سجل ايميلك هنا ليصلك جديد الموقع بالمجان على ايميلك و بسرعة البرق

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

الخميس، 3 ديسمبر، 2015

expressions écrites: 36 sujets


Sujets d'expression écrite 1bac 

 

expressions écrites: 36 sujets


Sujets d'expression écrite





A RETENIR:



Dans le cas des sujets qui sont formulés sous forme de questions nous demandant notre point de vue (Que pensez- vous de...?/ Etes-vous d'accord avec...?/ Partagez-vous la position de...?/ Etc, il ne faut jamais commencer par répondre: Je suis d'accord avec.../ Je pense que.../ Je suis contre..., etc. Il est obligatoire de procéder à l'analyse des différents aspects du problème, d'exposer les multiples points de vue avant d'exprimer votre propre opinion. Par ailleurs, il ne faut jamais omettre d'introduire la rédaction et de la conclure.



Exemple:

Faut-il à votre, à votre avis, accorder une grande liberté aux jeunes, ou au contraire doit-on la limiter?



Introduction

(Annoncer le plan)

Certains disent qu'il faut accorder une grande liberté aux jeunes; d'autres soutiennent le contraire.

Développement

1ère partie: Accorder plus de liberté:

- L'homme est né libre; c'est un droit que reconnaissent les religions, les constitutions, les différentes cultures.

- Un individu dont on limite la liberté serait semblable à un esclave.

- La liberté est une condition de l'épanouissement de l'individu.

- La liberté permet au jeune d'apprendre lui-même, d'être autonome et responsable.

- Priver un enfant de liberté, ou la réduire, c'est en faire un citoyen lâche et peureux.

- La liberté est une condition nécessaire de la créativité.

2ème partie: Limiter la liberté:

- Il faut protéger les jeunes car ils ne sont pas assez mûrs.

- Les dangers qui menacent les jeunes sont de plus en plus nombreux.

- Une grande liberté peut conduire le jeune à s'adonner à la drogue, au tabagisme, à la prostitution...

- Parfois, on fait un mauvais usage de la liberté.

- La liberté débridée conduirait à la négligence des devoirs scolaires, familiaux, sociaux...

- Chaque société pose des limites d'ordre moral, religieux et social à la liberté de l'individu.

- Il n' y a pas de liberté absolue.

- Un grande liberté peut entraîner l'anarchie.

3ème partie: Point de vue personnel

A mon avis, il est utile d'accorder une grande liberté aux jeunes. Cependant, il faut leur faire comprendre qu'il y a une différence entre la liberté et l'anarchie. Ils doivent savoir qu'il n'y a pas une liberté absolue, mais une liberté conditionnée par la religion, la loi et les valeurs éthiques de la société.

Conclusion

Les partisans et les détracteurs avancent des arguments multiples. Mais, il faut doser la liberté.





________________________________________________



Sujet 1:

Faut-il ou non être curieux?





La curosité prend chez l'homme deux formes: curiosité intellectuelle et curiosité indiscrète.

La curiosité intellectuelle est une qualité:

- La curiosité intellectuelle est nécessaire pour savoir, comprendre.

- Le désir de découverte chez l'enfant est essentiel. L'enfant est naturellement curieux de tout ce qui l'entoure. Il a envie de connaitre et percer les secrets.

- Un manque de curiosité peut dénoter une timidité.

La curiosité indiscrère est un défaut:

- L'indiscrétion est une impolitesse. Aimerions-nous que les autres se mêlent de nos affaires?

- La curiosité quotidienne à l'égard de ce que font les gens est blâmable.

Elle peut avoir bien des causes: l'ennui, le plaisir de rapporter ce que l'on sait et que les autres ne savent pas, celui de médire, pour nuire ou pour satisfaire une envie dissimulée.

Il ne faut pas être curieux; il faut respecter la vie privée d'autrui.

La curiosité intellectuelle est une qualité qui mérite d'être cultivée.



_________________________________________________



Sujet 2:

Faut-il avoir ou non de l'ambition?





L'ambition est un désir ardent d'avoir quelque chose ou d'être quelqu'un. Elle est souvent associée à la recherche du pouvoir et de réussite sociale.

