre les mots en rouge 2- Comment les adjectifs interplantaires et intersidraux sont-ils forms Que signifient-ils sachant bien que plantaire se rapporte aux plantes et sidral aux astres

107 3- Stellaire vient d toile et galactique de galaxie Comment appelle -t- on un voyage qui seffectue entre une toile et une autre entre une galaxie et une autre RETENIR Le vocabulaire de lespace est extrmement prcis Il est gnralement compos de termes techniques qui dsignent des objets appareils engins ou des phnomnes naturels spcifiques aux plantes du systme solaires et bien au-del EXERCICES 1- Remplis les vides par les mots qui conviennent comte galaxie constellation astrode mtorite nbuleuse- satellite sonde astronef astronaute ou cosmonaute ou spationaute a- Lest un vaisseau spatial b- L petite plante du systme solaire de quelques centaines de kilomtres de diamtres c- Laest un astre du systme solaire et qui proximit du Soleil schauffe et se vaporise d- Un groupe dtoiles sappelle une e- Lse dplace dans un vhicule spatial hors de latmosphre terrestre f- Des centaines de milliards dtoiles dont le Soleil se prsentant lobservateur terrestre sus la forme de la Voie lacte forment ce quon appelle une g- Laest un corps cleste dont les contours ne sont pas nets h- Lafragment de corps cleste qui tombe sur la terre ou sur un astre quelconque i- L est un engin fabriqu par lhomme destin tre lanc dans lespace de manire dcrire une orbite autour de la Terre de la Lune j- La est un engin spatial non habit lanc pour tudier certains astres du systme solaire 2- Relie les lments de la colonne A ceux qui leur correspondent dans la colonne B A B Arostat Aronomie Arosondage Astromtrie Astronautique Astrophysique -Sondage par ballon arostat des hautes rgions de latmosphre - Etude de la nature de la formation et de lvolution des astres -Appareil qui marche laide dun gaz plus lger que lair -Etude de la position et du mouvement des astres - Etude de la navigation spatiale -Etude des rgions suprieures latmosphre

108 LENONCIATION ET LA SUBJECTIVITE OBSERVATION Les touristes Affreux sales et mchants ils ne respectent rien Pas un regard pour la beaut Proccups seulement deux-mmes et de leurs habitudes insensibles aux coutumes et aux gens ce sont des flaux Ils se dplacent en hordes ne laissent sur leur passage que papiers gras et sacs plastique On douterait presque finalement de lappartenance des touristes lespce humaine Leur existence voque celle des nues de sauterelles des troupeaux de bisons des moutons blant au regard fixe On doit reconnatre un talent unique pour le saccage par pitinement L ils excellent Imbattables dans la dtrioration anonyme les visiteurs en massa Ce sont des gnies de la dgradation des champions de lusure Tout cela ajoutera-t- on ne serait rien encore si les mfaits de ces barbares ntaient multiplis par une industrie en pleine expansion Extrait dun article paru dans le journal Le Monde du 30-05-1997 DECOUVERTE 1- Quelle image lauteur se fait-il des touristes 2- Relve dans le texte un exemple de mot qui souligne limplication de lauteur dans son nonc 3- Les touristes sont qualifis de diffrentes manires Relve-les dans le tableau suivant selon les indications donnes Adjectifs Noms Images Antiphrases23 A RETENIR Le locuteur simplique trs souvent dans son nonc Cette implication qui traduit sa subjectivit peut prendre diffrentes formes appeles modalisateurs indices de sentiments et de jugement - adverbes et expressions de renforcement vraisemblablement sans doute assurment - termes apprciatifs et dprciatifs exprimant un jugement notamment laide des adjectif le malheureux le pauvre - emploi du conditionnel et du subjonctif - exclamations point d esuspensions etc EXERCICES 1- Relve les indices de subjectivit dans les noncs suivants a- Oh le superbe bateau b- Cest un homme honnte vous pouvez lui faire confiance c- Elle sest merveilleusement bien dbrouille d- Ce garon est une vritable encyclopdie e- Je trouve ce spectacle franchement dgotant 23 - Lantiphrase consiste dire le contraire de ce quon pense dans une intention ironique

109 f- Ce plat est trs dlicieux Vous voulez y goter g- Votre conduite est inadmissible h- Le chauffard a t arrt par la police i- Ne lcoutez pas Il est le dmon en personne 2- Voici quelques indices subjectifs utiliss par le narrateur Place-les aux endroits qui conviennent dans le texte suivant dsolantes tableau tonnante majestueusement comme un serpent gigantesque paradis terrestre Le paysage que nous traversions tait dune beaut Les montagnes slevaient au loin et semblaient effleurer la vote cleste Une rivire murmurait dans la valle verdoyante et rampait travers champs Cest un vrai Un sentiment trange et dlicieux a la fois sempara de moi Mes yeux habitus aux configurations du dsert se rassasiait de ce naturel que la main de lhomme navait pas encore souill 3- Rdige un texte de quelques lignes dans lequel tu introduis diffrents indices de subjectivit adjectifs adverbes noms images LE REGISTRE COMIQUE OBSERVATION IRENEE Ecoutez Supposez quun ingnieur ait invent un nouveau canon qui tire plus loin quelques autres Et au premier essai ce canon tire par derrire et linventeur qui surveillait le tir tout plein despoir et de fiert reoit lobus dans lestomac Il tombe et il meurt Eh bien moi mon canon tire lenvers je me sens plus triste que si jtais mort FRANOISE Votre succs va vous ressusciter IRENEE Et vous croyez que je vais accepter un succs de comique Ah non Pouah FRANOISE Mais pourquoi IRENEE Faire rire Devenir un roi du rire Cest moins effrayant que dtre guillotin mais cest aussi infamant FRANOISE Lacteur nest pas lhomme Vous avez vu Charlot sur lcran qui recevait de grands coups de pieds au derrire Croyez-vous que dans la vie M Chaplin accepterait seulement une gifle Oh non Marcel Pagnol Le Shpountz 1938 DECOUVERTE 1- Irne et Franoise donnent deux exemples comiques De quoi sagit-il 2- Sur quoi le comique est-il fond dans ces deux exemples 3- Le comique est un genre qui cherche faire rire le public Relve dans le texte les mots qui sy rapportent A RETENIR On parle de registre comique quand quelque chose provoque le rire une situation un mot un geste une grimace une mimique dans la vie relle ou dans la fiction Le comique nest pas forcment li la comdie et au thtre On peut le trouver aussi dans la nouvelle le roman les films la BD etc

110 EXERCICES 1-Sur quoi le comique repose-t-il dans le exemples suivants SCAPIN- Cest vous Monsieur daviser promptement aux moyens de sauver des fers un fils que vous aimez avec tant de tendresse GERONTE- Que diable allait-il faire dans cette galre SCAPIN- Eh Monsieur songez-vous ce que vous dites et vous figurez-vous que ce Turc ait si peu de sens que daller recevoir un misrable comme moi la place de votre fils GERONTE- Que diable allait-il faire dans cette galre SCAPIN- Ce sont des gens qui nentendent point de raison GERONTE- Mais que diable allait-il faire dans cette galre SCAPIN- Monsieur rvez-vous Je naurais pas cent francs de tout ce que vous dites et de plus vous savez le peu de temps quon ma donn GERONTE- Que diable allait-il faire dans cette galre Molire Les Fourberies de Scapin acte III scne 7 Ed Le Livre de Poche MAITRE DE PHILOSOPHIE- La voix E se forme en rapprochant la mchoire den bas s de celle den haut A E MONSIEUR JOURDAIN- AEAE Ma foi oui Ah que cela est beau MAITRE DE PHILOSOPHIE- Et la voix I en rapprochant encore davantage les mchoires lune de lautre et cartant les deux coins de la bouche vers les oreilles A E I MONSIEUR JOURDAIN- AEIIII Cela est vrai Vive la science MAITRE DE PHILOSOPHIE- La voix O se forme en rouvrant les mchoires et rapprochant les lvres par les deux coins le haut et le bas O MONSIEUR JOURDAIN- OO Il n y a rien de plus juste AEIOIO Cela est admirable MAITRE DE PHILOSOPHIE- Louverture de la bouche fait justement comme un petit rond qui reprsente un O MONSIEUR JOURDAIN- OOO Vous avez raison O Ah la belle chose que de savoir quelque chose 2- En quoi les caricatures suivantes sont-elles comiques Plantu Wolfgang tu feras informatique La Dcouverte Le Monde 1988

111 Chefs-duvre de la bande dessine extrait Ed Plante 1967 LE REGISTRE IRONIQUE OBSERVATION Dans cet extrait Voltaire dcrit une bataille les Abares et les Bulgares deux armes ennemies Rien ntait si beau si leste si brillant si bien ordonn que les deux armes Les trompettes les fifres les hautbois les tambours les canons formaient une harmonie telle quil n y en eut jamais en enfer Les canons renversrent dabord peu prs de six mile hommes de chaque ct ensuite la mousqueterie ta du meilleur des mondes environ neuf dix mille coquins qui en infectaient la surface Voltaire Candide Ed Flammarion Chapitre III DECOUVERTE 1- Lauteur semble admirer la guerre Relve tous les mots qui appuient cette remarque 2- Le combat est dcrit comme une fte Quest-ce qui lindique dans le texte 3- Dans cet extrait lauteur dit le contraire de ce quil pense Explique cette ide 4- Comment appelle-ton le procd stylistique utilis dans cet exemple A RETENIR Ironie vient du grec eirneia qui dsigne le fait dinterroger en faisant semblant dignorer la rponse Au sens commun lironie est une faon de railler de se moquer de quelquun ou de quelque chose en disant le contraire de ce quon veut faire entendre Parmi les procds quelle utilise on peut citer - lantiphrase lune de ses armes les plus redoutables Qualifier une personne bte de gnie par exemple est une antiphrase ironique - loxymore juxtaposition de deux mots contraires ou incompatible Dans larticle Guerre Voltaire

112 qualifie celle-ci de merveilleuse entreprise infernale - la logique absurde qui consiste allier une cause donne un effet qui est sans rapport avec elle comme dans cet exemple o Montesquieu parle des esclaves Et ils ont le nez si cras quil est presque impossible de les plaindre -lexagration caricaturale et cynique Dans Candide de Voltaire la guerre semble clbre et admire mais ce nest quune impression superficielle car le but du philosophe consiste dnoncer et condamner les conflits arms EXERCICES 1- Repre lironie dans les exemples suivants et explique le procd qui lexprime a- Candide qui tremblait comme une feuille se cacha du mieux quil put pendant cette boucherie hroque Voltaire Candide b- La guerre est sans doute un trs bel art que celui qui dsole les campagnes Voltaire c- Un gamin a cass un vase en jouant Sa mre lui dit Bravo cest du joli d- Un joueur de football a agress un adversaire Un journal sportif a titr la une le hros du match hors circuit pendant deux mois 2- Mme exercice On ne peut pas se mettre dans lesprit que Dieu qui est trs sage ait mis une me surtout une me bonne dans un corps tout noir Une preuve que les ngres nont pas le sens commun cest quils font plus de cas dun collier en verre que de lor qui chez des nations polices24 est dune si grande consquence25 3- Construis trois phrases dans lesquelles tu emploie lironie en variant les procds LE REGISTRE LYRIQUE OBSERVATION Comment exprimer cette foule de sensations fugitives que jprouvais dans mes promenades Les sons que rendent les passions dans le vide dun cur solitaire ressemblent au murmure que les vents et les eaux font entendre dans le silence dun dsert on en jouit mais on ne peut les peindre Lautomne me surprit au milieu de ces incertitudes jentrai avec ravissement dans le mois des temptes Tantt jaurais voulu tre un de ces guerriers errant au milieu des vents et des nuages et des fantmes tantt jenviais jusquau sort du ptre que je voyais rchauffer ses mains lhumble feu de broussailles quil avait allum au coin dun bois Un secret instinct me tourmentait je sentais que je ntais moi-mme quun voyageur Ren de Chateaubriand Ren 1802 Ed Gallimard collection Folio 24 - Civilises 25 - Valeur

113 DECOUVERTE 1- Le narrateur voque plusieurs lments naturels Relve-les 2- Quel est le point commun entre les mots en rouge 3- Quels sont les autres lment qui permettent daffirmer quil sagit dun texte lyrique A RETENIR Le registre lyrique se caractrise surtout par - lutilisation dun vocabulaire de lmotion amour mlancolie bonheur etc - la forte prsence du pronom Je - les figures de style comparaison mtaphore hyperbole gradation etc - la musicalit du vers posie et de la phrase prose voir posie lyrique la page EXERCICES 1- Complte le tableau ci-dessous partir du pome selon les indications donnes Je vous revois encor Je vous revois encor Jentrouvris la porte Vous tiez au lit comme fatigue Mais O corps lger que lamour emporte Vous bondtes nue plore et gaie quels baisers quels enlacements fous Jen riais moi-mme travers mes pleurs Certes ces instants seront entre tous Mes plus tristes mais aussi mes meilleurs Je ne veux revoir de votre sourire Et de vos bons yeux en cette occurrence Et de vous enfin quil faudrait maudire Et du pige exquis rien que lapparence Paul Verlaine Emploi du pronom j e Apostrophes et exclamations Expression des sentiments 2- Relve tous les indices lyriques contenus dans ce texte O merveille mcriai-je en apercevant le cdre majestueux qui dressait firement la tte vers le ciel On aurait dit une fuse sur une rampe de lancement Une joie indfinissable me submergea Mon cur

114 battait la chamade puis deux larmes incoercibles26 sillonnait lentement mon visage Je mapprochai de notre arbre m par une impulsion de nostalgie mlancolique Je contemplai le tronc press de dceler sur sa surface ride ce tmoignage quelle avait grav de sa main le jour o elle mavait fait cet aveu qui cote tant la pudeur Je taime LE REGISTRE LAUDATIF OBSERVATION Ainsi nattendez pas Chrtiens que je vous reprsente aujourdhui ni la perte de cette maison ni la juste affliction de toutes ces dames qui la mort ravit une mre qui les a si bien leves Ce nest pas aussi mon dessein de rechercher bien loin dans lantiquit les marques dune trs illustre noblesse quil me serait ais de vous faire voir dans la race de Monterby dont lclat est assez connu par son nom et ses alliances Je laisse tous ces entretiens superflus pour mattacher une matire et plus sainte et plus fructueuse Bossuet Oraison funbre de Yolande de Monterby extrait DECOUVERTE 1- Loraison funbre est un discours prononc par un prtre ou un proche du dfunt le jour des funrailles Relve dans le texte tous les lments en rapport avec la mort 2- Les mots et expressions en rouge sont utiliss dans un but bien prcis Quel est-il 3- Bossuet insiste sur les qualits de la dfunte Quels outils grammaticaux utilise-t-il pour les mettre en vidence A RETENIR Le registre laudatif insiste sur les cts positifs dune personne pour souligner ses qualits morales ou physiques Il se caractrise par - labondance de termes mlioratifs ou apprciatifs aimable serviable travailleur - lutilisation des adverbes dintensit si trs - les exclamations admiratives - les comparaisons et les mtaphores valorisantes - les superlatifs le plus le meilleur etc On trouve le registre laudatif dans lloge27 le pangyrique28 loraison funbre EXERCICES 1- Repre tous les lments du registre laudatif utiliss dans le texte suivant Illustre prsident Nobles gorilles Sages orangs-outans Subtils chimpanzs O singes Je sais que la vue de ce corps ridicule est une offense pour vous mais je sais aussi que je madresse aux plus savants et aux plus sages de tous les singes ceux dont lesprit est capable de slever au-dessus des impressions sensibles et de percevoir lessence subtile de ltre par del une pitoyable enveloppe 26 - Quon ne peut retenir ou rprimer 27 - Discours pour clbrer quelquun ou quelque chose 28 - Discours qui loue les qualits dune personne illustre dune nation dune cit

115 matrielle Tout lheure si vos seigneuries daignent minterroger je me ferai un plaisir de rpondre de mon mieux leurs questions Je demande la permission de prciser le lieu de mon origine non certes pour les illustres docteurs que je vois autour de moi mais pour quelques un de mes auditeurs Pierre Boulle La Plante des singes Ed le Livre de Poche Deuxime partie chapitre XVIII 2- Voici un portrait neutre Rcrisle dans un registre laudatif pour le valoriser Cest une jeune fille de dix-huit au teint blanc et la taille mince Elle a les cheveux noirs les yeux de la mme couleur le nez droit les lvres roses et les dents blanches Deux larmes coulent sur son visage aux pommettes rouges et se joignent sur son menton creus au milieu par une petite fossette Exemples Cest une jeune fille de dix-huit dont lclatante beaut illuminait toute la chambre o elle sisolait LE REGISTRE PEJORATIF OBSERVATION Prvaricateur coupable de prvarication acte de mauvaise foi dans une gestion Cam familier drogu Raclure figur dchet Jean Faizant Sans filet Denol 1980

116 DECOUVERTE 1- O se trouvent les deux personnages en costumes noirs 2- Quelles remarques peux-tu faire sur leurs attitudes 3- Relve tous les noms et adjectifs utiliss par le personnage en colre Quest-ce quils ont en commun A RETENIR Le registre pjoratif soppose au registre laudatif Il vise dprcier la personne ou lobjet dont on parle Il se caractrise par lusage de termes dimages et dexpression dvalorisants insulte critique svre portraits caricaturaux Un mot neutre peut devenir pjoratif si on lui ajoute un suffixe dprciatif chauffeur chauffard - vieux vieillot EXERCICES 1- Relve tous les termes et expressions pjoratifs dans les extraits suivants a- Il avait quarante ans mais il paraissait plus vieux Sa tte trop volumineuse pour son corps squelettique tait hrisse de cheveux poivre et sel qui pendaient sur ses yeux comme des ressorts rouills Son visage osseux sali par des poils lapparence rche29 tait dune pleur cadavreuse Il exprimait une douleur lancinante de ces douleurs qui torturent lme dans un silence spulcral Il allait de caf en caf tranant ses jambes cagneuses30 la main tendue aux passants les yeux gorgs de larmes et lme taraude dune indicible souffrance b- Dabord il y lan Lui qui est comme un melon Lui qui a un gros nez Lui qui sait plus son nom Et puis y a lautre Des carottes dans les cheveux Qua jamais vu un peigne Quest mchant comme une teigne Jacques Brel Ces gens-l extrait 2- Ajoute les prfixes pjoratifs suivants aux termes ci-dessous pour les dvaloriser ette oter tre ard asse ot beau ple amour vivre vin brailleur mre 3- Retrouve les mots et expressions sur lesquels ont t forms les termes pjoratifs suivants nasillard mangeaille gesticuler samouracher pleurnicher 29 - Rude au tooucher 30 - Dformes

117 ACTIVITES ORALES TRAVAUX ENCADRES SUJETS DE RECHERCHE ET DEXPOSES 1-Vie et uvre de Pierre Boulle 2- Le fantastique et la science-fiction 3- Les mythes et la science-fiction 4- Comparer les premires de couvertures de diffrentes ditions du roman 6- Elaborer un dossier sur les adaptations cinmatographiques de la Plantes de singes 7- Prsenter un film de science-fiction au choix 8-Elaborer un dossier sur le cinma de science-fiction

118 AUTRES ACTIVITES 1-Pour ou contre les expriences scientifiques effectues sur les humains 2- Pour ou contre le clonage 3- Pour ou contre la conqute de lespace 4- Linversion des rles dans la Plante des singes 5- Les grands thmes de la science-fiction 6- Rsumer un chapitre rendre compte dun chapitre 7- Rendre compte dune lecture complmentaire 8- Donner son opinion sur les personnages du roman

119 PRODUCTION ECRITE ELABORER UNE FICHE DE LECTURE Recopie la fiche suivante sur ton cahier puis complte-l laide des informations dont tu disposes sur La Plante des singes Titre de luvre Genre de luvre Maison ddition Anne de publication Nom de lauteur Nationalit de lauteur Date de naissance et de dcs de lauteur Nombre de parties Nombre de chapitres dans chaque partie Lieu de laction Principaux personnages - - - - Thmes dominants - - - - Rsum des faits majeurs

120 REECRIRE UN RECIT DE SCIENCE-FICTION EN CHANGEANT LE POINT DE VUE DU NARRATEUR Rcris le passage suivant en remplaant Je par Il crature lafft guettant le passage du gibier Car cet tre tait un singe un gorille de belle taille Javais beau me rpter que je devenais fou je ne pouvais nourrir le moindre doute sur son espce Mais la rencontre dun gorille sur la plante Soror ne constituait pas lextravagance essentielle de lvnement Celle-ci tenait pour moi ce que ce singe tait correctement habill comme un homme et surtout laisance avec laquelle il portait ses vtements Ce naturel mimpressionna tout dabord A peine eus-je aperu lanimal quil me parut vident quil ntait pas du tout dguis Pierre Boulle La Plante des singes chapitre IX premire partie VARIER LES POSSIBLES NARRATIFS Au cours de lcriture le narrateur se confronte plusieurs choix ou solutions pour faire avancer son rcit Il doit opter pour des possibilits vraisemblables appels possibles narratifs afin de conduire son intrigue jusquau bout Imagine dautres issues lhistoire du roman en jouant sur les variations suivantes A chaque proposition doit correspondre un texte part 1- Le professeur Antelle Arthur Levain et Ulysse Mrou ne sarrtent pas sur Soror Ils continuent leur voyage destination de Btelgeuse 2- Ulysse Mrou russit chappe aux gorilles lors de la partie de chasse organise par les simiens 3- Ulysse Mrou svade du laboratoire et erre dans la cit des singes 4- Ulysse Mrou prouve sa supriorit sur les singes et simpose dans la socit simienne 5- En se dirigeant vers la Terre avec Nova et Sirius Ulysse fait escale sur une autre plante REDIGER UN RECIT IMAGINAIRE A PARTIR DE FAITS REELS En te basant sur les donnes contenues dans le texte ci-dessous imagine les consquences que pourraient engendrer la collision de lastrode avec la Terre Un astrode denviron 320 mtres de long pour une masse de 4600 tonnes se dirige une vitesse vertigineuse vers la Terre Le risque de

121 La fonte des neiges du ple nord a toujours inquit les scientifiques Elle JOUR DAPRES Le danger augmente au fil des jours cause de la chaleur de la Terre due notamment aux CFC des glaciers fondues envahissaient les continents FAIRE LE COMPTE RENDU DUN FILM OU DUN RECIT DE SCIENCE-FICTION Tu as sans doute vu un film ou lu un rcit de science-fiction Elabore un compte rendu ce sujet pour le prsenter en classe RESUMER DES PASSAGES DE LUVRE Choisis un passage que tu as particulirement apprci dans le roman et rsume-le pour le prsenter en classe

122 P O E S I E LA POESIE SURREALISTE La Premire Guerre mondiale marque durablement le potes au dbut du XXme sicle Elle engendre de nombreuses interrogations qui sexpriment dabord dans le mouvement Dada connu pour ses violentes contestations Cette rvolte donne naissance au surralisme courant littraire qui refuse ce qui appartient la raison et qui cherche dans linconscient les matriaux de la cration Andr Breton dfinit les fondements de cette mouvance dans le Manifeste du surralisme Parmi les potes qui adhrent cette nouvelle esthtique on peut citer Paul Eluard Robert Desnos Henri Michaux et Max Jacob JAI TANT REVE DE TOI Jai tant rv de toi que tu perds ta ralit Est-il encore temps datteindre ce corps vivant et de baiser sur cette bouche la naissance de la voix qui mest chre Jai tant rv de toi que mes bras habitus en treignant ton ombre se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas au contour de ton corps peut-tre Et que devant lapparence relle de ce qui hante et me gouverne depuis des jours et des annes je deviendrais une ombre sans doute Robert Desnos 1900-1945 O balances sentimentales Jai tant rv de toi quil nest plus temps sans doute que je mveille Je dors debout le corps expos toutes les apparences de la vie et de lamour et toi la seule qui compte aujourdhui pour moi je pourrais moins toucher ton front et tes lvres que les premires lvres et le premier front venus Jai tant rv de toi tant march parl couch avec ton fantme quil ne me reste plus peut-tre et pourtant qu tre fantme parmi les fantmes et plus ombre cent fois que lombre qui se promne et se promnera allgrement sur le cadran solaire de ta vie Corps et biens1930 Ed Gallimard AXES DE LECTURE I- Une ombre fugitive La femme dont rve le pote se prsente ds le dbut comme une crature insaisissable donc inaccessible En consquence le soupirant se contente de la possder en imagination seulement Cette treinte fictive de lobjet dsir se prolonge dans le rve lunique univers o les deux tres peuvent senlacer - Jai tant rv de toi En treignant ton ombre Lapparence relle - Je pourrais moins toucher ton front Les apparences de la vie Jai couch avec ton fantme

123 II- Lincertitude Linaccessibilit de lobjet rv gnre un tat dincertitude Le doute sinstalle et perturbe visiblement les repres du pote qui perd graduellement son humanit pour devenir une ombre l image de la femme qui hante son existence - Est-il encore temps datteindre qui mest chre - ne se plieraient pas au contour de ton corps peut-tre - Il ne me reste plus peut-trequ tre fantme III- Le jeu des rptitions Jai tant rv de toi cinq occurrences titre compris revient comme un refrain et confre au pome des allures de chanson Cette phrase mise en tte de strophes ainsi que dautres tmoigne dune posie libre qui ne craint pas les rptitions - Ce corps vivant au contour de ton corps En treignant ton ombre je deviendrai une ombre plus ombre cent fois que lombre une ombre sans doute sans doute que je mveille Apparence relle de ce qui hante lapparence de la vie moins toucher ton front le premier front venu PREMIERE DU MONDE Captive de la plainte agonisante folie La lumire sur toi se cache vois le ciel Il a ferm les yeux pour sen prendre ton rve Il a ferm ta robe pour briser tes chanes Devant les roues toutes noues Un ventail rit aux clats Dans les tratres filets de lherbe Les routes perdent leur reflet Ne peux-tu donc prendre les vagues Dont les barques sont les amandes Paul Eluard 1895-1952 Dans ta paume chaude et cline Ou dans les bouches e ta tte Ne peux-tu prendre les toiles Ecarteles tu leur ressembles Dans leur nid de feu tu demeures Et ton clat sen multiplie De laube billonne un seul cri veut jaillir Un soleil tournoyant ruisselle sous lcorce Il ira se fixer sur tes paupires closes O douce quand tu dors la nuit se mle au jour Paul Eluard Capitale de la douleur 1926

124 MA FEMME Extrait Ma femme a la chevelure de feu de bois Aux penses dclairs de chaleur A la taille de sablier Ma femme la taille de loutre entre les dents du tigre Ma femme la bouche de cocarde et de bouquet dtoiles de dernire grandeur Aux dents dempreintes de souris blanche sur la terre blanche A la langue dambre et de verre frotts Ma femme la langue dhostie poignarde A la langue de poupe qui ouvre et ferme les yeux A la langue de pierre incroyable Ma femme aux cils de btons dcriture denfant Aux sourcils de bord de nid dhirondelle Ma femme aux tempes dardoise de toit de serre Et de bue aux vitres Ma femme aux paules de champagne Andr Breton 1896-1966 Et de fontaine ttes de dauphin sous la glace Ma femmes aux poignets dallumettes Ma femmes aux doigts de hasard et das de cur Aux doigts de foin coup Ma femme aux aisselles de martre et de fnes De nuit de la Saint-Jean De trone et de nid de scalares Aux bras dcume de mer et dcluse Et de mlange du bl et du moulin Ma femme aux jambes de fuse Aux mouvements dhorlogerie et de dsespoir Ma femme aux mollets de moelle de sureau Ma femme aux pieds dinitiales Aux pieds de trousseaux de cls aux pies de calfats qui boivent Ma femme au cou dorge imperl Ma femme la gorge de Val dor De rendez-vous dans le lit mme du torrent Aux seins de nuit Ma femme aux seins de taupinire marine Ma femme aux seins de creuset du rubis Aux seins de spectre de la rose dans la rose Ma femme au ventre de dpliement dventail des jours Au ventre de griffe gante Ma femme au dos doiseau qui fuit vertical Au dos de vif-argent Au dos de lumire A la nuque de pierre roule et de craie mouille Et de chute dun verre dans lequel on vient de boire Andr Breton LUnion libre in Clair de terre Ed Gallimard 1966 Palma Le Vieux Une femme

125 MODULE III ETUDE DUN ROMAN A THESE LE DERNIER JOUR DUN CONDAMNE VICTOR HUGO COMPETENCES VISEES ETUDE DE TEXTE -Reconnatre les caractristiques essentielles dun roman thse -Lnonciation et lidentit du narrateur -Le portrait du personnage principal -Le thme du temps le compte rebours -La thse principale de luvre -Reconnatre les caractristiques essentielles dun pome engag LANGUE - Matriser les contenus linguistiques fondamentaux pour communiquer en situation et analyser diffrents textes ACTIVITES ORALES TRAVAUX ENCADRES - Communiquer oralement partir des principaux thmes dun roman thse PRODUCTION ECRITE -Produire des sujets de rflexion - Produire un monologue intrieur -Produire un plaidoyer et un rquisitoire - Alterner narration et description - Elaborer un portrait - Sexprimer partir dimages

126 VIE ET UVRE DE LAUTEUR Victor Hugo vit le jour Besanon le 26 fvrier 1802 Ses parents firent connaissance en 1796 et se marirent un an plus tard Son pre appartenait une famille dartisans de Nancy Sa mre quant elle tait originaire de la bourgeoisie nantaise Lauteur tait donc issu de deux milieux tout fait diffrents Lenfance de Victor Hugo fut trs mouvemente Elle tait incessamment partage entre Paris et les lieux de mutation de son pre dabord officier dans larme impriale puis successivement gouverneur de trois provinces et comte de Siguenza en Espagne A quatorze ans le jeune Victor crivit sur son cahier dcolier Je veux tre Chateaubriand ou rien A dix-sept ans il fonda avec son frre Abel la revue le Conservateur littraire A vingt ans il publia ses Odes un recueil quil augmenta et publia sous le titre Odes et ballades en 1828 En 1821 il pousa Adle Foucher son amie denfance De ce mariage il eut cinq enfants Lopold Lopoldine Charles Franois Victor et AdleEn 1827 la prface de Cromwell un drame devint immdiatement le manifeste du thtre romantique Le 25 juin 1830 la reprsentation dHernani qui donna Hugo loccasion de mettre en pratique les principes de lart dramatique souleva une grande polmique connue sous le nom de bataille dHernani Victor Hugo se distingua aussi comme un pote confirm Il aborda des thmes troitement lis au romantisme tels que lloge de la nature de lamour du rve etc Il fit galement ses preuves dans le roman Cette forme dcriture lui permit dexprimer dautres ides surtout sa compassion pour le petit peuple la lutte contre la peine de mort etc Lauteur mourut le 22 mai 1885 lge de 83 ans Il lgua la postrit une uvre aussi riche que varie qui embrasse presque tous les genres littraires ROMAN Le Dernier jour dun condamn 1828 Notre-Dame de Paris 1831 Les Misrables roman 1862 Les Travailleurs de la mer 1866 LHomme qui rit 1869 Quatre-vingt-treize 1874 POESIE Les Rayons et les Ombres 1840 Les Chtiments 1853 La Lgende des sicles 1859-1883 Les Contemplations 1856 LAnne terrible 1872 LArt dtre grand-pre 1877 THEATRE Cromwell 1827 Hernani 1830 Marion de Lorme 1831 Les Feuilles dautomne 1831 Le roi samuse 1832 Lucrce Borgia 1833 Marie-Tudor 1833 Les Chants du crpuscule 1835 Les Voix intrieures 1837 Ruy Blas 1838 PAMPHLET Napolon Le Petit 1852

127 LE MAROC AU XIX me SIECLE Le roman change radicalement de statut durant la premire moiti XIX me sicle Il nest plus considr comme un genre mineur cras par lart potique Le nombre de tirages augmente considrablement rvlant de jeunes plumes jusque-l inconnues Au plan idologique le genre se libre des contraintes thoriques hrites du pass et dpasse de loin le dbat thique sur son utilit morale Le roman parvient simposer dans les milieux littraires grce des crivains comme Balzac Flaubert et Stendhal Il devient la fois le reflet et linterprtation de la vie au sens large du terme La seconde moiti du XXme sicle se caractrise surtout par une criture nettement axe sur la conqute sociale entreprise par un personnage symbolique qui cherche connatre et matriser le monde qui lentoure Dans cette perspective sinscrit le roman raliste puis le roman naturaliste dont Zola est lune des figures de proue Victor Hugo qui a dj fait ses preuves avant 1850 marque durablement cette poque par des uvres romanesques dune inimitable facture voir biographie de lauteur Dautres crivains sillustrent dans le genre ils proposent chacun sa manire des vrits mditer et des psychologies explorer dans le cadre de fictions saisissantes et instructives QUELQUES FAITS MARQUANTS 1820 Excution de Louvel qui avait tu le duc de Berry lhritier du trne 1822 Excution des quatre sergents de La Rochelle pour complot rpublicain 1824 Dbut du rgne de Charles X Excution de Delaporte un bandit des grands chemins 1825 Rtablissement de la peine de mort pour les auteurs de sacrilge Excution de Papavoine qui avait tu deux enfants devant leur mre 1827 Excution de Louis Ulbach qui avait tu sa matresse Hugo assiste Bictre au ferrement des forats 1828 Publication des Mmoires de Vidocq clbre policier et ancien prisonnier 1830 Rvolution de Juillet Monarchie de Juillet dbut du rgne de Louis-Philippe LA NAISSANCE DE LUVRE La lutte contre la peine de mort est une ide ancienne Les philosophes des Lumires avaient dj dnonc la barbarie du chtiment suprme Aprs la Rvolution franaise il avait t dcid de la supprimer mais lavnement de la Terreur31 et la srie de dexcutions quelle avait effectues ruina dfinitivement cet espoir On assistait au moins une dcapitation par semaine Le rendez-vous du peuple avec la guillotine tait devenu dsormais hebdomadaire et attirait massivement les foules Les condamns devenaient alors de vritables acteurs sils taient bons cest--dire s ils montaient sur lchafaud avec courage ils taient applaudis si au contraire ils se montraient lches ils taient siffls par le public du de stre dplac pour voir une scne qui nen valait pas la peine Daprs le journal dAdle la fille de Victor Hugo lide dcrire le Dernier jour dun condamn germa dans lesprit de son pre quand il assista lexcution dun jeune homme prnomm Martin Le choc quil avait prouv face cette scne pouvantable linterpella vivement Dautres tmoignages confirms par lcrivain en personne considraient laffaire Ulbach comme le principal dclic qui lavait incit ragir Le procs racont en dtail dans la Gazette des Tribunaux apprit lauteur que le condamn prouvait la vive envie dcrire ses mmoires exactement comme le narrateur du roman Mais la rdaction 31 - Ensemble des mesures dexception prises par le gouvernement rvolutionnaire depuis la chute des Girondins en 1793 jusqu celle de Robespierre en 1794

128 de luvre en quelques mois seulement laisse supposer que Victor Hugo mrissait son projet de longue date PRESENTATION DU ROMAN LA PREMIERE DE COUVERTURE Elle contient le nom de lcrivain le titre du roman suivi dindications relatives la prsentation de luvre du dossier-lecture et du dossier-jeu raliss par Catherine Cazaban En bas figurent le nom de la maison ddition GF Flammarion et le titre la collection Etonnants classiques La couleur dominante est sombre un mlange de noir et de marron Elle met en vidence lambiance sordide qui rgne au cachot o est enferm le prisonnier Ce dernier est assis sur un lit les mains poses sur les genoux dans une position mditative Il fixe les barreaux dune lucarne travers laquelle sinfiltre une lumire dore qui claire partiellement sa cellule Derrire lui se voient des traces dcriture sur le mur laisses par les condamns qui lont prcd RESUME Un homme g dune quarantaine dannes apparemment issu de la bonne socit est condamn mort pour avoir commis un meurtre Aprs le procs il est transfr Bictre un chteau mdival transform en prison Latmosphre horrible qui plane dans cet difice constamment plong dans les tnbres et rong par lhumidit crase le moral du dtenu Pour occuper son temps ce dernier sabandonne lcriture Dans le journal de ses confidences il parle de la souffrance atroce qui torture son esprit de la vie carcrale faite dindiffrence et de mauvais traitements ainsi que des douleurs physiques insoutenables qui paralysent ses membres Ses Mmoires insistent galement sur la cruaut de la foule buveuse de sang qui pie avec avidit lannonce des excutions pour se rendre massivement la Place de Grve le thtre macabre des dcapitations Les mmes sensations de dsespoir et dabandon accompagnent le condamn partout o il va Le calvaire vcu Bictre se poursuit la Conciergerie et lHtel de Ville sous les cris de la populace dchane et du regard froid du bourreau Au milieu de ces scnes dchirantes surgissent les merveilleux souvenirs de lenfance et de la jeunesse passs en famille ou en compagnie de la belle Espagnole Pepa Marie la fille du condamn gaie elle aussi ses sombres journes Il la serre de toutes ses forces contre son cur lorsquelle lui rend visite dans son cachot Mais lenfant ne reconnat pas son pre et lappelle tout simplement monsieur Ce mot lui confisque sa paternit et le transforme en inconnu aux yeux du seul tre au monde qui il tient encore dans sa dtresse Aprs cette cruelle dception il considre la mort comme une douce dlivrance La silhouette sinistre de la guillotine avec ses deux bras rouges et son triangle noir se dresse sans cesse devant ses yeux Elle le hante jour et nuit fait-elle souffrir ou bien donne-t-elle une mort instantane Personne ne peut rpondre cette question Il essaie de se consoler par le sermon de laumnier mais le discours du vieux prtre froid et rptitif ne fait que raviver ses angoisses Au moment o on vient le chercher pour lemmener lchafaud le condamn cde une crise dhystrie Il rclame sa grce gorge dploye et demande instamment quon lui laisse encore quelques minutes Mais le papier sign de la main du roi narrive pas et le temps fix pour la dcapitation approche implacablement Quatre heures sonnent Cest le moment PERSONNAGES Le personnage principal Il est aussi le narrateur du rcit A part son ge 40 ans on ignore tout de son identit nom profession etc Quelques indices parpills dans le texte permettent de dire quil appartient soit la bourgeoisie soit la noblesse redingote chemise de batiste utilisation du latin Le