Celui qui a de l'ambition a le désir ardent de s'élever au-dessus de sa condition et d'atteindre à la supériorité dans le domaine qui est le sien. N'est-ce pas grâce à l'ambition que beaucoup d'efforts sont fournis, que beaucoup de réussites sont obtenues, que le monde progresse?

Mais, l'ambition peut être nuisible. N'est-elle pas responsable de beaucoup de vanités, de rivalités et des fureurs qui agitent le monde?

Il est bon d'êtrte ambitieux. Cependant, il faut souvent modérer ses désirs, les adapter aux possibilités.

_________________________________________________



Sujet 3:

La résignation est-elle une qualité ou un défaut?





La résignation est une attitude qui consiste à se soumettre, à accepter sans protester.

La résignation est une qualité:

- La résignation n'est pas une faiblesse ou une impuissance, mais

elle témoigne de la sagesse.

- Il faut préférer la résignation à la révolte.

- De la révolte naît le progrès.

la résignation est un défaut:

- Quand on se résigne, on accepte toujours d'obéir à une autorité, aux événements. On peut donc accepter des choses injustes ou contre lesquelles on pourrait agir d'avoir tort quand on a raison...On perd donc l'habitude d'avoir l'esprit critique, de lutter.

"Je n'y peux rien", "Le destin l'a voulu"...

- La résignation est synonyme de démission, de renoncement, donc de faiblesse.

- Il faut préférer la révolte à la résignation.

La résignation est donc un défaut.



__________________________________________________



Sujet 4:

L'optimisme aide-t-il à vivre?





L’optimisme désigne chez l’être humain un état d’esprit qui perçoit

le monde de manière positive. C'est une attitude qui consiste à

prendre les choses du bon côté.

Les optimistes bénéficient de certains avantages sur les gens qui ne le sont pas. Ils voient la vie du "bon côté" et minimisent les échecs, les malheurs. Ils sont moins atteints dans leur sensibilité et dans leur vitalité.

En cas de difficulté, ils peuvent mieux réagir et rester actifs. Pour

leur entourage, ils sont "sécurisants" (solidarité, sérénité, santé morale...).

Donc, l'optimisme aide à vivre.

___________________________________________________



Sujet 5:

Le travail est-il une servitude?





Le travail est une servitude. Il est parfois pénible, parfois peu rémunéré, parfois humiliant (être commandé, être peu considéré dans certains métiers), parfois sans attrait (métier non choisi), parfois ennuyeux (routine), parfois absorbant (peu de temps libre).

Le travail n'est pas une servitude. C'est un service; chacun profite

du travail de tous. Il libère d'autres soucis:le besoin, l'ennui, le vice.

Il apporte l'indépendance financière et la responsabilité. Il permet de gagner sa vie et celle de la famille.

Le travail n'est pas une servitude, mais c'est une nécessité vitale et sociale.

_______________________________________________



Sujet 6:

Le travail éloigne de nous le vice, l'ennui et le besoin. Qu'en pensez-vous?





De par sa nature, l'homme est un être actif, mais vulnérable, il est toujours disposé à faire n'importe quoi pour s'épargner du vice, de l'ennui et du besoin. Donc, le travail constitue en général son refuge. L'oisiveté accule à la fréquentation des lieux malsains. Là, il sera la cible de gens sans scrupules qui, pour lui soutirer de l'argent, vont lui faire miroiter des délices paradisiaques. Il vivra dans la débauche, la luxure. Il passera des nuits orgastiques. Le futur délinquant s'adonnera également au vol et au jeu. Beaucoup de nos camarades malchanceux dans leurs études n'ont pas échappé à cette tentation. Ils constituent cette classe de malfaiteurs et de parasites qui déstabilisent la société. Au bout de quelques années, ils sont exclus du corps social et deviennent des gens abrutis, des épaves.

Le travail nous préserve donc du vice, mais il constitue aussi un rempart contre un autre mal non moins nuisible, à savoir l'ennui. Faute d'occupation, l'homme s'ennuie, se réfugie dans l'anonymat en marge de la collectivité. Il devient apathique, irritable, susceptible. Il nourrit des complexes. On est dégoûté par tout ce qui nous environne. On épreuve une extrême lassitude morale et physique. Qui parmi nous pendant les grandes vacances

n'a pas éprouvé ce vide et la mélancolie et n'a pas souhaité retrouver l'école pour mettre fin à ce calvaire.