129 personnage devient alors un tre abstrait Il incarne plus lesprit du condamn mort que son corps parce que cest la souffrance morale qui compte le plus Le chapitre XLVII cens fournir des indications sur le pass du condamn est compltement vide parce que lditeur na pas pu retrouver les feuillets qui lui sont consacrs Lhistoire narre la premire personne reste donc ncessairement inacheve Les personnages secondaires LAUMONIER cest le prtre de la prison Il se charge de consoler les condamns mort en rcitant ses sermons sans sincrit et sans conviction La manire dont il sy prend napporte aucune paix ses sujets Il fait son mtier cest tout MARIE cest la fille du condamn Son image ne le quitte pas un seul instant Il sinquite de son sort et de son avenir De tous les membres de sa famille cest elle qui le fait souffrir le plus Mais la petite fille ne reconnat pas son pre lorsquelle le voit dans son cachot parce quelle ne la pas vue depuis longtemps Pour elle il est dj mort LE BAGNARD homme hideux apparemment afflig de folie Il partage provisoirement la cellule du condamn la Conciergerie Son pass plein de sang le transforme en vritable monstre Il profite de la dtresse de son compagnon de cellule pour lui confisquer sa belle redingote en change dune vieille veste rude et sale LE BOURREAU homme froid et impassible Les souffrances du condamn le laissent indiffrent la force de lhabitude sans doute COMPOSITION Le roman se compose de quarante-neuf chapitres de longueur variable On peut les diviser en trois parties en se basant principalement sur les lieux par lesquels passe le condamn avant son son excution savoir Bictre 21 chapitres la Conciergerie 26 chapitres et lHtel de Ville 2 chapitres SECTION I BICETRE SECTION II LA CONCIERGERIE SECTION III LHOTEL DE VILLE Dans le cachot Chapitre I Le procs Chapitres II et III Retour au cachot Chapitres IV et V Le projet de journal Chapitres VI et VII Commencement de lcriture Chapitres VIII XXI Continuation de lcriture Chapitres XXII XLVII Continuation et fin de lcriture Excution du condamn Chapitres XLVIII- XLIX

130 ETUDE DE TEXTE EXRAITS DE LA PREFACE DE 1832 Quavez-vous allguer pour la peine de mort Nous faisons cette question srieusement nous la faisons aux criminalistes32 aux hommes de loi proprement dit aux dialecticiens33 aux raisonneurs ceux qui aiment la peine de mort pour la peine de mort pour sa beaut pour sa bont pour sa grce Voyons quils donnent leurs raisons Ceux qui jugent et qui condamnent disent la peine de mort ncessaire Dabord- parce quil importe de retrancher de la communaut sociale un membre qui lui a dj nui et qui pourrait lui nuire encore Sil ne sagissait que de cela la prison perptuelle suffirait A quoi bon la mort Vous objectez quon peut chapper Pas de bourreau o le gelier suffit Mais reprend-on- il faut que la socit se venge que la socit punisse- Ni lun ni lautre Se venger est de lindividu punir est de Dieu La socit est entre deux Le chtiment est au-dessus delle la vengeance au-dessous Rien de si grand et de si petit ne lui sied Elle ne doit pas punir pour se venger elle doit corriger pour amliorer Transformez de cette faon la formule des criminalistes nous la comprenons et nous y adhrons Reste la troisime et dernire raison la thorie de lexemple- Il faut faire des exemple il faut pouvanter par le spectacle du sort s rserv aux criminels ceux qui seraient tents de les imiter Voil bien peu prs textuellement la phrase ternelle dont tous les rquisitoires34 des cinq cents parquets de France ne sont que des variations plus ou moins sonores Et bien nous nions dabord quil y ait exemple Nous nions que le spectacle des supplices produise leffet quon en attend Loin ddifier le peuple il le dmoralise et ruine en lui toute sensibilit partant toute vertu Les preuves abondent et encombreraient notre raisonnement si nous voulions en citer Nous signalerons pourtant un fait entre mille parce quil est le plus rcent Au moment o nous crivons il na que dix jours de date Il est du 5 mars dernier jour du carnaval A Saint-Pol immdiatement aprs lexcution dun incendiaire nomm Louis Camus une troupe de masques est venue danser autour de lchafaud encore fumant Faites donc des exemples la maris gras vous rit au nez Mais vous est-ce bien srieusement que vous croyez faire un exemple quand vous gorgillez35 misrablement un pauvre homme dans le recoin le plus dsert des boulevards extrieurs En Grve36 en plein jour passe encore mais la barrire Saint-Jacques mais huit heures du matin Qui est ce qui va l Qui est-ce qui sait que vous tuez un homme l Qui est ce qui se doute que vous faites un exemple l Pour les arbres du boulevard apparemment Toutes les raisons pour la peine de mort les voil donc dmolies Voil tous les syllogisme37 de parquets mis nants Tous ces copeaux de rquisitoires les voil balays et rduits en Quavez-vous allguer pour la peine de mort Nous faisons cette question srieusement nous la faisons aux criminalistes38 aux hommes de loi proprement dit aux dialecticiens39 aux raisonneurs ceux qui aiment la peine de mort pour la peine de mort pour sa beaut pour sa bont pour sa grce Voyons quils donnent leurs raisons 32 - Hommes de loi spcialistes du droit criminel 33 - Qui utilisent la dialectique art de raisonner 34 - Accusation faite par le procureur gnral Critique svre et dveloppe 35 - Egorger Le verbe gorgeur traduit la lchet de ceux qui excutent les condamns 36 - Place o lon excutait les condamns mort 37 - Argument contenant trois propositions Exemple Tous les hommes sont mortels Socrate est un home Donc Socrate est mortel 38 - Hommes de loi spcialistes du droit criminel 39 - Qui utilisent la dialectique art de raisonner

131 Ceux qui jugent et qui condamnent disent la peine de mort ncessaire Dabord- parce quil importe de retrancher de la communaut sociale un membre qui lui a dj nui et qui pourrait lui nuire encore Sil ne sagissait que de cela la prison perptuelle suffirait A quoi bon la mort Vous objectez quon peut chapper Pas de bourreau o le gelier suffit Mais reprend-on- il faut que la socit se venge que la socit punisse- Ni lun ni lautre Se venger est de lindividu punir est de Dieu La socit est entre deux Le chtiment est au-dessus delle la vengeance au-dessous Rien de si grand et de si petit ne lui sied Elle ne doit pas punir pour se venger elle doit corriger pour amliorer Transformez de cette faon la formule des criminalistes nous la comprenons et nous y adhrons Reste la troisime et dernire raison la thorie de lexemple- Il faut faire des exemple il faut pouvanter par le spectacle du sort s rserv aux criminels ceux qui seraient tents de les imiter Voil bien peu prs textuellement la phrase ternelle dont tous les rquisitoires40 des cinq cents parquets de France ne sont que des variations plus ou moins sonores Et bien nous nions dabord quil y ait exemple Nous nions que le spectacle des supplices produise leffet quon en attend Loin ddifier le peuple il le dmoralise et ruine en lui toute sensibilit partant toute vertu Les preuves abondent et encombreraient notre raisonnement si nous voulions en citer Nous signalerons pourtant un fait entre mille parce quil est le plus rcent Au moment o nous crivons il na que dix jours de date Il est du 5 mars dernier jour du carnaval A Saint-Pol immdiatement aprs lexcution dun incendiaire nomm Louis Camus une troupe de masques est venue danser autour de lchafaud encore fumant Faites donc des exemples la maris gras vous rit au nez Mais vous est-ce bien srieusement que vous croyez faire un exemple quand vous gorgillez41 misrablement un pauvre homme dans le recoin le plus dsert des boulevards extrieurs En Grve42 en plein jour passe encore mais la barrire Saint-Jacques mais huit heures du matin Qui est ce qui va l Qui est-ce qui sait que vous tuez un homme l Qui est ce qui se doute que vous faites un exemple l Pour les arbres du boulevard apparemment Toutes les raisons pour la peine de mort les voil donc dmolies Voil tous les syllogisme43 de parquets mis nants Tous ces copeaux de rquisitoires les voil balays et rduits en cendres Le moindre attouchement de la logique dissout les mauvais raisonnements On est tent parfois de croire que les dfenseurs de la peine de mort nont pas bien rflchi ce que cest Mais pensez donc un peu la balance de quelque crime que se soit ce droit exorbitant44 que la socit sarroge45 dter ce quelle na pas donn cette peine la plus irrparable des peines irrparables De deux choses lune Ou lhomme que vous frappez est sans famille sans parents sans adhrents 46 dans ce monde Et dans ce cas il na reu ni ducation ni instruction ni soins pour son esprit ni soins pour son cur et alors de quel droit tuez-vous ce misrable orphelin Vous le punissez de ce que son enfance ramp sur le sol sans tige et sans tuteur47 Vous lui imputez forfait 48 lisolement o vous lavez laiss De son malheur vous faites son crime Personne ne lui a appris savoir ce quil faisait Cet homme ignore Sa faute est sa destine non lui Vous frappez un innocent Ou cet homme a une famille et alors croyez-vous que le coup dont vous lgorgez ne blesse suer lui seul Que son pre sa mre que ses enfants nen saignent pas Non En le tuant vous dcapitez toute sa famille Et ici encore vous frappez des innocents Gauche et aveugle pnalit qui de quelque ct quelle se tourne frappe linnocent 40 - Accusation faite par le procureur gnral Critique svre et dveloppe 41 - Egorger Le verbe gorgeur traduit la lchet de ceux qui excutent les condamns 42 - Place o lon excutait les condamns mort 43 - Argument contenant trois propositions Exemple Tous les hommes sont mortels Socrate est un home Donc Socrate est mortel 44 - Qui dpasse la juste mesure 45 - Sattribue 46 - Personnes qui le soutiennent 47 - Personne qui prend soin dun mineur et de ses biens 48 - Crime

132 AXES DE LECTURE I- La stratgie argumentative I-1- La logique La prface peut se lire comme un plaidoyer contre la peine de mort Victor Hugo emprunte visiblement le raisonnement dun avocat qui cherche dtruire les preuves de la partie adverse Il examine un un les arguments des partisans du chtiment suprme et les retourne contre eux Les arguments des partisans de la peine de mort Les arguments de lauteur Il faut dcapiter les condamns car la mort empche la rptition de leurs crimes - Ceux qui jugent et condamnent disent la peine de mort ncessaire Dabord parce quil importe de retrancher de la communaut sociale un membre qui lui a dj nui et qui pourrait lui nuire encore Le risque dvasion reste toujours possible - Vous objecterez quon peut schapper dune prison il pour il dent pour dent - Mais reprend-on il faut que la socit se venge que la socit punisse Il faut donner lexemple - Reste la troisime et dernire raison la thorie de lexemple Il faut faire des exemples il faut pouvanter par le spectacle du sort rserv aux criminels ceux qui seraient tents de les imiter La prison vie pourrait suffire - Sil ne sagissait que de cela la prison perptuelle suffirait A quoi bon la mort Il faut des prisons mieux surveilles - Faites mieux votre ronde Si vous ne croyez pas la solidit des barreaux de fer comment osez-vous avoir des mnageries Pas de bourreau o le gelier suffit Corriger au lieu de punir - Ni lun ni lautre Se venger est de lindividu punir est de Dieu La socit est entre deux Elle ne doit pas punir pour se venger elle doit corriger pour amliorer La dcapitation rend le public plus cruel - Nous nions dabord quil y ait exemple Nous nions que le spectacle des supplices produise leffet quon en attend Loin ddifier le peuple il le dmoralise et ruine en lui toute sensibilit A Saint-Pol immdiatement aprs lexcution dun incendiaire nomm Louis Camus une troupe de masques est venue danser autour de lchafaud I-2- Laffectivit Victor Hugo ne se contente pas de dtruire les arguments des dfenseurs de la peine de mort Il approfondit son raisonnement en jouant sur les sentiments par le bais dexemples affectifs visant attendrir ceux qui se prononcent ouvertement pour la dcapitation publique des condamns - De deux choses lune Ou que lhomme que vous frappez est sans famille sans parents dans ce monde Et dans ce cas il na reu ni ducation ni instruction ni soins pour son esprit ni soins pour son cur et alors de quel droit tuez-vous ce misrable orphelin Vous le punissez de ce que son enfance a ramp sur le sol sans tige et sans tuteur De son malheur vous faites son crime Vous frappez un innocent Ou que cet homme a une famille et alors croyez-vous que le coup dont vous lgorgez ne blesse que lui seul Que son pre sa mre que ses enfants nen saignent pas Non En le tuant vous dcapitez toute sa famille Et ici encore vous frappez des innocents Gauche et aveugle pnalit qui de quelque ct quelle se tourne frappe linnocent

133 1-3- La conclusion Aprs stre servi darguments logiques et dautres affectifs Victor Hugo procde une synthse pour clore le dbat Les deux parties de son discours qui visent respectivement convaincre et persuader aboutissent la mme conclusion Lutilisation de termes et dexpressions traduisant la vanit des thses adverses annonce le triomphe du plaidoyer de lauteur Voil tous les syllogismes de parquets nant Tous ces copeaux de rquisitoires les voil balays et rduits en cendre Le moindre attouchement de la logique dissout les mauvais raisonnements DOCUMENT EXTRAIT DU DISCOURS DE ROBERT BADINTER49 SUR LABOLITION DE LA PEINE DE MORT Il se trouve que la France que la France aura t en dpit de tant defforts courageux lun des derniers pays presque le dernier et je baisse la voix pour le dire- en Europe occidentale dont elle a t si souvent le foyer et le ple abolir la peine de mort Pourquoi ce retard Voil la premire question qui se pose nous Pour ma part jy vois une explication qui est dordre politique Labolition je lai dit regroupe depuis deux sicles des femmes et des hommes de toutes les classes politiques et bien au-del de toutes les couches de la nation Mais si lon considre lhistoire de notre pays on remarquera que labolition en tant que telle a toujours t une des grandes causes de la gauche franaise Quand je dis gauche comprenez-moi jentends forces de changement forces de progrs parfois forces de rvolution celles qui en tout cas font avancer lhistoire A deux reprises la question a t indirectement- jy insiste- pose devant lopinion publique Le prsident de la Rpublique a fait connatre non seulement mon sentiment personnel son aversion pour la peine de mort mais aussi trs clairement sa volont de demander au gouvernement de saisir le Parlement dune demande dabolition sil avait t lu Le pays lui rpondu oui Il suffit en tout cas de vous interroger trs concrtement et de prendre la mesure de ce quaurait signifi exactement labolition si elle avait t vote en France en 1974 quand le prcdent prsident de la rpublique confessait volontiers mais gnralement en priv son aversion personnelle pour la peine de mort LAssemble nationale le 17 septembre 1981 SECTION I BICETRE CHAPITRE I RESUME Un condamn mort le narrateur est enferm Bictre un tablissement qui tient la fois lieu de prison et dhpital Dans sa poignante solitude il pense sa vie dautrefois o il vivait heureux et libre Puis il renoue avec la triste ralit celle du cachot sombre et humide o il doit passer de longues et insoutenables heures de souffrance avant dtre excut Limage de la guillotine le hante sans cesse elle profile sa sinistre silhouette au loin et transforme son existence en vritable enfer 49 - Avocat et garde des Sceaux

134 AXES DE LECTURE I- La libert perdue La situation insupportable du condamn dure depuis cinq semaines Dans sa captivit il pense tout naturellement sa vie passe gaye de libert et de bien-tre Le style quil utilise pour voquer ces moments heureux figures de style en particulier et le vocabulaire se rapportant la nature et la lumire traduisent la douloureuse envie de retrouver le paradis perdu tout jamais - Mon esprit jeune et riche tait plein de fantaisies Il samusait me les drouler les unes aprs les autres sans ordre et sans fin brodant dinpuisables arabesques cette rude et mince toffe de la vie - Je pouvais penser ce que je voulais jtais libre La valeur de ces instants ne devient importante que par opposition lenfermement du prisonnier En pensant son existence avant sa condamnation le narrateur tente de soulager ses souffrances mais ce dsir dvasion se heurte la ralit amre o il se trouve do le contraste obscurit lumire qui caractrise ce premier chapitre mais galement dautres passages du roman - Des batailles gagnes des thtres pleins de bruit et de lumire et puis encore des jeunes filles et de sombres promenades la nuit sous les marronniers II- La perspective de la mort Physiquement le condamn est enferm dans une cellule sordide moralement il est prisonnier de lide pouvantable de la dcapitation - rendue par une suite de gradations ascendantes - qui se matrialise au fur et mesure quapproche la date fatidique de lexcution Il est donc doublement tortur - Maintenant je suis captif Mon corps est aux fers dans un cahot mon esprit est en prison dans une ide Une horrible une sanglante une implacable ide Je nai plus quune pense quune conviction quune certitude condamn mort - Quoi que je fasse elle est toujours l cette pense infernale comme un spectre de plomb mes cts et me secouant de ses deux mains de glace quand je veux dtourner la tte ou fermer les yeux et reparat dans mes rves sous la forme dun couteau Cette ide de mort assombrit ses journes dj entnbres par lambiance ignoble de la gele Elle transforme ses rves en cauchemars elle ne lui accorde aucun rpit - Je viens de mveiller en sursaut poursuivi par elle il me semble dj quune voix a murmur mon oreille condamn mort CHAPITRES II ET III RESUME Le narrateur opre un retour en arrire pour parler de son procs et de sa condamnation mort Il se rappelle la foule particulirement nombreuse qui a envahi la salle du tribunal le beau temps quil faisait ce jour-l et surtout le sentiment de terreur quil a prouv avant et aprs la prononciation du verdict fatal

135 Ces souvenirs prouvants sont suivis dune longue mditation sur la vie et la mort durant laquelle le condamn se sent assailli dune effroyable sensation dabandon et de dsespoir AXES DE LECTURE - Une belle journe Le narrateur insiste sur la beaut du temps qui a illumin le jour de son procs Cette beaut contraste vivement avec le verdict implacable rendu par la cour En fixant son regard sur lextrieur travers les fentres ouvertes du tribunal laccus cherche enlacer la libert et la lumire dont il est priv et quil ne retrouvera plus jamais Son sort ne semble plus linquiter Le soleil radieux qui berce la nature dehors linterpelle constamment Il sy abandonne cur joie - Ctait une belle matine - Il fait beau dis-je au guichetier - Voil une belle journe rptai-je - Le ciel tait bleu et les rayons chauds du soleil dcoups par les longues chemines traaient de grands angles de lumire Il faisait beau en effet - Les fentres taient ouvertes lair et le bruit de la ville arrivaient librement du dehors la salle tait claire comme pour une noce les gais rayons du soleil traaient a et l la figure lumineuse des croises et de ces losanges clatants aux fentres chaque rayon dcoupait dans lair un grand prisme de poussire dor - Au bord de la croise une jolie petite plante jaune toute pn- tre dun rayon de soleil jouait - Inond dair et de soleil il me fut impossible de penser autre chose qu la libert lesprance vint en moi comme le jour autour de moi - Et mes yeux revenaient se fixer sur la jolie fleur jaune au soleil La lumire soppose continment lobscurit La couleur noire qui assombrit sans arrt les souvenirs du narrateur lui rappelle sa situation tragique et tablit une violente rupture entre son pass et son prsent - Et la robe noire sagiter et les ttes de la foule fourmiller du fond dans lombre Des murs hauts et sombres de la prison Dans une salle sombre et noire Au bas de lescalier une noire et sale voiture grille mattendait Un jour sombre et le pain noir Aprs la prononciation de la sentence les belles scnes qui avaient rjoui le regard du narrateur se transformrent subitement en images sombres dune insoutenable laideur Rien ne mapparaissait plus sous le mme aspect quauparavant Ces larges fentres lumineuses ce beau soleil le ciel pur cette jolie fleur tout cela tait blanc et ple II- Le fer le froid et la mort Le prisonnier se dbat dans un monde sinistre Les sensations quil prouve trahissent son profond dsarroi quil cherche manifestement cacher Le milieu o il vit provisoirement prsente trois facettes lugubres qui inspirent une sainte horreur au narrateur le froid le fer et la mort

136 I-1- Le froid Le cachot souterrain est glacial parce que priv de lumire et de chaleur il est analogiquement assimil une tombe Mais le froid ressenti par le condamn nest pas toujours utilis au sens climatique du terme Le prisonnier souffre aussi du froid de la terreur qui le submerge tout entier au moment o la cour rend son jugement - Par une froide nuit de plein hiver Une sueur froide sortit de tous mes membres Je me levai mes dents claquaient mes mains tremblaient mes jambes taient faibles 1-2- Le fer Bictre est un univers clos o le silence nest bris que par le bruit du fer qui se trouve partout o porte le regard captif des dtenus Dans ce monde fait de barreaux et de grilles les prisonniers sont compltement dshumaniss Ils sont considrs comme des btes dans une mnagerie - Cette fois il ne suffit point du pas lourd et des souliers ferrs du guichetier du cliquetis de son nud de clefs du grincement rauque des verrous On me mit les menottes Cela avait une petite serrure Je laissai faire Ctait une machine sur une machine I-3- La mort Condamn mort 4 occurrences dans les chapitres II et III est une phrase qui rythme constamment le rcit Elle est relaye par dautres allusions la dcapitation devenue plus certaine que jamais Le narrateur ne peut pas se dfaire de cette fin tragique qui le guette sournoisement et qui se confond souvent avec limage du sang Le spectre de la mort se reflte aussi bien dans la physionomie des magistrats que dans la foule agite qui encombre les locaux du tribunal - Plutt cent fois la mort Oui la mort Jusqu larrt de mort Cette fantasmagorie des juges des tmoins des avocats des procureurs du roi passait et repassait devant moi tantt grotesque tantt sanglante Le fer cheval des juges chargs de haillons ensanglants Tout cela tait blanc et ple de la couleur dun linceul Je leur trouvai des airs de fantmes II- La foule La foule est souvent compare une horde dchane et assoiffe de sang Cette image rpugnante qui assimile la populace des charognards se disputant un cadavre sera largement dveloppe dans les chapitres suivants plus particulirement dans le chapitre XLVIII o le narrateur tout au long du trajet entre lHtel de Ville et la Place de grve se trouve face face avec le peuple avide de spectacles macabres Un air chaud ml de bruit vint me frapper au visage Ctait le souffle de la foule dans la salle des assises Un condamn mort criaient les passants en courant vers la voiture Je distinguais deux jeunes filles qui me suivaient avec des yeux avides Bon dit la plus jeune en battant des mains ce sera dans six semaines CHAPITRES IV ET V RESUME Aprs le verdict le condamn est ramen Bictre o il doit passer six semaines avant dtre envoy lHtel de Ville Les gardes multiplient les prcautions de crainte quil ne se donne la mort dans

137 sa cellule mais aprs quelques jours de haute surveillance ils lui permettent de circuler dans le prau et de discuter avec les autres dtenus Le narrateur dcouvre alors les habitudes et le langage de ceux qui partagent sa rclusion De tous les termes quil entend il ne retient que ceux qui ont un rapport avec la guillotine et la dcapitation Le prisonnier dsormais promis une fin horrible est trait comme une chose vulgaire et repoussante AXES DE LECTURE I- Bictre Ldifice o est enferm le condamn se prsente do il est peru Vu de loin ldifice a quelque majest Il garde un peu de son ancienne splendeur un air de chteau de roi Mais vu de prs cest--dire dun point de vue proche de la ralit ltablissement change totalement dapparence Le palais devient masure Les pignons dgrads blessent lil Je ne sais quoi de honteux et dappauvri salit ces royales faades On dirait que les murs ont une lpre Plus de vitres plus de glaces aux fentres mais de massifs barreaux de fer entre-croiss auxquels se colle a et l quelque hve figure dun galrien ou dun fou Cest la vie vue de plus prs DOCUMENT BICETRE Au dbut Bictre tait une forteresse Le monument se transforma en hospice puis en lieu de dtention avant la Rvolution On y enfermait les fous les bandits les assassins ainsi que les homosexuels depuis quon avait renonc les brler vifs Les prisonniers taient torturs pour expier leurs fautes Tous ceux qui se trouvaient Bictre furent massacrs en1792 par les sans-culottes50 dchans Parmi les victimes se trouvaient des enfants arrts pour vol mendicit et vagabondage Plus tard le bagne accueillait les suspects de trafic de faux assignats51 qui furent pour la plupart conduits lchafaud cause de laffaire de la conspiration des prisons en 1794 II- Un traitement qui sent lchafaud Le narrateur se voit dabord administrer un traitement spcial celui que lon rserve aux condamns mort Ces mesures extrmement svres sont prises pour empcher le condamn mort de se tuer avant le terme fix par la loi La vie du prisonnier ne lui appartient plus elle appartient dsormais la socit qui veut se venger Trait comme un condamn mort Point de couteau point de fourchette pour mes repas la camisole de force Il importait de me conserver sain et sauf la place de Grve Petit petit les gardes desserrent leur treinte laissant une petite marge de libert au reclus considr dornavant comme un prisonnier normal Cet lan de piti venant des guichetiers sentait lchafaud il npargnait pas au condamn les violences infliges aux autres dtenus Par 50 - rpublicains de 1793 qui portaient le pantalon rayures la place de la culotte 51 - Papier-monnaie mis sous la Rvolution Bictre appel aujourdhui lHtel de Ville

138 bonheur au bout de peu de jours lhabitude reprit le dessus ils me confondirent avec les autres prisonniers dans une commune brutalit Ils neurent plus de ces distinctions inaccoutumes de politesse qui me remettaient sans cesse le bourreau sous les yeux Aprs bien des hsitations on ma aussi donn de lencre du papier des plumes et une lampe de nuit III- Entre les prisonniers et les gardes Le personnage principal qui est manifestement un noble ou un bourgeois - Il parle le latin Seuls les bourgeois et les nobles utilisaient cette langue au XIXme sicle - ctoie des prisonniers issus du bas peuple La prison brise les barrires qui sparent les classes sociales Elle offre au condamn mort loccasion de dcouvrir le parler populaire qui raille la dcapitation au moyen dimages la fois plaisantes et noires Cette manire de se moquer dun sujet aussi grave que la peine capitale indigne le narrateur - On dirait des crapauds et des araignes Quand on entend parler cette langue cela fait leffet de quelque chose de sale et de poudreux dune liasse de haillons que lon secouerait devant vou Malgr leur dtachement insolent les prisonniers semblent compatir avec le condamn mort contrairement aux gardes qui le traitent comme un moins que rien - Du moins ces hommes-l me plaignent ils sont les seuls Les geliers les guichetiers les porte-clefs - je ne leur en veux pas - causent en riant et parlent de moi devant moi comme dune chose CHAPITRES VI ET VII RESUME Avant de se lancer dans lcriture de son journal le narrateur sinterroge sur lutilit des dernires confidences dun condamn mort Puis aprs avoir longuement tudi la question il se rsout aller jusquau bout du dfi Il espre que ses crits intimes trouveront un cho favorable auprs des juges qui prononcent froidement les arrts de mort Son autopsie intellectuelle pleine de souffrances physiques et de douleurs morales parviendra peut-tre les faire rflchir avant de rendre leurs impitoyables verdicts AXES DE LECTURE I- Lhsitation Ne trouvant personne qui confier les atroces sensations qui le dchirent intrieurement le narrateur projette de coucher sur le papier minute par minute tout ce quil prouve dans sa rclusion Mais avant dentamer son journal il se pose une srie de questions sur son entreprise qui risque de ne pas produire leffet attendu Son dessein vaut-il la peine dtre mis en pratique - Mais quoi crire - Est-ce que je puis avoir quelque chose dire moi qui nai plus rien faire dans ce monde Et que trouverai-je dans le cerveau fltri et vide qui vaille la peine dtre crit Pourquoi nessaierais-je pas de me dire moi-mme tout ce que jprouve de violent et dinconnu de la situation abandonne o me voil chapitre VI - Pourquoi A quoi bon crire quimporte Quand ma tte aura t coupe quest-ce que cela me fait quon en coupe dautres Est-ce que vraiment jai pu penser ces folies chapitre VII II- Un tmoignage persuasif Aprs avoir pass en revue toutes ces interrogations le narrateur tente dy rpondre en donnant des

139 justifications son entreprise Il sadresse en premier lieu aux juges dans lespoir dattirer leur attention sur les tortures morales qui assaillent le condamn mort de toutes part Le projet se prsente ds lors comme un rquisitoire contre la peine de mort Les arguments dvelopps visent persuader les dfenseurs de cette justice aveugle applique pour soi-disant faire des exemples - Certes la matire est riche et si abrge que soit ma vie il y aura bien encore dans les angoisses dans les terreurs dans les tortures qui la remplissent de cette heure la dernire Et puis ce que jcrirai ainsi ne sera peut-tre pas inutile Ce journal de mes souffrances heure par heure minute par minute supplice par supplice cette histoire ncessairement inacheve mais aussi complte que possible de mes sensations ne portera-t-elle point avec elle un grand et profond enseignement N y aura-t-il pas dans ce procs verbal de la pense agonisante dans cette espce dautopsie intellectuelle dun condamn plus dune leon pour ceux qui condamnent Peut-tre nont-ils jamais rflchi les malheureux cette succession de tortures qui renferme la formule expditive dun arrt de mort Ces feuilles les dtromperont Publies peut-tre un jour elles arrteront quelques moments leur esprit sur les souffrances de lesprit car ce sont celles-l quils ne souponnent pas Un jour viendra et peut-tre ces mmoires derniers confidents dun misrable y auront-ils contribu chapitre VI CHAPITRES VIII-IX-X-XI-XII RESUME Le narrateur qui a prsent un pourvoi en cassation sattarde sur la procdure judiciaire particulirement complique que doit suivre sa demande finalement rejete chapitre VIII Ensuite il parle de sa famille innocente victime dun crime quelle na jamais commis surtout de sa fille Marie peine ge de trois ans et fatalement promise labandon chapitre IX Le condamn dcrit ensuite le cachot o il est enferm un espace troit qui prsente toutes les caractristiques dune tombe Il dcouvre progressivement les secrets de sa bote en pierre gravs par ses prdcesseurs sur les murs noirs de la cellule AXES DE LECTURE I- Une procdure complique Le narrateur dnonce explicitement la procdure judiciaire et ses interminables formalits Les diffrents magistrats qui doivent examiner le pourvoi en cassation et la lenteur de leurs dcisions transforment la vie du condamn en vritable enfer Lespoir dobtenir la grce du roi samenuise au fil des jours surtout que les gens censs dcider de son sort ne semblent gure se soucier de son cas - Aprs quoi les pices sont envoyes au ministre - Le ministre qui ne sait seulement pas quelles existent et qui cependant est suppos les transmettre la cour de Cassation L classement numrotage enregistrement car la guillotine est encombre et chacun ne doit passer qu son tour Enfin la cour sassemble rejette vingt pourvois en masse et renvoie le tout au ministre qui renvoie au procureur gnral qui renvoie au bourreau Alors si le substitut du greffier na pas quelque djeuner damis qui len empche lordre dexcution est minut II- La hantise du temps Le condamn mort ne pense qu au jour tragique de son excution Tout le restant de sa vie se

140 trouve donc rgl au rythme des minutes qui passent Cette obsession lhabite constamment do les nombreuses allusions au temps qui se remarquent dans son texte - Comptons ce qui reste Trois jours de dlai Huit jours doubli au parquet Quinze jours dattente Quinze jours pour veiller ce quil ne vous soit pas fait de passe-droit - Le matin du quatrime jour En tout six semaines - Or voil cinq semaines au moins six peut-tre et il me semble quil y a trois jours ctait jeudi chapitre VIII III- Les victimes innocentes Comme le dit Victor Hugo dans la prface la peine de mort ne frappe pas seulement le criminel elle sabat aussi sur sa famille Le chapitre IX semble tre rdig pour illustrer cette ide La grce ntant plus quune chimre le narrateur pense aux siens sa fille Marie surtout En dveloppant un large champ lexical de laffection il cherche manifestement attendrir les partisans de la peine de mort et ceux qui se chargent de son excution - Je laisse une mre je laisse une femme je laisse un enfant La rptition du verbe laisser et le rythme quatre lments des trois phrases traduisent le profond dsespoir du condamn - Une petite fille de trois ans douce rose frle Elle avait deux ans et un mois quand je lai vu pour la dernire fois Ainsi aprs ma mort trois femmes sans fils sans mari sans pre trois orphelines de diffrentes espces trois veuves du fait de la loi La rptition de ladverbe privatif sans et de pauvre petite Marie qui rit qui joue qui chante cette heure et ne pense rien cest celle-l qui me fait mal IV- Le cachot La description du cachot chapitre X insiste sur les dimensions rduites du lieu sur lobscurit qui y rgne jour et nuit et sur le bruit infernal du fer qui sonne de temps autre dans ce monde souterrain o le condamn est considr comme une bte malfaisante IV-1- Des dimensions rduites Ladjectif carr qui revient trs souvent dans les descriptions rend bien compte de ltroitesse de lespace o se trouve le narrateur quatre murs de longueur et de largeur gales qui rduisent considrablement sa libert de mouvement - Huit pieds carrs Quatre murailles de pierre Une ouverture de neuf pouces carrs - Un assez long corridor clair ar au moyen de soupiraux troits Une srie de portes cintres et basses Mes yeux ne peuvent se lever vers la lucarne carre Du reste on suppose quil y a de lair et du jour dans cette bote en pierre IV-2- Un espace sombre Lide dobscurit dj souligne prcdemment rapparat dans le chapitre X Labsence de lumire et de chaleur transforment le cachot en caveau sombre o suffoquent des corps engourdis par le froid - Au-dessus de ma tte en guise de ciel une noire vote en ogive - Du reste pas de fentres pas mme de soupirail Ltat sordide du cachot est accentu par dautres dtails qui mettent en vidence son caractre lugubre et sa terrifiante nudit

141 - Dpaisses toiles daraignes pendent de toutes parts comme des haillons - On y jette une botte de paille o le prisonnier est cens se reposer et dormir - Une porte o le fer cache le bois coupe dune grille en croix Mais ce qui est insupportable pour le narrateur cest de se voir traiter exactement comme un animal rare venu de quelque pays lointain et expos au regard du public Le condamn mort alors un spectacle qui attire les visiteurs dabord dans son cachot ensuite sur la place de Grve - Jai entendu dire cela des curieux qui sont venus me voir lautre jour dans ma loge et qui me regardaient comme une bte de la mnagerie Le guichetier a eu cent sous Le cachot a t construit au XV me sicle Il fait partie de lancien chteau de Bictre bti par le colonel de Winchester qui fit brler vive Jeanne dArc en 1431 Le rappel de cet vnement historique vise probablement montrer que la peine de mort a exist de tous temps Le bcher a t remplac par la guillotine voil toute la diffrence V- Les traces crites CHAPITRES XI-XII Le souci de laisser une trace la postrit qui a dj effleur lesprit du narrateur se reflte sur les murs du cachot pleins dinscription de dessins gravs par danciens condamns mort Ces traces ne sont pas seulement des signatures Elles traduisent lenvie de leurs auteurs dimmortaliser leurs noms Victor Hugo transforme le cachot en espace lgendaire vu le poids des dtenus quil a provisoirement abrits des sergents condamns pour avoir particip un complot r-publicain de clbres criminels qui ont dfray la chronique leur poque des nostalgiques de lempire etc Peu importe la cause Quelle soit politique passionnelle ou autre la consquence est toujours la mme la guillotine La dcouverte des noms inscrits sur les murs inspire un grand dgot au narrateur Le fait de partager le mme de partager le mme cachot que des tres sanguinaires comme Papavoine Dautun et Castaing le place sur le mme pied dgalit que ces assassins de renom - Voil me disais-je et un frisson de fivre me montait dans les reins Voil quels ont t avant moi les htes de cette cellule - Et puis il ma paru que le cachot tait plein dhommes dhommes tranges qui portaient leur tte par leur main gauche et la portaient par la bouche parce quil n y avait pas de chevelure les pouvantables spectres Les 4 sergents guillotins en Place de Grve

142 VI- Lobsession de la mutilation CHAPITRE XI Lide davoir la tte tranche par le couperet de la guillotine ne quitte pas le condamn un seul instant Cette peur panique se reflte dans ses descriptions largement domines de sang et de termes rappelant la silhouette sinistre de lchafaud - Des caractres rouille quon dirait crits avec du sang Ces inscriptions mutiles - Ces phrases dmembres - Ces mots tronqus Corps sans tte comme ceux qui les ont crits - Je viens de voir crayonn au coin du mur une image pouvantable la figure de cet chafaud qui lheure quil est se dresse peut-tre pour moi CHAPITRES XIII ET XIV RESUME Isol dans une cellule le condamn assiste avec des yeux distendus de frayeur au ferrage des forats Ce spectacle qualifi de hideux maintes reprises est pourtant vcu comme une vritable fte par les bagnards spectateurs et acteurs Le traitement inhumain inflig aux prisonniers marque profondment le dtenu solitaire qui ne peut retenir ses larmes Mais soudain contre toute attente les forats se prcipitent vers sa fentre en scandant lunisson le condamn mort le condamn mort Cette rue brusque le dsarme compltement Il svanouit sous leffet de lhorreur chapitre XIII A son rveil dans linfirmerie il se met regarder toujours pouvant et silencieux les forats convoys vers Toulon comme des btes en cage chapitre XIV AXES DE LECTURE I- Le ferrage des forats A lpoque de Victor Hugo les forats taient ferrs et envoys Toulon lun des clbres bagnes franais avec celui de lle de R De l on les embarquait vers la Guyane et la Nouvelle Caldonie Lauteur assista leur ferrage Bictre en 1827 Les souvenirs quil garda de ces scnes cruelles nourrissent largement le chapitre XIII I-1-Un spectacle hideux Le ferrage des forats blesse la sensibilit du narrateur qui voit dfiler devant ses yeux des images dune rare cruaut Le choc moral produit par de telles scnes se remarque nettement dans le choix des termes utiliss dans le chapitre XIII et dans de nombreux passages du chapitre XIV Dbarquement des prisonniers Cayenne

143 - Jai vu ces jours passs une chose hideuse - Ctaient en effet pour un reclus solitaire une bonne fortune quun spectacle si odieux quil ft - On et dit des mes en peine aux soupiraux du purgatoire qui donne sur lenfer - On et dit des masques de dmons Sur chaque visage parut une grimace tous les poings sortirent des barreaux toutes les voix hurlrent tous les yeux flamboyaient et je fus pouvant de voir tant dtincelles reparatre dans cette cendre -Des nues dhommes hideux hurlants et dguenills Ctaient les forats Ctait une chose effrayante que cet change de gaiet entre les forats en titre et les forats aspirants Cest un moment affreux o les plus hardis plissent Il y en eut qui pleurrent Les vieux frissonnaient et se mordaient les lvres Je regardais avec terreur ces profils sinistres dans leur cadre de fer Une fois riv cette chane on nest plus quune fraction de ce tout hideux quon appelle le cordon chapitre XIV I-2- Un spectacle humiliant CHAPITRE XIII Les forats subissent lpreuve du ferrage honteux et rsigns comme des btes malfaisantes dont on craint les morsures Le traitement pouvantable dont ils font lobjet leur te tous leurs attributs humains Ils deviennent de vulgaires objets lies les uns aux autres par de puissantes chanes qui les paralysent compltement Lun deux monte sur une charrette et jette ses camarades les chanes les colliers de voyage tandis que les plus sagaces examinaient un un les carcans de fer Chacun porte sa chane et si par hasard un forat a un ami la chane len spare Et tous commenaient se dshabiller Ils grelottaient leurs dents claquaient leurs jambes maigries leurs genoux noueux sentrechoquaient et ctait piti de les voir appliquer sur leurs membres bleus ces chemises trempes Ces cordons sont de longues et fortes chanes coupes transversalement de deux en deux pieds par dautres chanes plus courtes lextrieur desquelles se rattache un carcan carr qui souvre au moyen dune charnire pratique lun des angles et se ferme langle oppos pour un boulon de fer riv pour tout le voyage sur le cou des galriensOn fit asseoir les galriens dans la boue sur les pavs on leur essaya les colliers puis deux forgerons de la chiourme arms denclumes portatives les leur rivrent froid grands coups de masse de fer CHAPITRE XIV - Leurs longues barbes leurs cheveux courts ruisselaient leurs visages taient violets on les voyait grelotter et leurs dents grinaient de rage et de froid Du reste pas de mouvements possible Lintelligence doit abdiquer le carcan du bagne la condamne mort et quant lanimal lui-mme il ne doit plus avoir de besoins dapptits qu heures fixes Le cliquetis des chanes et les hurlements du peuple qui souhaitait malheur au voyage des galriens Les scnes atroces qui dstabilisent le moral du narrateur lui font changer davis sur la peine qui lattend La guillotine lui parat alors comme une douce dlivrance face lhumiliation du ferrage et aux cris de la foule Les galres Ah oui plutt mille fois la mort plutt lchafaud que le bagne plutt le nant que lenfer plutt livrer mon cou au couteau de Guillotin quau carcan de la chiourme les galres II- Une ambiance festive Le narrateur considre le ferrage des forats comme une pratique monstrueuse qui anantit les

144 hommes les plus coriaces Les bagnards acteurs et spectateurs ne partagent manifestement pas ce point de vue Pour eux ce spectacle inhumain qui soulve lindignation et le dgot du condamn mort est loccasion rve de faire la fte - Mes voisins de cachot les forats en punition taient plus gais qu lordinaire Tout Bictre semblait rire chanter courir danser Les spectateurs des fentres jusqualors silencieux et immobiles clatrent en cris de joie en chansons mls dclats de rires poignants entendre Le tout aux acclamations railleuses des prisonniers dont la voix ntait domine que par les rires bruyants des forats A leur entre redoublement de joie aux fentres Quelques uns dentre eux les grands noms du bagne furent salus dacclamations et dapplaudissements Il y eut une rage de battements de mains et de cris de joie Et de ce chtiment horrible faisait une fte de famille Et tout coup se forment en ronde immense autour de la branche de la lanterne Ils tournaient fatiguer les yeux Ils chantaient une chanson du bagne une romance dargot sur un ton tantt plaintif tantt furieux et gai on entendait par intervalles des cris grles des clats de rire dchirs et haletants se mler aux mystrieuses paroles puis des acclamations furibondes et les chanes qui sentre-choquaient en cadence servaient dorchestre ce chant Ils se mirent danser et chanter Il parat quon leur laisse cette libert le jour du ferrage Et leurs rires me faisaient pleurer Et les explosions de joie redoublrent Bonjour bonsoir me crirent-ils avec leurs ricanements atroces II- Le spectateur devenu spectacle Le narrateur se croit hors du regard des forats dont il suit les mouvements avec un effroi qui augmente au fil des minutes Mais au moment o il sy attend le moins les bagnard reprent sa prsence et se prcipitent vers sa fentre Le spectateur anonyme devient alors son tour un objet de curiosit - Le condamn le condamn crirent-ils en me montrant du doigt Je ne puis dire ce qui se passait en moi Jtais leur camarade en effet La Grve est sur de Toulon Et quelques jours plus tard jaurais pu aussi moi tre un spectacle pour eux Il me sembla que cette nue de dmons escaladaient ma misrable cellule CHAPITRES XV-XVI-XVII RESUME A linfirmerie le condamn a bnfici de tous les soins auxquels a droit un patient ordinaire Le bon traitement des mdecins et des surs de charit lui ouvrent les portes de lespoir Et si ces gens le laissaient partir Et sil svadait Mais le prisonnier nest pas vraiment malade il est aussitt ramen dans son cachot L il pense sa grce mme sil sait davance quil ne lobtiendra jamais La justice veut faire des exemples chapitre XV Durant son court sjour linfirmerie le prisonnier entendit chanter une jeune fille lextrieur La chanson compose dans un langage populaire raconte lhistoire dun homme condamn mort Sa femme envoie un placet au roi mais ce dernier ne satisfait pas sa demande Le texte de la complainte sapplique parfaitement bien au narrateur qui se sent plus seul que jamais Le projet dvasion le hante de nouveau mais cras par le dsespoir il labandonne aussitt Les murs de Bictre sont trop pais pour cder devant un prisonnier moralement et physiquement bris chapitres XVI- XVII AXES DE LECTURE I- Le projet dvasion Linfirmerie malgr son aspect peu accueillant ravive lespoir du condamn Elle lui permet dentrer

145 en contact avec lextrieur et avec des gens autres que les guichetiers Le fait de retrouver sa libert ne serait-ce que provisoirement lincite envisager une vasion Il compte sur la gnrosit du personnel mdical pour russir sa folle entreprise - Cest que jaurais peut-tre pu mvader si lon my avait laiss Ces mdecins ces surs de charit semblaient prendre intrt moi Mourir si jeune et dune telle mort On et dit quils me plaignaient tant ils taient empresss autour de mon chevet -Et pourtant cela leur serait si facile une porte ouverte Quest-ce que cela leur ferait Plus desprance Le pourvoi cest une corde qui vous tient suspendu au-dessus de labme et quon entend craquer chaque instant jusqu ce quelle casse Cest comme si le couteau de la guillotine mettait six semaines tomber chapitre XV Le dsir de fuir Bictre aussi vite que possible devient de plus en plus imprieux Le condamn monte dj tout un scnario imaginaire Lutilisation du conditionnel au lieu du futur simple montre bien que lvasion ne se ralise que dans la tte enfivre du malheureux captif - Oh si je mvadais comme je courais travers champs Je reprendrais ma course chapitre XVII II- Une voix anglique et des paroles dmoniaques La complainte chante par une douce jeune fille rappelle au condamn la triste fin qui le guette Lhistoire de la chanson semblable la sienne et raconte dans un patois qui inspire simultanment horreur et piti dissipe la seule lueur despoir laquelle il continue de saccrocher Le roi rejette bien la grce demande par le femme du meurtrier Pourquoi accepterait-il la sienne Cest sans doute cette terrible dsillusion qui explique son indignation et sa dception Le contraste frappant qui existe entre la voix mlodieuse de la jeune fille et les paroles diaboliques de la chanson tisonne le dsespoir du condamn - Je ne saurais dire combien fut amer mon dsappointement Le sens demi compris et demi cach de cette horrible complainte Et tout cela chant sur lair le plus doux et par la plus douce voix - Cet pouvantable messageJen suis rest navr glac ananti Ctait une chose repoussante que toutes ces monstrueuses paroles sortant de cette bouche vermeille et frache On et dit de la bave dune limace sur une rose Jtais la fois bless et caress Le patois de la caverne et du bagne cette langue ensanglante et grotesque ce hideux argot mari une voix de jeune fille gracieuse transition de la voix denfant la voix de femme Tous ces mots difformes et mal faits chants cadencs perl Ah quune prison est quelque chose dinfme Il y a un venin qui y salit tout Tout sy fltrit mme la chanson dune fille de quinze ans Vous y trouvez un oiseau il a de la boue sur laile vous y cueillez une jolie fleur vous la respirez elle pue CHAPITRES XVIII-XIX-XX-XXI RESUME Le condamn reoit successivement le guichetier le directeur de la prison le prtre et lhuissier Ces visites inhabituelles sont le signe que le transfert du prisonnier la Conciergerie est trs proche En effet lexcution aura lieu le jour mme la place de Grve Le dtenu envisage encore une fois lvasion mais comment percer les puissantes murailles de Bictre qui ont rsist aux assauts du temps pendant quatre longs sicles

146 AXES DE LECTURE I- Cest pour aujourdhui CHAPITRES XVIII-XIX-XX Le condamn a cess de compter les jours depuis quelque temps Cest pour cette raison quil ignore que son excution est programme le jour mme Le cortge de personnes officielles qui lui rendent visite dans son cachot est la preuve que la date fatidique est bel et bien arrive - Est-ce que ce serait pour aujourdhui Cest pour aujourdhui 2 fois Larrt sera excut aujourdhui en place de Grve a-t-il ajout quand il eut termin sans lever les yeux de dessus son papier timbr Nous partons sept heures et demie prcises pour la Conciergerie II- La raction du condamn Le narrateur cache ses motions en prsence des autres Malgr lextrme gravit de la situation il parvient se matriser devant le prtre le directeur et lhuissier - Je lui ai rpondu dune voix faible je ne suis pas prpar mais je suis prt Cest monsieur le procureur gnral lui ai-je rpondu qui a demand si instamment ma tte Quand vous voudrez lui ai-je rpondu A votre aise Mais lorsque le condamn se trouve hors du regard des visiteurs il ne parvient pas rprimer son cri de dtresse Comme nimporte quel tre humain dans sa situation il pense lvasion mais les propos de son triste monologue se brisent sur les murs de sa cellule Il est seul aux prises avec lui-mme - Un moyen de fuir mon Dieu un moyen quelconque Il faut que je mvade il le faut sur-le-champ par les portes par les fentres par la charpente du toit quand mme je devais laisser de ma chair aprs les poutres rage dmon maldiction Il faudrait des mois pour percer ce mur avec de bons outils III- La prison un tre horrible CHAPITRE XX Pour le condamn le spectre de la prison nest pas reprsent uniquement par les grandes murailles et les cachots sordides de Bictre Il est incarn aussi par les hommes qui y travaillent et les objets qui sytrouvent Le captif broy par ce monstre hideux aux multiples visages se sent abandonn bris cruellement dsespr Ce bon gelier cest la prison incarne cest Bictre qui sest fait homme Tout est prison autour de moi Je retrouve la prison sous toutes les formes sous la forme humaine comme sous la for-me de grille ou de verrous Ce mur cest de la prison en pierre cette porte cest de la prison en bois ces guichetiers cest de la prison en chair et en os La prison est une espce dtre horrible complet indivisible moiti maison moiti homme Je suis sa proie elle me couve elle menlace de tous ses replis La prison de la Bastille Paris

147 SECTION II DE LA CONCIERGERIE CHAPITRE XXII RESUME Durant son transfert de Bictre la Conciergerie le condamn voque les lieux quil a traverss et rapporte les propos changs avec laumnier et lhuissier dans la voiture Il fait galement allusion la foule qui sassemble dj dans les rues pour assister son excution Son moral rudement prouv change au fil des vnements Il est tantt mlancolique et serein tantt furieux et rvolt mais cest toujours la peur qui finit par prendre le dessus AXES DE LECTURE I- Des sentiments contrasts Des sentiments dont lintensit augmente au fur et mesure que la voiture sapproche de la Conciergerie assaillent le condamn Lannonce inopine de son transfert affecte simultanment son physique et son moral Il ma sembl que je nen pourrais faire un second tant ma tte tait lourde et mes jambes faibles Cependant je me suis remis et jai continu dune allure assez ferme - Jtais devenu machine comme la voiture Jcoutais en silence cette chute de paroles monotones qui assoupissaient ma pense La vue de ce grand escalier de cette noire chapelle de ces guichets sinistres ma glac Jai vu que les battements de mon cur allaient sarrter Je me sentais emport avec stupeur comme un homme tomb en lthargie qui ne peut ni remuer ni crier et qui entend quon lenterre Cette angoisse qui drgle les sens du condamn sintensifie cause des visages et des objets qui lui rappellent constamment la mort Un vieillard moribond ma cri au revoir Le tout si sale si noir si poudreux que le corbillard des pauvres est un carrosse en comparaison II- Une populace en dlire Lallusion la foule avide de spectacles sanglants revient plusieurs endroits du roman Elle rappelle en quelque sorte la Passion du Christ et sa souffrance sur le chemin de la Croix - La cour espce de petite place plante darbres tait plus encombre encore de spectateurs que pour les galriens Dj la foule Jai eu plaisir voir cette foule dans cette boue - Pendant que je montais il y avait une vieille aux yeux gris qui disait Jaime encore cela que la chane Cest un spectacle quon embrasse plus aisment Il n y a quun homme et sur cet homme autant de misres que tous les forats la foisIl semblait que les flots de passants sarrtait pour regarder la voiture et des bandes denfants couraient sur sa trace L un homme ou une vieille en haillons quelquefois les deux ensemble tenant en main une liasse de feuilles imprimes que les passants se disputaient Il stait dj form une foule sur mon passage III- Le dtachement insolent de lhuissier De tous les hommes que ctoie le condamn mort lhuissier est sans doute le plus insensible sa douleur Il incarne la rigidit de la Justice dnu de tout sentiment humain Son attitude glaciale et ses propos railleurs indignent le narrateur qui tantt lui tient la rplique tantt lignore compltement

148 - Et mille billeveses Il se tournait tour tour vers le prtre et vers moi et je ne rpondais quen haussant les paules - Ah C est cela a-t-il rpliqu Alors vous tes trop triste M Castaing causait Pour vous je vous trouve vraiment bien pensif jeune homme Allons vous voulez rire plus vieux que moi Je serais votre grand-pre Tenez cher monsieur ne vous fchez pas une prise de tabac et ne me fardez pas rancuneEh bien ne suis-je pas malheureux tout mon tabac est perduPlus que moi Cela est facile dire Pas de tabac jusqu Paris Cest terrible CHAPITRES XXIII ET XXIV RESUME Le condamn est confi au directeur de la Conciergerie Dans la cellule sordide o il est verrouill il trouve un prisonnier lapparence hideuse qui pousse des ricanements sinistres Cet horrible compagnon de cachot sera bientt envoy Bictre en attendant le jour de son excution Le dtenu qui na apparemment pas toute sa tte se met alors raconter son histoire Au terme de son rcit il propose au narrateur de lui donner sa redingote en change de sa vieille veste use Il compte tirer quelque bnfice du beau vtement du marquis pour sacheter du tabac AXES DE LECTURE I- Dune prison lautre La Conciergerie na rien envier Bictre La mme ambiance macabre le mme traitement impitoyable Les rclusionnaires sont ravals au rang de proies qui passent dune main lautre jusquau jour de la dcapitation Ce constat inhu-main sape les dernires illusions du condamn - Toute ma rsolution ma abandonn quand on a ouvert devant moi des portes basses des escaliers secrets des couloirs intrieurs de longs corridors touffs et sourds - Le directeur la pri dattendre un instant lui annonant quil allait avoir du gibier lui remettre La Conciergerie II- Les effets ravageurs de la dtention Le condamn qui partage la cellule du narrateur est lillustration vivante des effets nfastes de la prison sur le corps et lesprit des dtenus Les frquents ricanements qui ponctuent ses propos laissent supposer quil a perdu la raison Un homme sain desprit parle-t-il de la mort avec autant de sang-froid

149 Mais la justice est aveugle La guillotine ne fait pas de diffrence entre une tte saine et une tte afflige de folie La loi de lexemple doit continuer rgner - Un homme denviron quarante-cinq ans rid vot grisonnant membres trapus avec un regard louche dans ses yeux gris sale en guenilles demi-nu repoussant voir -Un brusque et violent clat de rire mon oreille ma rveill de ma rverie - Lui prolongeant son rire qui ressemblait un rle moi-demi tonn demi-effray Cela veut dire sest-il cri que le taule jouera au panier avec ma sorbonne - Ha ha il parat que tu comprends maintenant Il sest remis rire plus haut encore quen commenant Nouveaux clats de rires ma rponse III- Un rcit dans le rcit Pour la premire fois le narrateur rapporte des faits entendus et non vcus Le style sobre auquel il nous a habitus cde la place un registre populaire voire vulgaire truff dexpressions images qui trahissent le rang social de son compagnon de cellule Lhistoire relate montre comment un simple dlit peut se muer en spirale infernale qui conduit fatalement lchafaud La cruelle sanction dun acte sans gravit transforme le prisonnier en bte froce qui se nourrit du sang de ses victimes - Un jour javais faim Je donnai un coup de coude dans le carreau dun boulanger Jempoignai un pain le boulanger mempoigna je ne mangeai pas le pain jeus les galres perptuit - Je mvadai je rencontrai des camarades qui avaient aussi fait leur temps ou cass leur ficelle leur coire me proposa dtre des leurs - Jacceptai et je me mis tuer pour vivre Et lon enterrait lhomme sous un arbre et puis on dansait sur la fosse pour que la terre ne part pas remue Avoir vol un mouchoir tu un homme ctait tout pour moi dsormais IV- La symbolique de lchange En donnant sa redingote son compagnon de cachot la redingote tant un habit port par les nobles et les bourgeois et en prenant sa veste rude et sale le narrateur ne procde pas un simple change de vtement Il endosse en quelque sorte lidentit du sclrat qui a un grand nombre de crimes son actif Il nest plus lhomme aux manires douces et au langage soign que nous avons connu jusquici do les tentations de meurtre qui le dmangent subitement Jaurais voulu pouvoir ltrangler de mes mains le vieux voleur pouvoir le piler sous mes pieds chapitre 24 Par ailleurs la grosse veste du criminel attirera invitablement les foudres de la foule sur celui qui la porte Aux yeux de la populace dchane il ne sera quun vulgaire assassin venu droit des bas-fonds de Paris CHAPITRES XXV ET XXVI RESUME Le condamn se trouve seul dans sa chambre sous lil vigilant dun gendarme Dans cette cruelle situation o le spectre de la mort rde constamment autour de lui il pense sa fille Marie Il limagine devant lui et lui confie toutes les souffrances morales qui le dchirent Puis une foule de questions le submerge Que pensera-t-elle de lui lorsquelle deviendra grande Quelle image se fera-telle de lui Ne trouvant pas de rponses ces douloureuses interrogations il revient son crime et regrette amrement de lavoir commis Mais il est trop tard Encore six heures et tout sera termin

150 AXES DE LECTURE I- Un monologue poignant La dimension persuasive du chapitre XXVI repose essentiellement sur laffectif Les arguments dvelopps par le narrateur dans un monologue pathtique cherche attendrir les juges et les partisans de la peine de mort I-1- Laffection - O pauvre petite fille ton pre qui taimait tant ton pre qui baisait ton petit cou blanc et parfum qui passait la main sans cesse dans les boucles de tes cheveux comme sur de la soie qui te faisait sauter sur ses genoux et le soir joignait tes deux petites mains pour prier Dieu Quest-ce qui taimera tous les enfants de ton ge auront des pres except toi Comment te dshabitueras-tu mon enfant du Jour de lAn des trennes des beaux joujoux des bonbons et des baisers Comment te dshabitueras-tu malheureuse orpheline de boire et de manger - Moi qui taime de toutes les tendresses du cur ma petite bien-aime I-2- La mort Le condamn parle dj comme sil nexistait plus Ton pre qui taimait tant malheureuse orpheline Le caractre monstrueux de la peine de mort est soulign par des images macabres et une srie dexclamations qui expriment lextrme frayeur ressentie par le condamn - Je serai quelque chose dimmonde qui tranera sur la table des amphithtres une tte quon moulera dun ct un tronc quon dissquera de lautre puis ce qui restera on en mettra plein une bire et le tout ira Clamart Ils vont me tuer Comprends-tu cela Marie Me tuer de sang froid en crmonie pour le bien de la chose - Ah est-il bien vrai que je vais mourir avant la fin du jour Cest moi qui vais mourir CHAPITRES XXVII- XXVIII- XXIX RESUME Laffreuse image de la guillotine hante constamment les penses du condamn Il se rappelle le jour o il a vu la machine infernale sur la place de Grve avec sa sinistre charpente et son couteau tranchant Puis il berce lespoir dune grce royale Il veut continuer vivre mme sous les traits hideux dun forat sil le faut AXES DE LECTURE I- La machine infernale Le narrateur ple sans arrt les dix lettres de la guillotine dans sa pense La silhouette de cet effroyable instrument de supplice lui donne des sueurs froides

151 CHAPITRE XXVII dix lettres leur aspect leur physionomie est bien faite pour me rveiller une ide pouvantable Limage que jattache ce mot hideux est vague indtermin et dautant plus sinistre Chaque syllabe est une pice de la machine Jen construis et jen dmolis sans cesse dans mon esprit la monstrueuse charpente Il parat quil y a une bascule et quon vous couche sur le ventre Ah mes cheveux blanchiront avant que ma tte ne tombe CHAPITRE XXVIII - Au-dessus des ttes on voyait une espce destrade en bois rouge que trois hommes chafaudaient - Tiens regarde le couteau coule mal ils vont le graisser avec un bout de chandelle II- Plutt les galres que la mort Lors du ferrage des forats le narrateur a cri haut et fort Plutt la mort que les galres Mais en sentant sa fin approcher il change radicalement davis Un galrien reste en vie tandis quun condamn mort disparat tout jamais Un forat cela marche encore cela va et vient cela voit le soleil Il veut que sa peine soit commue La gradation ascendante Je veux bien des galres Cinq ans de galres ou vingt ans ou a perptuit montre bien quil est prt encourir les peines les plus atroces except la dcapitation CHAPITRE XXX RESUME Le condamn reoit laumnier de la prison dans sa cellule avant dtre envoy la Conciergerie Mais le sermon du prtre le laisse indiffrent La rptition des mmes formules et labsence de sentiments sincres accentuent son dsespoir Il a besoin daffection et de consolation dans les moments affreux quil endure chose que le vieil homme compltement blas ne peut pas lui offrir AXES DE LECTURE I- Le sermon de laumnier Le narrateur coute le prtre plus avec politesse quavec conviction Les paroles froidement dbites par le vieil homme et inlassablement rptes aux condamns mort qui se succdent Bictre nexercent aucun effet sur lui I-1- Des propos striles - Do vient que sa voix na rien qui meuve et qui soit mu

152 - Do vient quil ne ma rien dit encore qui mait pris par lintelligence ou par le cur - Cependant ses paroles mont sembl inutiles et je suis rest indiffrent elles ont gliss comme cette pluie froide sur cette vitre glace - Rien de senti rien de pleur rien darrach de lme rien qui vt de son cur pour aller au mien rien qui ft de lui moi - Au contraire je ne sais quoi de vague dinaccentu dapplicable tout et tous emphatique o il et t besoin de profondeur plat o il et t simple une espce de sermon sentimental et dlgie thologique Et puis il avait lair de rciter une leon dj vingt fois rcite de repasser un thme oblitr dans sa mmoire force dtre su Il a vieilli voir des hommes mourir Depuis longtemps il est habitu qui fait frissonner les autres I-2- Un sermon rptitif - Probablement il a son cahier telle page les galriens telle page les condamns mort On lavertit la veille quil y aura quelquun consoler le lendemain telle heure il demande ce que cest galrien ou supplici en relit la page et puis il vient - Mais ce bon vieillard qui est-il pour moi que suis-je pour lui Un individu de lespce malheureuse une ombre comme il en a dj tant vu une unit ajouter au chiffre des excutions II- La recherche dune consolation Le condamn qui vit son dernier jour na pas besoin de paroles prononces sans conviction par un prtre blas Il a besoin de tendresse et de consolation pour quitter sereinement ce bas-monde la tte haute sans aucun regret - Sa vue ma fait du bien - Il ma pris une ardente soif de bonnes et consolantes paroles - Je proteste que je lavais cout avec avidit dabord puis avec attention puis avec dvouement - Et quon lui dise il y a un homme qui va mourir et il faut que vous le consoliez Il faut que vous soyez l quand on lui liera les mains l quand on lui coupera les cheveux que vous montiez dans sa charrette avec votre crucifix pour lui cacher le bourreau que vous soyez cahot avec lui par le pav jusqu la Grve que vous traversiez avec lui lhorrible foule buveuse de sang que vous lembrassiez au pied de lchafaud et que vous restiez jusqu ce que la tte soit ici et le corps l - Quon me jette entre ses bras ses genoux et il pleurera et nous pleurerons et il sera loquent et je serai consol et mon cur se dgonflera dans le sien et il prendra mon me et je prendra son Dieu Les occurrences de la conjonction de coordination et au nombre de 7 soulignent lhaltement du condamn qui semble sabandonner une course effrne contre la montre CHAPITRES XXXI-XXXII RESUME Un sous-architecte entre dans la cellule du condamn pour prendre les mesures de son cachot Le ton railleur sur lequel il parle au prisonnier rvolte ce dernier mais le gendarme intervient temps pour mettre fin ses moqueries Aprs le dpart de lindsirable visiteur on charge un autre garde de surveiller le dtenu Le nouveau venu savre demble antipathique et repoussant Il demande au reclus de revenir la vie sous forme de fantme pour lui donner les bons numros du prochain tirage de loto Le captif

153 accepte la proposition saugrenue en change de luniforme du gendarme quil compte utiliser pour svader Mais le gardien devine ses intentions et coupe court la plaisanterie de mauvais got AXES DE LECTURE I- Le summum de linsensibilit Le condamn pourtant encore vivant est considr dj comme mort par les gens qui se relaient dans sa cellule Lattitude impitoyable du sous-architecte et la rponse sche du gendarme anantissent le captif qui se sent glac de frayeur Moi jtais l comme une des pierres quil mesure Puis a fix un instant les yeux sur moi a secou la tte dun air insouciant et sest remis parler haute voix Sa besogne finie il sest approch de moi en me disant avec sa voix clatante Et son geste semblait ajouter Vous nen jouirez pas cest dommage Il souriait presque Jai cru voir le moment o on II- Lacm 52 de la cupidit A peine lodieux sous-architecte quitte-t-il le cachot quun gendarme dtestable est post pour surveiller le condamn Ce nouveau garde incarne lui seul le plus haut degr de la bassesse humaine Il reprsente limage monstrueuse de quelquun qui cherche tirer le maximum de profit de la mort de son prochain Lnergumne demande au captif de lui envoyer de lau-del les bons numros qui sortiront au prochain tirage du loto Ses propos constamment scand du refrain Criminel mon criminel entache son discours dun humour fade et noir Oui criminel oui bonheur oui fortune Tout cela me sera venu de vous Il parat pardon criminel que vous passez aujourdhui Il est certain que les morts quon fait prir comme cela voient la loterie davance Promettez- moi de venir demain soir quest-ce que cela vous fait me donner trois numros trois bon hein Je nai pas peur des revenants soyez tranquille Voici mon adresse Le narrateur qui na plus rien perdre lessentiel tant dj perdu voit dans cette proposition loccasion rve de svader Il signifie son interlocuteur quil accepte le march condition quil lui donne son uniforme Jaurais ddaign de lui rpondre cet imbcile si une esprance folle ne mavait travers lesprit Dans la position dsespre o je suis on croit par moments quon briserait une chane avec un cheveu Ecoute lui ai-je dit en faisant le comdien autant que le peut faire celui qui va mourir je puis en effet te rendre plus riche que le roi te faire gagner des millions A une condition change dhabits avec moi Jobservais tous ses mouvements mon cur palpitait Je voyais dj les portes souvrir devant luniforme de gendarme Le garde qui lit dans les penses du condamn devient plus lucide Ce brusque changement dissipe entirement lespoir insens auquel saccrochait le condamn Ah bien non tiens et mes numros Pour quils soient bons il faut que vous soyez mort CHAPITRES XXXIII-XXXIV-XXXV-XXXVI RESUME Le dtenu qui sabandonne totalement son triste sort fait passer en revue les belles images de son enfance et de sa jeunesse avec son amie espagnole Ce retour au pass est interrompu par de longues 52 - Le point le plus lev

154 mditations sur le crime commis et le dsir de se repentir Puis le voyage rtrospectif dans le temps se rtablit avec lvocation dautres faits vcus comme la visite de Notre-Dame et ladmiration de son imposant bourdon AXES DE LECTURE I- Un concentr de bonheur Pour apaiser ses souffrances le condamn se remmore les joyeux moments de son enfance et de sa jeunesse des moments pleins de bonheur dinnocence et damour Ces souvenirs gaient momentanment lambiance spulcrale o il doit vivre ses dernires heures Lallusion la course et la promenade via des verbes de mouvement ainsi que lusage du prsent de narration dans certains passages dnotent la douloureuse envie denlacer la libert dautrefois - Je me revois enfant colier rieur et frais jouant courant criant avec mes frres dans la grande alle - Nos mres nous ont dit daller courir ensemble nous sommes venus nous promener - Pourtant il n y a encore quun an nous courions Nous marchions lentement - Elle me dit courons Et elle se mit courir - Je la poursuivais elle fuyait - Oh maman maman dit-elle en rentrant si tu savais comme nous avons couru Javais le paradis dans le cur Cest une soire que je me rappellerai toute ma viechapitre XXXIII - Ma belle enfance ma belle jeunesse - Jtais libre et pur que je faisais mes promenades dautomne que jerrais sous les arbres et que je marchais dans les feuilles chapitre XXIV - Je me souviens quun jour tant enfant jallais voir le bourdon de Notre-Dame - Eh bien il me semble que je suis encore dans la tour du Bourdon Cest tout ensemble un tourdissement et un blouissement Je naperois plus cette vie plane et tranquille que jai quitte chapitre XXXV II- le repentir Le crime commis par le condamn ressurgit au milieu des souvenirs et transforme le paradis en enfer Entre le pass libre et serein et le prsent noir se rveille la conscience du prisonnier qui tente dexpier son pch dans lespoir dobtenir la grce de Dieu celle des hommes ntant plus quune chimre prsent - A ce moment suprme o je me rveille jy retrouve mon crime avec horreur mais je voudrais me repentirJavais plus de remords avant ma condamnation -Pourtant je voudrais bien me repentir beaucoup Quand jai rv une minute ce quil y a de pass dans ma vie et que jen reviens au coup de hache qui doit la terminer aprs tant dannes dinnocence et de bonheur on ne voudra pas croire cette anne excrable qui souvre par un crime et se clt par un supplice elle aura lair dpareille CHAPITRES XXXVII-XXXVIII-XXXIX RESUME Le narrateur crayonne lHtel de Ville laide de qualificatifs et dimages qui insistent sur son apparence sinistre chapitre XXXVII Ensuite il dcrit la foule de sensations douloureuses qui secouent son corps tout entier avant lultime preuve chapitre XXXVIII De nombreuses questions mergent

155 subitement dans son esprit propos de la dcapitation Apparemment elle ne fait pas souffrir mais qui peut confirmer cette hypothse ceux qui ont t guillotins Srement pas AXES DE LECTURE I- LHtel de Ville La description de cet difice qui partage de nombreux points communs avec Bictre sattarde sur son aspect sinistre et rpugnant Lassociation de verbes comme vomir et regarder lHtel de Ville assimile le lieu un tre vivant qui linstar de la foule assiste aux excutions avec une totale indiffrence LHtel de ville est un difice sinistre Il est l de plain-pied avec la Grve sombre lugubre la face toute ronge de vieillesse et si noir quil est noir au soleil Les jours dexcution il vomit des gendarmes de toutes ses portes et regarde le condamn avec toutes ses fentres Et le soir son cadran qui a marqu lheure reste lumineux sur sa faade tnbreuse II- Les manifestations physiques de la peur Au fur et mesure quapproche lheure de lexcution les maux physiques du condamn augmentent On dirait que son corps ragit sa manire pour dnoncer la barbarie de la guillotine en faisant crier tous ses membres de douleur Il est donc tout fait normal que la tte passe en premier - Une violente douleur de tte Les reins froids le front brlant Il me semble quil y a un liquide qui flotte dans mon cerveau qui fait battre ma cervelle contre les parois du crne Jai des tressaillements convulsifs et de temps en temps la plume tombe de mes mains comme une secousse galvanique Les yeux me cuisent comme si jtais dans la fume Jai mal dans les coudes III- Dcapitation et souffrance Guillotin clbre mdecin et dput a recommand lutilisation de sa machine sous prtexte quelle ne fait pas souffrir Le narrateur reprend cette ide grand renfort dinterrogations pour montrer que la souffrance physique nest rien en comparaison avec la souffrance morale qui torture le condamn - Ils disent que ce nest rien quon ne souffre pas que cest une fin douce que la mort de cette faon est bien simplifie Eh quest-ce que donc cette agonie de six semaines et ce rle de tout un jour Ques-ce que les angoisses de cette journe irrparable qui scoule si lentement et si vite quest-ce que cette chelle de torture qui aboutit lchafaud Ne sont-ce pas les mmes convulsions que le sang spuise goutte goutte ou que lintelligence steigne pense pense Puis sur un ton moqueur le narrateur souligne le non-fond de laffirmation selon laquelle linstrument infernal assure une mort douce et rapide au condamn - Et puis on en souffre pas en sont-ils sr Qui le leur a dit Conte-t-on que jamais une tte coupe se soit dresse au bord du panier et quelle ait cri au peuple Cela ne fait pas de mal Y a-t-il des morts de leur faon qui soient venus les remercier et leur dire Cest bien invent Tenez-vous en La mcanique est bonne Est-ce Robespierre est-ce Louis XVI Le narrateur insiste dlibrment au risque de choquer le lecteur sur le corps atrocement mutil Il utilise des qualificatifs et des images insoutenables pour visualiser lhorreur - Se sont-ils jamais mis seulement en pense la place de celui qui est l au moment o le lourd tranchant qui tombe mord la chair rompt les nerfs brise les vertbres