Si l'élève déploie aujourd'hui beaucoup d'efforts, c'est qu'il escompte vivre plus tard une vie décente.



_______________________________________________



Sujet 7:

Préférez-vous lire un roman ou voir un film?





Dans le roman, le lecteur a la possibilité de relire et il a le temps de

réfléchir. Mais, la lecture impose un effort d'attention soutenue. La

lecture exige du temps et de la patience.

Dans le film, le spectateur est frappé par les images, il est séduit par

la présence physique des personnages et il est entraîné par l'action.

Cependant, le rythme du film peut paraître trop rapide et ne laisse

en tout cas pas le temps à la réflexion.

_____________________________________________________

Sujet 8:

L'argent fait-il le bonheur?





L’argent est très important dans la vie. En effet, c’est grâce à lui qu’on pourra obtenir les choses dont on a envie. De plus, l’argent permet la réalisation d’un profond et authentique désir d’indépendance. En outre, c’est l’instrument de pouvoir, de puissance et un facteur de réussite sociale. Un homme riche est respecté et valorisé. Enfin, l’argent contribue au bien-être matériel. C’est ainsi qu’il permet de posséder une voiture, ou encore une maison, de se nourrir, de se vêtir, d’avoir les moyens d’acheter sans compter, de voyager beaucoup, et par là même, être heureux. L'argent est la clé magique qui ouvre toutes les portes.

Pour certains, il offre un grand pouvoir de séduction. Il permet à d'autres de se sentir rassurés. Ou bien encore, il incarne un symbole de liberté. Chacun entretient donc avec l'argent une relation particulière et y trouve son compte.

L'argent a une symbolique très puissante. Pour beaucoup, il est synonyme de puissance, de force, de plaisir. Il permet aussi à certains d'exercer un pouvoir sur les autres, dans le couple, en famille ou au sein de l'entreprise.

L'argent représente aussi la sécurité, la protection. Ceci est très significatif chez les personnes âgées : beaucoup ont tendance à amasser de l'argent, à le cacher. Elles érigent ainsi une sorte de rempart de protection contre la vieillesse, mais aussi contre la mort. Enfin, l'argent est source de plaisir.

L'argent peut faire le bonheur, mais à condition de le dépenser pour le bien d'autrui ou de bonnes causes. La finalité de l'argent est de contribuer au bonheur, lequel est inconcevable sans le service de Dieu, qui doit toujours conserver sa primauté absolue sur tout le reste. Ordonné au service de Dieu, l'argent est aussi ordonné au service des hommes, au service de tous les hommes et de leurs besoins. Or, l'argent, convertisseur universel des richesses, cesse de contribuer au bonheur personnel et social, lorsqu'il devient une fin en soi, lorsqu'il s'affirme comme source de pouvoir indépendante de toute règle morale.

Il faut admettre que l'argent facilite grandement la vie au sens pratique : cadeaux, petits plaisirs, sorties, vacances… Avoir de l'argent permet aussi de faire des études. Bref, il contribue à rendre la vie plus simple et à être heureux. Mais, le bonheur ne dépend pas uniquement de l’aspect matériel.

L’argent ne fait pas toujours le bonheur. Il ne peut être à lui seul porteur de bien-être et de joie. Beaucoup de gens sont riches, pourtant ils sont malheureux. L'argent est certes nécessaire à notre vie, mais pas au point de détenir la clé du bonheur. Il y a d'autres valeurs qui comptent dans la vie, par exemple l'amitié, l'amour, la famille et la santé. Ils peuvent procurer un bonheur véritable parce qu'on ne peut pas les acheter. On peut posséder tout ce que l'on veut et se sentir insatisfait et ressentir un manque.

En somme, l'argent nous permet de gagner notre vie, d’assouvir nos désirs, et d’assurer le confort. Mais à lui seul n'apporte pas le bonheur car beaucoup de gens fortunés sont malheureux.



_____________________________________________________



Sujet 9:

Préférez-vous vivre dans un immeuble ou dans une villa?





La vie en villa a ses avantages. Plus d'air, plus d'espace, plus d'éléments naturels. Mais, la vie en villa a ses inconvénients: coût d'achat et d'entretien élevés, insécurité, nécessité d'un personnel domestique.

La vie en immeubles a ses inconvénients. Les dimensions des appartements sont souvent réduites. Il y a présence de voisinage parfois pesant.

Elle a pourtant ses avantages: moins d'isolement, plus de sécurité, coût de location, d'entretien, en général, modérés, proximité des services (commerce, école...).

Si je dois choisir, j'opterai pour l'immeuble par raison car il est plus en rapport avec ma situation et mes moyens.

_______________________________________________



Sujet 10:

En vous rappelant votre enfance, dites comment vous aimeriez élever vos enfants plus tard?





Un jour, ma mère m'emmena ches des cousines pour mon anniversaire. Elle m'avait affublé d'un pantalon tout neuf alors que j'avais réclamé mon vieux "jean". Ce que je craignais arriva: je glissai d'un arbre où je m'étais perché, déchirant ce maudit pantalon. Triste bilan d'anniversaire: un pantalon déchiré, une fessée, les airs moqueurs des cousines, un retour précipité à la maison.

J'avais eu d'ailleurs un mouvement de révolte: "C'est ta faute, avais-je crié à ma mère! Et puis, ce n'est pas ton anniversaire, c'est le mien!"

Il me semble que les adultes sont égoïstes: ils veulent avant tout rechercher leur plaisir et par là gâchent souvent celui des enfants. C'est pourquoi, plus tard, je me promets d'écouter mes enfants.

Les enfants doivent vivre dans une atmosphère de paix, de joie, d'attention de compréhension et d'amour. La bonne éducation des enfants doit être le souci principal des parents.

___________________________________________________



Sujet 11:

L'égoïsme est un défaut qu'il faut corriger. Discutez.





L’égoïsme est un vilain défaut. Il désigne une tendance à ne rechercher que son plaisir ou son intérêt personnel.

L’égoïste ne pense qu’à lui et se désintéresse complètement des autres. Il est essentiellement préoccupé de lui-même ; ses choix, ses relations convergent vers un même but : ramener tout à soi; il ne tient compte ni du monde, ni des intérêts extérieurs, ne se soucie pas des autres.

Pour "guérir" de l’égoïsme, le point de départ est de prendre conscience de ce défaut et des effets dommageables qu’elle a pour soi-même ; à partir de là, il devient possible de se dégager petit à petit du cercle vicieux où elle nous enferme. Progressivement, on

va s’ouvrir aux autres et échanger avec eux. On a tous besoin des autres; il faut donc se débarrasser de ce défaut et être altruiste.

____________________________________________________



Sujet 12:

L'indifférence est dénoncée comme l'un des maux les plus graves du monde actuel. Voud vous efforcez par des exemples précis comment ce mal se manifeste et quelles en sont les conséquences dans la vie sociale.





Il est vrai que le monde actuel souffre de plusieurs maux comme

les guerres, la famine ou l'injustice. Miais l'indifférence n'est-elle

pas en quelque sorte l'origine de bon nombre de ces malheurs?

A travers quelques exemples, nous allons essayer de montrer comment se manifeste l'indifférence et quelles sont les

répercussions qu'un tel mal peut avoir sur la vie sociale.

Une femme que nous avons rencontré au coin de la rue et

qui n'avait aucune destination précise, tenait un bébé mourant

dans ses bras. Un enfant en haillons, sale et maigre la suivant

en s'accrochant à ses habits déchiquetés. Et tous ces gens, bien

habillés et pleins de santé qui semblaient pressés, la croisaient ou

la dépassaient sans s'arrêter ou même sans daigner lui jeter un

regard.

L'indifférence est une forme de racisme.Et ceci va de la simple

bousculade jusqu'au refus de "l'autre" jusqu'au geste de

l'automobiliste qui ne s'arrête pas pour venir en aide à un autre

automobiliste en panne. Les exemples sont multiples et divers.

Un tel geste peut être grave sur le plan des relations et de la

communication. Les personnes victimes de l'indifférence peuvent

être soit des gens malheureux soit des gens révoltés ou agrssifs.

L'indifférence nous concerne plus directement, c'est-à-dire qu'étant

un problème ayant trait aux relations humaines et aux problèmes

quotidiens, il est dans le pouvoir de chacun de nous d'oeuvrer en

vue de le résoudre. Il faut essayer de soulager les hommes qui souffrent.