156 CHAPITRE XL RESUME Le condamn a beau faire il ne peut pas se dbarrasser de limage du roi Charles X en loccurrence Il pense la vie luxueuse quil mne et lautorit dont il jouit Il se compare ce personnage unique qui peut le gracier par un simple coup de plume mais limmense foss qui le spare du souverain mousse tous ses espoirs AXES DE LECTURE I- Le roi Dans sa dtresse le condamn pense au roi qui peut lui accorder une grce en vertu des pouvoirs qui lui sont confrs et que personne nose contester Une simple signature appose au bas dun papier suffit larracher de lenfer Cette autorit suprme dont il bnficie amne le narrateur imaginer sa vie pleine de richesses et de loisirs une vie qui contraste vivement avec la sienne Le moi du narrateur se ddouble dans le monologue un moi qui parle et un moi qui coute deux moi torturs qui bercent la mme chimre Et il nen est rien - Dans un autre palais un homme qui a aussi des gardes toutes ses portes un homme unique comme toi dans le peuple cette diffrence quil est aussi haut que tu es basSa vie minute par minute nest que gloire grandeur dlices enivrement Tout est autour de lui amour respect vnration Les voix les plus hautes deviennent basses en lui parlant et les fronts les plus fiers ploient A cette heure il tient quelque conseil de ministre o tous sont de son avis Cet homme est de chair et dos comme toi Et pour qu linstant mme lhorrible chafaud scroult il suffirait qu il crivt avec cette plume les sept lettres de son nom au bas dun morceau de papier ou mme que son carrosse rencontrt ta charrette CHAPITRE XLI RESUME Le condamn qui se trouve deux doigts de la guillotine prsent imagine ce qui se passe aprs la mort Il voit lau-del sous deux aspects opposs un aspect lumineux qui rfre au paradis et un autre sombre qui renvoie lenfer Le captif rong par les remords se sent plus proche des abmes infernaux Charles X

157 AXES DE LECTURE I- La vie aprs la mort Le reclus dsespr se prpare quitter la vie terrestre Regardons davance dans le tombeau Il voit dj le monde inconnu o il va tre envoy un monde tantt baign de lumire tantt plong dans les tnbres Le crime commis par le prisonnier le prdestine lenfer symbolis par la couleur noire - Il semble que je verrai une grande clart et des abmes de lumire o mon esprit roulera sans fin Il me semble que le ciel sera lumineux de sa propre essence - Ou bien misrable que je suis ce sera peut-tre un gouffre hideux profond dont les parois seront tapisss de tnbres et o je tomberai sans cesse en voyant des formes remuer dans lombre Ou bien je me trouverai peut-tre rampant dans lobscurit Il y aura par places des mares et des ruisseaux dun liquide inconnu et tide tout sera noir Mes yeux ne verront quun ciel dombre Dans le fond de grandes arches plus noires que les tnbres Ces visions doutre-tombe se remarquent galement dans la description de la Place de Grve au moment de lexcution - Il y aura sur la place une guillotine de lenfer o un dmon excutera un bourreau Ce sera quatre heures du matin A notre tour nous ferons foule autour de lui Il est probable que cela est ainsi Mais si ces morts-l reviennent sous quelle forme reviennent-ils Que gardent-il de leurs corps incomplet et mutil Que choisissent-ils Est-ce la tte ou le tronc qui est spectre CHAPITRE XLII RESUME Le condamn compltement extnu par les cruelles preuves quil traverse prie le prtre de le laisser dormir Dans son dernier sommeil sur terre il fait un rve o il entrevoit une vieille femme cache dans sa maison et qui semble dtenir un trange pouvoir linsensibilit la douleur cuisante du feu AXES DE LECTURE I- Le rve Le rve une rfrence autobiographique rapporte par Adle la fille de Victor Hugo dans son Journal tourne autour dune vieille femme qui ne semble pas sentir leffet dune flamme de bougie Quelle est la signification de cette scne bizarre Que symbolise-t-elle Le texte ne nous le dit pas Mais cet pisode entretient un rapport vident avec linconscient du condamn qui sest dj interrog sur linsensibilit la douleur physique Le rve passe par ailleurs par trois tapes distinctes la peur linterrogatoire et le supplice trois moments qui sappliquent parfaitement bien au parcours du narrateur I-1- La peur Ce sentiment qui perscute le condamn dans ses moments dveil le harcle galement dans le sommeil La peur devient alors une torture permanente qui ne lui laisse pas la moindre seconde de rpit Il y avait quelque chose qui nous glaait nous avions peur Cela avait quelque chose de hideux et mes cheveux se dressent dy penser Je me suis rveill frissonnant et baign de sueur froide - Au mme moment jai senti trois dents aigus simprimer sur ma main dans les tnbres

158 I-2- Linterrogatoire - Que faites-vous l Qui tes-vous Elle ne rpondit pas ne bougea pas et resta les yeux ferms Je lai interrog de nouveau elle est demeure sans voix sans mouvement sans regard I-3- Le supplice - Un de nous la pousse terre elle est tombe Ah enfin rpondras-tu vieille sorcire Qui es-tu - - Elle est tombe tout dune pice comme un morceau de bois comme une chose morte Je lui ai mis la mche enflamme sous le menton Jai replac la lumire sous le menton de la vieille CHAPITRE XLIII RESUME La fille du condamn lui rend visite dans sa cellule Le pre rassur de voir son enfant en bonne sant linonde dun flot de baisers Mais Marie ne le reconnat pas Elle lappelle monsieur comme un tranger Ce constat anantit le narrateur qui sefforce de lui expliquer qui il est et ce quelle reprsente pour lui Lentretien est domin de bout en bout de propos tendres de larmes et de soupirs Le captif qui ne tient plus rien prsent attend lheure de son excution de pied ferme AXES DE LECTURE I- La visite de Marie Le prnom Marie est trs significatif Il fait penser la Vierge Marie la mre de Jsus-Christ qui a normment souffert avant et aprs la naissance de son fils La petite fille porte donc un nom qui la prdestine fatalement la douleur et la cruaut des hommes comme le craignait son pre dans le chapitre IX I-1- Une rencontre touchante Le condamn na pas vu sa fille depuis un an environ cest pour cela que les retrouvailles sont marques dintenses moments damour et de tendresse - Je lai prise je lai enleve dans mes bras je lai assise sur mes genoux je lai baise sur ses cheveux Je la serrais violemment contre ma poitrine enfle de sanglots Marie ai-je dit ma petite Marie Je lai baise au front Je lai couverte de baisers et de larmes I-2- Une cruelle dception La joie des retrouvailles se transforme subitement en choc pouvantable La petite fille ne reconnat pas son pre En lisant son arrt de mort de sa voix douce et innocente elle le condamne une seconde fois la guillotine - Hlas naimer ardemment quun seul tre au monde laimer avec tout son amour et lavoir devant soi qui vous voit et vous regarde vous parle et vous rpond et ne vous connat pas Ne vouloir de consolation que de lui et quil soit le seul qui ne cache pas quil vous en faut parce que vous allez mourir Elle me regardait dun air tonn caresse embrasse dvore de baisers et se laissant faire mais jetant de temps en temps un coup dil inquiet sur sa bonne qui pleurait dans le coin Elle a pass un petit cri

159 Oh vous me faites du mal monsieur ma-t-elle dit La pauvre enfant Elle ma oubli vIsage parole accent Quoi dj effac de cette mmoire la seule o jeusse voulu vivre Quoi dj plus pre Etre condamn ne plus entendre ce mot ce mot de la langue des enfants si doux quil ne peut rester dans celle des hommes papa CHAPITRES XLIV- XLV-XLVI-XLVII RESUME Lheure fatale approche Le condamn se prpare affronter la foule hurlante qui encombre les alentours de la sinistre Place de Grve chapitres XLIV-XLVI Il pense encore une fois sa fille et sattle la rdaction dautres pages dans lesquelles il lui raconte sa triste histoire quelle lira peut-tre un jour chapitre XLVI AXE DE LECTURE I- La folie La populace buveuse de sang prend dj place pour assister au spectacle macabre Elle assimile la dcapitation une partie de plaisir qui draine les foules chaque fois quil y a un nouveau numro voir - A la foule sur le pont la foule aux fentres chapitre XLIV joie une excution dans cette foule de ttes qui couvrira la place il y aura plus dune tte prdestine qui suivra la mienne Pour ces tres fatals il y a sur un certain point de la place de Grve un lie fatal chapitre XLV SECTION III DE LHOTEL DE VILLE CHAPITRE XLVIII- XLIX RESUME Le condamn implore sa grce genoux au moment o on vient le chercher Il demande encore quelques minutes dans lespoir de voir venir la dcision royale tant attendue Mais ses attentes sont cruellement dues Quatre heures sonnent Cest lheure Excution en Place de Grve

160 AXES DE LECTURE I- La foule encore et toujours Le peuple avide de spectacles sanglants est encore une fois attaqu par le condamn La foule devient alors une horde de chiens qui se prcipitent sur une proie blesse pour lui donner le coup de grce CHAPITRE XLVIII - Il y avait un grand bruit dehors comme un frmissement qui ondulait dans lair Jai cru dabord que ctait la rivire mais des rires qui clataient jai reconnu que ctait la foule La foule hurlait plus haut au-dehors Jai voulu regarder autour de moi Gendarmes devant gendarmes derrire puis la foule de la foule une mer de ttes sur place La place a clat en bruit du pav aux toits et les ponts et les quais ont rpondu faire un tremblement de terre La foule se dmolissait derrire elle Je commenais ne plus voir ne plus entendre Toutes ces voix toutes ces ttes aux fentres ces spectateurs avides et cruels cette foule o tous me connaissent et o je ne connais personne route pave et mure de visages humains Une clameur furieuse et lair froid et la lumire blanche ont fait irruption jusqu moi Jai vu les mille ttes hurlantes du peuple Jtais ivre et stupide insens Cest une chose insupportable que le poids de tant de regards appuys sur vous Dans le tumulte du bruit tout cela tait une rumeur qui rsonnait dans ma tte comme dans un cho de cuivre Il y avait beaucoup de monde et qui devait bien voir La populace riait et trpignait La voix de la foule est devenue plus vaste plus glapissante plus joyeuse encore II- Les derniers frissons Au fur et mesure quapproche lheure de lexcution la panique du prisonnier augmente Son angoisse saccentue la vue de la guillotine et de la foule bruyante qui laccueille avec des cris tantt joyeux tantt furibonds La prsence du bourreau et de deux hommes qui se chargent de la toilette du condamn est la preuve que lheure fatale est bel et bien venue - Jai eu beau me roidir beau me crisper le cur ma failli Quand jai vu ces deux bras rouges avec leur triangle noir le cur ma failli Jai trembl comme si jeusse pens autre chose Au saisissement de lacier qui touchait mon cou mes coudes ont tressailli et jai pouss un rugissement touff Mes pas taient mous et flchissaient comme si javais eu deux genoux chaque jambe On mavait assis sur la banquette de derrire le dos tourn au cheval Jai frmi de cette dernire attention Je la voyais de mes yeux gars Chacun de ses dtails mapportait sa torture Lhorreur ma pris violemment Jai craint de dfaillir Je vacillai donc sur le banc Mais le corps ne voulut pas ma nuque resta paralyse et davance comme morte Jai failli tomber la face sur les planches Jai fait un pas mais je me suis retourn pour en faire un autre et je nai pu Je me suis arrt comme chancelant dj du coup Excution de Louis XVI

161 III- Un espoir insens Une folle esprance anime subitement le condamn la grce Il continue croire en cette chimre de toutes ses forces mais le temps poursuit son cours et la dlivrance tarde venir Cest fini pour de bon cette fois - Je lui ai demand la grce en joignant les deux mains et en me tranant sur les deux genoux - Ma grce ma grce ai-je rpt ou par piti cinq minutes encore Qui sait elle viendra peut-tre Cela est si horrible mon ge de mourir ainsi des grces qui arrivent au dernier moment on la vu souvent Et qui fera-t-on grce monsieur si ce nest moi Et par piti une minute pour attendre ma grce Qui sait si je ne lui chapperai pas si je ne serai pas sauv si ma grce Il est impossible quon ne me fasse pas grce EXPLICATION DES MOTS UTILISES DANS LE ROMAN A Abbaye Mont--Regret argot guillotine Abdiquer abandonner le pouvoir Abusif qui dpasse la juste mesure Adhrents personnes qui soutiennent quelquun un parti etc Allguant prtextant Alcve enfoncement pratiqu dans le mur dune chambre pour y placer un lit Apostolique qui vient des aptres les douze compagnons de Jsus Christ Apprts prparations Arabesque ornement en forme de lignes et de feuillages inspir de lart arabe Arche vote en forme darc Argousin surveillant des prisonniers des galriens Assesseur adjoint du prsident dun tribunal Assoupir endormir Attachs de cs argot boucles de chaussures Aumnier prtre charg de la direction spirituelle et de linstruction religieuse Autopsie examen dun cadavre pour dterminer les causes de la mort Auvent petit toit en saillie Avidement de ladjectif avide qui a un dsir immodr qui fait preuve dune attention passionne B Babillard crit adress au roi Placet Bagne prison Baladin personne qui donne un spectacle sur une place publique en excutant des tours dacrobatie des numros de dressage danimaux etc Bandoulire bande quon porte en diagonale sur la poitrine et laquelle on suspend une arme ou un objet quelconque Baquet cuve de bois de petite dimension Batiste fine toile de lin Bave salive que laissent chapper certains animaux Bantes grandes ouvertes

162 Besogne travail Bire cercueil Billevese parole de peu dimportance Bise vent sec et froid Blas insensible indiffrent Blmes ples Bonnets verts les condamns mort Bourdon grosse cloche Bourreau excuteur ce la peine de mort Boutanche familier boutique Bravade acte de dfi Bruire rendre un son confus C Cabanon cellule dans laquelle on enfermait les fous dangereux Cadence rythms Caloquet familier couronne Cahotes secoues Carcans pices de fer qui serrent le cou des prisonniers Cardinaux pluriel de cardinal haut dignitaire de lEglise catholique aprs le pape Cassation acte juridique par lequel on annule des jugements Caveau construction souterraine destine la spulture Petite cave Chapelle petite glise Chapes long manteau port pendant les crmonies religieuses et agraf par devant Charlot bourreau Chaufferette sorte de bote en mtal dans laquelle on met de la braise pour se chauffer les pieds Charpente assemblage de pices de bois ou de mtal servant soutenir les constructions Chevrons galons en forme de V renvers port sur les manches dun uniforme militaire Chiffonnant froissant Chimre ide irralisable imagination vaine Clameurs cris Cliquetis bruit sec rsultant de lentrechoquement de corps mtalliques Cloison tout ce qui sert sparer Collets compagnons Coire argot chef Colimaon en spirale Coltig argot empoigne Colliers de voyage colliers en mtal qui reliaient les prisonniers entre eux Complainte chanson populaire o le sujet est tragique Convulsif caractris par des convulsions cest- -dire un resserrement involontaire des muscles Copieusement abondamment Coquins des railles argot gendarmes Corbillard vhicule o sont transports les morts Le mot est utilis dans le roman au sens de simple charrette Corset gaine qui enserre la taille et les hanches Cour dassises cour compose de magistrats et de jurs chargs de juger les personnes renvoyes devant elle par un arrt de mise en accusation Coutil sorte de toile lisse croise et serre en fil ou en coton

163 Crieur personne qui crie pour annoncer les nouvelles publiques Criminalistes hommes de loi spcialistes du droit criminel Croises fentres Crucifix reprsentation du Christ sur la croix Cuisent causent une douleur semblable celle de la brlure D Dfourrailler familier librer Dguenills vtus de guenilles cest--dire- de vieux vtements dchirs Dmembres divises en parties dcoupes Dpareille spare isole De plain-pied au mme niveau Dialecticiens qui utilisent la dialectique art de raisonner Diaprait composait de couleurs vives Difformes dont la forme est irrgulire Distinctement nettement clairement E Egorgiller gorger Le verbe gorgiller traduit la lchet de ceux qui excutent les condamns Elgie petit pome dont le sujet est triste et tendre Eloquence art talent de bien parler Emphatique exagr dans lexpression le ton la voix le geste Enfle gonfle Enfourraill familier emprisonn Enivrement tat dune personne enivre ivre Le mot est utilis dans le roman au sens dblouissement Ente greffe forme sur Enrou dont la voix est devenue rude ou rauque Ensevelir enterrer Entifer familier embellir Epars disperss Epeler nommer une par une les lettres qui composent un mot Escamoter faire disparatre Escouade partie dune compagnie commande par un caporal ou un brigadier Etinceler briller Etique trs maigre Etrennes cadeaux offerts le Jour de lAn Evque homme religieux charg de ladministration dune circonscription appele diocse Excrable dtestable Exhauss lev plus haut Exhorter encourager F Factionnaire soldat post pour surveiller les prisonniers Fate sommet Fanandel populaire bourreau Fange boue

164 Fantasmagorie art de faire apparatre des figures lumineuses par des illusions doptique Fer en fer cheval en demi cercle Fltrir ter la fracheur abmer Le verbe fltrir signifie aussi marquer un condamn sur lpaule Filer familier voler Fontage coiffure fminine Forats aspirants futurs forats Forfait crime Fouilleuse familier poche Fraction partie Furibondes furieuses en colre Fusiliers gardes arms de fusils G Galriens condamns ramer sur les galres anciens bateaux de guerre rames et voiles Galuch de galoche qui dsigne des chaussures en cuir semelle de bois Galvanique qui a rapport au galvanisme phnomnes lectriques produits sur les organes vivant par le passage dun courant Garde-chiourme gardien qui surveille les prisonniers Gter mettre en mauvais tat Gele prison Giberne bote portative dans laquelle les soldats mettaient leurs cartouches Gibet instrument de supplice pour la pendaison Gtant demeurant restant Glapissante qui parle dune voix aigu Grabat mauvais lit Greffier celui qui enregistre par crit tout ce qui se dit dans un tribunal Grle adj se dit dun son aigu et faible Grelotter trembler de froid Grinche familier voleur Guichetier aide dun gelier gardien dune prison Petite ouverture dans la porte dune cellule H Haies files Haillons vtements en lambeaux Hve ple Hideux horribles Huissier officier charg de signifier les actes juridiques et de les mettre excution I Immonde trs sale repoussant Impie qui na pas de religion qui a du mpris pour la religion Imprcation souhait de malheur quon fait contre quelquun Inepte absurde stupide Infme honteuse dshonorante Instamment avec insistance

165 J Judas petite ouverture pratique dans une porte pour voir ce qui se passe sans tre vu Jurs citoyens choisis dans le peuple pour juger les criminels L Lambeaux morceaux Langoureux de langueur qui signifie diminution progressive des forces physiques Largue nom familier pouse Lthargie tat de sommeil profond dans lequel on semble mort Lettre de feu Les lettres TFP Travaux forcs perptuit taient marques au fer rouge sur lpaule des prisonniers vie Linceul drap dont on couvre un mort avant de lenterrer Louches familier mains Lucarne petite ouverture pratique dans un toit M Maracher personnes qui cultivent des lgumes Marchands de lacets argot gendarmes Marine les galres Marlou voleur qui emploie ladresse Marquis titre de noblesse intermdiaire ente le comte et le duc Mnagerie lieu o sont rassembls des animaux venus de pays trangers et rares Millier 500 kilos Morfill familier fait Mutils prives de membres Le mot est utilis dans le roman au sens d inacheves N Nant le non-tre ce qui nexiste pas Nudit tat de ce qui est nu Nue multitude foule O Oblitr effac peu peu Oblong plus long que large Obscnes qui choquent qui blessent la pudeur Ogive plafond qui a la forme dun arc bris Onirique qui impose des frais Qui a rapport au rve P Pain bis pain dun gris brun mang pare les pauvres Palais partie interne et suprieure de la bouche qui spare les dents des fosses nasales Parapet petit mur hauteur dappui Paroisse circonscription dirige par un cur Parquet espace dune salle de justice o se trouvaient les accuss Les magistrats eux sinstallaient sur

166 une estrade Le mot dsigne aussi lensemble des magistrats qui demandent justice contre laccus au nom du ministre public Parricide qui a tu son pre Parvis place devant la porte principale dune glise Passe-droit faveur accorde contre le droit Privilge Patois langage particulier une rgion Peigre familier voleur Ple-mle dans le dsordre Plerine manteau sans manches muni dun capuchon Pelure familier manteau Perclus priv de mouvement Perls qui coulent comme des gouttelettes Pices les diffrents documents sur lesquels se base la cour pour rendre son jugement Pied ancienne mesure de longueur de 33 centimtres environ Pied -de-roi rgle pliante gradue Pignons parties suprieures et triangulaires dun mur qui supporte la charpente du toit Placarde familier la place de Grve Placet demande crite pour obtenir une faveur Ploient cdent se soumettent Poindre commencer paratre Pompes funbres service charg de lorganisation des funrailles Portefaix homme qui fait mtier de porter des fardeaux tout ce qui pse Postillon conducteur au service de la poste aux chevaux Potence instrument utilis pour pendre les condamns Pouce ancienne mesure de longueur de 27 millimtres environ Prau partie couverte dune cour Prisme cristal qui dcompose les rayons lumineux Procureur gnral magistrat qui reprsente le ministre public Il demande justice contre laccus Purgatoire lieu o les mes expient leurs fautes avant dtre admises au paradis R Rabat col qui se rabat sur la poitrine et que portent les magistrats les avocats etc Railleuses moqueuses Rle bruit de respiration que fait une personne sur le point de mourir Rauque se dit dune voix rude et comme enroue Rcalcitrants qui rsistent qui refusent dobir Rcidive action de commettre de nouveau un crime pour lequel on a dj t condamn Reclus prisonnier isol Redingote longue veste Remords reproches que fait la conscience regrets douloureux dune faute dun crime Rquisitoire accusation faite par le procureur gnral Critique svre et dveloppe Rverbration rflexion de la lumire Romance chanson sentimentale Roucoulement cri du pigeon ou de la tourterelle Sens dans le roman propos tendres et tristes Ruisseler couler tre couvert deau Rumeur bruit confus de voix

167 S Sabbat assemble de sorciers qui se runissent pendant la nuit Sagaces qui ont lesprit vivace qui ont le sens de lobservation Sangle bande plate et large de cuir de toile etc Sarrau sorte de grande blouse Sarroger sattribuer Sayons vtements manches larges Se dpecer se partager Spulcre tombe Sermon discours dun prdicateur homme qui annonce la parole de Dieu Se repentir exprimer le regret davoir commis un pch Serpillire Grosse toile servant laver le sol Serpillire de ratichon soutane dabb Soupirail ouverture pour donner de lair et du jour dans une cave Soutane vtement long et boutonn que portent les prtres Spectre fantme Syllogisme argument contenant trois propositions Exemple Tous les hommes sont mortels Socrate est un homme Donc Socrate est mortel T Tapiquer familier loger habiter Tartouve menottes Tnbreuse noire Thologique religieux Tintement bruit dobjets qui sonnent lentement Toquante familier montre Tortu qui nest pas droit Tournante cl Trapu gros et court Tressaillement tremblement Trimin familier chemin Tronqu priv dune partie importante Tumulte grand mouvement accompagn de bruit et de dsordre Agitation Tuteur personne qui prend soin dun mineur et de ses biens V Vaciller bouger en allant de droite gauche ou inversement Vnration adoration Vtran vieux soldat ancien combattant Vicaire prtre adjoint dun cur qui peut le remplacer Vile sans valeur Visionnaire qui a des visions ou des ides bizarres

168 EXPRESSIONS FAMILIERES OU ARGOTIQUES Avoir la tte rogne avoir la tte coupe Grand Meudon est aboul le mouchard est venu Me voil donc cheval de retour me voil donc revenu la prison Mon pre a pous la veuve il a t pendu Nous ont pris au collet nous ont arrts Sinvre devant la carline lche devant la mort Soulasse sur le trimard assassinat sur les grands chemins Son auberg jai engant je me suis empar de son argent Sur mes sique ont fonc ils se sont jets sur moi Vousaille populaire vous PERSONNAGES EVOQUES Bories chef des quatre sergents de La Rochelle excuts pour complot rpublicain Castaing mdecin guillotin pour avoir empoisonn son ami Dautun criminel guillotin pour avoir assassin et dcoup le corps de son frre Guillotin Joseph Ignace 1738-1814 homme politique et mdecin franais Il fit adopter au Parlement lutilisation de linstrument servant dcapiter les condamns mort et qui porta par la suite malgr ses protestations le nom de guillotine Jeanne dArc hrone franaise brle vive par les Anglais en 1431 Louis XVI 1754-1793 roi franais guillotin le 21 janvier 1793 suite au soulvement du 10 aot 1792 Macbeth personnage de Shakespeare dans la pice Macbeth La femme de ce dernier la incit tuer le roi dEcosse et lun de ses meilleurs amis pour semparer du trne Aprs ce double assassinat Macbeth croyait voir le fantme de son ami qui le perscutait Martin Jean criminel guillotin pour avoir tu son pre Papavoine criminel guillotin pour avoir tu des enfants Robespierre Maximilien de 1758-1793 homme politique franais et avocat guillotin en 1794 Saint Augustin 354- 430 vque africain auteur des Confessions Saint Grgoire 213- 270 vque devenu clbre par la gurison miraculeuse de certaines maladies LIEUX EVOQUES Bictre lpoque de V Hugo cet difice tait la fois un hpital et une prison Charenton hpital psychiatrique Paris Grve Place de place o lon excutait les condamns mort jusqu 1830 appele aujourdhui place de lHtel de Ville La Rochelle chef- lieu de la Charente- Maritime sure lAtlantique La Conciergerie btiment dpendant du Palais de Justice situ quai de lHorloge Paris Le quai aux fleurs quai qui longe la Seine clbre pour son march de fleurs Le Pont-au-Change pont qui relie lle de la Cit la rive droite de la Seine Notre-Dame de Paris cathdrale construite Paris entre 1163 et 1250 Toulon une des clbres prisons franaises avec celle de lle de R Val-de Grce abbaye qui fut transforme en 1793 en hpital militaire et en centre daccueil

169 L A N G U E LA PHRASE COMPLEXE I - LES SUBORDONNEES CONJONCTIVES A - LES COMPLETIVES OBSERVATION Vois comme elle agit aujourdhui son fils et toi vous tes dans la cour du lyce comme deux parias Oui je sais cela Je sais que tu passes des journes entires dans la maison de ce garon Mon enfant comment as-tu pu en arriver l Toi qui rptais quand tu tais petit en te redressant Je veux ressembler pre et grand-pre J de Lacretelle Silberrmann DECOUVERTE 1- Par quelle conjonction la subordonne est-elle introduite dans la proposition en rouge 2- Quelle fonction remplit-elle par rapport au verbe savoir 3- Je sais que tu passes des journe entires dans la maison de ce garon peut-tre dcompose en deux phrases distinctes Quelles s sont-elles A RETENIR La proposition compltive est une proposition subordonne conjonctive Elle est gnralement introduite par que et remplit les fonctions suivantes - complment dobjet indirect Jespre quil russira Jespre quelque chose Il russira COD - complment dobjet indirect lorsquelle est introduite par ce que de ce que Je veillerai ce que tout se passe dans de bonnes conditions COI - complment second Jai prvenu ma famille que je viendrais COD COI - sujet Quil russisse est mon vu le plus cher SUJET - attribut du sujet de la principale Mon souhait est quil russisse - complment dadjectif Je suis certain quil russira Le mode du verbe de la subordonne compltive dpend de la nature du verbe e la principale On utilise lindicatif aprs les verbes de dclaration affirmer dclarer dire soutenir les verbes dopinion penser croire juger les verbes de connaissance et de perception constater savoir sentir entendre voir On utilise le conditionnel aprs les verbes valeur de futur dans le pass Je savais quil russirait On utilise le subjonctif aprs les verbes de volont dsire souhaiter vouloir ordonner interdire dfendre redouter permettre obtenir les verbes de sentiments se rjouir dplorer regretter douter craindre et aprs certaines tournures impersonnelles Il se peut que il est possible que

170 EXERCICES 1- Transforme les phrases suivantes de manire former des compltives a- Nous pensons quelque chose Tu seras la hauteur de cette mission b- Le patron exige une chose Tu finiras le travail avant midi c- Il passera au bureau avant de rentrer chez lui Cest fort possible d- Le directeur dclare une chose La runion aura lieu 18 heures e- Je mtonne dune chose Il part f- Je regrette une chose Tu ne tiens pas ta promesse 2- Prcise la fonction des compltives dans les phrases suivantes a- Nous esprons que vous honorerez vos engagements b- Quil accepte mon invitation me rjouit beaucoup c- Je mattendais ce quil ragisse de cette manire d- Elle est convaincue quil changera e- Mon rve est que toutes les nations se tendent la main pour faire une ronde autour du monde f- Jai averti mes amis que je nirais pas avec eux 3- Ecris convenablement les verbes a- Nous esprons que vous se plaire beaucoup chez nous b- Vous dsirez que je vous servir votre dner sur la terrasse c- Je crois quil tre trop tard pour rparer cette regrettable erreur d- Ils doutent quil tre capable de mener bien cette entreprise e- Jai dit aux organisateurs que je ne pas assister au tournoi cette anne f- Tu es certain quon peut faire confiance cet intermdiaire g- Il est indispensable que vous avoir un sauf-conduit pour entrer dans cette zone B-LES CIRCONSTANCIELLES OBSERVATION A- Puisquil est souffrant il nira pas au bureau B- Il pleut torrents par consquent nous nirons pas nous promener dans le bois C- Notre association uvre pour que lalphabtisation soit gnralise au Maroc D-Il sest comport comme ferait son pre en pareille situation E- Bien que la mer soit trs agite les pcheurs mettent leurs barques leau F- Sil faisait encore quelques efforts il obtiendrait de meilleurs rsultats G- Aprs que vous aurez sign ce papier vous passerez au guichet N 4 pour remplir dautres formalits DECOUVERTE 1- Dlimite les propositions principales et les propositions subordonnes dans les exemples ci-dessus 2- Dgage dans chaque exemple ls moyens qui assurent la subordination 3- Complte le tableau suivant

171 PHRASES RAPPORTS LOGIQUES EXPRIMES A B C D E F Cause A RETENIR Comme leur nom lindique les subordonnes circonstancielles prcisent les circonstances dans lesquelles se droule une action 1- La subordonne circonstancielle de cause appele aussi causale qui indique pourquoi l action de la principale a lieu Elle peut tre introduite par les conjonctions et locutions conjonctives suivantes parce que comme puisque attendu que tant donn que du moment que non quemais etc 2- La subordonne circonstancielle de consquence appele aussi conscutive qui indique le rsultat entran par le verbe de la principale Elle peut tre introduite par les conjonctions et locutions conjonctives suivantes sique tellementque tel point que de telle faon que de telle manire que tantque etc 3- La subordonne circonstancielle de but appele aussi finale qui indique dans quelle intention seffectue laction de la principale Elle peut tre introduite par les conjonctions et locutions conjonctives suivantes afin que pour que de peur que de crainte que en vue que seule fin que 4- La subordonne circonstancielle de comparaison appele aussi comparative qui marque un rapport de comparaison avec le fait de la principale galit ressemblance infriorit supriorit Elle peut tre introduites par les moyens suivants comme ainsi que aussique autant que autant de que de mme que plus que moins que 5- La subordonne circonstancielle de concession ou dopposition appele aussi concessive qui marque une opposition avec le fait exprim par la principale Elle peut tre introduite par les locutions conjonctives suivantes bien que encore que quoique malgr que mme si quand bien mme 6- La subordonne circonstancielle de condition appele aussi conditionnelle qui indique quelle condition seffectue le fait de la principale Elle peut tre introduite par les subordonnants suivants si supposer que au cas o pour le cas o condition que sous la condition que moins que en admettant que dans lhypothse o pourvu que pour peu que 7- La subordonne circonstancielle de temps appele aussi temporelle Elle indique si laction de la principale se droule avant antriorit en mme temps simultanit ou aprs postriorit celle de la subordonne Antriorit avant que ne dici que en attendant que jusqu ce que jusquau moment o Simultanit alors que mesure que au fur et mesure que au moment o comme en mme temps que lorsque quand pendant que tandis que Postriorit aprs que aussitt que depuis que ds que une fois que sitt que Remarque Le temps et le mode du verbe de la subordonne circonstancielle sont trs importants Ils changent selon le subordonnant utilis et selon la concordance des temps But pour que afin que de peur que de crainte que ne entranent le subjonctif

172 Concession bien que quoique subjonctif mme si quand bien mme indicatif Condition si prsent futur si imparfait conditionnel prsent si plus-que-parfait conditionnel pass au cas o conditionnel pourvu que pour peu que condition que subjonctif Temps futur antrieur futur simple pass antrieur pass simple EXERCICES 1- Identifie les subordonnes circonstancielles suivantes a - Prvenez moi au cas o vous auriez dautres renseignements b- Ds que les voyageurs eurent aperu le train ils se prcipitrent vers le quai c- Quoique ses arguments tiennent la route il ne parvient pas convaincre la cour d- Etant donn que laccus na pas dantcdents la cour lui accorde un sursis e- Votre demande est arrive trop tard par consquent elle sera rejete f- Elle a envelopp ses enfants dans de chaudes couvertures de crainte quils nattrapent froid g- Nous vous hbergerons jusqu ce que vous trouviez un logement h- Les bateaux rapetissaient au fur et mesure quils sloignaient lhorizon 2- Transforme les phrases suivantes selon les indication donnes Exemple La cloche sonnera ils sortiront postriorit Ds que la cloche aura sonn ils sortiront a- Il garde le lit il ne se sent pas bien cause b- Leau est trs prcieuse il faut la prserver par tous les moyens consquence c- Le confrencier se sert dun microphone lassistance lentendra bien but d- Adoptez mon plan vous neutraliserez les suspects condition e- Il a fourni dintenses efforts il na pas ralis un bon score concession f- Le boxeur en short rouge a 22 ans celui en short bleu aussi comparaison g- Rentrons la maison la pluie commencera tomber antriorit 3- Ecris convenablement les verbes a- Si vous aviez appliqu mes instructions vous empcher cette catastrophe de se produire b- On gardera votre permis de conduire jusqu ce que vous payer la contravention c- Il roule trs vite bien que la vitesse tre limite 60 lheure d- Aprs quil effectu une communication tlphonique il prit un caf e- Au cas o ltat de ce patient empirer faite-le moi savoir sans tarder f- Je resterai avec toi jusqu ce que tu pouvoir marcher tout seul g- Tu aller loi si tu continues sur la mme voie h- Si tu suivais un rgime tu perdre du poids

173 II- LES SUBORDONNEES RELATIVES OBSERVATION Une vague dferla courut sur la grve humide et lcha les pieds de Robinson qui gisait face contre sable 1 A demi inconscient encore il se ramassa sur lui-mme et rampa de quelques mtres vers la plage Puis il se laissa rouler sur le dos Des mouettes noires et blanches tournoyaient en gmissant dans le ciel o une trame blanchtre seffilochait vers le levant2 Michel Tournier Vendredi ou les limbes du pacifique Ed Flammarion 1971 DECOUVERTE 1- Quelles sont les deux phrases grce auxquelles on a construit la phrase 1 2- Que remplace donc qui dans la phrase transforme Comment appelle-t-on ce pronom 3- Quelle fonction remplit-il dans la phrase Comment appelle-t-on la subordonne quil introduit 4- Mmes questions pour la phrase 2 A RETENIR La subordonne relative est introduite par un pronom relatif simple qui que dont o ou compos auquel duquel Les amis dont je tai parl sont venus Antcdent pronom relatif Elle permet de complter un nom exactement comme un adjectif pithte ou un complment de nom Ils ont partag les biens que leur a laisss leur pre Ils ont partag les biens paternels Ils sont partag les biens de leur pre La subordonne relative peut prendre diffrentes formes - la relative dterminative qui complte lantcdent et quon ne peut pas supprimer Je vous prsente lhomme qui ma sauv la vie On ne peut pas dire Je vous prsente lhomme - la relative explicative qui peut tre supprime sans influer sur le sens de la phrase Mon camarade qui a une terrible migraine ne peut pas nous accompagner On peut dire Mon ami ne peut pas nous accompagner - la relative sans antcdent Qui aime bien chtie bien La subordonne relative peut remplir diffrentes fonctions - complment de lantcdent Je connais lhomme dont le fils habite au rez-de-chausse - sujet Qui va la chasse perd sa place - COD Appelez qui vous voudrez - COI ou COS Remettez ce message qui vous savez - CCL Nous irons o tu voudras Remarque Les pronoms relatifs remplissent eux aussi des fonctions prcises Qui sujet Que COD Le participe pass saccorde lorsque ce pronom est plac avant Dont complment du nom O CCL ou CCT