On donnerait ainsi un goût moins amer à la vie, il y aurait plus de

justice et les sentiments humanitaires en seraient valorisés.

____________________________________________________



Sujet 13:

Etes-vous pour ou contre la femme qui travaille. Justifiez votre réflexion.





Pour la femme qui travaille:

- La femme a acquis les mêmes droits que l'homme.

- Elle aide son mari et participe au développement et au progrès du pays.

- Elle occupe une place importante dans la société: elle est médecin, avocat, pilote, etc.

- Elle n'est plus soumise et marginalisée comme autrefois.

Contre la femme qui travaille:

- La femme doit rester à la maison pour s'occuper du foyer et des enfants.

Le mari seul doit travailler pour nourrir la famille et subvenir aux besoins de la progéniture.

- La femme a causé le chômage de l'homme.

- Elle est souvent exposée au harcèlement sexuel dans la rue ou au travail.

Je suis pour la femme qui travaille parce qu'elle est l'égale de l'homme et elle doit jouir de tous ses droits aussi bien dans le domaine social, politique ou économique.



_____________________________________________________



Sujet 14:

La guerre tue, attriste et fait réfléchir.

Développez cette idée par une réflexion personnelle et argumentée.





De nos jours, les guerres éclatent un peu partout dans le monde. Les conflits armés se multiplient, laissant derrière eux beaucoup de morts; en conséquence les familles sont endeuillées. Cela donne matière à réflexion.

Les guerres qui éclatent ici ou là entrainent derrière elles des centaines, des milliers et parfois des millions de victimes. La guerre du Vietnam, par exemple, a causé la mort de plusieurs millions de personnes des deux côtés, américain et vietnamien. La guerre d'épuration ethnique qui a visé les bosniaques a donné lieu à une scène tragique jonchée de cadavres et de corps mutilés.

Quand la violence s'empare des hommes armés jusqu'aux dents, ils ne distinguent plus entre les enfants, les femmes ni les vieux.

La mort d'un soldat ou d'un civil attriste toute une famille. En effet, la mort des hommes, surtout les pères de famille créent une situation dramatique: maints enfants se retrouvent du jour au lendemain orphelins. La situation est plus tragique lorsque les deux parents trouvent la mort dans la guerre! L'enfant n'a plus

personne pour s'occuper de lui; dans le meilleur des cas, ils sont confiés à des orphelinats, sinon ils sont condamnés à mendier et à errer dans les rues.

Une autre scène de l'après-guerre, celle des mutilés, des estropiés et des handicapés.

La destruction des maisons, des écoles, des hôpitaux et de tous les édifices publics constitue une catastrophe.

Toutes ces horreurs et ces tragédies doivent inciter l'homme à réfléchir. Tous les conflits peuvent être réglés par des moyens pacifiques. Pour cela, il suffit que les uns écoutent les autres. Bref, le dialogue doit régner.

_____________________________________________________



Sujet 15:

Il arrive souvent que l'on éprouve le besoin de confier ses problèmes à quelqu'un. A votre avis, cela n'est-il pas dangerux?





L'homme est un être social; il vit en groupe: il a besoin de communiquer.

L'individu se trouve dans la nécessité de communiquer ses secrets à autrui, de leur faire part de ses problèmes.

Confier ses problèmes à quelqu'un est dangereux:

- c'est rendre ses secrets publics.

- menace pour la vie intime.

- avoir des problèmes à cause de certains secrets divulgués.

- détruire les relations familiales, amicales...

- se retrouver dans une position de faiblesse devant une personne qui utilise nos secrets comme arme dirigée contre nous.

Se confier à quelqu'un est un besoin:

- l'homme est un être social, il a besoin de communiquer.

- se confier est un soulagement.

- se confier permet de se libérer des problèmes.

- se confier, c'est sentir qu'il y a des amis qui nous écoutent, qui sont solidaires avec nous.

Il faut bien choisir ses amis intimes.

Se confier est dangereux, mais nécessaire.

_________________________________________________



Sujet 16:

Vous avez été victime d'une injustice. Racontez.





C’était un lundi matin en cours de français, la séance se déroulait tranquillement ; les élèves étaient concentrés sur l’explication du professeur, tout allait bien quand toutà coup la leçon fut interrompue à cause des cris de ma voisine qui m’accusait

à tort d’avoir volé son portable.