174 EXERCICES 1- Transforme les phrases suivantes de manire former des subordonnes relatives a- Je te rendrai la somme tu mas prt cette somme b- Nous allons visiter la maison Victor Hugo est n dans cette maison c- Voici lalbum ils ont compos les chansons de cet album d- Sers-toi des cls les cls se trouvent sur la table e- Voici lpreuve de physique on la propose lexamen cette anne f- Prte-moi lencyclopdie tu men as parl 2- Prcise la fonction des subordonnes relatives dans les exemples suivants a- Donnez ce paquet qui le rclamera b- Qui trop embrasse mal treint c- Choisissez qui vous dsirez d- Je te suivrai o tu iras 3- Complte les phrases suivantes par des subordonnes relatives en variant les pronoms a- Regarde loiseau b- Je vais acheter le roman c- Je me souviens du jour d- Elle a admir les fleurs e- Nous passons prs de la ferme f- Ils ont achet une proprit 4- Construis quatre phrases dans lesquelles tu utilises les pronoms relatifs qui que dont et o III- LES SUBORDONNEES INTERROGATIVES INDIRECTES OBSERVATION En me dirigeant vers le sige de LAurore je fus assailli par une foule de questions qui accentuaient mon dsarroi Je me demandais si le rdacteur en chef allait accepter de publier mon article Javais lintention de dvoiler la vrit sur lune des affaires les plus tnbreuses qui avaient secou tout Paris malgr les menaces que javais reues au tlphone Il restait convaincre M Joly un homme inflexible de programmer mon texte pour le prochain tirage peu importait les consquences que cette grave entreprise allait me coter DECOUVERTE 1- Dlimite la principale et la subordonne dans la phrase en rouge 2- A quelle discours cette phrase est-elle exprime 3- Redis-la en rapportant directement les paroles du narrateur 4- Comment appelle-t-on la subordonne quelle contient

175 A RETENIR La subordonne interrogative indirecte est une proposition introduite par un adverbe interrogatif qui quand comment Elle dpend dun verbe principal exprimant une interrogation implicite ou explicite demander se demander dire et occupe le plus souvent la place de complment dobjet de ce verbe Certaines expressions servant poser une question dans linterrogation directe changent dans linterrogation indirecte mais les adverbes restent les mmes EXPRESSIONS ADVERBES Interrogation directes Interrogations indirecte Interrogation directe Interrogation indirecte Quest-ce que Que Est-ce que ce que ce que si Quand Comment Pourquoi Qui O invariables L interrogation directe sans mot interrogatif marque par linversion du sujet et la simple intonation devient une subordonne interrogative indirecte introduite par si Est-il venu Je me demande sil est venu Il est venu Je me demande sil est venu Lorsque le verbe introducteur est au pass pass compos imparfait pass simple le temps du verbe de la subordonne interrogative indirecte change selon le schma suivant prsent Imparfait Es-tu prt partir lui ai-je demand Je lui ai demand sil tait prt partir pass compos Plus-que-parfait Avez-vous termin les rparations demanda-t-il aux ouvriers Il demanda aux ouvriers sils avaient termin les rparations Futur simple Conditionnel prsent Que feras-tu ce soir lui ai-je demand Je lui ai demand ce quil ferait ce soir-l Les indications de temps changent elles aussi lorsque le verbe introducteur est au pass Ce jour Ce jour-l Hier La veille Demain Le lendemain

176 EXERCICES 1-Transforme les phrases ci-aprs sur le modle suivant et souligne la subordonne interrogative indirecte Quand serai-je transfr a demand le condamn au f directeur de prison Le condamn a demand au directeur de prison quand il serait transfr a- Que pensez-vous de ce projet demanda le patron ses collaborateurs b- Est-ce que vos partagez cette opinion ma demand le journaliste c- Quest-ce que tu comptes faire pour rcuprer tes biens ai-je demand mon ami d- Pourquoi navez-vous pas rpondu mon appel demande-t-il ses parents e- Comment lopration sest-elle droule demanda un chirurgien son collgue f- O avez-vous trouv ce sac demande un policier au suspects 2- Rcris le texte suivant en transformant les passages souligns en interrogatives indirectes La ville o javais dbarqu tait une immense mtropole hrisse de buildings dont la plupart servait de siges de grandes firmes internationales Je ne savais par o prendre Les avenues bruyantes senchevtraient devant moi comme dinterminables ddales Jai apostroph un passant et aprs lavoir salu je lui ai demand - Pourriez-vous me dire o se trouve la compagnie Miramar - Je suis dsol jignore o a se trouve a-t-il rpondu Jessayai darrter un taxi en vain - Quest-ce que je faire dans cette jungle Comment faire pour rejoindre la socit qui mavait contact pour lentretien dembauche me demandais-je sans arrt IV- LES SUBORDONNEES INFINITIVES OBSERVATION Glissant et trbuchant je gravis la pente me raccrochai aux arbustes cartait la haie dpineux avec des mains lardes de ronces et sur lesquelles le sang perlait Joseph Kessel Le Lion DECOUVERTE 1- Combien de verbes sont utiliss dans la phrase en rouge A quels modes sont ils conjugus 2- Relve leurs sujets Quest-ce que tu constates 3- Quelle question faut-il poser pour trouver cette partie de la phrase Patricia mappeler 4- Quelle fonction cette partie remplit-elle donc dans la phrase en rouge A RETENIR La proposition subordonne infinitive a pour noyau un verbe conjugu linfinitif dont le sujet est diffrent de celui de la principale Je regarde les fermiers travailler Elle occupe toujours la fonction de COD par rapport au verbe de la principale La subordonne infinitive peut tre remplace par

177 - un nom Jentends chanter les oiseaux jentends le chant des oiseaux - une compltive par que Jentends que les oiseaux chantent - une relative Jentends les oiseaux qui chantent On rencontre la subordonne infinitive aprs les verbes daffirmations dire affirmer savoir les semi-auxiliaires faire laisser et les prsentatifs voici voil EXERCICES 1- Repre les subordonnes infinitives dans le texte suivant Il conduisait lentement sa voiture sur la longue artre dserte Soudain il entendit quelquun cri Il fit demi-tour et se dirigea droit vers lorigine du bruit Le spectacle qui soffrait ses yeux tait dune horreur insoutenable Il vit une jeune femme allonge dans une mare de sang en poussant des rles dagonie Terroris il sortit son portable et appela lambulance dune voix entrecoupe par la violente motion qui ltreignait Venez vite criait-il Je sens son pouls faiblir de seconde en seconde 2- Transforme les phrases suivantes en subordonnes infinitives a- Il regarde le dcollage des avions b- Jcoute le vent qui souffle c- Elle voit lpanouissement des fleurs d- Voici le printemps qui vient e- Nous avons entendu quelque chose qui bougeait dans larmoire V- LES SUBORDONNEES PARTICIPIALES OBSERVATION Les six hommes surpris par la bourrasque abandonnrent leurs embarcations et se cachrent sous une corniche rocailleuse tremps jusquaux os Ctait la premire fois quils staient fait piger Ils savaient dchiffrer les couleurs du ciel et mme le plus inexpriment dentre eux tait capable de prvoir un orage Ctait tonnant et incomprhensible Jamais de mmoire de pcheur la nature navait t aussi capricieuse La tempte apaise ils quittrent leur abri de fortune et se prparaient prendre le large bord de leurs cercueils flottants qui risquaient de chavirer au moindre tangage DECOUVERTE 1- Quel est la nature du mot qui exprime laction de la subordonne 2- Compare les sujets de la principale et de la subordonne Quest-ce que tu remarques 3- Quel rapport de temps la subordonne exprime -t- elle par rapport la principale 4- Redis la phrase en rouge en oprant les modifications suivantes - Remplace le participe pass par un participe prsent - Mets le verbe de la principale au prsent

178 A RETENIR La proposition subordonne participiale a pour noyau un verbe au participe prsent ou au participe pass dont le sujet est diffrent de celui de la principale Elle occupe toujours la fonction de complment circonstanciel du verbe de la principale - cause Lhiver approchant les journes deviennent plus courtes vu que lhiver sapproche -temps La tarte dcoupe on donna un morceau chaque invit Aprs que la tarte eut t dcoup - condition Sa femme partie il deviendrait fou Si sa femme partait Le verbe de la subordonne participiale peut prendre les formes suivantes - un participe pass simple ou compos actif Son vhicule tant tomb en panne il est arriv en retard -passif Son train ayant t retard par une panne il nest pas arriv temps - un participe pass pronominal Le chauffeur stant tromp ditinraire lautocar est arrive en retard - un participe prsent actif Sa femme naimant pas voyager ils nont jamais quitt leur village - passif Lavion ayant t sabot le vol sera report une date ultrieure -pronominal La mer se calmant ils dcidrent de se baigner EXERCICES 1- Transforme les phrases ci-dessous en subordonnes participiales selon les indications donnes a- La guerre touche sa fin les rfugis sont retourns leur pays participe pass compos b- Lpreuve se termine les candidats quittent le lieu dexamen participe pass simple c- Le village a t bombard les habitants se sont retirs dans les collines participe pass passif d- Son tat samliore il pourra quitter lhpital demain participe prsent simple participe pass pronominal 2- Trouve la fonction des participiales suivantes a- Le match termin les joueurs quittent la pelouse b- Sa demande accepte il installerait sa socit Agadir c- La sale tant trop troite beaucoup de gens renoncrent au spectacle d- Son innocence ayant t officiellement tablie il pourra reprendre ses activits sans problme LES NIVEAUX DE LANGUE OBSERVATION A- Jai pas doseille cest pour a qu j crche dans cette baraque pourrie Avec un peu dpot j trouvrai ptt une bicoque moins dgueulasse B- Je nai pas dargent cest pour cela que jhabite dans cette vieille maison Avec un peu de chance je trouverai peut-tre un logement moins sale C- Largent me fait dfaut cest pour cette raison que je rside dans cette vtuste demeure Si la chance me sourit je trouverai peut-tre un logement moins sordide DECOUVERTE 1- Imagine les personnes qui peuvent dire les trois noncs ci-dessus

179 2- Relie les lments de la colonne A ceux qui leur correspondent dans la colonne B A B Phrase A Phrase B Phrase C - Prononciation incorrecte vocabulaire familier -Langue correcte vocabulaire courant 3- Trouve dans les phrases B et C les synonymes des mots suivants oseille - cest pour a - jcrche- baraque pourrie- pot- bicoque- dgueulasse A RETENIR On distingue trois principaux niveaux de langue en franais - le niveau familier qui se caractrise par le non respect des rgles syntaxiques morphologiques et phontique ainsi que par son lexique qui se nourrit sans cesse de nouveaux termes prosaques A On lutilise dans les conversations entre amis et mme en famille -le niveau courant appel aussi usuel mdian standard qui se caractrise par le respect des rgles syntaxiques morphologiques et phontique ainsi que par son vocabulaire couramment utilis dans la communication ordinaire Cest le niveau quon utilise dans lenseignement du franais au Maroc par exemple - le niveau soutenu appel aussi recherch ou littraire qui se caractrise par lapplication rigoureuse des rgles linguistiques par son lexique rare et loquent Ce niveau est utilis par les potes et les crivains il est galement employ dans les discours officiels notamment les discours politiques EXERCICES 1-Classe les mots de chaque liste dans le tableau ci-dessous a- voler- semparer de-chaparder f- plumard- pieu- lit b- pleurer -chialer- tre en larmes g- se ficher une peigne- avoir une altercation- se battre c- avoir la trouille- apprhender- avoir peur h- admonester- gronder- engueuler d- bagnole- voiture- automobile i- livre- bouquin- ouvrage e- tumulte- barouf- bruit j- se pmer- svanouir- tomber dans les pommes Niveau familier Niveau courant Niveau soutenu 2- Trouve le sens des mots familiers souligns daprs le contexte a- Venez vous baigner La flotte nest pas froide d- Le bahut o jtudie se trouve prs de chez moi b- Allons au cinoche y a un bon film la fiche e- Mon frangin et moi sommes jumeaux c- Je vais voir si le mcano a rpar ma bagnole f- Il est en taule parce quil a commis un meurtre

180 3- Les mots souligns appartiennent au style soutenu Trouve les termes courants qui leur correspondent daprs le contexte a- Le bateau glisse sur londe bleue c- Je vais crire une missive mon ami b- Les oiseaux volent dans lazur clair d- Il a trs faim il a besoin de se sustenter 4- Le chapitre V du Dernier jour dun condamn contient de nombreux termes et expressions familiers Relve-les et propose leur des quivalents en langage courant LES REGISTRE POLEMIQUE OBSERVATION Je hais les sots qui font les ddaigneux les impuissants qui crient que notre art et notre littrature meurent de leur belle mort Ce sont les cerveaux les plus vides les curs les plus secs les gens enterrs dans le pass qui feuillettent avec mpris les uvres vivantes et tout enfivres de notre ge et les dclarent nulles et troites Zola Mes haines DECOUVERTE 1- A qui lauteur sattaque-t-il dans cet extrait 2- Quel est le verbe qui exprime clairement son attitude envers ses adversaires 3- Lauteur qualifie ses adversaires de diffrents manires Repre-les 4- A quel registre dj tudi ces manires appartiennent-elles A RETENIR Polmique vient de polmos qui signifie combat en grec Le registre polmique quon trouve surtout dans les crits violents pamphlet satire se caractrise par lemploi -de mots violents qui jouent le rle darmes dun vocabulaire de combat attaque victoire charge dun lexique moral laudatif vertu libert beaut quil oppose au drglement et au vice termes violemment pjoratifs dexclamations et de questions rhtoriques fausses questions de lapostrophe et de lironie de la comparaison la mtaphore lhyperbole et lanaphore EXRECICES Relve les indices du registre polmique dans les extraits suivants A- Une jeune femme enceinte de quatre mois est morte dans un accident de la circulation Faut-il sauver le ftus ou faut-il le laisser mourir Cette question dclenche une longue polmique dans le milieux scientifiques et thologiques53 Les mdecins qui procdent ainsi ont-ils lintention de paratre dans le Livre des records sinterroge France Quer thologienne protestante et membre du Comit national dthique Cet acharnement mdiatique dans le domaine de la reproduction minquite srieusement Il y en a assez de ces premires 53 - Relatif la thologie tudes des queqtions religieuses

181 Aujourdhui on nous annonce ce bb machine une folie pure et simple Demain va-t-on nous parler dun enfant port par une truie Ce type dexprimentation devrait tre formellement interdit par les comits dthique dit le professeur Jean-Pierre Relier chef de service de nonatalogie de Port-Royal Paris Nous qui nous occupons longueur de temps de prmaturs nous savons combien il est illusoire et criminel e vouloir tout prix forcer la nature Dans ce cas prcis outre quon joue avec la viabilit de lenfant on mprise compltement son avenir affectif Laffaire a divis lAllemagne sur lattitude thique adopter Elle a galement amorc un dbat sur la ncessit dadopter un cadre juridique totalement inexistant Extraits dun article de Marie Thrse Guichard publi dans le Point le 24 octobre 1992 B- Laffaire Dreyfus un officier juif dans larme franaise accus de haute trahison divise la France en dreyfusards et antidreyfusards Dans un clbre texte intitul Jaccuse Zola sattaque au journal aux responsables de la condamnation de Dreyfus Jaccuse le gnral Billot davoir eu ente les mains les preuves certaines de linnocence de Dreyfus et de les avoir touffes de stre rendu coupable de ce crime de lse-humanit et de lse-justice dans un but politique et pour sauver ltat major contemporain Jaccuse le gnral de Boideffre et le gnral Gonse de stre rendus complices du mme crime lun sans doute par passion clricale lautre peut-tre par cet esprit de corps qui fait des bureaux de la Guerre larche sainte inattaquable Jaccuse les bureaux de la Guerre davoir men dans la presse particulirement dans lEclair et dans lEcho de Paris une campagne abominable pour garer lopinion et couvrir leur faute Quant aux gens que jaccuse je ne les connais point je ne les ai jamais vus je nai contre eux ni rancune ni haine Ils ne sont pour moi que des entits des esprits de malfaisance sociale Et lacte que jaccomplis ici nest quun moyen rvolutionnaire pour hter lexplosion de la vrit et de la justice Je nai quune passion celle de a lumire qui a tant souffert et qui a droit au bonheur Ma protestation enflamme nest que le cri de mon me Emile Zola Jaccuse article publi dans lAurore le 13 janvier 1889 LE REGISTE PATHETIQUE OBSERVATION Gervaise cependant se retenait pour ne pas clater en sanglots Elle tendait les mains avec le dsir de soulager lenfant et comme le lambeau du drap glissait elle voulut le rabattre et arrangea le lit Alors le pauvre petit corps de la mourante apparut Ah Seigneur quelle misre et quelle piti Les pierres auraient pleur Emile Zola LAssommoir 1877 chapitre XII DECOUVERTE 1- Dans quel tat se trouve lenfant dcrit dans le texte 2- A travers quel regard est-elle perue 3- Quel sentiment se dgage de la description de lenfant 4-Relve les termes qui expriment ce sentiment 5- Quel effet ces termes cherchent-ils provoquer chez le lecteur

182 EXRECICES 1- Relve les indices du pathtique dans les extraits suivants A- Le chapitre XXVI du Dernier jour dun condamn B- Souvenir de la nuit du 4 Lenfant avait reu deux balles dans la tte Le logis tait propre humble paisible honnte On voyait un rameau bni sur un portrait Une vieille grand-mre tait l qui pleurait Nous le dshabillions en silence Sa bouche Ple souvrait la mort noyait son il farouche Ses bras pendants semblaient demander des appuis Il avait dans sa poche une toupie en buis On pouvait mettre le doigt dans les trous de ses plaies Avez-vous vu saigner la mre dans les haies Son crne tait ouvert comme un bois qui se fend Laeule regarda dshabiller lenfant Disant - Comme il est blanc approchez donc la lampe Dieu ses pauvres cheveux sont colls sur sa tempe Et quand ce fut fini le prit sur ses genoux La nuit tait lugubre on entendait des coups De fusil dans la rue o lon en tuait dautres Il faut ensevelir lenfant dirent les ntres Et lon prit un drap blanc dans larmoire en noyer Laeule cependant lapprochait du foyer Comme pour rchauffer ses membres dj roides Hlas ce que la mort touche de ses mains froides Ne se rchauffe plus aux foyers dici-bas Victor Hugo Jersey 1862 Les Chtiments LE REGISTRE SATIRIQUE OBSERVATION Dans cet extrait Solal se moque des femmes admiratrices de la force physique de lhomme Force force elles nont que ce mot la bouche Force quest-ce en fin de compte sinon le vieux A RETENIR Pathtique drive du mot grec pathos qui dsigne lensemble des procds linguistiques et rhtoriques qui touchent lme du lecteur ou de lauditeur Le registre pathtique sapplique toute situation lue ou vue qui inspire une vive motion pouvant aller jusquaux larmes il soppose donc au registre comique dont lambition est de faire rire Il sappuie en grande partie sur des thmes comme le malheur la mort linjustice linnocence la destruction la souffrance la fatalit etc Dans la rue o lon en tuait dautres

183 pouvoir dassommer le copain prhistorique au coin de la fort vierge dil y a cent mille ans Force pouvoir de tuer Oui je sais je lai dj dit je le rpte et le rpterai jusqu mon lit de mort Lisez les annonces de ces demoiselles de bonne famille prsentant bien avec esprances directes et prochaines comme elles disent Lisez et vous verrez quelles veulent un monsieur non seulement aussi long que possible mais encore nergique ayant du caractre et elles font des yeux merveills comme si ctait beau et grand alors quen r alit cest rpugnant Du caractre scria-t-il avec douleur Du caractre elles lavouent Elles avouent les angliques effrontes quil leur faut un cher fort et silencieux un costaud un sans cur un capable de nuire en fin de compte un capable de meurtre Albert Cohen Belle du seigneur 1968 chapitre XXXV DECOUVERTE 1- Quel est le sujet abord dans ce texte 2- Le mot force est utilis quatre fois dans le texte Quel est lintrt de cette rptition 3- Relve tous les termes et expressions utiliss Solal pour se moquer des femmes qui adorent la force physique des hommes A RETENIR Ladjectif satirique vient de satire qui dsigne un crit ou un discours dirig contre quelquun ou quelque chose pour sen moquer Son but consiste en premier lieu ridiculiser la personne ou lobjet vis Le style quelle utilise est raliste parfois familier et le vocabulaire pjoratif On la trouve dans le portrait caricature descriptions pittoresques ainsi que dans certains types de discours qui condamnent les vices et les drapages sociaux Parmi les procds propres au registre satirique on peut citer notamment lironie lantiphrase lhumour poignant lexagration de certains traits physiques moraux les interrogation et les exclamation la rptition de certains mots et tournures pour accentuer la raillerie EXRECICES 1- Dans cet extrait lauteur se moque de la nouvelle cuisine franaise Relve les moyens quils a utiliss pour crite ce texte satirique Si vous voulez faire esclaffer54 un auditoire vous navez qu puiser des noms de plats dans le florilge de la cuisine prcieuse et ridicule quon dit nouvelle ou moderne certains chroniqueurs ne sen lassent pas et nous sommes en effet plis en deux lnumration de plats aussi rocambolesques55 que les rillettes de thon la mousse davocat au citron vert les aiguillettes de pintade aux ptales de kiwi ou le caneton aux mangues sage France Aussi men voudrais-je de ne pas apporter de leau au moulin de ces dfenseurs du got national et des vraies valeurs Su des cartes et dans des livres de recette jai relev un certain nombre de 54 - Rire aux clats 55 -Bizarre 56 - Fustiger critiquer violemment 57 - Farce comdie de mauvais got 58 - relatif la cuisine

184 plats ahurissants59 qui tmoignent de la folie o ont sombr tant de nos cuisiniers Voici un ragot de poissons et de cervelles de porc au fromage mou des filets de turbo au jus dorange amre des cervelles dagneau au suc de roses Christian Millau Gault - et -Millau N297 extrait 2- Rdige un petit texte satirique dans le quel tu dnonces un vice quelconque avarice hypocrisie avidit LES PROCEDES LINGUISTIQUES DE LARGUMENTATION CONNECTEURS LOGIQUES ET MOYENS LEXICAUX OBSERVATION Support 1 Lcole Lcole est une institution sociale conue et organise selon des normes prcises Les adultes la considrent comme un moyen pour transmettre des connaissances utiles leurs successeurs mais pour les jeunes elle est aussi autre chose un lieu de rencontre et dchange Ainsi le milieu scolaire se transforme en espace qui peut abriter des activits autres que les programmes condition que ces activits se droulent dans un cadre qui tienne compte des orientations gnrales de la politique ducative DECOUVERTE 1- Lcole est perue de deux manires diffrentes Quelles sont-elles 2- Quel rle les mots en rouge jouent-ils dans le texte 3- Complte le tableau suivant selon les indications donnes COORDINATION ADDITION OPPOSITION CONSEQUENCE CONCLUSION CONDITION Support 2 OBSERVATION Une invitation Maurice me dit que vous viendrez peut-tre cher ami Tchez donc que ce ne soit pas peut-tre Je comprends que vous songiez prendre des bains de mer mais dabord vous ntes pas sr que cela ne vous fasse pas du mal au lieu de bien par une anne froide et aussi malsaine que celle-ci Ensuite vous dpenserez de largent et en troisime lieu vous vous ennuierez peut-tre Ici vous ne vous ennuierez peut-tre pas Et puis nous serons bien gentils et nous serons aimables tant que nous pourrons Enfin vous ne dpenserez pas dargent ce qui est une dernire considration peser par le temps qui court Georges Sand Correspondance DECOUVERTE 59 - Etonnants

185 1- A qui sadresse lauteur Dans quelle intention 2- A laide de quels mots numre-t-il ses arguments 3- Compare ces mots ceux du support 1 Quest-ce que tu remarques A RETENIR Dans un texte argumentatif les phrases sont lies par diffrents rapports de sens traduits par des termes spcifiques appels connecteurs logiques support 1 Ces derniers peuvent exprimer - laddition la cause la consquence la comparaison lopposition le but lhypothse ou la condition Les arguments utiliss dans un texte sont classs selon un ordre de priorit grce des moyens lexicaux comme dabord ensuite puis enfin en outre dailleurs dune part dautre part de surcrot en premier lieu en somme en bref en dfinitive Les moyens lexicaux servent galement illustrer et nuancer les arguments par des exemples laide dexpressions comme par exemple cest le cas de en dautres termes cest--dire ce propos cet gard pour ainsi dire EXRECICES 1- Relve les connecteurs logiques dans le texte suivant et prcise le rapport quils expriment Quoi que nous fassions nous mourrons Et il semble quon va mourir demain sans rien connatre encore bien que dgot de tout ce quon connat Alors on se sent cras sous le sentiment de lternelle misre de tout de limpuissance humaine et de la monotonie des actions On se lve on marche on saccoude sa fentre Des gens en face djeunent comme ils djeunaient hier comme ils djeuneront demain Guy de Maupassant Au Soleil 1884 2- Rcris les phrases suivantes en utilisant des connecteurs logiques la place des deux points Prcise le rapport de sens exprim a- Les fleurs sont mortes elles nont pas t arroses b- La ville est trop pollue beaucoup de gens sinstallent la campagne c- Vous gurirez vous devez suivre le traitement la lettre d- Il a pris deux cachets sa migraine ne sest pas apaise e- Il travaille dur il veut que ses enfants ne manquent de rien 3- Repre les moyens lexicaux utiliss pour organiser largumentation dans les textes suivants A- Mais flatte par les uns honnie par les autres la famille ne sait plus trs bien dans le socits occidentales quelle est sa mission et quel peut-tre son avenir dabord le nombre de ses membres diminue Ensuite les liens se sont distendus entre les gnrations Autre lment de dstabilisation de la famille le travail des femmes B-La tlvision prsente de nombreux avantages En effet grce ce moyen audiovisuel qui a rvolutionn le monde des mass mdias le spectateur confortablement install chez lui peut sinformer et se divertir Dune part il peut suivre rgulirement ce qui se passe aux quatre coins du globe dautre part grce des missions culturelles aussi riches que varies il peut amliorer ses connaissances dans diffrents domaines Prenons les documentaires titre dexemple ils nous font voyager dans des contres inconnues et nous font dcouvrir des pays lointains avec leur gographie leurs habitants leur murs etc La distraction nest pas en reste films chansons sport jeux et concours le tout diffus vingt quatre heures sur vingt quatre Le petit cran devient en dfinitive un compagnon indispensable un invit permanent auquel il faut rserver un coin part lintrieur de la maison

186 ACTIVITES ORALES ET TRAVAUX ENCADRES SUJETS DE RECHERCHE ET DEXPOSES 1-Vie et uvre de Victor Hugo 2-Le roman au XIX me sicle 3-Le roman thse 4-La France entre 1830 et 1848 contexte social et historique DEBAT Pour ou contre la peine de mort et les excutions publiques AUTRES ACTIVITES 1- Elaboration de dossiers sur la peine de mort dans le monde

187 La peine de mort dans le monde Lgende Bleu peine de mort abolie lexception de certains crimes Vert inutilise depuis au moins dix ans Orange utilise seulement pour les adultes Rouge utilise aussi pour les mineurs 2- Analyse dimages en rapport avec le thme du roman Goya Le 3 mai 1808 La Fusillade du Principe Pio Madrid

188 Un homme sur le point dtre excut Dans lencadr la foule venue assister au spectacle macabre Photo Jeune Afrique Magazine

189 3- Comparaison de diffrentes premires de couvertures du roman

190 PRODUCTION ECRITE ELABORER UNE FICHE DE LECTURE Reproduis la fiche suivante sur ton cahier puis complte-l laide des informations dont tu disposes sur Le Dernier jour dun condamn Titre de luvre Genre de luvre Maison ddition Anne de publication Nom de lauteur Nationalit de lauteur Date de naissance et de dcs de lauteur Nombre de chapitres Lieux de laction Personnages - - - - Thmes dominants - - - - Rsum des faits majeurs

191 REECRITURE Rcris le passage suivant en transformant les phrases du discours direct au discours indirect Cela avait quelque chose de hideux et mes cheveux se dressent dy penser Je demandai la vieille - Que faites-vous l Elle ne rpondit pas Je lui demandai - Qui tes-vous Elle ne rpondit pas ne bougea pas et resta les yeux ferms Mes amis dirent - Cest sans doute la complice de ceux qui sont entrs avec de mauvaises penses ils se sont chapps en nous entendant venir elle naura pu fuir et sest cache l Victor Hugo le Dernier jour dun condamn chapitre XLII ALTERNER NARRATION ET DESCRIPTION Trois enfants marchent le long dune grve60 Ils savancent cte cte se tenant par la main Ils ont ostensiblement la mme taille et sans doute aussi le mme ge une douzaine dannes Celui du milieu cependant est un peu plus petit que les deux autres Hormis ces trois enfants toute la longue plage est dserte Cest une bande de sable assez large uniforme dpourvue de roches isole comme de trous deau peine incline entre la falaise abrupte qui parat sans issue et la mer Il fait trs beau Le soleil claire le sable jaune dune lumire violente verticale Il n y a pas un nuage dans le ciel Il n y a pas non plus de vent Leau est bleue calme sans la moindre ondulation venant du large bien que la plage soit ouverte sur la mer libre jusqu lhorizon Alain Robbe-Grillet Instantans Ed de Minuit 1- Relve dans le texte les passages narratifs et les passages descriptifs 2- En tinspirant de lextrait de Robbe-Grillet rdige un texte propos dun sujet de ton choix promenade excursion dans lequel tu fais alterner narration et description 60 - Plage

192 PRODUIRE UN PORTRAIT Au physique grandet tait un homme de cinq pieds61 trapu carr ayant des mollets de douze pouces62 de circonfrence des rotules noueuses et de larges paules son visage tait rond tann marqu de petite vrole son menton tait droit ses lvres noffraient aucune sinuosit et ses dents taient blanches ses yeux avaient lexpression calme et dvoratrice que le peuple accorde au basilic63 son front plein de rides transversales ne manquait pas de protubrances significatives ses cheveux jauntres et grisonnants taient blancs et or Son nez gros par le bout supportait une loupe veine que le vulgaire disait non sans raison pleine de malice Cette figure annonait une finesse dangereuse une probit sans chaleur lgosme dun homme habitu concentrer ses sentiments dans la jouissance de lavarice Balzac Eugnie Grandet Ed Gallimard 1- De quel type de description sagit-il 2- Relve toutes les parties du corps dcrites ainsi que les caractrisations qui leur correspondent 3- Dans quel ordre la description est-elle prsente du haut vers le bas du bas vers le haut Justifie ta rponse 4- Fais le portrait de lun des personnages suivants Delacroix Autoportrait Chardin Autoportrait 61 - Ancienne mesure valant 324 cm 62 - Longueur correspondant un douzime de pied 63 - Reptile auquel on prtait le pouvoir de tuer par le regard

193 Marie Antoinette La Rochefoucauld PRODUIRE UN TEXTE ARGUMENTATIF Sujet Prfres-tu lire le Dernier jour dun condamn ou regarder son adaptation cinmatographique Donne tes arguments Plan propos titre d indicatif Introduction Beaucoup de romans ont fait lobjet dadaptations cinmatographiques et ont ralis un succs retentissant au box office Mais le fait de lire luvre originale est une chose et le fait de lapprcier lcran en est une autre Dveloppement En ce qui concerne le roman de Victor Hugo Personnellement je prfre Choix personnel et arguments pour le dfendre Paralllement souligner les dfauts du choix non retenu Exemples dillustration Conclusion Prsenter une synthse des arguments prsents dans la partie dveloppement

194 COMPTE RENDU DUN TEXTE ARGUMENTATIF Fais le compte rendu du texte suivant et prsente-le en classe Lecture-vice et lecture-plaisir La lecture-vice est propre aux tres qui trouvent en elle une sorte dopium et saffranchissent64 du monde rel en plongeant dans un monde imaginaire Ceux-l ne peuvent rester une minute sans lire tout leur est bon ils ouvriront au hasard une encyclopdie et y liront un article sur la technique de laquarelle avec la mme voracit quun texte sur les machines feu Laisss seuls dans une chambre ils iront droit la table o se trouvent des revues des journaux et attaqueront une colonne quelconque en son milieu plutt que de se livrer un instant leurs propres penses Ils ne cherchent dans la lecture ni des ides ni des faits mais ce dfil continu de mots qui leur masque le monde et leur meEntre les sources dinformation ils ntablissent aucune hirarchie de valeurs La lecture pratique par eux est toute passive ils subissent les textes ils ne leur font pas place dans leur esprit ils ne les assimilent pas La lecture-plaisir est dj plus active Lit pour son plaisir lamateur de romans qui cherche dans les livres soit des impressions de beaut soit un rveil et une exaltation de ses propres sentiments soit des aventures que lui refuse la vie Lit pour son plaisir celui qui aime retrouver dans les moralistes et les potes plus parfaitement expriments les observations quil a faites lui-mme ou les sensations quil a prouves Lit pour son plaisir enfin celui qui sans tudier telle priode dfinie de lhistoire se plat constater lidentit au cours des sicles des tourments humains Cette lecture-plaisir est saine Andr Maurois Un art de vivre RESUMER UN TEXTE ARGUMENTATIF Rsume le texte selon les consignes donnes ci-dessous Le rle des mdecins Jusqu une poque trs rcente il tait entendu que le mdecin conformment au serment dHippocrate avait pour devoir dans nimporte quelle circonstance de sauver cote que cote le malade de la mort Ctait pratique sans bavure et cela vitait les migraines qui sont lapanage de toute prise de conscience Or aujourdhui sans tre totalement rejet ce sacro-saint respect de la vie commence nous poser pas mal de problmes Parfois il nous arrive de devoir faire semblant de loublier et cest l une responsabilit nouvelle quil aurait t impossible denvisager par le pass Autrefois la vie humaine navait aucune valeur et on tuait allgrement65 qui on voulait et sur le seul prtexte quil avait dplu Quon se rassure loin de moi lide que la vie humaine nest pas importante Mais il ne faut pas non plus tomber dans lexcs inverse Lvolution de notre poque nous oblige maintenant regarder la mort en face Note sicle est un sicle de souffrance Il aura t celui des camps de concentration et des camps de rducation o les hommes meurent encore aujourdhui On voit tous les jours des femmes et des enfants brutaliss et jai personnellement t confront des situations o la femme tait bafoue dans sa personne Lorsquune pouse est contrainte comme cest encore le cas par exemple dans beaucoup de 64 - Se librent 65 - Avec entrain et inconscience

195 pays de se soumettre aux volonts de son mari de procrer comme une machine ou une bte de se rsigner que reste-t-il alors de la personne humaine Je pense en effet quau-del dun certain degr de souffrance la personne humaine se dsintgre compltement Je me fonde pour affirmer cela sur mon exprience de mdecin Il mest apparu clairement au cours de ma carrire que la sauvegarde de lintgrit de la personne devait tre dans certains cas une proccupation largement plus urgente et capitale que celle du maintien de la vie Professeur Alexandre Minkowski 1- Rduis le texte au 14 85 mots environ 2- Utilise ton propre style 3- Evite les formules du genre lauteur dit 4- Retiens uniquement les ides principales 5- Evite les exemples 6- Relve les articulateurs logiques et rinvestis-les dans ton texte 7- Suis le raisonnement de lauteur et najoute aucun dtail qui nappartient pas au texte 8- Ne donne pas ton opinion personnelle 9- Utilise une ponctuation convenable PRODUIRE UN DIALOGUE CONTENANT UNE ARGUMENTATION Consigne La voiture a des avantages mais aussi des inconvnients Imagine un dialogue dans lequel tu fais parler deux personnes de ton choix propos de ce moyen de transport lune donne des arguments pour lautomobile lautre donne des arguments contre PRODUIRE UN MONOLOGUE INTERIEUR CONTENANT UNE ARGUMENTATION Voici un rappel des principaux arguments des partisans de la peine de mort et des contre-arguments dvelopps par Victor Hugo dans la prface du roman Utilise-les dans le monologue intrieur dun condamn mort Arguments des dfenseurs de la peine de mort Arguments de Victor Hugo -Il faut dcapiter les condamns car la mort empche la rptition de leurs crimes - Le risque dvasion des prisons reste toujours possible - Il faut appliquer la loi du talion il pour il dent pour dent - Il faut donner lexemple - La prison vie pourrait suffire - Il faut des prisons mieux surveilles - Corriger au lieu de punir - La dcapitation rend le public plus cruel Exemple Seul dans sa cellule en proie dinsoutenables douleurs le condamn se disait Jai commis un crime