Tous les regards de mes camarades étaient braqués sur moi. Je me sentis humiliée et tournée en dérision.

On fouilla dans mes poches et mon cartable. Mais, on ne trouva rien. Je fus victime d'uneinjustice dont je fus innocent.



_________________________________________________



Sujet 17:



Rédigez le portrait satirique d’une personne.



Physiquement, c’est un gringalet trapu. Quand il marche, sa silhouette ramassée et son ventre bedonnant lui donnent l’allure d’un ballon qui roule ou d’un personnage grotesque des dessins animés.

Ses traits sont grossiers. Son teint ferreux est assombri par des cheveux rêches et des sourcils broussailleux qui surplombent ses yeux exorbités.

Mais ce qui attire le plus dans sa physionomie, c’est son nez crochu et ses grosses narines qui détonnent avec la petitesse de son visage. Sa bouche exagérément lippue et son menton en galoche rappellent les difformités qu’on trouve dans les caricatures.

Lorsque ce petit bonhomme parle, il nasillarde ; aussi finit-il toujours par lasser ses interlocuteurs.



_________________________________________________



Sujet 18:

Il vous est arrivé d'éprouver un sentiment de honte.

Décrivez ce que vous avez ressenti et comment vous avez réagi.





Un jour, j'ai menti à mon père sur le coût du livre de français. Mon père s'en est aperçu. Il ne m'a pas adressé de reproches sinon par le regard.

J'ai ressenti un sentiment de remords et de honte: j'ai rougi, ai baissé la tête, ne savais plus quoi faire ni quoi dire, et suis sorti.

J'ai décidé de ne plus recommencer cette mauvaise action.

________________________________________________



Sujet 19:

A votre avis est-il souhaitable d'avoir peu ou beaucoup d'enfants?

Justifiez votre point de vue à l'aide d'arguments.





Avoir peu d'enfants

Les raisons économiques :

-La cherté de la vie.

-Salaire maigre.

-Subvenir aux besoins des enfants (alimentaires et vestimentaires).

-Des projets d'avenir: ex: construction d'une maison.

Les raisons éducatives :

-Contrôle du travail scolaire.

-Leur fournir les moyens instructifs (Livres, romans...).

-Permettre aux enfants de faire des heures supplémentaires ou de

poursuivre leurs études.

Avoir beaucoup d'enfants

Les raisons économiques :

-Les enfants peuvent accomplir différentes tâches (élevage, commerce...).

-Production énorme.

-Richesse, fortune.

Les raisons traditionnelles :

-Perpétuité familiale.

-Signe de la puissance.

-Ignorance de certains parents.

Les raisons religieuses :

-La polygamie.

____________________________________________



Sujet 20:

Il vous est arrivé d'avoir peur. Racontez en quelles

circonstances et décrivez vos réactions.





Un jour, je suis sorti du cinéma très tard. La nuit était déjà tombée et je me suis trouvé obligé de parcourir 5 km pour rentrer à la maison.

Après une longue marche, j'étais en dehors de la ville.

A mi-chemin, j'ai eu l'impression que quelqu'un marchait derrière moi. Malgré cela, je n'ai pas pu me retourner pour voir.

A ce moment-là, mon coeur battait très fort, mes membres tremblaient, j'ai ressenti que mes cheveux se dressaient sur ma tête.

Sans hésiter, je me suis mis à courir et je ne me suis arrêté que lorsque j'ai été au milieu du village.

C'était une très grande peur que je n'oublierai jamais.



__________________________________________________



Sujet 21:

Le premier jour où on va à l'école pour la première fois reste mémorable.

Racontez ce qui s'est passé ce jour-là et dites ce que vous ressentez.





Le premier jour où l'élève va à l'école pour la première fois est un jour qui reste vivant dans la mémoire de chacun.

Je me souviens très bien de mon premier jour à l'école. C'était un lundi. Ma mère me réveilla de bonne heure. Elle me vêtit d'habits neufs qu'on avait achetés spécialement pour cette occasion. Ensuite, je mangeai le petit déjeuner que ma mère m'avait servi sur la table.

Une heure plus tard, ma mère me tenait par la main et m'emmenait à l'école. Ma crainte augmentait à mesure qu'on s'approchait de l'école.

Lorsque nous arrivâmes, je vis devant la porte de l'école beaucoup d'enfants.

Certains, comme moi, étaient accompagnés de leurs parents. Quand on entendit la sonnette qui annonçait l'heure des cours, ma mère me fit entrer et s'en alla.

Je pris place parmi des élèves qui faisaient la queue devant une classe. Un monsieur vint vers nous; il nous sourit. Cela me rassura. C'était mon maître.

____________________________________________________



Sujet 22

Dans le monde moderne, particulièrement dans les grandes villes, l'hospitalité traditionnelle se perd.

Exprimez votre opinion à l'aide d'arguments.





A l'heure actuelle, on invite moins, on accueille moins volontiers l'étranger et même la famille éloignée. Les raisons en sont multiples: les gens, pris par leurs activités, ont moins de temps à consacrer à autrui. Ils ont souvent plus d'argent qu'autrefois, mais ils le consacrent à leur famille proche, à rembourser des crédits

, à faire des économies. Dans les grandes villes, on se connaît moins (individualisme, indifférence...)

Ces changements me paraissent regrettables car la vie en commun a des aspects agréables et la solidarité demeure nécessaire. L'égoïsme moderne est moins noble et moins humain que l'altruisme d'autrefois.

______________________________________________________



Sujet 23:

Es-tu pour ou contre le comportement autoritaire des parents envers leurs enfants? Justifie ton opinion à l'aide d'arguments pertinents.





Dans beaucoup de familles, le rapport entre les parents et leurs enfants est basé sur l'autorité. Certaines personnes soutiennent cette autorité; d'autres au contraire la dénoncent.

Pour l'autorité parentale:

- Les parents protègent leurs enfants contre les dangers qui les menacent (drogue, tabagisme, prostitution...).

- Les enfants, jeunes et moins jeunes, sont immatures: ils ont donc besoin de la tutelle de leurs parents.

- La liberté et l'autonomie conduisent dans plusieurs cas à la délinquance.

Contre l'autorité parentale:

- L'autorité parentale produit des enfants timides, lâches et caractériels.

- L'autorité excessive conduit les enfants à la délinquance, à la fugue.

- Lorsque les parents sont autoritaires, il n'y a pas de communication entre eux et leurs enfants. En conséquence, ces derniers se cantonnent dans le silence: ils ne parlent pas de leurs problèmes, de leurs souffrances.

Je suis contre l'autorité excessive: les parents recourent systématiquement à la violence et au châtiment corporel qui provoque chez les enfants des traumatismes psychologiques graves.

L'autorité est nécessaire, mais elle ne doit pas devenir un prétexte à la violence physique. Les parents doivent faire preuve de fermeté, tout en restant compréhensifs et humains.



____________________________________________________



Sujet 24:

A travers quelques exemples, essayez d'expliquer ce qu'est la magie et de dégager quelques-uns des problèmes que pose son existence.





Pour m'ôter le mauvais oeil, ma mère disait une prière, en laissant tomber des gouttes d'huile dans une assiette d'eau qu'elle tenait au-dessus de ma tête. Si l'huile disparaissait dans l'eau, j'étais désenvoûté.

La magie repose sur d'anciennes croyances populaires: des esprits

surnaturels interviennent dans la vie des hommes. Des personnes

prétendent avoir le pouvoir d'agir sur ces esprits. Elles usent de

pratiques variées dont le fonctionnement demeure inexpliqué.

Les croyances populaires sont-elles fondées? La religion ne les

reconnaît pas, la science les rejette.

Ces pratiques ne survivent-elles pas comme moyen d'exploiter

profitablement la crédulité, l'ignorance et la peur des gens simples?

____________________________________________________



Sujet 25:

Est-ce que la science et la technologie constituent un danger pour l'homme?





De nos jours, la technologie et la science connaissent une grande évolution.

De nombreuses s'inquiètent à cause de ce développement: ils y voient une menace pour l'humanité. Dans quelle mesure cette peur est-elle fondée?

La technologie causent beaucoup de dangers pour l'homme: destruction de l'environnement (pollution, disparition d'espèces animales...), invention d'armes de destruction (armes nucléaires, chimiques, bactériologiques...), propagation de la violence (à cause du cinéma et de la T.V, par exemple), accidents relatifs

aux transport (accidents de la circulation, écrasement d'avions, naufrage de bateaux...).