196 certes mais ma mort ne ramnera pas la vie le malheureux que jai tu Ils disent quil faut dcapiter les condamns pour empcher la rptition des crimes or la prison vie pourrait suffireIls objectent quemais Ils veulent appliquer la loi du talion il pour il dent pour dent maisIls soutiennent par ailleurs quemais ELABORATION DUN PLAN DE REDACTION Rdige un texte cohrent partir du plan propos ci-dessous Sujet Dans le Dernier jour dun condamn Victor Hugo dcrit la prison comme un monstre qui crase les dtenus physiquement et moralement Dveloppe cette ide en tappuyant sur la lecture du roman Plan propos titre indicatif Introduction - La prison espace sinistre Bictre titre dexemples - Les prisonniers traits comme des btes - Les effets nfastes de lincarcration inhumaines sur les prisonniers Dveloppement - Description des cellules lieux troit froids sordides - Violence des guichetiers - Cupidit des gendarmes insolence du bourreau dtachement du prtre - Humiliation des dtenus ferrage des forats - Cohabitation entre des individus de diffrentes souches sociales condamns pour diffrents crimes Conclusion Retombes de lambiance insoutenable de la prison sur le moral et le physique des dtenus qui prfrent la dcapitation lenfer des cachots pour mettre dfinitivement un terme leur calvaire REDIGER UN PLAIDOYER Dans cet extrait Zola dfend les choix quils oprs dans son roman Thrse Raquin Dans Thrse Raquin jai voulu tudier des tempraments et non des caractres L est le livre entier Jai choisi des personnages souverainement domins par leurs nerfs et leur sang dpourvu de libre arbitre entrans chaque acte de leur vie par les fatalits de leur chair Thrse et Laurent sont des brutes humaines rien de plus Jai cherch suivre pas pas dans ces brutes le travail sourd des passions les pousses de linstinct les dtraquements crbraux survenus la suite dune crise nerveuse Les amours de mes deux hros sont le contentement dun besoin le meurtre quils commettent est une consquence de leur adultre consquence quils acceptent comme les loups acceptent lassassinat des moutons On commence jespre comprendre que mon but a t un but scientifique Lorsque mes deux personnages Thrse et Laurent ont t crs je me suis plu me poser et rsoudre certains problmes

197 ainsi jai tent dexpliquer lunion trange qui peut se produire entre deux tempraments diffrents jai montr les troubles profonds dune nature sanguine au contact dune nature nerveuse En un mot je nai eu quun dsir tant donn un homme puissant et une femme inassouvie chercher en eux la bte ne voir mme que la bte les jeter dans un drame violent et noter scrupuleusement les sensations et les actes de ces tres Jai simplement fait sur deux corps vivants le travail analytique que les chirurgiens font sur des cadavres Emile Zola Thrse Raquin Prface de la deuxime dition Consigne 1- Le plaidoyer dsigne le discours utilis par lavocat de la dfense Par extension le terme dsigne tout crit ou discours dans lequel on dfend une ide ou une cause prcise Relve dans le texte de Zola tous les arguments donns par lauteur pour justifier ses choix romanesques REDIGER UN REQUISITOIRE Cest plus quun crime une faute une atteinte intolrable au patrimoine Ils ont os toucher au Petit Lu66 En douce sans trop prvenir pour le mettre au got prsum du jour Ils lont souffl lgrement beurr un peu plus verniss comme une vieille crote dor sur tranche Ils lui ont agrandi les oreilles faon Mickey et lim les dents qui faisaient la joie des quenottes67 enfantines Car le Petit Lu grignot dans les rgles de lart commenait par les oreilles A Nantes ville de connaisseurs le Petit Lu comme sorti du four a t essay dans les grandes surfaces Lindignation rapporte un confrre fut si forte quil fallait durgence prolonger lanctre68 Pierre Georges Le Monde du 02-06-1994 Consigne 1- Le rquisitoire est le discours dans lequel le reprsentant du ministre public dveloppe les moyens de laccusation Par extension le mot dsigne tout crit ou discours violent visant blmer ou critiquer svrement quelquun ou quelque chose Relve dans larticle tous les mots et expressions utiliss par le journaliste pour attaquer ceux qui ont dform le Petit Lu 2- Ecrit un rquisitoire dans lequel tu dnonces le travail des enfants 66 - Nom dun biscuit 67 - Dents 68 - Le Petit Lu ancien

198 P O E S I E LA POESIE ENGAGEE La posie exprime parfois des prises de position Elle dfend des valeurs universelles et dnonce les abus notamment les atteintes aux Droits de lHomme Le pote engag dpasse son moi pour sintresser aux autres Il sinvestit de la mission de rvler les revendications de son poque Il devient en quelque sorte le porte-parole de ceux qui ne peuvent pas ou ne savent pas sexprimer propos de certains thmes brlants tels que la politique et la religion Il peut tmoigner critiquer se rvolter selon les circonstances Sa plume se transforme en arme quil utilise le cas chant pour dfendre une cause particulire La posie engage privilgie le rythme La reprise dexpressions et de tournures linguistiques la rptition le dsir de convaincre et les figures de rhtorique surtout la comparaison la mtaphore et lhyperbole sont quelques uns parmi les procds quelle sollicite pour transmettre message JE VOUS SALUE MA FRANCE69 Je vous salue ma France aux yeux de tourterelle Jamais trop mon tourment mon amour jamais trop Ma France mon ancienne et nouvelle querelle Sol sem de hros ciel de passereaux Je vous salue ma France o les vents se calmrent Ma France de toujours que la gographie Ouvre comme une paume aux souffles de la mer Pour que loiseau du large y vienne et se confie Je vous salue ma France o loiseau de passage De Lille Roncevaux de Brest au Mont- Cenis Pour la premire fois a fait lapprentissage De ce quil peut coter dabandonner un nid Patrie galement la colombe ou laigle Aragon 1897-1982 De laudace et du chant doublement habite Je vous salue ma France o les bls t les seigles Mrissent au soleil de la diversit Je vous salue ma France o le peuple est habile A ces travaux qui font les jours merveills Et que lon vient de loin saluer dans sa ville Paris mon cur trois ans vainement fusill Heureuse et forte enfin qui portez pour charpe 69 - Ce pome a t crit en 1943 alors que Louis Aragon se rfugiait Lyon Il fut parachut en France sous forme de tract par les avions de la Grande bretagne

199 Cet arc-en-ciel tmoin quil ne tonnera plus Libert dont frmit le silence des harpes Ma France dau-del le dluge salut Louis Aragon Le muse Grvin extrait Ed Stock AXES DE LECTURE Loccupation de la France par les forces nazies a vivement interpell les potes et les crivains de ce pays entre 1939 et 1945 ce pome dAragon fait partie des nombreux textes crits lpoque pour dnoncer la prsence trangre et exhorter le peuple la rsistance I- La forme Le texte compos de six quatrains de douze syllabes alexandrins rimes croises abab se prsente demble comme un pome classique une ode plus prcisment strophes symtriques Cependant il se singularise par labsence de la ponctuation Cette caractristique formelle contribue lacclration du rythme du pome qui mime le souffle haletant dun patriote haranguant les foules pour les inciter combattre lenvahisseur Cette prcipitation cadence se remarque galement au niveau de la composition des vers qui ne sont pas tous coups lhmistiche Cette contrainte empche le lecteur de faire une pause au milieu cause des nombreuses liaisons qui ponctuent le texte v1v3 II- Limplication du pote Le pote participe au combat en se servant dune arme qui nest pas comme les autres lcriture Son implication se remarque dabord dans lutilisation des adjectifs possessifs mon et ma puis dans lanaphore Je vous salue ma France place en tte des strophes 1235 Ces rptitions associes aux antithses v3 et aux paralllisme v 4 donnent un souffle pique au pome qui foisonnent de termes traduisant la mme tonalit hros v4 audace v16 chant v16 III- La patrie La France crase sous le joug de loccupation est dcrite travers les quatre lments naturels qui soulignent simultanment la diversit et la beaut de ses paysages - la terre sol d sem de hros v4 les bls et les seigles v15 - lair ciel plein de passereaux v4 pour que loiseau du large y vienne et se confie v7 loiseau de passage v9 la colombe ou laiglev12 mrissent au soleil de la diversit v16 -leau souffle de la mer v7 dluge v24 Lallusion au feu pourtant fort compatible avec le contexte de la guerre est presque absente dans le pome elle ne se remarque que dans limage mtaphorique du v20 cur fusill Ce choix traduit peut- tre le dsir de retrouver la paix dantan loin du bruit infernal des combats IV- Le symbole Les surralistes sollicitent souvent le symbole pour exprimer leurs ides Aragon ne droge pas la rgle et use dun ventails dimages dont la porte symbolique nchappe pas au lecteur - les oiseaux symbole de libert v8-v9 - la colombe symbole de l a paix v13

200 - laigle symbole de larme hitlrienne v 13 larc-en-ciel symbole des trois couleurs du drapeau franais v21 - le dluge symbole de la guerre NUIT ET BROUILLARD70 Il s taient vingt et cent ils taient des milliers Nus et maigres tremblants dans ces wagons plombs Qui dchiraient la nuit e leurs ongles battants Depuis longtemps leurs ds avaient t jets Depuis que la main retombe il ne reste quune ombre Ils ne devaient jamais plus revoir un t La fuite monotone et sans hte du temps Survivre encore un jour une heure obstinment Combien de tours de roues darrts et de dparts Qui nen finissent pas de distiller lespoir Jean Ferrat 1930 - Ils sappelaient Jean-Pierre Natacha ou Samuel Certains priaient Jsus Jhovah ou Vichnou Dautres ne priaient pas mais quimporte le ciel Ils voulaient simplement ne plus vivre genoux Ils narrivaient pas tous la fin du voyage Ceux qui sont revenus peuvent-ils tre heureux Ils essaient doublier tonns qu leur ge Les veines de leurs bras soient devenus si bleues Les allemands guettaient du haut des miradors La lune se taisait comme vous vous taisiez En regardant au loin en regardant dehors Votre chair tait tendre leurs chiens policiers Vous tiez vingt et cent vous tiez des milliers Nus et maigres tremblants dans ces wagons plombs Qui dchiriez la nuit de vos ongles battants Vous tiez des milliers vous tiez vingt et cent Paroles et musique de Jean Ferrat 70 - Nom de lopration men par les Nazis pour se dbarrasser de certains rsistants des pays quils occupaient

201 LES CLOCHES DU SOMMEIL71 Avant ctait le temps des petits matins daot Quand un peu de brouillard slve des eaux calmes Et que lherbe est trempe de rose goutte goutte Et que le bateau plat glisse comme une palme Avant ctait le temps des bains du crpuscule Et des eaux attidis par le brlant du jour Le temps du romarin le temps des libellules Le temps du temps perdu le temps dun autre amour Mais il faut maintenant changer de ton de tour Car trop de mes amis sont morts en pleine nuit Et jai trop souvent aux premiers pas du jours Mveiller en veillant un jeune mort transi Jai vu le sang couler jai vu des chars brler Jai vu mourir des hommes et des enfants perdus Mont demand boire et leur vie scoulait Dans mes mains maladroites et le vin rpandu Cest le temps maintenant de ne plus oublier Ceux quon a rveills pour les faire mourir Ceux qui chaque matin sen vont les mains lies Le long dun long couloir qui nen veut pas finir De chanter aux vivants le chant du grand rveil Cest le temps maintenant davoir une autre voix Et de sonner sans fin les cloches du sommeil Et de rendre aux dormeurs lesprance et la foi Claude Roy 1915-1997 Les Circonstances Posies Ed gallimard 71 - Ce texte est la deuxime partie dun pome compos par Claude Roy en 1942 pour clbrer la victoire de 1918 Monet Verteuil sur Seine

202 MODULE IV ETUDE DUNE TRAGEDIE MODERNE ANTIGONE JEAN ANOUILH COMPETENCES VISEES ETUDE D TEXTE -Reconnatre les caractristiques dune tragdie moderne - Le genre et les registres tragiques - Les conventions du thtre tragique - Le rle des mythes antiques dans la tragdie - Dgager et comprendre les caractristiques essentielles dun pome pique LANGUE - Acqurir les procds linguistiques et stylistiques et sen servir pour communiquer et analyser diffrents types de texte ACTIVITES ORALES ET TRAVAUX ENCADRES Communiquer oralement partir dune uvre littraire tragdie moderne PRODUCTION ECRITE - Elaborer des fiches de lecture - Produire des crits de rflexion et dinvention en rapport avec le genre tudi - Analyser une image

203 VIE ET UVRE DE LAUTEUR Jean Anouilh est n en 1910 Bordeaux Il entreprit des tudes de droit Paris o il travailla dans la publicit En 1928 il devint le secrtaire de Louis Jouvet ce poste lui permit de dcouvrir le thtre et de sy consacrer Ses premires uvres furent couronnes de succs notamment LHermine 1932 Le Voyageur sans bagages 1937 et La Sauvage 1938 Lauteur ajouta dautres pices son palmars et saffirma comme lun des plus grands dramaturges de son temps Sa pice Le Bal des voleurs 1938 et ses adaptations de tragdies antiques Eurydice1942 Antigone1944 furent favorablement accueillies par le public Aprs la libration de la France Anouilh divisa ses productions thtrales en plusieurs catgories selon leur degr de pessimisme pices noires roses brillantes grinantes costumes secrtes et farceuses Le thtre dAnouilh est classique en apparence mais il comprend quelques pices qui traduisent une volont de renouveau comme LAlouette 1952 qui est une adaptation de la lgende de Jeanne dArc ou encore Beckett ou lhonneur de Dieu 1959 o lhistoire ne sert que de prtexte une cration dramatique qui se veut novatrice et originale Anouilh opta ouvertement pour un thtre moderne Il fit dcouvrir Samuel Beckett au public francophone et prit la dfense de grands auteurs comme Stve Pasteur et Eugne Ionesco Il revisita Victor ou les enfants au pouvoir de Vitrac et la monta en 1962 A ct de ces travaux srieux et engags il conut des uvres de pur divertissement telles que La Culotte 1978 et Le Nombril 1982 A la fin des annes soixante il se tourna vers un thtre autobiographique pour exprimer la recherche dune puret toujours inaccessible Le Boulanger la Boulangre et le petit mitron 1968 Antoine ou lamour rat 1959 Les Poissons rouges 1970 Ne rveillez pas Madame 1970 Le dramaturge a regroup ses pices en dix catgories selon leur degr de pessimisme - Pices noires - Nouvelles pices noires - Pices grinantes - Nouvelles pices grinantes - Pices brillantes - Pices roses - Pices costumes - Pices baroques - Pices secrtes - Pices farceuses ANTIGONE Antigone reste luvre la plus remarquable de lauteur Elle fut compose sous sa forme presque dfinitive en 1942 Aprs avoir reu lautorisation des Allemands elle fut joue pour la premire fois le 4 fvrier 1944 dans une mise en scne de Barsacq avec Monelle Valentin dans le rle dAntigone et Jean Davy dans celui de Cron Plusieurs reprsentations eurent lieu plus tard Paris Bruxelles Rome et Londres Elles furent toutes couronnes dun succs total

204 REPERES I- LE MYTHE Le mythe est un rcit anonyme qui met souvent en scne un conflit entre les hros et les divinits Il se caractrise par les variantes sous lesquelles il se prsente Orphe par exemple meurt coup en pices par les prtresses de Bacchus dans une version mais dans une autre moins connue il meurt foudroy par Zeus A lorigine le mythe est transmis oralement Les Grecs ont transcrits leurs mythes qui ont nourri leur littrature et surtout leur philosophie Ces textes taient initialement lis aux crmonies religieuses mais ils furent transforms en une sorte de discours de la raison par la suite La mythologie grecque exploite par les Latins constitue un riche matriau grce auquel la culture occidentale moderne a ralis bon nombre de crations littraires et artistiques Mme la psychanalyse incarne notamment par Freud recourt parfois aux mythes pour expliquer certains comportements de lindividu Le complexe ddipe par exemple pour signifier la reprsentation inconsciente par laquelle lenfant exprime son dsir amoureux ou sexuel pour le parent du sexe oppos et son hostilit pour le parent du mme sexe que lui Ingres dipe explique lnigme au Sphinx II- LE MYTHE DOEDIPE Un oracle prdit Laos roi de Thbes quil aura un fils qui tuera son pre et se mariera avec sa mre Lorsque lenfant vient au monde on lexpose aux btes aprs lui avoir transperc les pieds pour viter la ralisation de la cruelle prophtie Un berger lui sauve la vie et le remet au roi de Corinthe Polybos qui lui donne le nom ddipe Bien des annes plus tard loracle annonce la mme prdiction au jeune homme Terroris ce dernier quitte Corinthe pour que la fatalit ne sabatte pas sur ses parents adoptifs Durant son voyage il se dispute avec un inconnu et le tue cest Laos son pre Il poursuit son chemin vers Thbes et parvient vaincre le Sphinx un monstre qui propose une nigme aux voyageurs et qui les dvore sils narrivent pas la rsoudre dipe russit trouver la rponse ce qui pousse la crature malfique se suicider Il monte sur le trne du royaume et pouse la reine cest Jocaste sa mre De ce mariage naissent deux garons Polynice et Etocle et une fille Antigone

205 Un jour dipe dcouvre lincroyable vrit Il se crve les yeux et sa mre se pend Aprs sa mort ses deux fils se mettent daccord pour rgner tour de rle Etocle accde au pouvoir le premier mais il refuse de cder le trne son frre Alors ce dernier sallia avec le roi dAdraste et attaqua Thbes Au cours des combats Etocle et Polynice sentre-tuent Cest Cron le frre de Jocaste qui sempare du pouvoir Il accorde de grandes funrailles Etocle le hros et laisse pourrir le corps de Polynice le tratre au soleil Antigone le dfie et couvre de terre le cadavre de son frre Elle est condamne mort pour avoir enfreint la loi III- LA TRAGEDIE Tragdie vient du mot grec tragoedia quon peut rapprocher de tragos qui signifie bouc et d od qui signifie chant Elle renvoie aux crmonies religieuses chantes et danses et au cours desquelles on sacrifiait un animal le bouc Mais le sens de la tragdie finit par gagner une dimension plus civique que cultuelle Athnes en particulier Les ftes de Dionysos72 deviennent loccasion de reprsentations thtrales excutes en public et en prsence dun jury dsign pour choir les meilleures performances Les sujets des pices sont souvent inspirs des mythes qui proposent une intrigue saisissante pour amener le spectateur sinterroger sur des questions cruciale comme celles de lHomme et de la Cit La tragdie met en scne des protagonistes illustres rois princes qui vivent une passions dchirante ou qui sont crass par le destin Devant le spectacle tragique le spectateur prouve de la piti envers les personnages torturs surtout moralement Les scnes prouvantes auxquelles il assiste engendre en lui un sentiment de terreur qui le dissuade dimiter les victimes de la pice Ce genre dramatique vit le jour dans la Grce antique Elle se prsentait sous forme de un spectacle en plein air compos de chant de danse et de dialogues Le chur constitu de quinze personnes commente laction Trois acteurs dont lun principal qui portent des masques jouent diffrents rles devant le public gnralement s dans un amphithtre 72 - Dieu grec de la Vigne du Vin et de la Vgtation Bacchus pour les Romains dipe et le Sphinx Mosaque romaine reprsentant la tte de Dionysos

206 Les trois principaux dramaturges qui ont marqu la tragdie antique sont grecs Eschyle Sophocle et Euripide qui ont vcu au Vme sicle av J- C Ils ont tous les trois accord la priorit laction aux dpens du chant et de la danse Sophocle Euripide Eschyle Les Suppliantes dEschyle est considre comme la pice la plus ancienne cest aussi la plus connue du rpertoire de ce dramaturge Sophocle quant lui a compos des uvres trs clbres comme Antigone dipe roi Electre etc En ce qui concerne Euripide il a lgu la postrit des pices telles que Iphignie Aulis Alceste lectre Andromaque les Troyennes Hlne III-1- LA TRAGEDIE CLASSIQUE La tragdie classique se distingue par une histoire simple Elle est crite en vers alexandrins et se droule dans un lieu unique en un seul jour Elle sorganise autour de cinq actes - Acte I exposition - Actes II et III dveloppement de laction - Acte IV retardement ou ralentissement de laction - Acte V dnouement tragique Pierre Corneille et Jean Racine sont incontestablement les plus grands reprsentants de la tragdie classique Le premier sinspire de lhistoire romaine pour crire ses pices Horace Cinna Nicomde SurnaLe second tire davantage profit III-2- LA TRAGEDIE MODERNE Le dbut du XXme sicle caractris par le dclenchement de la Premire Guerre mondiale a incit les dramaturges sinterroger avec une profonde angoisse sur la condition humaine Cest vraisemblablement pour cette raison quont t composes des pices gravitant autour de la guerre ont Tipolo Le Cheval de Troie

207 III-3- PARTICULARITES DU GENRE III-3-1- LE DILEMME 73 Les personnages les hros et les hrones en particulier hros vivent des situations trs difficiles o le choix des solutions relve parfois de limpossible Ils tombent souvent victimes de leurs propres passions Ils essaient de trancher le dilemme mais leur dcision conduit invitablement la mort III-3-2 L IRONIE TRAGIQUE Lironie tragique vient de limpuissance des personnages qui ne peuvent rien faire contre les sentences du destin Le hros vit un vritable dchirement il fait tout ce qui est en son pouvoir pour vaincre la fatalit en vain Le spectateur sait davance que tous ses efforts seront vous lchec cest ce qui confre un caractre pathtique la situation III-3-3- LA CATHARSIS 74 Le but vis par la tragdie consiste mettre en scne des personnages condamns la souffrance parce quils ont offens les dieux ou parce quils nont pas pu dominer leurs passions La reprsentation tragique loigne le public de la dangereuse tentation de suivre leur exemple QUELQUES PERSONNAGES QUI ONT INSPIRE DE CELEBRES TRAGEDIES Oreste et Electre Promthe Orphe III-4- LA TRAGEDIE ET LE TRAGIQUE La tragdie connat un important regain dintrt au XXme sicle Des philosophes Unamuno et Steiner lutilisent comme un moyen de mditation sur leurs sujets dtude Ils sintressent plus particulirement au tragique pour sinterroger sur la signification profonde de la vie des rapports de lhomme avec ce qui le dpasse et du conflit des valeurs Ce retour la tragdie est surtout dict par les vnements qui secouent leur poque les Deux Guerres mondiales en particulier Il permet de parler dun 73 - Situation qui prsente deux alternatives aussi difficile lune que lautre 74 - Raction psychologique par laquelle on se libre de quelque chose qui choque ou qui blesse

208 tragique moderne qui oppose les hommes aux hommes et non plus les hommes aux dieux A ce propos Jean Cocteau crit LEurope de plus en plus est une usine confuse dsesprer et tuer Cest la fatalit qui caractrise le plus souvent la tragdie Sophocle illustre cette ide dans sa pice Electre en disant Quand un dieu veut du mal un homme celui-ci a beau tre fort il ne peut lui chapper Mme vaincu par les divinits en colre le hros tragique conserve une grandeur qui lui attire ladmiration et la sympathie du public J Morel crit ce propos Le hros tragique assume pleinement sa condition mortelle tout en aspirant la divinisation que lui promet dans la plupart des cas sa descendance mythique Le tragique se singularise donc par la rigueur voire le sadisme avec lequel saccomplit le drame Selon Cocteau dans la Machine infernale le tragique devient une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour lanantissement mathmatique dun mortel Mais le tragique nest pas toujours rattach la vengeance des dieux Il peut rsulter du choc des passions comme dans Andromaque de Racine des dchirements politiques des conflits sociaux du mystre qui dpasse lhomme de laffrontement des valeurs irrconciliables etc Il sagit dune forme moderne du tragique qui met en vidence lclatement des valeurs dans un monde dchir et que M Raimond dfinit comme limpossibilit de sentendre sur les moyens et sur les fins IV- LA TRAGEDIE DANS LE THEATRE DU XX me SIECLE A partir de 1900 les auteurs dramatiques franais commencent remonter des tragdies antiques Ils adaptent ou donnent leur propre version des grands mythes comme le fait Paul Claudel dans lOrestie Ce phnomne gagne plus dimportance pendant lentre-deux guerres surtout entre 1920 et 1950 Des crivains comme Cocteau Giraudoux Sartre et Anouilh sillustrent dans cette nouvelle mouvance qui revisite des tragdie antique et les soumet un regard moderne fortement imprgn des vnements majeurs qui marquent le XX me sicle Le thtre de boulevard continue dexister malgr la disparition de noms illustres comme Feydeau Labiche et Courteline Certains dramaturge lassocient au drame tel que Henri Bataille mais dautres linstar de Sacha Guitry le transforment considrablement en renouvelant le langage thtral Des uvres qualifies de subversives par la critiques mergent du lot et crent parfois de grands scandales comme les Mamelles de Tirsias dApollinaire Antonin Artaud tente quant lui de dpasser le thtre en alliant technique et mtaphysique Les surralistes ne sengagent pas ouvertement dans lart dramatique et part la pice Victor de Roger Vitrac ils demeurent mfiants lgard de la scne Outre les auteurs dj cits le thtre a connu dautres noms qui ont largement contribu son dveloppement comme Armand Salacrou Patchouli1930 et Paul Claudel Le Soulier de satin 1943 Giraudoux Cocteau Giraudoux Cocteau Sartre Claudel ralise Orphe Jouvet la Machine infernale de Cocteau etc

209 Ce renouvellement vise prsenter un rpertoire moderne qui soppose avec vigueur la facilit et au ralisme psychologique Le spectacle devient alors comme laffirme Giraudoux la seule forme dducation morale et artistique dune nation Le seul moyen par lequel le public le plus humble et le et le moins lettr peut tre mis en contact personnel avec les plus hauts conflits Le cadre des mythes antiques incite quant lui les dcorateurs renouveler les espaces thtraux les accessoires et les costumes Ils sinspirent des coles artistiques qui mergent au dbut du sicle en Europe mais galement de lart africain le symbolisme des masques par exemple pour simplifier les formes gomtriques ainsi que leur volume REPERES HISTORIQUES Anouilh a crit Antigone pendant les annes noires de lOccupation nazie En 1942 la Rpublique a cd la place lEtat franais dirig par le marchal Ptain Le pays a t divis en plusieurs rgions majoritairement administrs par les Allemands Depuis Londres Charles de Gaulle lance un appel aux Franais pour organiser la Rsistance un gouvernement en exil a t aussitt form Le 19 avril 1942 Pierre Laval accde au pouvoir et renforce la collaboration avec les nazis Ce nest quen 1944 que loccupant et ses partisans subissent les premires dfaites Les diffrentes branches de la rsistance sont runies par le Comit national et assnent de violents coups lennemi Le dbarquement des Allis en Normandie favorise considrablement la reconqute du territoire franais Au cours de la mme anne la capitale sinsurge et parvient se librer du joug allemand PRESENTATION DE LUVRE 1- RESUME Aprs la mort de Polynice et dEtocle qui se sont entretus durant la bataille de Thbes le roi Cron a organis des funrailles nationales pour le second et a laiss pourrir le cadavre du premier dans la rue Il a promulgu une loi interdisant quiconque daccorder les honneurs funbres ce tratre sous peine de mort Cette dcision indigne profondment Antigone qui prend la ferme rsolution denterrer son frre mme si cette audace lexpose un effroyable supplice Aprs stre entretenu avec sa nourrice sa sur Ismne et son fianc Hmon elle accomplit son acte avec une conviction inbranlable Devant son oncle Cron la jeune fille revendique les faits avec courage Elle rejette toutes le propositions du roi qui tente vainement de la sauver Un affrontement violent sengage entre les deux principaux personnages il se termine par la condamnation de lhrone tre mure vivante Antigone se pend avec sa ceinture dans sa tombe Hmon qui la rejointe entre-temps dans sa rclusion solitaire crache sur son pre qui se trouve sur les lieux avant de se percer le corps avec son pe Eurydice apprend la triste nouvelle et se suicide son tour De retour son palais Cron sent pour la premire fois le poids de la solitude mais les vnements tragiques qui lont secou ne lempchent pas dassumer ses responsabilits royales avec le sens du devoir qui lui est connu 2- PERSONNAGES ANTIGONE hrone de la pice Elle est la fois douce et inflexible Pour accomplir ce quelle considre son devoir de sur elle dfie lautorit de Cron et couvre de terre le cadavre de Polynice CREON roi de Thbes Homme autoritaire qui applique aveuglment la loi Il donne une chance Antigone pour la sauver mais la jeune fille la rejette ce qui lui cote la vie LE CHUR ce nest pas un personnage proprement dit puisquil ne participe pas laction Son rle consiste fournir des informations au public pour lui permettre de mieux comprendre lhistoire

210 LE GARDE JONAS cest lui qui arrte Antigone avec dautres collgues Homme grossier et lche qui ne pense qu la promotion et largent Il inspire un profond dgot lhrone HEMON fils de Cron et fianc dAntigone Il partage le triste sort de la femme quil aime dans le tombeau o elle est mure ISMENE sur dAntigone Jeune fille belle et lgante Elle fait tout ce quelle peut pour raisonner sa cadette mais en vain LA NOURRICE vieille femme douce et nave Elle a lev Antigone et Ismne aprs la mort de leur mre LE MESSAGER il est souvent charg de rapporter des faits qui se passent hors de la scne comme le dnouement tragique de la pice par exemple LES GARDES ils participent larrestation dAntigone avec Jonas Ils partagent les mmes traits de caractre que lui 3-THEMES Antigone aborde de nombreux thmes qui entretiennent une relation troite avec la personnalit ambigu de lhrone dune part et avec le contexte socio-historique qua connu la France sous lOccupation dautre part Lenfance occupe par exemple une place centrale dans la pice Elle est souvent associe lide de puret et dinnocence elle rfre un monde quAntigone voque toujours avec tristesse et nostalgie La problmatique du bonheur nourrit en outre les dbats notamment lors de lentretien houleux entre Antigone et Cron Elle rvle la divergence des points de vue des deux protagonistes sur la conception de la vie et la manire dtre heureux La solitude quant elle marque cruellement certains personnages elle est vcue comme un dchirement qui entrane infailliblement langoisse et le suicide Cest cause de lincomprhension des autres quAntigone se sent seule et rejete deux sentiments qui tisonnent sa fureur face Cron et lobligent prendre des dcisions extrmes sans se soucier des consquences de ses actes Enfin la politique actualit oblige fait lobjet de discussions et de commentaires qui trahissent parfois lopinion de lauteur La longue tirade de Cron propos du mtier de roi peut-tre interprte comme la position peine dguise dAnouilh vis--vis du pouvoir et de la raison dEtat 4- SCHEMA DRAMATIQUE Etat initial Aprs les funrailles dEtocle Cron ordonne de ne pas enterrer A cet effet il dcrte une loi qui punit de mort quiconque oserait enterrer le cadavre Evnement modificateur Antigone brave lautorit du roi et accorde les honneurs funbres son frre Elle est arrte par les gardes et conduite devant Cron Pripties Cron fait tout ce qui est en son pouvoir pour viter la mort sa nice mais cette dernire lui tient tte et revendique hroquement son acte Etat final Antigone est condamne mort Hmon la rejoint dans le tombeau et se suicide Elle se donne la mort ct de lui La reine en fait de mme Cron reste seul avec son petit page

211 SCHEMA ACTANCIEL Destinateur Sujet Objet Destinataire Lorgueil dAntigone Antigone Spulture de Polynice Antigone Adjuvants Opposants Nant Ismne Dcret de Cron DOCUMENT Antigone de Sophocle extrait CRON Ainsi tu as os passer outre ma loi ANTIGONE Oui car ce nest pas Zeus qui lavait proclame ce nest pas la Justice assise aux cts des dieux infernaux non ce ne sont pas l les lois quils ont jamais fixes aux hommes et je ne pensais pas que tes dfenses toi fussent assez puissantes pour permettre un mortel de passer outre dautres lois aux lois non crites inbranlables des dieux Elles ne datent celles-l ni daujourdhui ni dhier elles sont ternelles et nul ne sait le jour o elles ont paru Ces lois-l pouvais-je donc par crainte de quelque homme mexposer leur vengeance chez les dieux Que je dusse mourir ne le savais-je pas et cela quand bien mme tu naurais rien dfendu Mais mourir avant lheure je le dis bien haut pour moi cest tout profit lorsquon vit comme moi au milieu de malheurs sans nombre comment ne pas trouver de profit mourir Subir la mort pour moi nest pas une souffrance Cen et t une au contraire si javais tolr que le corps dun fils de ma mre net pas aprs sa mort obtenu un tombeau De cela oui jeusse souffert de ceci je ne souffre pas Je te parais sans doute agir comme une folle Mais le fou pourrait bien tre celui mme qui me traite de folle LE CORYPHE Ah quelle est bien sa fille la fille intraitable dun pre intraitable Elle na jamais appris cder aux coups du sort CRON Oui mais sache bien toi que ces volonts si dures sont celles justement qui sont aussi le plus vite brises Il en est pour elles comme pour le fer qui longuement pass au feu cuit et recuit se fend et clate encore plus aisment Ne voit-on pas un simple bout de frein se rendre matre dun cheval emport Non on na pas le droit de faire le fier lorsque lon est aux mains des autres ANTIGONE Tu me tiens dans tes mains veux-tu plus que ma mort CRON Nullement avec elle jai tout ce que je veux ANTIGONE Alors pourquoi tarder Pas un mot de toi qui me plaise et jespre quaucun ne me plaira jamais Traduction de Paul Mazon 1994

212 ETUDE DE TEXTE LA PREMIERE DE COUVERTURE Elle est domine par la couleur rouge qui renvoie au sang et qui annonce demble lunivers tragique de la pice Tout en haut figure le nom de lauteur Le nom et le prnom en marron sur fond blanc sont crits en lettres majuscules mais le premier en caractre gras et le second en maigre Le titre de luvre est crit en marron sur fond rouge en majuscules et en gras pour attirer lattention du lecteur Lillustration prsente deux ombres de forme humaine qui rfrent aux deux principaux personnages Cron et Antigone Cron est crayonn de manire mettre en vidence sa supriorit silhouette imposante geste exprimant lordre etc Antigone quant elle offre lide dune fille maigre et petite de taille par rapport son interlocuteur Le dessin suggre par anticipation lingalit du combat qui va opposer les deux protagonistes et qui tournera logique-ment en faveur du plus fort Tout en bas figure le nom de la maison ddition La Table Ronde Il est crit en caractres maigres en marron sur fond blanc REPARTITION DES SCENES De manire globale la pice est conue de manire classique Cependant elle nest pas divise en actes comme dans les anciennes tragdies La dlimitation des scnes se base essentiellement sur lentre et la sortie des personnages selon le tableau suivant Scnes Personnages Pages Scne 1 Scne 2 Scne 3 Scne 4 Scne 5 Scne 6 Scne 7 Scne 8 Scne 9 Scne 10 Scne 11 Scne 12 Scne 13 Scne 14 Scne 15 Scne 16 Scne 17 Scne 18 Le Prologue Antigone la nourrice Antigone Ismne Antigone la nourrice Antigone Hmon Antigone Ismne Cron le garde Le Chur Le Garde Antigone Antigone Cron les gardes Cron Antigone Antigone Ismne Le Chur Cron Hmon Cron le Chur Antigone le garde Le Chur le messager Le Chur Cron le page Le Chur les gardes PP 9-13 PP13-21 PP 22-31 PP 31-36 PP 37- 44 PP 45-46 PP46- 53 PP 53-55 PP 55- 60 PP 60-64 PP 64- 97 PP 97-99 PP 99-100 PP-100-106 PP 106-118 PP 118-119 PP119-122 PP 122-123

213 SCENE I PP 9-13 LE PROLOGUE RESUME Le prologue prsente les personnages qui vont jouer la pice et les dcrit brivement Antigone en sa qualit dhrone passe en premier Viennent ensuite Ismne Hmon Cron le petit page la reine Eurydice et la nourrice Au terme de son discours le Prologue procde un bref rappel de certains vnements indispensables la comprhension de lhistoire Il insiste sur des faits saillants tels que la mort des deux frres dAntigone les funrailles dignes dun hros accordes Etocle et le cruel chtiment inflig Polynice condamn pourrir sous les yeux horrifis de Thbes Lunivers tragique est mis en place Tout laisse supposer que le dnouement ne sera pas heureux pour limplacable Antigone qui dfend farouchement ses convictions au risque de sattirer les foudres du roi AXES DE LECTURE I- Lexposition Dhabitude les faits antrieurs laction sont prsents par les personnages dans un dialogue artificiel destin informer le public Anouilh n adopte pas ce procd classique il confie la tche de lexposition au prologue un personnage qui figure galement dans Antigone de Sophocle Lambiance de la tragdie est annonce ds le dbut laide de termes ayant trait la mort - Elle pense quelle va mourir - Elle tricotera pendant toute la tragdie jusqu ce que son tour vienne de se lever et mourir - Cest le messager Cest lui qui viendra annoncer la mort dHmon tout lheure - Quiconque osera lui rendre les devoirs funbres sera impitoyablement punis de mort Le prologue souligne lcart existant entre les protagonistes de la tragdie classique et celle dAnouilh A part Antigone prsente comme une jeune fille grave et pensive les autres personnages se singularisent par leur extrme banalit Par ailleurs le texte douverture foisonne dindices qui traduisent le souci dinnovation qui anime lauteur et dont nous verrons quelques exemples dans le troisime axe II- Antigone De tous les personnages Antigone se distingue dj comme un tre part Elle nest pas belle comme la plupart des hrones mais elle jouit dune grande force de caractre Le nom quelle porte et qui contient les lettres du mot AGONIE la prdestine une fin tragique explicitement souligne par le Prologue - Mais il n y a rien faire Elle sappelle Antigone et il va falloir quelle joue son rle jusquau bout La jeune fille qui tiendra tte Cron un peu plus loin est prsente dans une position mditative Elle ne dit rien Elle regarde droit devant elle Elle pense Elle est conscient de la mission difficile qui lattend mais elle est prte laccomplir tout prix Elle sappelle Antigone et il va falloir quelle joue son rle jusquau bout La petite maigre noiraude et renferme soppose en tout sa sur Ismne qui incarne le modle de la beaut fminine la blonde la belle lheureuse Ismne Son physique na donc rien voir avec le corps de charme traditionnellement prt aux hrones des tragdies

214 III- Loriginalit dAnouilh Anouilh transforme le Prologue personnage grave souvent incarn par un dieu dans la tragdie antique en personnage tout fait ordinaire qui sait lire dans la souffrance des hommes Il compose sa pice en prose et non en vers comme cest le cas de la tragdie classique Dautres nouveauts se remarquent dans cette premire scne telles que le frquent usage des anachronismes75 Gardes qui portent des chapeaux et qui jouent aux cartes Eurydice qui tricote le langage familier et la considration dAntigone comme un personnage dmythifi cest--dire comme qui na rien voir avec la grandeur tragique des hrones antiques SCENE II PP 13-21 LA NOURRICE ET ANTIGONE RESUME Antigone rentre chez elle Elle est surprise par sa nourrice qui laccable de questions pour savoir do elle vient une heure aussi matinale La jeune fille lui confie finalement quelle sest rendue un rendez-vous galant un aveu qui irrite visiblement le vieille femme Mais Antigone plaisante La raison pour laquelle elle a quitt son domicile est toute autre Nous devinons dj de quoi il sagit AXES DE LECTURE I-Une abondance de familiarits Anouilh se dmarque de Sophocle par lusage dun langage familier utilis dhabitude dans les comdies Ce choix permet dinsrer des moments de dtente dans une pice domine par un cortge de suicides - Et a vous rpond quon la laisse a voudrait quon ne dise rien - Ah cest du joli cest du propre - Allons ma vieille pomme rouge -Tu en auras encore besoin nounou II- Rveries et ralisme La scne qui runit Antigone et sa nourrice rvle quelques traits de caractre des deux personnages La premire encore sous leffet de la beaut de la nature du petit matin sabandonne de lointaines rveries Son langage presque potique contient de nombreuses images qui trahissent son extrme sensibilit - Cest vrai ctait encore la nuitCest merveilleux nourrice Jai cru au jour aujourdhui - Dans les champs cela tait mouill et cela attendait Alors jai enlev mes sandales et je me suis glisse dans la campagne sans quelle sen aperoive La nourrice quant elle reste profondment attache au rel En guise de rponse aux vocations potiques dAntigone elle rpond Il va falloir te laver les pieds avant de te mettre au lit 75 - Attribution une poque ce qui appartient une autre Les chapeaux des gardes et le jeu de cartes sont des anachronismes Ce sont des phnomnes du XX me sicle quAnouilh a introduits dans une tragdie antique

215 DOCUMENT THEBES Thbes Grce cit de la Grce antique en Botie au nord du mont Cithron aujourdhui Kithairon au nord-ouest dAthnes Sa citadelle sappelait Cadme du nom de Cadmos hros mythique et chef lgendaire des Phniciens qui fondrent Thbes Cest lune des cits grecques les plus clbres dans les mythes et les lgendes Ces histoires comprennent celle des jumeaux Amphion et Zthos qui gouvernrent Thbes et btirent ses murailles du roi dipe et de la rivalit de ses deux fils tocle et Polynice qui culmina dans lexpdition des Sept contre Thbes ainsi que celle de la prise et de la destruction de la ville par les pigones Citons galement le retour de Dionysos lintroduction de son culte Thbes les Bacchantes dEuripide et la naissance et les exploits dHracls Du point de vue historique Thbes fut la cit la plus importante de Botie et partir de 519 av J- C elle devint une grande rivale dAthnes En 479 av J-C lors de linvasion perse de la Grce par Xerxs Ier les Thbains appuyaient les envahisseurs et se battirent contre la confdration des cits grecques Plates Lorsque la guerre du Ploponnse clata en 431 av J-C Thbes sallia Sparte et souhaitait la destruction dAthnes la fin de la guerre Elle commena toutefois craindre de plus en plus son puissant alli et durant la guerre de Corinthe 395 av J-C-386 av J-C elle sallia Athnes Corinthe et Argos contre Sparte Un profond antagonisme se fit jour entre Thbes et Sparte et la lutte qui sensuivit permit Thbes dexercer brivement la suprmatie sur la Grce grce la victoire dpaminondas Leuctres en 371 av J-C mais cela cessa avec sa mort Mantine en 362 av J-C Lloquence de Dmosthne convainquit les Thbains de sunir aux Athniens contre lusurpateur Philippe II roi de Macdoine mais lunion de leurs forces ne servit rien et en 338 av J-C lors de la bataille de Chrone la puissance de la Grce fut crase Aprs la mort de Philippe les Thbains tentrent sans succs de recouvrer leur libert Leur cit fut dtruite en 335 av J-C par le fils et successeur de Philippe Alexandre le Grand qui vendit les survivants comme esclaves On raconte quAlexandre npargna que les temples et la maison de Pindare Bien que reconstruite en 315 av J-C par le roi Cassandre de Macdoine et malgr une poque prospre elle se rduisait un malheureux village ds le Ier sicle av J-C Le site de lacropole est occup par la ville moderne de Thbai Encyclopdie Encarta 2005 SCENE III PP22-31 ANTIGONE ISMENE RESUME Antigone et Ismne abordent une conversation qui porte sur un sujet trs srieux Les deux surs sopposent pratiquement en tout mais cette diffrence ninflue gure sur laffection quelles nourrissent lune pour lautre Antigone rvle son intention denterrer le corps de Polynice malgr le dcret royal Ismne tente de la dissuader mais sans rsultat AXES DE LECTURE I- La blonde et la noiraude Ismne jouit dune grande beaut Antigone quant elle est afflige dun physique ingrat qui ne lui attire pas ladmiration des hommes Ce constat se remarque galement dans le portrait moral des deus personnages

216 I-1- Ismne Ismne essaie de convaincre sa sur de revenir sur sa dcision Elle voque son droit danesse et rappelle sans cesse quelle la plus sage Je rflchis Jai raison plus souvent que toi Mais ces arguments ne donnent rien Alors elle exprime la peur qui sempare delle pour attendrir Antigone qui reste sourde ses supplications Moi tu sais je ne suis pas trs courageuse Ils nous huerontils nous cracheront au visage Il est le roi il faut quil donne lexemple Il est plus fort que nous Antigone I-2- Antigone Antigone a une seule ide en tte et elle compte la mettre jusquau bout du dfi quelle a lanc Cron Il y a des fois o il ne faut pas trop rflchir Toujours comprendre Moi je ne veux rien comprendre Lui il doit nous faire mourir et nous nous devons aller enterrer notre frre II- Une lutte contre les adultes Pour toute rponse aux arguments dIsmne Antigone voque ce quelle a endur dans son enfance cause des adultes Ces souvenirs douloureux la conforte dans l affrontement du roi lautorit suprme de Thbes Quand jtais petite jtais trs malheureuseIl fallait comprendre quon ne peut toucher leau Il fallait comprendre quon ne doit pas tout manger la fois SCENE IV PP 31-36 ANTIGONE LA NOURRICE RESUME Antigone qui a explos de colre face Ismne se montre trs calme en prsence de sa nourrice Elle se confie corps et me la vieille femme pour tre rconforte Au fil des rpliques la jeune fille dvoile partiellement son projet mais la nourrice ne saisit pas le sens cach de ses propos Le mystre linquite normment Comme dhabitude elle ragit dans un langage familier et prouve encore une fois quelle est compltement dpasse par les vnements AXES DE LECTURE I- Souffrance et rconfort Antigone voque son pass domin par la peur lobscurit et les interdits Mais la nourrice qui sest charge de son ducation aprs la mort de Jocaste veillait constamment sur elle et la protgeait contre tous Antigone par Frdric Leighton 1882

217 les dangers Lpanchement 76 de la jeune fille trahit son extrme sensibilit et son besoin daffection Dailleurs le fait de sattacher encore la nourrice est la preuve quelle se considre encore comme une enfant Nounou plus forte que le cauchemar plus forte que lombre plus forte que les mille insectes plus forte que la nuit elle-mme - Nounou plus forte que la mort II- Les signes avant-coureurs de la tragdie Antigone change subitement dattitude Elle devient sombre et pensive Nous comprenons la lumire des informations fournies prcdemment quelle se prpare excuter sa menace denterrer son frre Elle est consciente que son acte lui attirera de graves consquences ainsi qu ceux qui lentourent La nourrice un personnage plus proche de la comdie que de la tragdie ne comprend rien aux allusions de sa protge qui sonnent comme les propos dun triste adieu Tout laisse donc prsager que le mcanisme tragique ne tardera pas se dclencher SCENE V PP 37-44 ANTIGONE HEMON RESUME Antigone et Hmon se rconcilient aprs une dispute amoureuse La jeune fille profite de ce retour la normale pour demander son fianc sil laime vraiment et sil ne regrette pas de lavoir choisie au lieu dIsmne Aprs lui avoir avou quelle est prte se donner lui sans la moindre hsitation elle lui fait jurer de ne poser aucune question sur la dcision quelle a prise et qui consiste se sparer de lui La dimension tragique rside tout entire dans le sens du verbe se sparer diffremment compris par les deux personnages AXES DE LECTURE I- Une extrme sensibilit En prsence de son fianc Antigone fait montre dune grande douceur Elle se dtache de lenfance o elle sest toujours rfugie et se comporte dsormais en femme mre et responsable qui dborde de maternit Lamour russit l o chouent les hommes - Elle se sert contre lui un peu plus fortEt serre-moi plus fort que tu ne mas jamais serre Que toute ta force simprime dans moi Oh je laurais serr si fort quil naurait jamais eu peur Notre petit garon Hmon Il aurait eu une maman toute petite Et tu crois aussi nest-ce pas que toi tu aurais eu une vraie femme Oh Tu maimais Hmon tu maimais tu en es bien sr ce soir l Tu es bien sr qu ce bal o tu es venu tu ne tes pas tromp de jeune fille Tu maimes nest-ce pas II- Le dclenchement du mcanisme tragique Antigone se montre plus rsolue que jamais accomplir sa mission La manire dont elle parle son fianc est la preuve que lexcution de son plan est proche En blessant la sensibilit dHmon elle assne un premier coup douloureux Cron son pre 76 - Le fait de communiquer ses sentiments et ses penses intimes quelquun

218 - Voil maintenant je vais te dire encore deux choses Et quand je les aurais dites il faudra que tu sortes sans me questionner Mme si elles te paraissent extraordinaires mme si elle te font de la peine Jure-le moi Cest la dernire folie que tu auras me passer Je vais te faire de la peine mon chri pardon Sors sors tout de suite sans rien dire Pas maintenant pars vite Tu le sauras demain SCENE VI PP 45- 46 ANTIGONE ISMENE RESUME Ismne tente de raisonner sa sur pour quelle renonce sa folie mais Antigone se montre inflexible Avant de quitter son ane elle lui apprend quelle a dj accompli son acte Elle a enfreint le dcret de Cron en enterrant Polynice Il n y a plus rien faire AXES DE LECTURE I- Mission accomplie nourrice et avec Hmon Dans son dialogue avec Ismne elle le rvle pour la premire fois Cest le signe que la machine infernale a bel et bien t mise en marche - Antigone sest leve un trange sourire sur les mas rencontre jen venais II- Les arguments affectifs Ismne essaie dabord de convaincre sa sur en visant sa raison Mais Antigone nest pas le genre de fille rflchir aux consquences dune dcision prise avec conviction Alors lane sadresse sa cadette en dveloppant une argumentation base sur les sentiments Nous sommes tous l autour de toi Hmon nounou et moi et Douce ta chienneNous taimons et nous sommes vivants nous nous avons besoin de toi Cette approche elle non plus ne donne aucun rsultat SCENE VII PP 46-53 CREON LE GARDE RESUME Jonas le garde informe Cron que le cadavre de Polynice a t couvert de terre Hors de lui le roi donne des ordres pour quon retrouve immdiatement celui qui a os enfreindre sa loi Mais le matre de Antigone et le corps de Polynice

219 Thbes retrouve peu peu son calme Il enjoint au garde de ne pas divulguer le secret et le menace de mort en cas de dsobissance AXES DE LECTURE I- Le bouffon77 de la tragdie Le garde savre ds sa premire apparition un personnage plus proche de la comdie que de la tragdie Son langage familier parfois vulgaire son attitude risible78 et la peur panique qui le prend devant le roi le transforme en bouffon Sa lchet contraste vivement avec son mtier de soldat qui le destine au maniement des armes et laffrontement de lennemi - On na pas parl chef je vous le jure Si on parle ce sera les autres a ne sera pas moi Chef jai deux enfants Le comique de rptition provoqu par les occurrences du mot chef achve le portrait caricatural du personnage II- Un roi autoritaire Cron se sent personnellement vis par le dfi qui lui a t lanc Ses ractions exprimes sur un ton colreux trahissent son caractre de chef autoritaire soucieux de prserver son pouvoir contre toutes sortes punis de toute faon A qui avez-vous dj parl de cette affaire SCENE VIII PP 53-55 LE CHUR RESUME Le Chur explique au public les diffrences qui existent entre la tragdie et la comdie deux genres dramatiques diamtralement opposes Dans son intervention il procde une sorte dautopsie morale de lhrone qui va pouvoir tre elle-mme pour la premire fois AXES DE LECTURE I- Tragdie et drame La tragdie est une vritable bombe qui peut se dclencher tout moment Il suffit dun rien pour que le mcanisme de mise feu sactive - On donne le petit coup de pouce pour que cela dmarre rien un regard pendant une seconde une fille qui passe et lve les bras dans lair une envie dhonneur un beau matin au rveil comme de quelque chose qui se mange une question de trop quon se pose un soircest tout 77 - Personnage comique de thtre Personne qui cherche amuser par ses plaisanteries 78 - Qui fait rire qui prte rire Antigone ralise par Catherine Flutsch

220 Mchants Sa fin est heureuse chose qui arrange fort bien le public Il prsente un monde peint en couleurs optimistes o lon continue saccrocher lespoir Dans le drame avec ces tratres avec ces mchants acharns cette innocence perscute ces vengeurs ces terre-neuves On aurait peut-tre pu se sauver le bon jeune homme aurait peut- tre pu arriver temps avec les gendarmes Dans le drame on se dbat parce quon espre sen sortir SCENE IX PP 55-60 LE GARDE ANTIGONE RESUME Antigone est surprise en train de couvrir de terre le corps de Polynice Elle informe les gardes quelle est la fille ddipe mais les rustres ne la croient pas Ils se moquent delle et la traitent avec rudesse comme une vulgaire vagabonde AXES DE LECTURE I- Des personnages de drame Les gardes nont pas leur place dans la tragdie dfinie prcdemment comme un art noble et propre parce quils sont sales et gostes Leur langage vulgaire souligne la bassesse de leur condition caractrise par la lchet et la cupidit - Moi je ne connais que la consigne - La fille ddipe oui Les putains quon ramasse la garde de nuit elles disent aussi de se mfier Et cest quelle se dbattait la garce Les autres dfauts des gardes mauvais pres ivrognes et hommes lubriques 79 illustre bien la dfinition du drame donne par le cur cest un genre ignoble II- Limportance de la scne Le rcit du garde permet aux spectateurs de dcouvrir certaines informations ncessaires la comprhension de lintrigue retour dAntigone auprs du cadavre de son frre son arrestation par les gardes sa rsistance etc - Elle tait l gratter comme une petit hyne Elle se dbattait la garce quand jai voulu la prendre - Cest quelle voulait me sauter aux yeux Elle criait quil fallait quelle finisse SCENE X PP 60-64 ANTIGONE CREON LES GARDES RESUME Antigone est emmene devant Cron Ce dernier pense dabord quil sagit dune erreur et menace les gardes des pires chtiments Mais la jeune fille reconnat son crime sans la moindre hsitation Le roi essaie de la protger il enferme les gardes et ordonne au page de les surveiller de prs 79 - Qui ne pensent quaux plaisirs sexuels

221 AXE DEC LECTURE I- Linterrogatoire Antigone et Cron se trouvent face face La prsence des gardes oblige le matre de Thbes agir en roi et non en parent de laccuse Il se comporte dabord comme un homme de loi qui cherche confirmer les faits Il commence donc par interroger les gardes - Sais-tu bien ce que tu es en train de dire toi Cest vrai Ensuite il sentretient avec Antigone Les rponses de cette dernire dissipent dfinitivement ses doutes - Oui cest vrai Oui ctait moi Cron se trouve dans une situation trs difficile Doit-il agir en roi ou en oncle envers Antigone Finalement il opte pour la deuxime alternative - Conduis ces hommes cte petit Et quil restent au secret jusqu ce que je revienne les voir SCENE XI PP 64-97 CREON ANTIGONE RESUME Cron fait tout ce qui est en son pouvoir pour sauver Antigone mais cette dernire continue reconnatre sa culpabilit avec enttement Pour montrer sa nice que son acte est absurde le roi lui rvle certains secrets de famille particulirement choquants qui trahissent lhorreur du monde politique Profondment touche par ces dclarations Antigone sapprte se retirer quand Cron prononce le mot bonheur En lentendant elle se rvolte contre la vie mdiocre que lui promet son oncle qui tente vainement de la rduire au silence AXES DE LECTURE I- La fille ddipe Antigone naime pas les compromis Elle veut assumer pleinement les consquences de son acte Elle nimplore pas une seule fois la piti ou la clmence du redoutable roi - Je le devais Je le devais tout de mme Oui je le savais Cette attitude obstine rappelle Cron le temprament inflexible ddipe qui a tenu assumer son destin tragique jusquau bout - Orgueilleuse Petite dipe Lorgueil ddipe Tu es lorgueil ddipe II- La volont de saffirmer Antigone avoue Cron quelle a dfi sa loi uniquement pour se prouver quelle est libre libre de faire ce quelle veut mme si cette libert peut lui attirer les pires ennuis - Pour personne pour moi Faites comme moi faites ce que vous avez faire - Moi je nai pas dit oui Moi je peux dire non encore tout ce que je naime pas et je suis seul juge Je suis l pour vous dire non et pour mourir

222 III- La politique Le monde politique incarn par Cron est dcrit comme tant sale impitoyable et rpugnant Les dcisions prises par ceux qui gouvernent ne jouent que sur les apparences Elles cachent la vrit au peuple pour raliser dhorribles desseins - Mais pour que les brutes que je gouverne comprennent il faut que cela pue le cadavre de Polynice - On tire dans le tas sur le premier qui savance Dans le tas Cela na pas de nom - Jai envie de faire un hros de lun deux Jai fait ramasser un des corps le moins abm des deux pour mes funrailles nationales Ces tristes aveux ravivent la colre dAntigone qui affronte Cron les yeux plisss de dgot Pour elle la politique nest rien dautre quune cuisine sordide o lon prpare les complots les plus odieux - Non je ne me tairai pas Tu veux me faire taire cuisinier Pourquoi veux-tu me faire taire Vous me dgotez avec votre bonheur Vous avez des ttes de cuisiniers Tu mordonnes cuisinier Tu crois que tu peux mordonner quelque chose Allons vite cuisinier appelle tes gardes SCENE XII PP 97-99 ISMENE ANTIGONE RESUME Ismne change dopinion Elle se confond en excuses et se montre prte mourir avec Antigone Mais cette dernire rejette son sacrifice pour ne pas limpliquer dans une affaire qui la dpasse Cependant lhrone se sent plus forte dans son combat contre Cron Elle vient de gagner le soutien dune premire allie AXES DE LECTURE I- Une intervention timide Ismne une jeune fille connue pour tre peu courageuse change subitement dattitude Pourquoi sans doute parce quelle craint la solitude laquelle elle sera condamne aprs la mort dAntigone Ce nest donc pas prcisment un acte de bravoure mais une autre manifestation de la peur qui la toujours hante - Antigone pardon Antigone tu vois je viens jai du courage Jirai maintenant avec toi Si vous la faites mourir il faudra me faire mourir avec elle - Si vous la faites mourir il faudra me faire mourir avec elle - Je ne veux pas vivre si tu meurs je ne veux pas rester sans toi II- Une attitude intransigeante Antigone ragit violemment face sa sur Elle refuse de lassocier son dfi parce que les hrones tragiques prfrent mourir seules sans partager leur gloire avec autrui - Ah non Pas maintenant Pas toi -Tu as choisi la vie et moi la mort Laisse-moi maintenant avec tes jrmiades - Cest moi moi seule Tu ne te figures pas que tu vas mourir avec moi maintenant - Il fallait y aller ce matin quatre pattes dans la nuit Il fallait aller gratter la terre avec tes ongles pendant quils taient tout prs et te faire empoigner par eux comme une voleuse

223 III- Le verdict Cron nen peut plus Il prononce enfin sa sentence parce quil a peur quAntigone ne rallie dautres personnes sa cause La mort nintimide gure lhrone qui y voit une dlivrance susceptible de la soulager du poids crasant dont elle souffre Le dnouement tragique est bel et bien fix La question que se pose le spectateur prsent est la suivante Quand la jeune fille sera-t-elle excute SCENE XIII PP 99-100 LE CHUR CREON RESUME Le Chur tente de faire revenir Cron sur sa dcision et lamener gracier Antigone Mais le roi campe sur sa position Sa nice tient absolument mourir Il n y peut plus rien pour elle Dsormais elle est la seule responsable de la triste fin qui lattend AXE DE LECTURE I- La fin dune hrone tragique Antigone tragdie oblige ne peut pas rester en vie Cron de son ct ne peut la condamner vivre Dans cette situation dsespre le roi parle de sa nice limparfait comme si elle nexistait plus - Il fallait quelle meure - Cest elle qui voulait mourir - Antigone tait faite pour mourir - Ce qui importait pour elle ctait refuser et mourir En choisissant librement la mort Antigone condamne dautres personnes la souffrance et la solitude sa nourrice sa sur et Hmon Cron non plus nchappe pas londe de choc cause par lacte fatal de lhrone comme nous le verrons plus loin SCENE XIV PP 100-106 HEMONCREON LE CHUR RESUME Hmon implore dsesprment son pre de sauver Antigone en vain Le Chur tente de son ct dattendrir le roi mais il naboutit aucun rsultat Le sort de lhrone est scell Il ne reste plus qu fixer la date de lexcution Dailleurs les Thbains se rassemblent dj et rclament la tte de la condamne AXES DE LECTURE I- La dfaillance de la raison Tous les actes qui sortent de lordinaire sont qualifis de folie Le frquent retour de cette ide sous forme de substantif ou dadjectif souligne le drglemente des sens des personnages qui conduit invitablement la mort

224 - Tu es fou pre Lche-moi Elle a prfr sa folie et la mort - Est-ce quon ne peut pas imaginer quelque chose dire quelle est folle lenfermer II- Un alli de taille En dclarant Cron Crois-tu que je pourrais vivre moi sans elle Hmon exprime explicitement son attachement sa fianc et sa ferme dtermination de la suivre dans la tombe Cette rvlation dstabilise Cron Antigone va lui enlever ltre auquel il tient le plus au monde son fils et son successeur Elle le frappe dans sa chair Lattitude dHmon brise galement limage paternelle quil sest faite de Cron Il sagit dune rvolte dans tous les sens du terme Cette grande force et ce courage ce dieu gant qui menlevait dans ses bras ctait toi Quand tu me montrais des livres dans ton bureau ctait toi tu crois - Tous ces soins ctait donc pour arriver l Toutes les supplications du fils savrent inutiles Cron la dj dit Il est le matre avant la loi et non aprs Son impuissance souligne par la phrase Je ne peux pas creuse le dsespoir du jeune homme qui na plus quune seule issue devant lui la mort SCENE XV PP 106-118 ANTIGONE LE GARDE RESUME Antigone est troitement surveille Le garde qui la serre de prs reste indiffrent ses souffrances Il ne pense qu sa promotion et aux avantages matriels quil va en tirer Au fil du dialogue quil engage avec sa prisonnire il lui rvle quelle sera mure vivante Antigone accueille cette nouvelle avec un calme digne dune hrone tragique Elle arrive convaincre son garde moyennant une bague en or dcrire une lettre pour elle dans laquelle elle exprime son regret davoir commis un acte absurde AXES DE LECTURE I- La colre des Thbains La foule sentasse bruyamment devant la porte du palais elle veut semparer dAntigone et lui infliger le chtiment qui lui est rserv Cron se prpare la riposte et manifeste son dgot pour la populace qui hurle lextrieur Je ne veux pas voir leurs visages je ne veux plus entendre leurs voix Il est prt mettre en pratique la dmarche quil a explique Antigone On gueule un ordre et on tire dans le tas sur le premier qui savance Dans le tas cela na pas de nom II- Le garde Le garde charg de surveiller Antigone offre une image sordide de lespce humaine Son air froid sa cupidit et son souci de lavancement en grade rpugnent la captive qui vit ses derniers moments - Allez allez pas dhistoires si ce ntait pas vous ctait moi qui y passais Moi je nai jamais t bless Et dun sens a ma nui pour mon avancement Le comportement du garde soppose en tout lattitude dAntigone Pendant que cette dernire chante sur un ton potique la solitude du tombeau il se fait une chique

225 III- Leffondrement dAntigone La perspective de la mort dsarme compltement Antigone Cette dernire qui a toujours refus de vivre regrette davoir accompli un acte absurde Pour la premire fois elle reconnat la sagesse de son sagesse de son oncle qui a tout fait pour lui venir en aide Et Cron avait raison cest terrible maintenant ct de cet homme Je ne sais plus pourquoi je meurs Jai peur Je le comprends seulement maintenant combien ctait simple de vivre Cependant la jeune fille sefforce de cacher son effondrement intrieur Elle tient paratre grande aux yeux des autres mme si cela ne sert plus rien SCENE XVI PP 118-119 LE CHUR LE MESSAGER RESUME Le Chur entre en scne il est immdiatement suivi du Messager qui fait le rcit des vnements qui se sont drouls dans les coulisses Antigone sest pendue avec les fils de sa ceinture dans le tombeau o se trouvait galement Hmon Ce dernier au comble du dsespoir menaa de tuer Cron puis il lui cracha au visage et se donna la mort son tour AXE DE LECTURE I- La fonction du rcit Lintervention du Messager est importante dans la mesure o elle apprend au public des vnements qui nont pas eu lieu sur scne Respectant la rgle des biensances fixe par les dramaturges classiques Anouilh pargne au public des images prouvantes susceptibles de le choquer Les faits domins de bout en bout par la mort et le sang sont prsents dans le cadre dun rcit dtaill et non sous forme de spectacle Grce un discours qui gagne en vivacit et en dynamisme au fur et mesure que progresse la narration du Messager lauteur parvient visualiser lhorreur tout en mnageant la sensibilit des spectateurs II- Cron et la tragdie Cron occupe une place centrale dans le rcit du Messager dabord en sa qualit de roi puis en sa qualit de pre et doncle Il assiste directement laccomplissement de la tragdie Le suicide dAntigone et dHmon reflte sa - Tous regardent Cron et lui qui a devin le premier lui qui sait dj avant tous les autres - Il hurle soudain comme un fou Le roi suant dont les mains saignent Thtre antique

226 SCENE XVII PP 119-122 LE CHUR CREON LE PAGE RESUME Le roi rentre au palais compltement effondr L le Chur lui assne une terrible nouvelle La reine Eurydice sest donne la mort aprs avoir appris le suicide de son fils avec Antigone La solitude du roi devient plus insoutenable que jamais Mais la raison dEtat doit continuer rgner Son rle de roi passe avant toute autre considration AXES DE LECTURE I- Lunion dans la mort Dans la tragdie dAnouilh lamour na aucune chance de se raliser dans la vie cause des nombreux obstacles poss par les adultes Ce constat sapplique parfaitement bien Antigone et Hmon Cest dans la tombe o ils gisent cte cte quils trouvent enfin la plnitude tant recherche - Je les ai fait coucher lun prs de lautre enfin Reposs Ils sont seulement un peu ples mais si calmes Deux amants au lendemain de la premire nuit Ils ont fini eux II- Eurydice Totalement clipse dans la pice Eurydice ne participe pas au dclenchement de lintrigue mais elle participe au dnouement tragique de la pice La vie quelle a mene et son suicide interpellent de nombreuses remarques La reine a toujours vcu comme une esclave qui rpte les mmes gestes Elle reprsente exactement ce qu Antigone dteste le plus au monde un bonheur mdiocre fait de petites joies passagres et dune souffrance muette Sa disparition condamne Cron une effroyable solitude Le palais devient exactement comme un tombeau pour le roi Tout seul oui se dit-il SCENE XVIII PP 122-123 LE CHUR LES GARDES RESUME Le Chur se manifeste pour la dernire fois Il parle de ceux qui sont morts et de ceux qui restent en vie ainsi que des consquences de la tragdie sur Thbes qui sest enfin apais Les gardes indiffrents ce qui se passe autour deux continuent jouer aux cartes comme si de rien ntait La tragdie qui a violemment secou le royaume de Cron ne les concerne en rien Ce nest pas leurs oignons AXES DE LECTURE I- La vie aprs la tragdie Le calme revient Thbes qui a t branl par lacte de lintransigeante Antigone Mais la folie de lhrone est contagieuse elle a entran dautres victimes dans son sillage Le roi qui na quun petit

227 page pour compagnon va commencer attendre la mort Les hros sont morts parce que la tragdie veut que a se passe ainsi mais les tres insignifiants continuent vivre parce quils nont aucun idal dfendre Lallusion est faite ici aux gardes bien videmment II- Les gardes Les gardes ne se soucient gure des vnements qui se prcipitent une vitesse vertigineuse Ils sont compltement absorbs par le jeu de cartes Ces personnages sortis tout droit du drame symbolisent le triomphe de la mdiocrit Ils vivent au jour le jour et ne se posent pas de question sur le vrai sens de lexistence Pour eux la pice se termine exactement comme elle a commenc Cette remarque accentue leur isolement Ils restent en vie parce quils ne peuvent pas mourir dignement comme les vrais hros Eux tout a a leur gal ce nest pas leurs oignons EXPLICATION DES MOTS UTILISES DANS LA PIECE A Apais ramen la paix calme Appointer rendre pointu Attif habill de manire ridicule Attirail quipement ridicule Aubaine avantage inattendu B Bafouer traiter avec mpris Barbouiller salir souiller Blottie accroupie cache Bredouillage action de prononcer les mots de manire peu distincte C Cale partie la plus basse de lintrieur dun navire Cline tendre et caressante Carnage tuerie massacre Carnassier qui se nourrit de chair crue Chiffonnier personne qui ramasse de vieux chiffons Chique tabac mcher Complice qui participe un crime ou un dlit avec dautres Congestionn qui souffre dune accumulation du sang dans un organe Plein bouch Contenance assurance Coquette lgante Corve travail ennuyeux que lon ne peut viter de faire Cotillon sorte de jupon Crasseux salet qui samasse

228 D Dvaler descendre toute vitesse Drisoire qui contient une moquerie mprisante ridicule E Edit ordre du roi Ensanglanter couvrir de sang Entournure tre gn aux entournures se sentir gn ne pas se sentir libre tre mal laise F Fanfaronne qui fait la courageuse qui exagre son courage G Glatine bouillie que lon obtient en faisant bouillir les os la peau et les cartilages des animaux Goguenard qui plaisante en se moquant Gueuleton fam bon repas H Huer pousser des cris contre quelquun I Ignoble sans noblesse bas J Jrmiade plainte L Lambea u morceau Larron voleur M Magnifier clbrer la grandeur de quelque chose Mandat charg dune mission Minutieux qui est attentif aux dtails N Noiraude qui a les cheveux noirs et le teint fonc

229 P Pantomime pice o les acteurs sexpriment par des gestes Attitude ridicule Pathtique qui touche qui meut Pondrer quilibrer les forces les pouvoirs Posment calmement R Rougeaud qui a le teint rouge S Sensualit plaisir des sens Spulture tombe tombeau Scrupuleusement avec scrupule inquitude morale qui fait considrer comme une faute grave ce qui nest quune faute lgre Sve liquide qui circule dans les vgtaux Energie force T Terre-neuve personne toujours dispose aider les autres Trmolos tremblement quon donne la voix V Vertigineux qui donne le vertige tat de la tte qui tourne Veule faible mou lche

230 L A N G U E LE LEXIQUE DU THEATRE OBSERVATION Dans Antigone de Jean Anouilh Le Chur explique la diffrence entre le drame et la tragdie au moyen dune tirade dveloppe en 52 lignes de la page53 la page 55 Les deux genres dramatiques sont compars selon un systme dopposition dans le drame lintrigue est conue de manire assurer un dnouement heureux lhistoire par contre dans la tragdie tout bascule subitement dans le chaos qui dclenche une suite de pripties couronnes par la mort du hros vaincu par un destin implacable DECOUVERTE 1- Quel est le point commun entre les mots en rouge 2- Lesquels de ces mots dsignent les lments dune pice Lesquels dsignent des genres thtraux A RETENIR Le lexique relatif au thtre est trs vaste On peut le rpartir en quatre grandes catgories le lexique qui dsigne les diffrentes parties du thtre en tant que btiment le lexique qui dsigne les diffrentes parties dune pice thtrale le lexique qui dsigne les genres dramatiques et le lexique qui dsigne les accessoires EXERCICES lutilisation du dictionnaire est fort recommande I- Les diffrentes parties du thtre en tant que btiment Relie les lments de la colonne A ceux qui leur correspondent dans la colonne B Exemple 1 f A B 1 - Cantonade 2 - Avant-scne 3 - Cintres 4 - Corbeille 5 - Ct cour 6 - Ct jardin 7 - Loge 8 - Paradis Poulailler 9 - Parterre 10 - Rampe a- Ct de la scne gauche de lacteur regardant la scne b- Galeries suprieures c- Range de lumires disposes au bord de la scne d- Loge situe de part et dautre de la scne e- Rez-de-chausse de la salle de spectacle f- Coulisse g- Balcon situ au-dessus de lorchestre h- Compartiment contenant plusieurs siges i- Parties situes au-dessus de la scne o lon remonte les dcors k- Ct de la scne droite de lacteur regardant la scne

231 II- Le diffrentes parties dune pice de thtre Mme consigne que lexercice 1 A B 1-Apart 2-Parler la cantonade Argument 3-Coup de thtre 4-Dnouement 5-Dialogue 6-Didascalies 7-Episode 8-Exposition 9-Stichomythie 10-Monologue 11-Nud 12-Pripties 13-Rplique 14-Tirade 15-Intrigue 16-Argument a- Indications pour guider le jeu des acteurs b-Partie faisant un tout comme un chapitre dans un roman c-Rplique que lacteur fait semblant de chuchoter un autre tout en parlant haute voix et qui est destin aux spectateurs d- Lacteur ne parle pas un acteur prcis mais prend tout le monde tmoin e-Sujet rsum de la pice f- Evnement imprvu qui bouleverse subitement le droulement de laction h-Histoire avec tous ses dtails raconte par la pice i- Lorsquun acteur parle seul sur scne j- Evnements qui amnent la crise do sort le dnouement k- Phrases qui constituent un dialogue l- Partie de la pice o lintrigue se complique m- Longue rplique n- dialogue o les personnages se rpondent mot mot

232 III- Les genres dramatiques Mme consigne que lexercice 1 A B 1- Comdie 2- Mlodrame 3- Ballet 4- Miracle ou mystre 5- Tragdie 6- Vaudeville 7- Farce 8- Tragi-comdie b-Mmes personnages que la tragdie mais la fin est heureuse c- Pice mettant en scne les bons sentiments d- Pice comique assez forc coups dguisements e- Pice sujet religieux au Moyen ge f- Spectacle avec chant et danse g- Pice comique fin heureuse h- comdie lgre au comique un peu lourd Architecture du thtre de la Colline Paris