La technologie et la science sont utiles pour l'homme: invention du matériel médical, guérison de maladies graves, prévention de catastrophes naturelles mortelles (éruption volcanique, inondation..), facilitation de la communication (téléphone, internet...).

La science et la technologie ne sont pas dangereuses, c'est l'usage qu'en fait l'homme qui les rend néfastes. Donc, il faut conscientiser l'homme et le prémunir contre le mal et la tentation de détruire son semblable. Il est nécessaire de répandre les valeurs de la paix, de la tolérance et de l'entraide pour éradiquer les guerres, la violence et la haine.

__________________________________________________



Sujet 26:

La mode conduit parfois les jeunes à s’habiller ou à se coiffer de manière bizarre : piercing, tatouage, cheveux hérissés, pantalons rapiécés.

Vous sentez-vous concerné(s) par cette tendance ?

Vous préciserez votre point de vue en l’appuyant à l’aide d’argument pertinents et d’exemples tirés de votre expérience personnelle.





Selon le « Petit Robert », la mode signifie manière, mœurs », manière individuelle de vivre, d’agir et de penser.

Au début, le phénomène est apparu dans les pays occidentaux pour se propager plus tard dans le reste du monde.

Le mode se limite à l’aspect extérieur. Lequel aspect demeure un moyen de distinction. Elle est liée au changement.

Au début, réservée à l’élite, la mode servait à faire la distinction entre une population simple et modeste et une autre riche et aisée, qui cherche constamment à conserver son rang social. Il n’y a pas si longtemps que ces différences s’estompent.

Actuellement, tout le monde a droit à la mode, même les petites bourses y participent et parfois même y contribuent. Nous allons donc vers une démocratisation des modes, tant féminines que masculines : de moins en moins elle demeure un phénomène de classe, de plus en plus elle devient un phénomène de masse. Avec la seule différence la question de qualité du produit. Ce qui a ouvert la voie au phénomène de l’imitation et la contre façon.

Pour le jeune ce qui compte c’est qu’il suit la mode peu importe la qualité du moment qu’il ressemble en quelque sorte aux autres.

Personne n’est contre le changement ; or parfois, la mode peut paraître sous des formes répugnantes, à tel point que le jeune devient repoussant lorsqu’il s’habille ou se coiffe d’une manière bizarre qui blesse l’œil (cheveux hérissés, pantalons déchirés ou rapiécés, pull très courts qui laissent paraître une partie de leurs corps.)

Pour le jeune ou pour le fanatique de la mode l’essentiel est de suivre la mode et d’y rester fidèle, sans prendre en considération les convenances. Cette soi-disant mode pourrait porter atteinte à la morale, à l’identité culturelle, sociale et religieuse.

Le jeune, par un souci de suivisme aveugle, il consomme sans faire appel ni à son esprit critique, ni même aux règles sociales qui régissent sa société. Dans un sens, c’est un conformisme qui tend vers une aliénation constante et chronique du jeune, d’ailleurs, la mode est faite pour être démodée. Donc, jusqu’à quand nous allons demeurer passifs, des personnes qui se donnent l’illusion de suivre un système de vie ou de pensée étranger à notre identité.



__________________________________________________



Sujet 27:

Certains adolescents se plaignent du fait que leurs parents ne leur accordent pas assez de liberté. Pensez vous qu’ils ont raison ?





L’adolescence est une étape transitoire qui se situe entre l’enfance et l’âge adulte. Voulant divorcer d’avec le stade de l’enfant, l’adolescent tente d’accéder à celui de l’adulte, et cela ne se fait pas sans heurts vis-à-vis de son entourage.

L’adolescent se sent, malgré lui, tiraillé entre deux besoins diamétralement opposés : à savoir le besoin de sécurité et le besoin d’autonomie. Cette situation déc

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق


جميع الحقوق محفوظة ccna.ma ©2012-2014 | جميع المواد الواردة في هذا الموقع حقوقها محفوظة لدى ناشريها ، نقل بدون تصريح ممنوع . Privacy-Policy| اتفاقية الاستخدام|تصميم : ألوان بلوجر