233 LA DOUBLE ENONCIATION OBSERVATION OCTAVE - Ah fcheuses nouvelles pour un cur amoureux Dures extrmits o je me vois rduit Tu viens Silvestre dapprendre au port que mon pre revient SILVESTRE- Oui OCTAVE- Quil arrive ce matin-mme SILVESTRE- Ce matin mme OCTAVE- Et quil revient dans la rsolution de me marier SILVESTRE- oui Molire Les Fourberies de Scapin acte I scne 1 DECOUVERTE 1- Prcise les personnages en prsence lacte et la scne do est tir cet extrait 2- Relve lexpression qui montre que Silvestre a dj parl Octave avant cette scne au sujet du retour de son pre et de son prochain mariage 3- A qui sont donc destines les informations contenues dans ce passage A RETENIR Le dialogue thtral se droule entre les acteurs dun ct et entre les acteurs et les spectateurs de lautre Cest ce quon appelle la double nonciation Lchange verbal entre les personnages dune pice contient souvent des informations ignores du public Pour mettre ce dernier au courant des faits lauteur arrange une scne dans laquelle il rappelle des vnements antrieurs exemple de Molire ci-dessus ou qui se sont passs dans les coulisses EXERCICES 1-Dans cet extrait dAntigone de Jean Anouilh le messager sadresse deux destinataires distincts Prcise-les et repre les informations qui leur sont communiques LE MESSAGER fait irruption criant La reine o est la reine LE CHUR- Que lui veux-tu Quas-tu lui apprendre LE MESSAGER- Une terrible nouvelle On venait de jeter Antigone dans son trou lorsque Cron et tous ceux qui lentourent entendent des plaintes qui sortent soudain du tombeau Les pierres bougent enfin Antigone est au fond de la tombe pendue aux fils de sa ceinture et Hmon genoux qui la tient dans ses bras On bouge un bloc encore et Cron peut descendre Hmon regarde ce vieil homme tremblant lautre bout de la caverne et sans rien dire il se plonge lpe dans le ventre 2- Mme exercice avec la rplique du Chur Antigone p 120

234 LE REGISTRE TRAGIQUE OBSERVATION Dans cet extrait Andromaque veuve dHector se souvient de la chute de Troie devant larme de Pyrrhus qui la tient prisonnire dans son palais Dois-je les oublier sil ne sen souvient plus Dois-je oublier Hector priv de funrailles Et tran sans honneur autour de nos murailles Dois-je oublier son pre mes pieds renvers Ensanglantant lautel quil tenait embrass Songe songe Cphise cette nuit cruelle Qui fut pour tout un peuple une nuit ternelle Figure-toi Pyrrhus les yeux tincelants Entrant la lueur de nos palais brlant Sur tous mes frres morts se faisant un passage Et de sang tout couvert chauffant le carnage80 Songe aux cris des vainqueurs songe aux cris des mourants De la flamme touffe sous le fer expirant Peins-toi dans ces horreurs Andromaque perdue Jean Racine Andromaque tragdie DECOUVERTE 1- Que dsigne le mot tragdie dans le langage courant Que dsigne-t-il dans le langage thtral 2- Place les mots en rouge dans le tableau suivant LA MORT LE SANG LE FEU LHORREUR 3- Quelle est limpression qui se dgage de ce relev A RETENIR Dans le langage courant la tragdie dsigne tout vnement douloureux qui frappe lhomme mort catastrophes accidents Dans lart dramatique elle renvoie uvre spcifique qui met en scne un hros aux prises avec la fatalit et qui se termine par sa mort Le registre tragique se caractrise par lemploi dun lexique noble et solennel souvent en rapport avec le destin dun vocabulaire moral qui exprime la fois limpuissance et la rvolte dun lexique relatif au malheur et la souffrance de phrases interrogatives et exclamatives dapostrophes O tombeau O lit nuptial O ma demeure souterraine 80 - Massacre

235 EXERCICES Relve dans les textes suivants les lments relevant du registre tragique A- Le village de Studzianka avait t entirement dpec partag transport des hauteurs dans la plaine Ses misres et ses dangers souriaient des gens qui ne voyaient devant eux que les pouvantables dserts de Russie Enfin ctait un vaste hpital qui net pas vingt heures dexistence Ctait comme un orage dont la foudre tait ddaigne par tout le monde parce quelle devait natteindre a et l que des mourants des malades ou des morts peut-tre Les traneurs arrivaient par groupes Ces espces de cadavres ambulants se divisaient aussitt et allaient mendier une place de foyer en foyer Ils ne donnaient le nom de mal qu la faim la soif au froid Honor de Balzac Adieu 1830 extrait B- Cest bien en prouver assez que davoir faire cette demande Fatal effet dune prsomptueuse confiance pourquoi nai-je pas redout plus tt ce penchant que jai senti natre Pourquoi me suis-je flattes de pouvoir mon gr le matriser ou le vaincre Insense je connaissais bien peu lamour Ah si je lavais combattu avec plus de soin peut-tre et-il pris moins dempire 81 peut-tre alors ce dpart net pas t ncessaire ou mme en se soumettant ce parti douloureux jaurais pu ne pas rompre entirement une liaison quil et suffit de rendre moins frquente Mais tout perdre la fois et pour jamais O mon amie Mais quoi mme en vous crivant je mgare encore dans des vux criminels Adieu ma respectable amie aimez-moi comme votre fille adoptez-moi pour elle et soyez sre que malgr ma faiblesse jaimerais mieux mourir que de me rendre indigne de votre choix Choderlos de Laclos Les Liaisons dangereuses Extrait de la lettre CII LHYPERBOLE OBSERVATION Rapide comme lclair El Guerrouj dpassait lun aprs lautre ses concurrents qui ne pouvaient plus maintenir la cadence Encourag par les ovations dun public en dlire il volait une vitesse vertigineuse vers la ligne darrive Pari tenu Le champion marocain a enfin ralis lexploit dont il avait toujours rv deux mdailles olympiques qui sajoutent son glorieux palmars DECOUVERTE 1-Relve dans le texte les expressions qui soulignent la rapidit dEl Guerrouj 2- Explique comment ces expressions amplifient exagrent cette rapidit A RETENIR expressions exagrs lhyperbole use aussi de superlatifs et dimages grandioses Dans ses yeux il y a tant de soleil que quand elle me regarde je bronze Renaud Schan 81 - Importance

236 EXERCICES 1- Relve les hyperboles dans les exemples suivants a- Tout le monde na dyeux que pour elle Elle brille de mille feux dans sa nouvelle robe b- Allons boire quelque chose Je meurs de soif c- Je suis dsol je ne peux pas aller avec vous au stade Jai trois tonnes de boulot faire d- Il a obtenu des rsultats catastrophiques Il va se faire tuer par sa mre en rentrant e- Ne manquez pas ce film Cest le plu s grand exploit cinmatographique de tous les temps f- Ctait un spectacle affreux Les victimes du massacre flottaient dans une mer de sang g- Le vent soufflait comme cent mille diable cassant les branches et arrachant les arbustes 2- En tinspirant des exemples tudis construis quatre phrases dans lesquelles tu utilises lhyperbole en variant les procds voir rubrique A retenir LE CHIASME OBSERVATION 1- On mange pour vivre on ne vit pas pour manger 2- On aime encore quand on hait on hait encore quand on aime La Rochefoucault DECOUVERTE 1- De combien de propositions se composent les phrases 1 et 2 Dlimite-les 2-Quelle remarque peut-on faire sur les mots de ces deux phrases 3- De quelle manire sont-ils disposs A RETENIR Le chiasme est une figure de style qui consiste placer en ordre inverse les lments de deux groupes de mots identiques A On mange B pour vivre B On ne vit pas A pour manger EXERCICES 1- Reproduis le schma suivant pour chaque exemple et complte-le A B B A

237 a- Vous me parlez de sa rare candeur oh oui la candeur de Valmont doit tre en effet trs rare Laclos Les Liaisons dangereuses Lettre IX b- Lapplication trop exacte du Vrai nuit la Beaut et la proccupation e la Beaut empche le Vrai Flaubert Bouvard et Pcuchet c- Pour lui cest toujours blanc bonnet et bonnet blanc d- Riche en dfauts en qualits trs pauvre e- Brave comme un lion chez lui doux comme un mouton dehors f- En haut naissait un fils en bas mourait un pre 2- Construis trois chiasmes en tinspirant des exemples tudis LANAPHORE OBSERVATION Camille exalte sadresse son frre Horace Rome lunique objet de mon ressentiment Rome qui vient ton bras dimmoler mon amant Rome qui ta vu natre et ton cur adore Rome enfin que je hais parce quelle thonores Corneille Horace DECOUVERTE 1- Quelle remarque peut-on faire sur les quatre vers ci-dessus 2- Quelle sentiment se dgage de la rptition du mme mot au dbut des vers A RETENIR Lanaphore est la rptition dun mme mot la mme place au dbut en gnral dans plusieurs phrases successives Cette rptition peut exprimer diffrents effets comme lexaltation du locuteur dans un discours oral dune ide insistante ou une monotonie EXERCICES 1- Repre les anaphores dans les textes suivants et prcise les ides quelles expriment a- Mon pre au nom de tous les Saints et de la Vierge au nom du Christ qui est mort sur la croix au nom de votre salut ternel mon pre au nom de ma vie ne touchez pas ceci Balzac Eugnie Grandet b-Comme vous tes loin paradis parfums O sous un clair azur tout nest quamour et joie O dans la volupt pure le cur se noie Comme vous tes loin paradis parfums Baudelaire Maestra et Errabunda Les Fleurs du mal c- Sire mon pre est mort mes yeux ont vu son sang Ce sang qui tant de fois garantit vos murailles

238 Ce sang qui tant de fois vos gagna des batailles Ce sang qui tout sorti fume encore de courroux Corneille Le Cid acte II scne 8 2- Rdige un texte publicitaire destin aux touristes trangers dans lequel tu utilises Le Maroc comme anaphore Exemple Venez nombreux visiter le Maroc Le Maroc terre de lhospitalit LA GRADATION OBSERVATION Pierre marchait au milieu de ces gens plus perdu plus spar deux plus isol plus noy dans sa pense torturante que si on lavait jet la mer du pont dun navire cent lieues au large Il les frlait entendant sans couter les hommes parler aux femmes et les femmes sourire aux hommes Guy de Maupassant Pierre et Jean 1888 DECOUVERTE 1- Comment Pierre se sent-il au milieu des gens 2- Les termes qui soulignent lisolement de Pierre sont-ils prsents dans un sens qui monte ou qui descend Explique comment A RETENIR La gradation consiste prsenter une succession de mots ou dide dans un ordre croissant qui va du mot le plus faible au plus fort gradation ascendante ou dcroissant qui va du mot le plus fort au plus faible gradation descendante EXERCICES 1- Classe les termes suivants pour former des gradations selon les indications donnes a- regarder admirer apercevoir gradation ascendante b- an jour sicle mois gradation descendante c- intelligent gnie dou gradation descendante d- excellent mdiocre passable assez bien gradation ascendante e- poids moyen poids lger poids lourd poids mi-moyen gradation ascendante 2- Repre les gradations dans les exemples suivants et prcise si elles sont ascendantes ou descendantes a- Vous voulez quun roi meure et pour son chtiment Vous ne donnez quun jour quune heure quun moment Racine Andromaque b- Accabl des malheurs o le destin me range Je vais les dplorer va cours vole et nous venge Corneille Le Cid

239 c- Je suis perdu je suis assassin on ma coup la gorge Cen est fait je nen puis plus je meurs je suis mort je suis enterr Molire LAvare d- Il tait douteux et inquiet Un souffle une ombre un rien tout lui donnait la fivre La Fontaine Le livre et les grenouilles e- Sois satisfait des fleurs des fruits mme des feuilles Edmond Rostand Cyrano de Bergerac LOXYMORE OBSERVATION Un soleil noir dardait ses rayons ternes sur la campagne dserte Un vague murmure provenant des hauteurs sapprochait lentement sincrustait dans le bois et gagnait toute la valle Puis tout dun coup un silence assourdissant enveloppa le paysage dont la dprimante grisaille samplifiait au fil des heures DECOUVERTE 1- Observe les exemples en rouge et prcise le rapport de sens existant entre les deux mots qui les composent synonymes contraires parasynonymes 2- Rcris le texte en remplaant les adjectifs noir et ternes par des termes qui marchent mieux avec les noms quils qualifient 3- Quel impression lassociation de deux mots contraires produit-elle dans le texte A RETENIR Loxymore du grec oxus aigu et mros fou appel aussi oxymoron et alliance de mots rapproche deux lments qui paraissent se contredire Dans soleil noir soleil source de lumire et noir obscurit sopposent et crent un effet potique Cette rencontre des deux contraires engendre un sens nouveau quil faut expliciter en contexte EXERCICES 1- Repre les oxymores dans les exemples suivants et explique en quoi ils consistent a- La vieille femme enfila les nouveau vieux vtements et sallongea dans un coin face au levant b- Il a rprimand son enfant avec une douce violence c- Cette boisson a un arrire got aigre-doux d- Des souvenirs doux-amers refluaient dans sa tte mus par une lancinante nostalgie e- Je sais que cest la coutume Dadorer ces nains gants Victor Hugo f- Cette obscure clart qui tombe des toiles Pierre Corneille 2- Remplis les vides par les lments qui conviennent pour former des oxymores petit- lentement - le paradis - laideur a- Sa belle avait quelque chose dnigmatique b- Ils se htent encombrs de bagages c- Ce grand homme a marqu lhistoire de son poque d- Aprs des jours de drive ils accostrent enfin dans infernal

240 LA PERSONNIFICATION OBSERVATION Il faisait un temps terrible dehors Le vent frappait violemment la porte et tentait de sintroduire lintrieur comme un voleur La cabane secoue par les rafales hurlantes gmissait au milieu de la plaine qui stendait perte de vue dans lenfer blanc Une paisse obscurit drapait le logis de fortune seule une bougie moiti consume pleurait tristement dans un coin au milieu dun dbordement de cire DECOUVERTE 1- Par quels moyens linguistiques lauteur donne-t-il vie au vent la cabane et la bougie 2- A quoi compare-t-il donc ces trois lments 3- Lesquels des trois exemples en rouge dsignent une attitude humaine Lesquels dsignent des sentiments A RETENIR La personnification consiste faire dun objet inanim ou dune ide abstraite un tre rel et physique dou de sentiment et de vie exactement comme une personne Le Maroc vous tend les bras et vos ouvre son cur EXERCICES 1- Repre la personnification dans les exemples suivants et explique en quoi elle consiste a- La libert lpe la main guide le peuple dans son combat contre loccupant b- Une petite rivire chante joyeusement au pied de la montagne c- Les jours crivaient sa triste odysse dans le livre du temps d- Ma patrie mappelle Il faut que jy aille e- La vieillesse dforme son visage avec son implacable pinceau f- Le chagrin monte en croupe sur les ailes du temps g- La sagesse me montrera le chemin de la vertu h- Les fleurs se demandent pourquoi on les laisse manquer deau 2- En tinspirant des exemples tudis rdige un petit texte dans lequel tu personnifie un objet ou une ide de ton choix LA METONYMIE OBSERVATION 1- Aprs avoir visit la place de la Concorde Jules et Christophe sont alls boire un verre au Chat noir 2- Le dernier Sefrioui est magnifique Je lai lu deux fois 3- Jai soif Je prendrai volontiers un Sidi Harazem

241 DECOUVERTE 1- Dans les trois exemples en rouge il y a des informations qui manquent Quelles sont-elles - boire un verre de - Le dernier Sefrioui - Sidi Harazem 2- Relie laide dune flche les lments de la liste A ceux qui leur correspondent dans la liste B A B Boire un verre Le produit est dsign par son lieu dorigine Le dernier Sefrioui Le contenu est dsign par le contenant Un Sidi Harazem Le produit est dsign par le producteur A RETENIR La mtonymie consiste remplacer un mot par un autre sachant bien que ces deux mots dsignent des ralits lies par un rapport logique Parmi les mtonymies les plus usites on peut citer - la mtonymie du contenu par le contenant boire un verre sous entendu un verre de vin dalcool - la mtonymie de luvre par lauteur exemple 2 ou du produit par le producteur La nouvelle Renault sera commercialise le mois prochain la nouvelle voiture Renault - la mtonymie du produit par le lieu Boire un Sidi Harazem Boire leau qui vient de la ville de Sidi Harazem - la mtonymie de lobjet par la matire Croiser le fer le fer dsigne lpe - la mtonymie de la personne par lobjet dont elle se sert Cest une excellente clarinette Cest un bon joueur de clarinette - La mtonymie de la cause par le rsultat Il tait la terreur des lieux Il sagit dune personne qui causait la terreur dans les lieux EXERCICES 1- Relie laide dune flche les mtonymies de la liste A aux explications qui leur correspondent dans la liste B Prcise ensuite le point commun entre ces mtonymies A B Une fine lame Une excellente plume Un savant pinceau Un bon fusil Un bon chasseur Un peintre habile Un bon crivain Quelquun qui manie bien lpe 2- De quel type de mtonymie sagit-il dans les exemples suivants voir Rubrique A RETENIR a- Le Bordeaux quils ont bu chez lambassadeur de France date de 1968 b- Jai un magnifique Virgile Je te le prte volontiers si tu veux le lire c- Le nouveau Nokia ralise des ventes extraordinaires partout dans le monde

242 d- Les touristes ont pris un pot Tichka avant de reprendre leur route vers Ouarzazate e- Lexamen cest son unique obsession f- On sert dexcellentes fritures dans ce restaurant g- Il porte un superbe cuir AUTRES FIGURES DE STYLE I- FIGURES DE PENSEE La priphrase elle voque une chose sans la nommer directement La grande faucheuse pour dsigner la mort par exemple Lantithse elle runit dans un mme nonc deux termes opposs Le riche et lindigent limprudent et le sage Sujets mme loi subissent mme sort Lantiphrase elle consiste exprimer de manire ironique le contraire de ce quon veut dire Cest du joli pour cest mauvais La litote elle permet de dire moins pour entendre plus Je ne te hais point pour Je taime Leuphmisme cette figure dattnuation adoucit une vrit dsagrable Malentendant pour sourd par exemple II- FIGURES DE CONSTRUCTION Et pleurs du vieillard il grava sur leur tombe La Fontaine Normalement le sujet de la principale devrait tre au pluriel Et pleurs du vieillards ils Le paralllisme Il dispose les lments dune phrase selon une structure binaire compose de deux units Certains rescaps grelottaient de froid dautres tremblaient de peur Laccumulation elle ajoute ple-mle des parasynonymes dans le but daccentuer un sentiment ou une description pour les rendre plus saisissants Le malheureux bless gisait par terre Son corps tait bris disloqu rompu La parataxe Cest un procd syntaxique qui juxtapose des phrases sans expliciter le rapport entre la principale et la subordonne par un mot prcis Il ira loin dans la vie il est trs dou La parataxe soppose lhypotaxe qui maintient les outils de subordination Il ira loin dans la vie parce quil est trs dou QUELQUES NOTIONS A CONNAITRE Anagramme mot obtenu par transposition des lettres dun autre mot Marie aimer - parole la prose Antonomase emploi dun nom commun ou dune priphrase la place dun nom commun ou inversement Harpagon pour avare la Dame de fer pour Mme Thatcher Aphrse chute dun son ou dune syllabe au dbut dun mot Bus pour autobus Apocope chute dun son ou dune syllabe la fin dun mot Math pour mathmatique prof pour professeur

243 Archasme mot ancien tournure vieille quon utilise alors quils ne sont pas en usage moult est un archasme qui signifie beaucoup trs Cacologie locution ou construction fautive Un pauvre homme nus pieds les pieds nus est plus correct erre dans la rue Catachrse figure qui consiste dtourner un mot de son sens propre Il est assis cheval sur un mur Contrepterie inversion de lettres ou de syllabes dun ensemble de mots choisis afin que lassembla ait un sens amusant ou comique Femme folle la messe Rabelais pour Femme molle la fesse Corollaire proposition drivant immdiatement dune autre Il se lana courageusement se rappelant la formule trs connue Lhome propose et Dieu dispose ainsi son initiative ne pouvait avoir de cons- quences prvisibles Jacques Gatory LAurore Eponyme qui donne son nom quelquun quelque chose Athna est la desse ponyme dAthnes Gallicisme construction ou emploi propre la langue franaise A la bonne heure est un gallicisme de vocabulaire sen donner cur joie est un gallicisme de construction Homophone qui se prononce de la mme faon Hre et air sont deux homophones Hypallage figure qui consiste attribuer certains mots dune phrase ce qui convient dautres mots de la mme phrase Lusurier est assis derrire son comptoir avide Palindrome mot ou groupe de mots qui peut se lire indiffremment de gauche droite et de droite gauche Eve ressasser lu par cette crapule Paronomase figure qui consiste rapprocher des paronymes dans une phrase Qui sexcuse saccuse Paronyme se dit de mots presque homonymes cest--dire de prononciation identique Infecter infester collision collusion Plonasme rptition par souci dinsistance soit par ngligence Descendre en bas monter en haut Solcisme emploi grammatical fautif de formes par ailleurs existantes dans la langue Je suis t Syllepse accord selon le sens et non selon les rgles grammaticales Syllepse de nombre Minuit sonnrent syllepse de genre Cest la sentinelle qui le premier sinquite Perrault Tautologie faon de dfinir une chose par la chose-mme La statue questre de Louis XIV cheval

244 ACTIVITES ORALES ET TRAVAUX ENCADRES SUJETS DE RECHERCHE ET DEXPOSES 1- Vie et uvre de Jean Anouilh 2- La France entre 1940 et 1945 3- La tragdie 4- La tragdie dans le thtre du XXme sicle 5- Comparaison entre Antigone de Sophocle et Antigone dAnouilh dans des extraits choisis 6- Les thmes traits dans Antigone lenfance le bonheur le pouvoir la mort la politique DEBAT DISCUSSION 1- Antigone est-elle une jeune fille hroque ou suicidaire 2- Le rle de la femme dans Antigone Antigone Ismne la nourrice Eurydice AUTRES ACTIVITES 1- Dramatisation de scnes choisies 2- Compte rendu dune scne puise dans une uvre tragique classique ou moderne 3- Donner son opinion sur les personnages de la pice 4- Analyse dimages tragiques les enfants soldats la guerre on peut choisir dautres supports et constituer des dossiers sur dautres tragdies du monde moderne la drogue la criminalit

245 Fresque antique reprsentant un duel Mort dEtocle et de Polynice

246 PRODUCTION ECRITE ELABORER UNE FICHE DE LECTURE Aprs avoir reproduit cette fiche sur ton cahier complte-la en te servant des informations dont tu dispose sur Antigone Titre de luvre Genre de luvre Maison ddition Date de publication Nom de lauteur Date de naissance et de dcs de lauteur Nationalit de lauteur Personnages principaux - - - - Personnages secondaires - - - Thmes traits Rsum de la pice

247 ECRIRE UN DIALOGUE AVEC DES DIDASCALIES Dans cette scne il sagit dun inspecteur de police qui mne une enqute propos dun meurtre Il sapprte interroger un tmoin Imagine le dialogue qui se droule entre les deux personnages en veillant insrer des didascalies pour diriger leur jeu Exemple Linspecteur de police sort un calepin et un crayon et sapproche du tmoin LINSPECTEUR- Votre carte didentit sil vous plat LE TEMOIN sort son portefeuille prend la carte et la tend linspecteur- Tenez monsieur ECRIRE UN MONOLOGUE Antigone regrette davoir dfi la loi de Cron Imagine un monologue dans lequel tu la fais parler Commence ton texte par Cron avait raison SUJET DIMAGINATION Cron veut sauver Antigone tout prix Il demande au Chur de laider Imagine le dialogue qui se droule entre les deux personnages SUJET DE REFLEXION La tragdie est souvent compare une machine infernale qui dtruit tout le monde sur son passage surtout ceux qui provoquent le destin Explique cette ide en te basant sur des exemples prcis tirs dAntigone de Jean Anouilh RESUMER UN TEXTE Rsume la tirade du Chur pp 53-54-55 Voici quelques indications pour taider faire cet exercice 1- Prcise les deux genres thtraux dont parle le cur 2- Cite les principales caractristiques de chacun deux sans entrer dans les exemples et les dtails

248 ECRIRE A PARTIR DUNE IMAGE 1- Observe bien ce support puis dcris-le Rserve le dernier paragraphe de ton texte ton opinion personnelle sur le thme soulev par cette photographie Traduction en franais Non la guerre PAIX 2- Mme consigne que lexercice 1

249 P O E S I E LA POESIE EPIQUE Ladjectif pique drive du mot pope qui dsigne un rcit potique daventures hroques librement inspir dvnements historiques lgendaires La posie pique met en scne des faits historiques religieux ou sociaux et transforme la ralit laide dimages frappantes exprime par les figures de style en particulier telles que la comparaison a mtaphore lallgorie et la personnification Elle amplifie les actions dcrites et leur donne une signification symbolique tout en insrant une dimension merveilleuse voire surnaturelle dans le texte LA DEROUTE Le soir tombait la lutte tait ardente et noire Il82 avait loffensive et presque la victoire Il tenait Wellington83 accul sur un bois Soudain joyeux il dit Grouchy84 - Ctait Bltcher 85 Lespoir changea de camp le combat changea dme Puis pas lents musique en tte sans fureur Tranquille souriant la mitraille anglaise La garde impriale entra dans la fournaise Hlas Napolon sur sa garde pench Regardait et sitt quils avaient dbouch Sous les ombres canons crachant des jets de soufre Voyait lun aprs lautre en cet horrible gouffre Fondre ces rgiments de granit et dacier Comme fond une cire au souffle dun brasier Ils allaient larme au bras front haut graves stoques86 Pas un ne recula Dormez morts hroques Le reste de larme hsitait sur leurs corps Et regardait mourir la garde- cest alors Qulevant tout coup sa voix dsespre Napolon Bonaparte La droute gante la face effare Napolon Bonaparte Qui ple pouvantant les plus fiers bataillons Changeant subitement les drapeaux en haillons A de certains moments spectre fait de fumes Se lve grandissante au milieu des armes 82 - Napolon Bonaparte 83 - Marchal de France 84 - Gnral anglais 85 - Gnral prussien 86 - Qui supportent la souffrance

250 La droute apparut au soldat qui smeut Et se tordant les bras cria sauve qui peut Sauve qui peut affront horreur - toutes les bouches Criaient travers champs fous perdus farouches Parmi les lourds caissons et les fourgons poudreux Jetant shakos87 manteaux fusils jetant les aigles Sous les sabres prussiens ces vtrans88 deuil Tremblaient hurlaient pleuraient couraient Victor Hugo Les Chtiments LExpiation La bataille de Waterloo 87 - Coiffures militaires portes par les soldats de Napolon 88 - Soldats expriments

251 AXES DE LECTURE Le pote dcrit la dfaite de Napolon Bonaparte Waterloo en 1815 Tout en restant profondment ancr dans la ralit historique il use de diffrents procds pour transformer les scnes dcrites en spectacle grandiose digne dune pope antique I- Le spectacle de la dmesure Victor Hugo ne se contente pas de raconter un rcit vnementiel de manire objective comme ferait un historien Il utilise divers moyens linguistiques et rhtoriques pour transformer les faits en spectacle dont la principale caractristique est la dmesure Les indications temporelles soudain v4 - cest alors quev18 le rythme des vers les verbes de mouvements changea v 5 -entra v 8- allaient v 15 ainsi que dautres procds narratifs contribuent tous la mise en c valeur de la mme ide la violence de laction Le pome comme lindique son titre dont le sens est amplifi par la majuscule dans le texte original La Droute dcrit une action collective marque par la prcipitation et le dsordre Pour rapprocher cette image de dbandade du lecteur Victor Hugo insre de nombreuses notations visuelles notamment les adjectifs de couleur noirv1 et sonores hurlaientv32des termes comme fournaise v 8 soufre v 11 brasier v 14 fume v23 plonge laction dans un monde infernal domin par le fer et le sang II- La transfiguration de la ralit Les indices ralistes voqus par lallusion un fait historique la bataille de Waterloo en loccurrence se transforment en lments piques grce aux figures de rhtorique utilises par le pote telles que - La comparaison comme fond une cire au souffle dun brasier - La mtaphore le champ de bataille devient fournaise v8 puis gouffre v12 -La personnification canons crachant des jets de soufre v11 - Lallgorie La droute devient une gante la face effare v20 un spectre de fumes v23 III- Lmotion du pote Le spectacle de la dmesure essentiellement difi sur lamplification de la ralit suscite une foule dmotions chez le pote Celui-ci ne se contente pas de rapporter la chronologie de la bataille mais il simplique directement dans son rcit comme en tmoignent les nombreuses exclamations qui maillent le pome - Ctait Blcher v4 - Hlas v9 -Dormez morts hroques v16 - Sauve qui peut v26 - Affront horreurv27 - deuil v31 La dimension pique repose en grand partie sur ces indices Le pome tut entier revt alors un caractre symbolique les soldats de larme impriale dchue sont s dcrits comme lemblme de la bravoure et du dvouement

252 LA MORT DHIPPLOYTE Thramne le gouverneur dHippolyte fait le rcit de la mort de ce dernier qui a t chass par son pre Thse THERAMENE - A peine nous sortions des portes de Trznze Il tait sur son char ses gardes affligs Imitaient son silence autour de lui rangs Ils suivaient tout pensif le chemin de Mycnes Sa main sur ces chevaux laissait flotter les rnes Ses superbes coursiers quon voyait autrefois Pleins dune ardeur si noble obir sa voix Lil morne maintenant et la tte baisse Semblaient se conformer sa triste pense Un effroyable cri sorti du fond des flots Des airs en ce moment a troubl le repos Et du sein de la terre une voix formidable Rpond en gmissant ce cri redoutable Jusquau fond de nos curs notre sang sest glac Des coursiers attentifs le crin sest hriss Cependant sur le dos de la plaine liquide Slve gros bouillons une montagne humide Londe approche se brise et vomit nos yeux Parmi des flots dcume un monstre furieux Son front large est arm de cornes menaantes Tout son corps est couvert dcailles jaunissantes Indomptable taureau dragon imptueux Sa croupe se recourbe en replis tortueux Ses longs mugissements font trembler le rivage La Mort dHippolyte gravure franaise J y cours en soupirant et sa garde me suit De son gnreux sang la trace nous conduit Les rochers en sont teints les ronces dgouttantes Portent de ses cheveux les dpouilles sanglantes Jarrive je lappelle et me tendant la main Il ouvre un il mourant quil referme soudain Le ciel dit-il marrache une innocente vie Prends soin aprs ma mort de la triste Aricie Cher ami si mon pre un jour dsabus Plaint le malheur dun fils faussement accus Pour apaiser mon sang et mon ombre captive Quil lui rende A ces mots ce hros expir Na laiss dans mes bras quun corps dfigur Triste objet o des dieux triomphe la colre Et que mconnatrait lil mme de son pre Jean Racine Phdre acte V scne 6

253 LA CHANSON DE ROLLAND En 778larrire-garde de larme de Charlemagne est compltement dcime dans les Pyrnes La chanson de Rolland compose trois sicles plus tard imagine lappel daide de Roland et son dsespoir Le roi dclare Jentends le cor de Roland Il ne laurait jamais sonn sil navait pas eu se battre Ganlon rpond Pas du tout il n y a pas de bataille Vous tes bien vieux votre chef est fleuri et blanc Par de tels mots vous ressemblez un enfant Vous connaissez fort bien le grand orgueil de Roland On est surpris que Dieu le tolre si longtemps Dj il prit Noples sans votre ordre Les sarrasins de la ville firent une sortie Livrrent bataille au bon vassal Roland Il fit laver alors les prs avec de leau Pour que leur sang rpandu ne vt pas Pour un seul livre il sonne le cor longueur de journe En ce moment il fait de leffet devant ses pairs Personne au monde noserait engager le combat avec lui Chevauchez donc Pourquoi vous arrter Elle est bien loin devant nous la Terre des Aeux Le comte Roland a la bouche sanglante De son cerveau la tempe est rompu Avec douleur et peine il sonne lolifant Charles lentendit et ses Franais lcoutent Le roi dclare ce cor a longue haleine Un chevalier y met toutes ses forces rpond le duc Naimes A mon avis il est en train de se battre Et celui-l la trahi qui vous demande de ne rien y faire Armez-vous donc poussez votre cri de guerre Et secourez vos nobles et proches vassaux Vous entendez bien que Roland se lamente La Chanson de Roland laisses 134 et 135 Traductrion de I Short Ed Le Livre de Poche

254 BIBLIOGRAPHIE Sur Victor Hugo GuilleminH Victor Hugo par lui-mme1951 GreghF Victor Hugo1954 Sur le journal intime BarrreJB Journal intime 1830-1848 GuilLeminH Carnets intimes1953 Sur la littrature maghrbine DjeuxJ Littrature maghrbine dexpression franaise Naam rdition1978 Sur Ahmed Sefrioui MouzouniL Rception critique dAhmed Sefrioui Afrique Orient 1984 Sur la science-fiction Bennac H Guide des ides littraires Hachette 1988 article science-fiction Sur Anouilh et Antigone GrimalP Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine PUF1963 GnesterP Jean Anouilh Thtre de tous les temps Seghers1969 MalachyT Jean Anouilh les problmes de lexistence dans un thtre de marionnettes Nizet1978 SteinerG Les Antigones traduit par Philippe Blanchard Gallimard1986 VierJ Le Thtre de Jean Anouilh CDU et SEDES1976

255 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 MODULE I ETUDE DUNE AUTOBIOGRAPHIE LA BOITE A MERVEILLES AHMED SEFRIOUI 4 Vie et uvre de lauteur Repres littraires et historiques Indications sur le genre Prsentation de luvre ETUDE DE TEXTE CHAPITRE PAR CHAPITRE LANGUE - Lnonciation - La phrase complexe - Le discours indirect libre - Le champ lexical ACTIVITES ORALES TRAVAUX ENCADRES - Sujets de recherche et dexposs - Dbat - Autres activits PRODUCTION ECRITE - Elaborer une fiche de lecture - Rdiger un texte autobiographique - Ecrie pour tmoigner - Rdiger une page de journal intime - Comparer diffrents textes autobiographiques POSIE POESIE LYRIQUE 5 5 5 7 8 10 38 38 40 41 42 43 43 44 45 45 46 46 47 48 MODULE II ETUDE DUN ROMAN DE SCIENCE-FICTION LA PLANETE DES SINGES P BOULLE 51 Vie et uvre de lauteur Repres littraires et historiques Indications sur le genre Prsentation de luvre ETUDE DE TEXTE CHAPITRE PAR CHAPITRE LANGUE - La comparaison - La mtaphore - La nominalisation - Lexpression des sentiments - Le vocabulaire du fantastique - Le vocabulaire de lespace - Lnonciation et la subjectivit - Les registres comique ironique lyrique laudatif pjoratif ACTIVITES ORALES TRAVAUX ENCADRES - Sujets de recherche et dexposs - Autres activits PRODUCTION ECRITE - Elaborer une fiche de lecture - Rcrire un rcit de science-fiction - Varier les possibles narratifs - Rdiger un rcit imaginaire partir de faits rels - Faire le compte rendu dun film ou dun rcit de science-fiction POSIE POESIE SURREALISTE 52 53 54 54 59 100 101 102 104 105 106 108 109 117 117 118 119 120 120 121 122

256 MODULE III ETUDE DUN ROMAN A THESE LE DERNIER JOUR DUN CONDAMNE HUGO 125 Vie et uvre de lauteur Le roman au XIX me sicle Quelques faits marquants La naissance de luvre de luvre Prsentation du roman ETUDE DE TEXTE CHAPITRE PAR CHAPITRE LANGUE - La phrase complexe les subordonnes compltive circonstancielles relative interrogatives indirectes infinitives participiales - Les niveaux de langue - Les registres polmique pathtique satirique - Les procds linguistiques de largumentation ACTIVITES ORALES TRAVAUX ENCADRES - Sujets de recherche et dexposs - Dbat - Autres activits PRODUCTION ECRITE - Elaborer une fiche de lecture - Rcriture - Alterner narration et description - Produire un portrait - Produire un texte argumentatif - Compte rendu dun texte argumentatif - Produire un dialogue contenant une argumentation - Produire un monologue intrieur contenant une argumentation - Produire un plaidoyer - Produire un rquisitoire POSIE POESIE ENGAGEE 126 127 127 128 130 169 169 170 178 180 184 186 186 186 190 190 191 192 194 194 195 195 196 197 198 MODULE IV ETUDE DUNE TRAGEDIE MODERNE ANTIGONE ANOUILH 202 Vie et uvre de lauteur Repres ETUDE DE TEXTE SCENE PAR SCENE LANGUE - Le lexique du thtre - La double nonciation - Le registre tragique - Lhyperbole Le chiasme Lanaphore La gradation loxymore la personnification la mtonymie - Autres figures de style ACTIVITES ORALES TRAVAUX ENCADRES - Sujets de recherche et dexposs - Dbat Discussion - Autres activits PRODUCTION ECRITE - Elaborer une fiche de lecture - Ecrire un dialogue avec didascalies - Ecrire un monologue sujet dimagination sujet de rflexion rsum de texte - Ecrire partir dune image POSIE POESIE EPIQUE 203 204 212 230 230 233 234 242 244 244 244 244 246 246 247 247 248 249

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق


جميع الحقوق محفوظة ccna.ma ©2012-2014 | جميع المواد الواردة في هذا الموقع حقوقها محفوظة لدى ناشريها ، نقل بدون تصريح ممنوع . Privacy-Policy| اتفاقية الاستخدام|تصميم : ألوان بلوجر